19 mai 2013

Gay Pride 2008 : 13ième edition

Gay Pride 2008

13ième edition 

14:48 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18 mai 2013

Gay pride bruxelloise : ceux qui y étaient et ceux qui brillaient par leur absence

Gay pride bruxelloise : ceux qui y étaient et ceux qui brillaient par leur absence

Les organisateurs de la Gay Pride de ce dimanche 18 mai 2013 ont annoncé la présence de 80000 personnes

IMG_0058.JPG

Mohamed Ouriaghli, échevin (PS) de l'Égalité des Chances

Khalil Zeguendi, le 18 mai 2013

Rayon élus allochtones, de ce qu'il m'a été possible de voir, lors de cette Gay Pride, l'échevin et député bruxellois, Ouriaghli Mohamed, manifestement gêné, a joué au DJ sur les marches de la Bourse

A noter qu'en 2011, répondant à une question d'un blogger, le même Ouriaghli avait déclaré: "Non, non, t'es fou ! je ne fais que passer. Je vais à une réunion" (l'enregistrement vidéo est disponible)

Yamila Idrissi du SP.A pointait un nez discret lors de la manif de ce samedi.

Absence remarquable: celle de Jamal Ikazban, présent le 12 mai au cimetière de Chastre lors de la commémoration de la bataille de Gembloux, durant laquelle des centaines de soldats marocains avaient été tués.

Prochaines élections obligent: la cause Gay n'est pas la priorité du protégé de Moureaux.

Hamza Fassi Fihri, qui avait marié des homos lorsqu'il officiait comme échevin de l'Etat civil à Bruxelles Ville, était aujourd'hui, aux abonnés absents.

Ceci au moment où il vient de signer au parlement régional bruxellois, un projet d'ordonnance éminemment communautariste avec l'Ecolo Ahmed Mouhssine (lui aussi absent aujourd'hui), ordonnance visant à accepter le linceul, pour les enterrements musulmans dans les cimetières multiconfessionnels. Comme si cette connerie constituait la grande priorité du moment

Outre un char socialiste, l'on pouvait noter la présence de Rudy Vervoort, de Laurette Onkelinx, et du grand leveur du coude, Freddy Thielemans. Point de Rachid Madrane, également présent à Gembloux, l'autre jour.

Un char Ecolo, un autre char MR, un char CD&V ont circulé le long du boulevard Anspach. Le CDH n'avait pas de char mais Milquet serrait les mains des participants lors de la Pride de ce samedi.

Etaient également présents, les Ecolos-Groen, Zoe Genot, Bruno De Lille et Marc Nollet. Fadila Laanan, qui avait en 2011, distribué des capotes aux participants à la Gay Pride n'est pas apparue lors de la manifestation de ce samedi.

Pour le coté contenu: tout en se réjouissant du vote français de la loi, autorisant le mariage homo, les participants à la Pride ont déploré le fait que beaucoup de pays de par le monde, refusent à ce jour de suivre l'exemple hexagonal.

Ils ont aussi dénoncé l'homophobie, qu'ils estiment en augmentation, citant au passage des passages à tabac, des agressions et même des meurtres commis contre des Gays dans de nombreuses régions du monde.

Pour le reste, cette Gay Pride, qui s'est déroulée dans une ambiance bon enfant et de bonne humeur, n'a pas beaucoup différé de celles qui l'avaient précédées les années passées.

Aucun incident notable à déplorer si ce n'est une scène d'une rare obscénité : sur un char, une nana se masturbait en introduisant sa main dans son slip.

La bière a bien coulé à flots, ce qui a fait le bonheur des cafés et autres débits situés sur le parcours du très, très long cortège.

Le PAM a raté magistralement son implantation démocratique en Belgique

Le PAM a raté magistralement son implantation démocratique en Belgique

Le Congrès de la section belge du PAM fut un vrai cauchemar

Par Khalil Zeguendi, le 18 mai 2013

Hier, le 17 mai 2013, s'est tenu à Bruxelles, dans une salle Anderlechtoise de mariage (sauf que la rencontre ressemblait davantage à un conflit familial relatif à un partage d'héritage), la réunion destinée à officialiser la sortie publique de la section PAM en Belgique.

