22 octobre 2012

Ethnique ta mère

Ethnique ta mère

IMG_2372.jpg

Massimo, le 22 octobre 2012

Oui, je sais c’est facile, mais franchement, ça ne vous court pas sur le haricot cette histoire de vote ethnique ? Quel bazar !! Et c’est d’autant plus incompréhensible, que chaque élection est devenue un enjeu ethnique/communautariste entre Flamands et francophones. C’est carrément bientôt la guerre.

Et puis, là, à Saint-Josse, la plus petite commune de Bruxelles, voire de Belgique et du Monde, un vieux Belge, tel Asterix, se lève et affirme haut et fort que ça devrait commencer à suffire tous ces Turcs qui votent pour un Turc ! Dans le texte, ça donne : Je fais partie de cette petite communauté d’anciens Belges de Saint-Josse, on est encore 18%. Mon grand-père était Belge. Ce n’est pas facile d’accrocher des voix pour quelqu’un qui est dans sa quatrième génération sur Saint-Josse. Emir Kir a été élu sans avoir dû travailler sur Saint-Josse, uniquement sur autre chose qu’un bilan. Et paf, dans ta face !!

C’est vrai quoi, tant que ça balaie, que ça amène le café, que ça fait de la figuration sur les listes, ça va, mais être Calife à la place du Calife, faudrait voir à faire attention. Bon, que Jean Demannez semble dire qu’il a basé sa campagne sur ces derniers anciens Belges ne semble gêner personne, mais il s’agit de communautarisme. Comme quand Yves de Jonghe d'Ardoye, s’adresse à ses compatriotes français ; dans ce cas-là, la double nationalité ne semble gêner personne. C’est sans doute que certaines double nationalités poseraient davantage question que d’autres. Pourtant, entre le MR et la France, c’est parfois une histoire d’argent pas très propre et une mise en parenthèse de la démocratie parlementaire qui laisse songeur. Car, ce qui se passe, n’est rien d’autre qu’un choix des partis de mettre sur leurs listes des gens qui rapporteront des voix aux différents scrutins, des personnes qui ne connaissent pas toujours grand chose à la politique, mais qui sont bien implantés localement. Et ça marche. Trop bien sans doute. On en reste pourtant que dans le cadre légal et démocratique d’une élection. Ben non, quand on est Turc ou Marocain, ce n’est jamais démocratique, c’est toujours magouille et tout le toutim.

Pourtant, revenons au nouveau Bourgmestre de Saint-Josse. Emir Kir est depuis plusieurs années au centre d’une polémique sur la reconnaissance du génocide des Arméniens par l’Etat turc. Il ne veut pas en entendre parler. Et quand, cela arrive, il sort la grosse artillerie juridique pour casser ceux qui osent lui chercher des poux. Heureusement que ce ne sont pas toujours les plus forts qui gagnent… Hier encore, sur les ondes de la RTBF, il a tout fait pour éviter de prononcer le terme de "génocide" Pour le coup, le Parti socialiste semble peu regardant, il y a génocide et génocide il faut dire que les Arméniens sur leur liste, il n’y en a pas beaucoup. CQFD.

Au fait, Jean Demannez, je suis un nouveau Belge et je te dis prout !

Saint-Josse Interpellation et contrôle d'identité d'une femme portant le niqab

Saint-Josse

Interpellation et contrôle d'identité d'une femme portant le niqab

21 octobre 2012

Saint-Josse: “ Jean Demannez éjecté, bon débarras ”, estime Thierry Balsat, le candidat SDF

Saint-Josse

Jean Demannez éjecté, bon débarras, estime Thierry Balsat, le candidat SDF

La Capitale, le 21 octobre 2012

Candidat indépendant sur la liste Les Bleus de Saint-Josse, Thierry Balsat a eu la particularité de faire campagne en tant que SDF. Aujourd’hui, il est élu comme conseiller communal et a trouvé un logement dans sa commune. Retour sur une campagne difficile.