Cette rencontre à laquelle assistaient quelques 200 personnes, démarra, à 20h,  avec plus d'une heure de retard, sans que les organisateurs ne prennent la peine d'expliquer au micro le pourquoi de ce retard à l'assistance encore moins de s'excuser.

Le "service d'ordre" fut composé comme d'habitude, de personnes à qui on n'a rien demandé, mais qui se sont improvisées Comité d'accueil.

Ce sont d'ailleurs les mêmes CHOUFOUNI, que l'on trouve toujours volontaires  à cette mission lors de toutes les manifestations organisées par les officiels marocains en Belgique.

Bref: arrivent Benchemmas, Bekkouri suivis de quelques dirigeants de second rang au PAM.

Ils sont accueillis par des applaudissements de quelques membres de la section belge du PAM.

La salle attend pour voir. Et surtout entendre.

Ali Aourag, le président autoproclamé et imposé par la direction de cette section belge du PAM, baragouine quelques phrases dont les trois quart des mots sont incompréhensibles, sauf lorsque qu'il présente les dirigeants du PAM, venus droit du Maroc, comme les sauveurs de l'humanité marocaine de Belgique.

Rappellons que Ali Aourag m'avait accompagné au Maroc en mars 2011, lors d'une des manifestation du 20 février à laquelle j'avais tenu, avec des amis belges d'assister. L'eau a coulé sous les ponts depuis lors.

Commencent alors les exposés des dirigeants du PAM.

Si Bekkouri fut bref, concis et très détendu, lorsqu'il évoqua le but de la visite qui consiste à ouvrir un débat sérieux, sans préalable et responsable avec les Marocains de Belgique, au sujet des politiques à promouvoir à l'avenir, Benchemmass, l'homme qui ne sourit jamais, était manifestement, comme à son habitude, triste, particulièrement tendu et fatigué. Il avoua d'ailleurs, pour expliquer son état tendu, n'avoir pas encore mangé depuis le petit déjeuner.

Ni Bekkouri, le secrétaire général du PAM, encore moins le parlementaire Benchemmass n'ont abordé la philosophie de leur parti, son fonds idéologique ou ses idées politiques.

Se contentant d'évoquer l'actualité politique du moment au Maroc, en profitant de l'occasion pour casser de l'islamiste et du PJD en particulier.

L'intervention de Benchemmass fut très, trop longue et par trop répétitive. Ce qui eut pour effet d'augmenter l'énervement de l'assistance.

Des chiffres et des statistiques relatifs à la présence marocaine - statistiques et chiffres déjà connus de tous - furent servis à l'envi par Benchemmass.

Tard, très tard, les interventions des dirigeants du PAM furent achevées.

Les interventions de la salle dévoilent alors une réalité flagrante et dangereuse : quasi toutes les personnes, jeunes pour la plupart, s'étant inscrits pour prendre la parole étaient des membres de la section du PAM belge : une technique très prisée par les gauchistes jadis, pour monopoliser les interventions et distiller le même discours.

Les intervenants ne cachaient d'ailleurs pas cet état de fait et tout en témoignant leur admiration pour le PAM et ses dirigeants, ils se proclamaient ouvertement membres de la section belge de ce parti.

Ce qui veut dire, que le congrès d'hier était une mascarade puisque les membres de la section (bureaux et direction) étaient déjà désignés.

Mais ce qui était grave dans cette comédie de mauvais goût, résidait dans le fait que tous les membres de cette section émanaient d'une même région du Maroc "Le Rif"Exactement comme Benchemmass et Ilyas El Omari (autre dirigeant en vue du PAM). Et la quasi totalité des interventions de ces régionalistes concernait la situation à Al Hoceima, Nador, et les autres coins du Rif.

Sans conteste, le PAM se trouve confronté à une donne dangereuse: celle de contribuer à fonder une section où seuls les Rifains sont représentés.

Lors de ce débat, des intervenants poussèrent l'audace jusqu'à taxer toutes les Marocaines du Golfe, de prostituéesCe qui suscita les protestations de quelques femmes et autres démocrates dans la salle.

Lors de ce "congrès", il ne fut à aucun moment question de parler de la citoyenneté des Belgo-marocains en Belgique.

Aucun journaliste ni homme politique belge n'était présent dans la salle.

Lorsque j'ai pris l'initiative de serrer la main à Benchemmass, dans une pièce adjacente à la salle du congrès, je fus pris à partie par des gorilles très menaçants, qui m'ont sommé de déguerpir, sans quoi j'étais sur le point de passer un mauvais quart d'heure.

J'ai évidemment obtempéré sans demander mon reste.

Cette section belge du PAM est fortement marquée par l'intolérance, des relents de fascisme mais elle est surtout dominée par le régionalisme.

12:59 Écrit par Rachid Z dans Pays du Maghreb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17 mai 2013

Rites funéraires: l'ensevelissement avec un linceul discuté à Bruxelles

Rites funéraires

L'ensevelissement avec un linceul discuté à Bruxelles

Belga, le 16 mai 2013

La commission des Affaires Intérieures du parlement bruxellois a décidé jeudi de procéder à des auditions avant de se prononcer sur une proposition d'ordonnance d'élus de la majorité PS-Ecolo-cdH et Open VLD-CD&V-Groen visant à autoriser le choix entre le cercueil et le linceul, jusqu'à présent interdit, en vue de l'ensevelissement en Région-capitale. La demande a été formulée par la présidente de la commission Martine Payfa (FDF-opposition) alors que dans la majorité, on était d'abord tenté de passer rapidement au vote de la proposition, a indiqué l'élue FDF, interrogée par Belga au terme de la séance.

Le texte co-signé par Ahmed Mouhssin (Ecolo), Eric Tomas (PS), Hamza Fassi Fihri (cdH), René Coppens (Open VLD), Walter Vandenbossche (CD&V), et Elke Van den Brandt (Groen) s'inscrit dans la droite ligne de l'accord de gouvernement bruxellois qui prévoit "la poursuite de la mise sur pied d'égalité des différents cultes reconnus et la laïcité organisée...".

Refus wallon: trop compliqué pour les fossoyeurs

Selon Martine Payfa, la proposition constitue un copier-coller d'un décret de la Région flamande adopté il y a une dizaine d'années.

La Wallonie a quant à elle refusé de s'engager sur cette voie, lorsque la question a été évoquée dans le cadre de la réforme de la législation sur les cimetières en 2009. Le parlement régional avait estimé à l'époque que le linceul allait compliquer le travail des fossoyeurs et constituait une source de problèmes de salubrité publique, a expliqué la députée Chantal Bertouille (MR), spécialiste de la matière.

Pour la présidente de la commission du parlement bruxellois, il est opportun d'en savoir davantage sur le retour d'expérience en Flandre et les questions de salubrité publique. Certains cultes, comme l'islam, prescrivent aux pratiquants de procéder à l'ensevelissement dans un linceul en 24 heures, mais les communes bruxelloises n'autorisent pas l'enterrement dans un délai de moins de trois jours, a-t-elle fait observer.

Pour Mme Payfa, le contenu de la proposition a tout à gagner d'une prise en compte des expériences vécues.

D'après elle, devraient être entendus des représentants de la fédération nationale des pompes funèbres, de l'intercommunale des cimetières musulmans et du service d'Etat civil de l'une ou l'autre ville flamande.

02:51 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Cultes, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16 mai 2013

Attentat contre la mosquée chiite : Rachid s'expliquera aux assises

Attentat contre la mosquée chiite : Rachid s'expliquera aux assises

La chambre du conseil a rendu sa décision ce mercredi après-midi

La Dernière Heure, le 15 mai 2013

En date du 12 mars 2012, Rachid El Boukhari, âgé de 36 ans, a commis l’irréparable en attaquant une mosquée chiite à Anderlecht.