C’est un grand ouf de soulagement qu’a poussé Thierry Balsat au soir du 14 octobre. Le secrétaire général de l’Onhu (l’Observatoire de l’Habitat), qui a l’habitude de traquer les marchands de sommeil, n’a pas eu une campagne facile. Et pourtant, il est l’un des trois élus de la liste des Bleus de Saint-Josse. Ayant seulement une adresse de référence sur le territoire de la commune de Saint-Josse, la candidature de Thierry Balsat a été longuement contestée.

Je suis très content car mon travail a enfin été reconnu. Malgré tout ce que j’ai dû subir pendant la campagne. Comme SDF, j’ai voulu montrer qu’il était également possible de prendre part à des élections et d’être élu. Même si depuis quelques jours j’ai trouvé un logement, explique Thierry Balsat. Mon élection, je la dois aux personnes qui habitent dans le quartier nord. Ils me connaissent bien et savent que je suis passé par les mêmes galères qu’eux, ajoute Thierry Balsat qui a mené la vie dure à ses adversaires politiques.

La campagne a été très dur entre les candidats. Sur la liste les Bleus de Saint-Josse, on a dû se battre pour faire accepter Canan Kir, la cousine d’Emir Kir. J’avoue que c’était mon idée de la mettre en troisième position. C’était un pied de nez à Emir Kir même si finalement cela ne l’a pas inquiété, poursuit-t-il. Concernant l’éviction de Jean Demannez, il ne cache pas son plaisir. C’est une bonne chose que Demannez soit remplacé par Kir, bon débarras. Avec plus de 1900 voix, c’est un véritable plébiscite pour Emir Kir. Maintenant, j’attends de voir ce que cela va donner. Je lui donne six mois pour montrer ce qu’il vaut.”

18 octobre 2012

Saint-Josse: une commune atypique... sur beaucoup de points

Saint-Josse

Une commune atypique... sur beaucoup de points

RTL.be, le 18 octobre 2012

Depuis dimanche, la commune de Saint-Josse est le théâtre d'affrontements entre deux élus socialistes autour de la place de bourgmestre. Jean Demmanez accuse Emir Kir de lui avoir volé son poste. Un combat pour une commune atypique. Saint-Josse est la commune de tous les superlatifs...

Atypique, par sa taille d’abord: la plus petite commune de la région bruxelloise couvre à peine plus d'un kilomètre carré. C'est aussi la plus densément peuplée de la région avec 27.000 habitants qui se partagent donc un kilomètre carré, alors que la moyenne bruxelloise est quatre fois inférieure. Saint-Josse est aussi la commune la plus allochtone de Belgique. Elle compte le plus de nationalités. Le chiffre varie mais on estime que la commune rassemble entre 144 et 170 nationalités.

"C'est une commune d'accueil"

Un autre extrême: selon les statistiques du SPF Economie publiées ce mardi, les habitants sont les plus pauvres de Belgique. Un Tennodois gagne ainsi 7000 euros par an en moyenne. Un chiffre que Zoe Genot, chef de file Ecolo à Saint-Josse, tente d'expliquer: "C’est une commune d’accueil. C’est la commune où les gens arrivent et à l’heure actuelle, comme elle présente toute une série de difficultés, elle est mal gérée, elle est sale, elle concentre la pauvreté, les gens ont tendance à partir dès qu’ils s’embourgeoisent, dès qu’ils ont trouvé du travail".

Un taux d'abstention dans la moyenne bruxelloise

Dernière tendance, et pour le coup il ne s'agit pas d'un superlatif: le taux d'abstention lors de ces elections communales est apparemment lié au profil socio economique des habitants d'une commune. Dimanche, 17 pourcent des Tennodois n'ont pas été voté. Ils sont dans la moyenne bruxelloise qui reste la plus forte de Belgique.

Jean Demannez

Jean Demannez

IMG_0016.JPG

Wikipédia, le 17 octobre 2012

Jean Demannez, né le 15 février 1949, est un ancien bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode (commune de la Région de Bruxelles-Capitale).