Âgé de 46 ans, l’imam Abdellah Dahdouh était pour rappel décédé dans l'incendie qu'avait engendré volontairement notre terroriste. Aujourd'hui, la chambre du conseil a décidé que Rachid El Boukhari sera bel et bien jugé devant les assises.

«A la demande des parties civiles, le parquet fédéral et le juge d'instruction sont allés vite dans cette affaire afin que ce monsieur puisse être jugé le plus rapidement possible. Cette mosquée vit en effet dans la crainte parce qu'elle fait manifestement toujours l'objet de menaces.

Il est donc temps qu'un arrêt intervienne dans cette affaire et qu'on condamne à sa juste valeur cette personne que le parquet a lui-même taxée de terroriste», commente l'avocat des parties civiles, Georges-Henri Beauthier.

L'instruction judiciaire étant à présent clôturée, Me Georges-Henri Beauthier s'interroge sur l'absence de réaction de la Sûreté de l'État dans cette affaire. «On avait demandé à la Sûreté de l'État un rapport sur l'auteur de l'attentat, mais il n'est toujours pas rentré !

Or, celui-ci nous permettrait de savoir ce qu'elle avait dans ses cartons sur cette personne, son organisation et sur la manière dont on aurait pu imaginer que cette personne ou d'autres s'adressent de façon tout à fait terrorisante aux chiites», insiste l'avocat.

Et Georges-Henri Beauthier de livrer le fond de sa pensée : «Le parquet fédéral présente ce monsieur comme un loup solitaire. Nous, on se demande si la meute des extrémistes ne l'a pas lâché pour faire croire qu'il s'agisse d'un élément isolé... Cela, alors qu'il fait selon nous partie de cette meute de gens qui sont en train de terroriser une communauté.

Dans le dossier judiciaire, on dit qu'il n'a qu'un GSM, mais qui dit qu'il n'a pas été suffisamment bien organisé pour en avoir un second et s'en être débarrassé ? On ne peut l'assurer.» 

16:45 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Saint-Josse : Zoé Genot

Saint-Josse

Zoé Genot

Ce lundi soir conseil communal 20h à St-Josse : Budget communal 2013 de Saint-josse : le prestige au détriment de la population ?

Le bourgmestre Emir Kir propose, comme priorité, de consacrer 8 millions d’euros à l’achat d'une partie de l'immeuble Ethias situé 19 avenue de l'Astronomie.

ECOLO-GROEN St-Josse demande au PS et CDH de se ressaisir, de ne pas plonger dans ce projet immobilier pharaonique et de consacrer toute leur énergie et tous les moyens aux véritables défis tels que promis pendant la campagne ! Rappelons que St- Josse compte parmis le communes au plus bas taux de couverture en crêche et que seuls la moitié des enfants peuvent fréquenter une école de la commune. Enseignement, jeunesse, logement, emploi et qualité de vie de nos quartiers sont les priorités pour les habitants : Toutes les marges budgétaires doivent y être consacrées.

Plus de détails : http://www.saint-josse.ecolo.be/

Prestation de serment à la Chambre Mie-Jeanne Nyanga-Lumbala

Prestation de serment à la Chambre

Mie-Jeanne Nyanga-Lumbala CDH

19. Mie-Jeanne Nyanga-Lumbala.JPG

Ce jeudi, en séance plénière de la Chambre des représentants, Mie-Jeanne Nyanga-Lumbala a prêté serment à 14H15 comme députée fédérale.

Conseillère communale à Saint-Josse pendant 12 ans, Mie-Jeanne Nyanga-Lumbala a poursuivi son engagement politique à Bruxelles-ville en devenant conseillère CPAS.

Diplômée en gestion d’entreprise d’économie sociale, elle a travaillé 9 ans à la cellule politique générale du cabinet du Ministre bruxellois de l’Economie, Benoît Cerexhe, puis dans celui de la Ministre Céline Fremault.

Investie dans de nombreuses associations qui œuvrent notamment en faveur des femmes, celle que tous les Bruxellois surnomment amicalement «mama Mie-Jeanne» est également la fondatrice de l’ASBL «Afrique Sub Sahara».

A 59 ans, elle remplacera au sein du groupe CDH de la Chambre Myriam Delacroix-Rolin, qui a récemment démissionné de son siège de parlementaire fédérale.

Le Mossad israélien infiltre le Maroc

Le Mossad israélien infiltre le Maroc

Bladi.net, le 15 mai 2013  

Le Mossad, services secrets israéliens, a infiltré le Maroc, et est capable d’influencer en fonction des besoins d’Israël, les domaines politique, économique et social du pays, a affirmé récemment le général Amos Yadlin, patron du Mossad.

Amos Yadlin explique que le Mossad est très en avance quant au déploiement de ses réseaux d’espionnage et de collecte d’information notamment au Maroc, en Libye, en Tunisie, en Egypte, en Palestine, en Syrie et au Soudan.

Abderahmane Mekaoui, expert marocain en affaires stratégiques et militaires cité par le quotidien Al Massae, estime qu’Israël peut en effet disposer d’un réseau d’espionnage au Maroc, mais ne peut en aucun cas infiltrer et influencer les décisions politiques et militaires, car les institutions marocaines sont très complexes, même pour les Etats-Unis.

Mekaoui trouve toutefois étrange que le Mossad ne fasse pas référence à l’Algérie, rappelant que les deux fils de feu l’Émir Abdelkader, chef militaire et symbole de la résistance lors de la conquête de l’Algérie par la France à la fin du 19e siècle, vivent encore en Israël.

Un rapport du ministère des Affaires étrangères israélien révélait en 2011, que le Mossad avait reçu plusieurs demandes de Marocains, proposant leurs services au département.

15 mai 2013

L'Espagne commémore la Guerre civile : Quid des soldats marocains ?

L'Espagne commémore la Guerre civile

Quid des soldats marocains ?

Par Yann Ngomo, le 21 juillet 2011

Les 17 et 18 juillet derniers, on commémorait en Espagne le 75e anniversaire de la guerre civile espagnole. Ce triste anniversaire était aussi l’occasion de se souvenir des soldats marocains qui ont vécu de près l’une des périodes les plus sanglantes de l’histoire de l’Espagne. Jusqu'à aujourd'hui, le dédommagement de ces anciens combattants reste un sujet non réglé entre l'Espagne et le Maroc.

En juillet 1936, les troupes nationalistes du général Francisco Franco se soulèvent contre le gouvernement républicain espagnol. Ce qui devait être un coup d’Etat visant à évincer le gouvernement de gauche, s’est transformé en un cauchemar meurtrier de 3 ans, qui s’achève en avril 1939 par la victoire des Nationalistes. Cet épisode sanglant fait près de 500 000 morts, dont des soldats marocains.

Le Maroc dans la guerre

Le Maroc, plus précisément la partie du Maroc alors sous protectorat espagnol, a été la base de lancement de l’offensive qui installera Franco à la tête de l’Espagne. En effet, c’est à Melilla, dans la soirée du 17 juillet 1936 qu’a lieu le premier soulèvement des troupes nationalistes. Les évènements embrasent la péninsule dès le lendemain.

Le Maroc a également fourni des hommes au conflit. «Leur nombre exact reste difficile à déterminer», nous confie Maria Rosa De Madariaga, historienne espagnole, qui a travaillé sur la participation des soldats marocains à la guerre civile espagnole. Selon ses estimations, entre 80 000 et 90 000 soldats marocains auraient participé au conflit.

De leur côté, les autorités marocaines estiment qu’il y avait entre 100 000 et 130 000 soldats marocains sur les fronts espagnols entre 1936-1939. Aucune statistique officielle n’existe à ce jour sur le nombre de combattants marocains ayant participé au conflit. Pour Maria Rosa de Madariaga, le flou tient surtout du fait que nombre d’entre eux ne recevaient pas de fiche au moment de l’enrôlement. En somme, ils combattaient, mais n’avaient pas d’existence officielle.