Membre du Parti Socialiste, Jean Demannez exerçait des fonctions d'échevin dans la commune de Saint-Josse-ten-Noode de 1978 à 1999, date à laquelle il succède à Guy Cudell. Il est le sixième premier magistrat de la commune.

Demannez a été député régional bruxellois de 1989 à 2001 et est président de la Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux.

Suite aux élections communales de 2012, Jean Demannez, tête de liste, obtient 1215 voix tandis que Emir Kir, troisième sur la liste, obtient 1916 Emir Kir revendique le maïorat de Saint-Josse-ten-Node qu'il obtiendra.

17 octobre 2012

Saint-Josse: Demannez, "l'ancien belge" tacle Emir Kir

Saint-Josse

Demannez, "l'ancien belge" tacle Emir Kir

Viktoria Thirionet, le 17 octobre 2012

Le bourgmestre sortant de Saint-Josse-ten-Noode, Jean Demannez, a critiqué mercredi son colistier PS et successeur Emir Kir sur le thème du vote ethnique, l'accusant d'avoir été élu avant tout sur cette base sans avoir dû "travailler sur Saint-Josse".

"Je fais partie de cette petite communauté d'anciens Belges de Saint-Josse, on est encore 18%. Mon grand-père était Belge. Ce n'est pas facile d'accrocher des voix pour quelqu'un qui est dans sa quatrième génération sur Saint-Josse. Emir Kir a été élu sans avoir dû travailler sur Saint-Josse, uniquement sur autre chose qu'un bilan", a-t-il déclaré sur la RTBF.

Jean Demannez dit toutefois trouver cela "normal". "Je ne veux pas lancer le débat sur le problème des votes ethniques. Il y a évidemment ce problème-là qui a joué. Mais c'est normal, vous savez: les petits Belges votent aussi pour les petits Belges", a-t-il estimé.

Jean Demannez a accusé mardi le secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir de n'avoir pas respecté son engagement de le laisser aux commandes de la commune durant la première partie de la législature.

"Mesquinerie"

Emir Kir, champion des voix de préférence dans sa commune, estime qu'il s'agit là de "basse mesquinerie". Il se défend en affirmant avoir pris ses responsabilités après que l'électeur eut envoyé "un message clair : il est en régression au niveau des voix tandis que je continue une progression".

Interrogé sur La Première (RTBF) quant au modèle de bourgmestre qu'il aimerait suivre, Emir Kir a répondu "un (Guy) Cudell renouvelé".

Saint-Josse: Demannez organisera une grande fête de départ au Claridge

Saint-Josse

Demannez organisera une grande fête de départ au Claridge

Belga, le 17 octobre 2012

Il en avait parlé à quelques-uns, c’est désormais officiel. Jean Demannez, le bourgmestre PS évincé de Saint-Josse organisera une grande fête de départ au mois de novembre dans la salle du Claridge, chaussée de Louvain.

Je ferai une grande fête au Claridge en novembre pour clôturer en musique cette belle aventure”, écrit-il sur sa page Facebook. Batteur dans le groupe de jazz du 107 quater, ces accolytes devraient être présents. “J’invite tous mes amis, politiques ou pas et aussi quelques journalistes”, nous confie-t-il encore.

Jean Demannez a dû quitter son poste de bourgmestre qu’il occupait depuis 1999 après le putsch réussi de son co-listier socialiste Emir Kir, qui l’a devancé de 700 voix lors des communales de dimanche.

Bruxelles : gros meurtres entre amis

Bruxelles : gros meurtres entre amis

Actualité des Journaux, le 16 octobre 2012

Saga Borgia en bord de Senne. La nuit des longs couteaux se prolonge en région bruxelloise. Le scrutin communal cuvée 2012 y dégénère en une cascade de révolutions de palais qui laissent de nombreuses victimes sur le carreau.