Les soldats marocains de ce conflit, principalement issus des provinces du Rif, appartenaient à deux factions, nous explique encore De Madariaga. Certains étaient issus du bataillon des «Regulares», une unité constituée de soldats marocains, rattachée à l’armée espagnole. Ce corps, formé en 1911, devait éviter à l’armée espagnole de subir des pertes dans ses rangs en cas de conflit au Maroc. Cette pratique étais très répandue chez les puissances coloniales, poursuit l’historienne. En plus de ces «Regulares», il y avait également des soldats enrôlés seulement pour la guerre civile, issus des territoires marocains sous protectorat espagnol dans le nord, et le Sahara. Selon De Madariaga, environ 15 000 de ces soldats seraient morts sur les fronts espagnols. En 2010, on évaluait à environ 2000, le nombre de rescapés, de cette époque, dans les provinces du nord, et dans le Sahara.

Réparations…

L’autre problème que pose la participation des soldats marocains à la guerre civile espagnole, est la reconnaissance exprimée par les gouvernements espagnols envers ces Marocains morts au combat, les survivants, et leurs familles. Selon De Madariaga, Franco avait entrepris plusieurs mesures pour indemniser ces soldats. Il aurait, selon l’historienne, construit des hôpitaux pour les rescapés, des cimetières pour les décédés. Franco a également entrepris le versement de pensions à ceux qui ont combattus à ses côtés entre 1936 et 1939. Problème, les mesures entreprises par le général Franco en son temps n’ont pas évolué, surtout en ce qui concerne les allocations perçues par les anciens combattants marocains de la guerre civile espagnole. Au temps de Franco, ces pensions étaient convenables, étant donné le niveau de vie. «Aujourd’hui, ces montants sont ridicules», ajoute l’historienne espagnole.

L’année dernière déjà, Taieb Fassi Fihri, ministre des Affaires étrangères, avait exhorté le gouvernement espagnol à améliorer les conditions matérielles de ces anciens combattants. Des doléances auxquelles aucun gouvernement espagnol, ni de droite, ni de gauche, n’a répondu favorablement à ce jour, conclue Maria Rosa de Madariaga.

18:59 Écrit par Rachid Z dans Pays du Maghreb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Commémoration : 73ième anniversaire de la bataille de Gembloux

Commémoration

73ième anniversaire de la bataille de Gembloux

Par Khalil Zeguendi, le 15 mai 2013

Bravant une pluie battante, plusieurs centaines de pèlerins ont tenu, ce dimanche 12 mai 2013, à commémorer, au cimetière de Chastre, le souvenir de la bataille de Gembloux durant laquelle des milliers de soldats de différentes nationalités avaient fait don de leur vie pour repousser la terrible offensive des chars nazis.

Près de 300 soldats marocains sont tombés sur ce champ d'honneur, entre le 13 et le 16 mai 1940

Quelques centaines de Belgo-marocains étaient présents lors des cérémonies de cette commémoration.

Ci-après la liste des personnalités présentes à ce pèlerinage :

Benoît Dispa, Bourgmestre de Gembloux - Claude Jossart, Bourgmestre de Chastre - André Flahaut, Président (PS) de la Chambre des représentants - Bernard Valero, Ambassadeur de France en Belgique - Samir Addhare, Ambassadeur du Maroc en Belgique et au Luxembourg - Amar Bendjama, Ambassadeur d’Algérie auprès du Royaume de Belgique et du Luxembourg - Omar Kanaan, Consul général du Maroc à Bruxelles - Francis Delpérée, Président du groupe CDH du Sénat - Philip Cordery, député (PS) français pour la circonscription du Benelux – Salah Echalaoui, Président du Rassemblement des Musulmans de Belgique – Rachid Madrane, Secrétaire d’Etat (PS) à la Propreté publique – Fadila Laanan, Ministre (PS) de la Culture et de l’Audio-Visuel  – Jamal Ikazban, député-conseiller (PS) - Hamid Oukassi Akkabli, médiateur social – Ahmed El Karrouti, Président de l'association Souvenir des anciens combattants marocains de Belgique – Mohammed Jabour, député-échevin (PS) - Mohamed El Abboudi, conseiller communal (MR) - Fouad Mejloufi, attaché culturel au consulat général du Maroc – Amadou Diop, Ambassadeur du Sénégal en Belgique - El Mostafa El Ktiri, Haut-commissaire aux anciens résistants et anciens membres de l'Armée de libération – Abdelhamid Saoud, Colonel, attaché militaire naval et de l’air - Anne Monceu-Ducarme, conseillère de l’Assemblée des Français de l’étranger ...