Personne n’est à l’abri, personne n’est épargné. Pas même l’indéboulonnable Philippe Moureaux, 73 ans, 20 ans de maïorat, qui se croyait invulnérable sur ses terres molenbeekoises. Le voilà évincé de son fief par une coalition constituée par le MR, Ecolo et le CDH autour de la future bourgmestre MR François Schepmans. Rideau sur Moureaux. Un séisme.

Cerise sur le gâteau à Molenbeek. Ailleurs, on avait déjà indiqué la voie.

Malheur aux vainqueurs et aux bourgmestres sortants. A Watermael-Boitsfort : Martine Payfa (FDF) se fait débarquer par une alliance conduite par l’Ecolo Olivier Deleuze qui lui rafle l’écharpe maïorale. A Woluwe-Saint-Pierre : exit le MR Willem Draps, ils se sont mis à quatre partis pour l’éjecter.

Bruxelles-Ville ? Le bourgmestre PS Thielemans débarque le CDH de Joëlle Milquet sous prétexte de bilan médiocre, pour tendre les bras au MR d’Alain Courtois.

On ne respecte décidément plus rien. Ganshoren en est devenu un labo, et sa bourgmestre sortante une miraculée : Michèle Carthé (PS), est d’abord éjectée puis revient dans le parcours grâce au MR à condition de renoncer au maïorat. C’est alors l’histoire de «l’évinceur » évincé : la liste Pro Ganshoren de Pierre Kompany, le père du joueur de foot, médite sur la félonie ambiante.

A Saint-Josse, pas besoin de renfort extérieur : c’est entre camarades qu’on sort les couteaux. Jean Demannez (PS), bourgmestre sortant, se sent trahi par son colistier et meilleur rival, Emir Kir (PS) qui a tenté de lui piquer la place. Tentative de putsch : Demannez encaisse mal.

La tendresse dans ce monde de brutes, c’est à Schaerbeek qu’il faudra aller la chercher. A côté de tant de vilenies, le choc transparent entre Laurette Onkelinx (PS) et le front commun Clerfayt (FDF) – Ecolo – CDH passera pour un combat d’enfants de chœur.

Concert de lamentations et d’imprécations. Menaces de représailles. Et culot généralisé dans les partis. Ici, on hurle au manque de respect de la voix de l’électeur. A côté, on s’empresse de bafouer le beau principe.

Tout cela laissera sans doute des traces. Sauf que tout le monde a joué dans la pièce. Y compris les Ecolos qui n’ont pas fait que de la figuration. Philippe Moureaux en fait l’expérience et les frais. A l’heure de tirer sa révérence, il leur tire d’ailleurs son chapeau. Bel hommage indirect pour un fin connaisseur.

16 octobre 2012

Emir Kir "a menacé les gens de la liste jusqu'à 2h du matin"

Emir Kir "a menacé les gens de la liste jusqu'à 2h du matin"

IMG_0156.JPG

RTLInfo, le 16 octobre 2012 20h21

Le futur ex-bourgmestre PS de Saint-Josse, Jean Demannez, a émis de graves accusations à l'encontre d'Emir Kir, PS également, qui lui prend sa place de bourgmestre en ne respectant pas un accord pré-électoral interne au PS de Saint-Josse.

Le secrétaire d'Etat bruxellois socialiste Emir Kir sera le futur bourgmestre de Saint-Josse Ten Noode, commune du centre de la capitale. Il quittera le gouvernement bruxellois d'ici quelques semaines, a-t-il annoncé au terme d'une réunion en deux temps avec Rudy Vervoort, le président de la fédération bruxelloise du PS, et l'actuel bourgmestre Jean Demannez. Celui-ci n'a pas caché son amertume en quittant le Parlement bruxellois, lieu de la rencontre, qualifiant Emir Kir de "menteur", notamment pour ne pas avoir respecté son engagement de laisser Jean Demannez aux commandes de la commune durant la première partie de la législature.

Joint par Bel RTL en début de soirée, Jean Demannez, particulièrement remonté, a affirmé qu'Emir Kir était un "personnage à la limite du dangereux" et expliqué que M. Kir aurait "menacé ses colistiers" pour devenir le n°1 à Saint-Josse... Il a ajouté qu'il avait reçu deux propositions des partis de l'opposition pour former une majorité, propositions qu'il avait refusées.

Pour Rudy Vervoort, qui a joué les médiateurs, Emir Kir devait en tout cas faire un choix à l'image de celui auquel a été confronté Paul Magnette au gouvernement fédéral, entre l'exercice du mandat de secrétaire d'Etat à la Région bruxelloise, et celui de bourgmestre.

Emir Kir aurait le soutien de tous les membres de la liste du bourgmestre

Emir Kir avait proposé lundi à Jean Demannez le poste de bourgmestre faisant fonction jusqu'à la fin de son mandat au gouvernement bruxellois, moment où il aurait hérité du titre de bourgmestre, ce que Jean Demannez a refusé. Le secrétaire d'Etat a répété mardi qu'il disposait d'un acte de candidature au poste de bourgmestre signé par tous les membres de la liste du bourgmestre, à l'exception de Jean Demannez, ainsi que par les membres du CDH qui feront partie de la majorité communale.

Saint-Josse : Un véritable plébiscite en faveur du premier échevin Jean Demannez succédera à Cudell

Saint-Josse

Rappel

Un véritable plébiscite en faveur du premier échevin Jean Demannez succédera à Cudell

François Robert et Alain Dewez, le 25 mai 1999

Ce week-end, le PS de Saint-Josse, a réglé la succession de Guy Cudell. Les espoirs d'Anne Mouzon sont anéantis.

Qui va succéder à Guy Cudell ? Depuis le décès du bourgmestre, dimanche 16 mai, les spéculations allaient bon train. Jean Demannez, premier échevin, a assuré l'intérim mayoral dès le mois de mars, quand Guy Cudell, épuisé par la maladie, avait déclaré forfait. Pourtant, Anne Mouzon (PS), président du CPAS, faisait figure de challenger. Au point que la semaine passée, on évoquait déjà une lutte suicidaire au sein du PS. Une lutte que les habitants n'auraient jamais compris et augurant mal de l'«après Cudell». Mais le PS a mis fin aux spéculations. Il vient de désigner en son sein et à une écrasante majorité Jean Demannez comme le candidat socialiste au poste de mayeur. Ce qui fait de lui, de facto, le prochain bourgmestre de Saint-Josse.

Le premier échevin est la personnalité la plus connue et la plus populaire à Saint-Josse. Il fut longtemps désigné par Guy Cudell lui-même comme son dauphin, jusqu'à ce la rumeur affirme que Jean Demannez (qui a toujours nié) avait sablé le champagne, à l'annonce de de l'enlèvement du mayeur.

Une longue hostilité entre les deux hommes s'en suivit. L'inimitié n'empêcha pas la cohabitation. Après les élections d'octobre 94, Guy Cudell fit de Jean Demannez son premier échevin. Avant cette date, c'était Hubert Dradin (PSC), chef de file de l'aile catholique de la liste SJTN, qui avait joué ce rôle.

Fin 98, les deux ennemis se réconcilièrent officiellement, devant le PS bruxellois réuni pour l'occasion. Réconciliation importante puisque l'accord PS-PSC qui a scellé la liste SJTN précise clairement que de toute façon, le mayorat de Saint-Josse doit revenir à un socialiste.

Pourtant, Anne Mouzon, juriste de formation, n'a cessé de contester Jean Demannez. Elle provoqua des divisions au PS, lors de plusieurs votes importants au conseil communal. Guy Cudell laissait faire, miné par la maladie qui, on le sait aujourd'hui, le rongeait depuis 1995.

Anne Mouzon bourgmestre ? C'était crédible. Elle fait partie du clan de Philippe Moureaux, qui fait pour l'instant la pluie et le beau temps à la Fédération du PS bruxellois. Cependant, électoralement, Anne Mouzon n'a jamais pesé lourd. Et si elle est député bruxellois à l'instar de Jean Demannez, elle ne le doit pas à ses voix de préférence, mais à sa bonne place (première ou seconde) à la suppléance.