14 mai 2013

Qui ne sert pas la main n'est pas français

Qui ne sert pas la main n'est pas français

Al Kanz, le 09 juillet 2010

En islam, Monsieur ne touche que Madame et Madame ne touche que Monsieur. Comme dans le judaïsme d’ailleurs – on se souvient de ce portrait dithyrambique dans un célèbre hebdomadaire, Le Point ou L’Express, du grand rabbin de France, Joseph Sitruk, dans lequel l’auteur racontait avec admiration comment ce dernier ne serrait pas la main au sexe féminin. Le rapport physique d’un sexe à l’autre ne peut se faire légalement que dans le cadre du mariage. Refuser tout contact physique avec le sexe opposé, ne serait-ce que lui serrer la main ou faire la bise, ne relève jamais ni du mépris ni d’une quelconque forme de rejet, mais d’une conception particulière des rapports humains, conception qui aussi insupportable qu’elle puisse être pour certains doit être respecté. Ne pas vouloir serrer la main au sexe opposé n’est jamais une attitude contre le sexe opposé.

La courtoisie, la bienveillance, l’amabilité et le savoir-vivre peuvent s’exprimer tout autrement que par une poignée de mains. En vertu de quoi, ce qui n’est qu’un code social parmi tant d’autres devrait-il avoir un caractère obligatoire ? Vaste question, qui trouve parfois réponse dans l’humeur d’un ministre qui décide de sanctionner un barbu, toujours musulman. Après avoir refusé en février dernier de signer un décret permettant la naturalisation d’un étranger avec une française sous prétexte d’intégrisme, Éric Besson récidive pour les mêmes raisons.

On se permet pas mal de choses avec les musulmans. Cette histoire rappelle le cas de cet autre étranger expulsé il y a quelques années pour avoir dit que la république et la démocratie n’étaient pas de bons régimes. Le malheureux n’avait pas le droit de dire cela, quand bien même cela relève de l’opinion politique. Sa barbe, sa nationalité allogène et sa religion lui interdisaient de penser comme un royaliste, un monarchiste ou tout autre individu qui a le droit de considérer que tel ou tel régime politique n’est pas le meilleur qui soit. Le délit d’opinion politique existe en France… si t’es barbu. Inutile d’aller jusqu’à Cuba.

Pour finir, on ne voudrait pas cafter, mais y paraît que Domenech a refusé de serrer la main à un individu de sexe mâle et étranger. Ça mérite au moins une enquête préliminaire pour homophobie et xénophobie, non ? Tant qu’à faire.

03:51 Écrit par Rachid Z dans Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13 mai 2013

Bagarre à Londres entre Sunnites et Chiites sur fond de conflit syrien

Bagarre à Londres entre Sunnites et Chiites sur fond de conflit syrien

Par Rachid Barbouch, le 12 mai 2013

De violentes rixes ont opposé sunnites et chiites à Londres en marge d'une manifestation anti-Assad organisée  à la fin de la prière du Vendredi par des immigrés en majorité Pakistanais.

Les manifestants dénonçaient dans leur marche les massacres de civils en Syrie en scandant des slogans hostiles à Bachar El Assad, à Hassan Nasrallah et aux responsables Iraniens.

C´est  sur Edgware Road  non loin de Hyde Park, endroits où se trouvent beaucoup de commerces et restaurants libanais, que   les accrochages ont commencé.

Sunnites et chiites se sont échangés des insultes avant d'en venir aux mains. En quelques secondes Edgware Road s'est transformé en un vaste champ de bagarres confessionnelles.

Les violences ont duré près d'une heure. Les esprits ne se sont calmés qu'à l'arrivée de la police. On ne déplore heureusement aucun mort, mais juste des blessés.