PAS DE GUERRE DES DEUX ROSES

Légalement, un bourgmestre doit être proposé par une majorité des élus communaux (14 sur 27, dans le cas de Saint-Josse) au gouverneur. En outre, le candidat doit bénéficier de la majorité de la liste dont il fait partie.

Face aux rumeurs et devant le risque d'une guerre de succession, Jean Sauwen, le président du PS ten-noodois, a convoqué une réunion extraordinaire du PS ce vendredi pour désigner le successeur de Guy Cudell. Bien qu'Anne Mouzon ait plaidé la non-légalité de cette réunion, elle n'a pas été suivie. Elle a ensuite subi un terrible camouflet puique c'est par 87 voix et deux abstentions que Jean Demannez s'est imposé.

Ajoutons que les rumeurs de la semaine passée ont manifestement créé un électro-choc, à Saint-Josse. A l'exception d'Anne Mouzon, tous les membres de la majorité ont déjà signé la lettre de présentation de Jean Demannez au gouverneur. Même dans les partis de l'opposition, la perspective d'une «guerre des Deux Roses» a fait peur. Si bien que tous les conseillers de l'opposition (à l'exception du conseiller écolo qui doit encore s'en remettre à son parti) ont déjà signé la lettre de présentation.

Bref, ce dernier dispose de toutes les signatures voulues pour que sa candidature soit acceptée. Il bénéficie même d'un soutien presque unanime dans la commune. Un véritable plébiscite. Plutôt qu'une guerre de succession, c'est la meillleure chose qui pouvait arriver à Saint-Josse.

La grande solitude de Demannez

La grande solitude de Demannez

 

Khalil Zeguendi, le 16 octobre 2012

Kir aura le même sort que Demannez car il est formé à la même école, clientéliste et magouilleuse  
 
Hier, au moment où Namli jurait tous ses dieux,  qu'elle n'avait pas lâché Demannez au profit de Kir, la signature de la scélérate était déjà apposée sur l'acte d'investiture de Kir. 

14 autres autres signatures émanant de tous les élus "socialistes" de Saint Josse figuraient déjà sur cet acte.

Sans compter celles de Jassin et ses 4 colistiers CDH à qui Kir promet un échevinat, voire plus si affinités.


Demannez était le seul à ne pas signer pour cette investiture triomphale.


Et c'est penaud et la queue entre le jambes que l'homme de Chaumont Gistoux a annulé, in extrémis et sans prévenir les madias, sa conférence de presse qu'il devait tenir ce midi pour annoncer son départ définitif de la politique.


Il rejoint Moureaux qui déverse son fiel sur le site de La Capitale sur El Khannous et Schepmans.


Ainsi finissent des crocodiles qui ne comprennent pas, à l'image de Khaddafi, Saddam Hussein, Assad et Ben Ali que trop rester au pouvoir, use et détruit le sens du discernement.  


A l'heure où ces lignes sont rédigées Demannez est en train de préparer sa sortie en tentant de sauver les apparences chez Rydy Vervoort.


Kir sera-t-il en mesure de transcender ses origines ethniques pour répondre aux attentes de tous les tennoodois ou se sentira t il prisonnier des très nombreuses promesses et autres engagements pris à l'égard de sa communauté d'origine ?


Je ne l'en crois pas capable. Et comme pour mes autres prévisions, on me donnera raison d'ici peu.


Car Kir est issu de la même école figée et improductive de nouveautés et et d'originalité.


On ne prête que ce qu'on a ...

Saint-Josse : "Emir Kir Bourgmestre !"

Saint-Josse

"Emir Kir Bourgmestre !"

Le 14 octobre à la Maison communale, après avoir consulté les panneaux  annonçant les résultats issus des urnes, Emir Kir et ses complices s'isolaient dans un des bureaux avant de remercier leurs fans, essentiellement d'origine turque et marocaine, qui les attendaient en scandant le même slogan qu'en 2006 : "Emir Kir Bourgmestre !" ...

15 octobre 2012

Saint-Josse : A l’heure qu’il est (22h45)…

Saint-Josse

A l’heure qu’il est (22h45)

Rachid Z, le 15 octobre 2012

Contrairement à ce qu’annonçait cet après-midi La Capitale, le CDH du candidat-bourgmestre Eric Jassin n’a signé aucun accord avec les «putschistes» (MOUZON Anne Sylvie, MEULEMANS Béatrice, AZZOUZI Mohamed, LAARAJ Touria, DAGYARAN Döne, ÖZKONAKCI Kadir, BOÏKETÉ Philippe, FRÉMAL Luc, DISLI Halil, SMAHI Abdesselam) menés par le secrétaire d’Etat à la Propreté publique Emir Kir.

Saint-Josse : Demannez parle de “putsch” et de “trahison” de la part d'Emir Kir

Saint-Josse

Demannez parle de “putsch” et de “trahison” de la part d'Emir Kir

NordEclair, le 15 octobre 2012

Grosse colère, ce lundi soir lors du JT de Télé Bruxelles, de Jean Demannez, le bourgmestre PS de Saint-Josse évincé par son colistier Emir Kir, le secrétaire d’Etat PS à la Propreté.

Le secrétaire d’Etat bruxellois socialiste Emir Kir, champion en voix de préférences à Saint-Josse Ten Noode (plus de 1.900), a annoncé lundi la conclusion d’un accord de majorité avec le CDH dans cette commune centrale de Bruxelles.

Il revendique d’emblée le maïorat dont il est prêt à laisser l’exercice au bourgmestre sortant Jean Demannez, tête de liste, le temps d’achever son mandat à la Région bruxelloise.

Compte tenu des résultats électoraux, il apparaît que la population souhaite que j’assure le leadership dans la commune. J’ai proposé à Jean Demannez de me remplacer durant 18 mois. Il a refusé, a affirmé Emir Kir, à l’agence Belga.

Sur Télé Bruxelles, le bourgmestre Jean Demannez a parlé de “putsch” et de “trahison”. Il a ajouté ne pas vouloirêtre à la solde” d’Emir Kir. Nous avions un accord pour qu’il puisse prendre les rennes dans deux ans. Je constate qu’il a fait signer un acte de candidature en tant que bourgmestre avec des gens de ma liste. Que faire à part siéger au conseil communal et prendre de temps en temps la parole, a ajouté Jean Demannez. “Je n’en ai pas le coeur et l’âme. Je vais m’occuper d’autres choses.

Forte de 44,3 % des sièges, la Liste du Bourgmestre a obtenu une majorité absolue en sièges au conseil communal (16 sur 29). Emir Kir a obtenu 1.916 voix de préférence, devant Jean Demannez.

Saint-Josse: Emir Kir revendique le maïorat, "inacceptable" pour Jean Demannez

Saint-Josse

Emir Kir revendique le maïorat, "inacceptable" pour Jean Demannez

RTBF, le 15 octobre 2012

Le secrétaire d'Etat bruxellois socialiste Emir Kir, champion en voix de préférences à Saint-Josse-ten-Node, a annoncé lundi la conclusion d'un accord de majorité avec le CDH.

Il revendique d'emblée le maïorat dont il est prêt à laisser l'exercice au bourgmestre sortant Jean Demannez, tête de liste, le temps d'achever son mandat à la Région bruxelloise. Jean Demannez refuse de son côté d'assurer seulement l'exercice de la fonction. Il veut être bourgmestre plein et entier jusqu'aux élections régionales, comme le stipule l'accord passé entre les deux hommes à l'entame de la campagne électorale. "Il en a référé à la fédération bruxelloise du PS et il attend une réaction", nous a-t-on confirmé au cabinet du bourgmestre.

"Compte tenu des résultats électoraux, il apparaît que la population souhaite que j'assure le leadership dans la commune. J'ai proposé à Jean Demannez de me remplacer durant 18 mois. Il