12 mai 2013

La liberté d’expression aux USA

La liberté d’expression aux USA

Un jeune facebookiste risque 20 ans de prison pour avoir crié sa colère contre le gouvernement

images.jpg

Par Ahmed Halfaoui, le 11 mai 2013

Les twitteristes, facebookistes, blogueurs et autres internautes des pays à «régimes dictatoriaux» seraient étonnés de savoir ce qui est arrivé à un jeune lycéen du Massachusetts, aux Etats-Unis. Cameron D’Ambrosion, âgé de 18 ans à peine, encourt une peine de prison de 20 ans. La caution a été fixée à 1 million de dollars. Le chef d’accusation : il a reproduit sur facebook les paroles d’un rappeur, des «menaces terroristes», selon la lecture qui en a été faite. Les paroles en question : «Fuck politics, Fuck Obama and Fuck the government». Des insultes qui expriment un ras-le-bol, sans plus. Pas de quoi égaler la prose prolifique et colorée qui inonde les réseaux des Arabes et assimilés, des Chinois, des Russes, des Iraniens… Mais, aux Etats-Unis, cela relève du crime.

Maintenant, rappelons-nous ce mardi 15 février 2011, où Mme Hillary Clinton, alors chef du département d’État, a déclaré que «ceux qui répriment la liberté sur internet arrivent peut-être à empêcher l’expression pleine et entière des aspirations de leur peuple pendant un moment, mais pas pour toujours». Elle a ajouté, sans sourciller devant son mensonge, que «Les États-Unis soutiennent cette liberté partout et pour tout le monde, et nous avons demandé aux autres pays d’en faire autant». Pour la défense des libertés sur internet, elle a annoncé que ses services allaient ouvrir des comptes twitter en chinois, russe et hindi. Des comptes en persan et en arabe avaient été créés en premier. L’objectif : communiquer directement avec les habitants du Moyen-Orient. Dans le même discours, elle a milité pour les «libertés d’expression, de réunion et d’association en ligne».

En novembre 2008, Mme Clinton a attribué 5 millions de dollars de subventions «à des programmes pilotes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui permettront d’accroître les nouveaux médias et les capacités de mise en réseau des organisations de la société civile». Le but étant d’aider les organisations «indépendantes» à travers le monde à «utiliser la technologie numérique». De quoi rassurer Cameron D’Ambrosion, qui n’a pas été concerné par l’aide, puisqu’elle était destinée à d’autres que les jeunes étatsuniens. Un jeune qui a dû être convaincu que ce qui était valable pour le reste du monde était, aussi, valable pour lui.

A l’instar de ceux dont parlait Mme Clinton, certainement dégoûté du régime qui gouverne son pays, il a pensé à le dire. Un acte ordinaire, si l’on se réfère aux millions de «posts» qui émaillent le Web. Pas de quoi se faire même pas réprimander. Erreur fatale. Il ignorait au plus haut point et le cynisme du gouvernement étatsunien et sa conception particulière des libertés publiques.

Il ignorait, à coup sûr, qu’il vivait sous un État d’exception, consacré par le «USA Patriot Act» et sa section 802 qui traite du «Domestic Terrorism», qui autorise les services de renseignements et les forces de l’ordre à assimiler le moindre écart politique à un acte terroriste. C’est ce qui est arrivé. Mais, si le cas de Cameron a pu filtrer dans quelques sites, combien d’autres restent ignorés du grand public ? On n’en saura rien au pays de la liberté et des droits de l’homme.

11 mai 2013

Si on vote on fait du Chirk ? Elias d'Imzalène

Si on vote on fait du Chirk ?

Elias d'Imzalène 

Extrait de la conférence Le Vivre Ensemble face au Choc des Civilisations avec Franck Abed, Jacob Cohen et Elias d'Imzalène

10 mai 2013

Les signes du retour approches

Les signes du retour approchent

294884_462588097155808_174370145_n.jpg

18:10 Écrit par Rachid Z dans Palestine occupée | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |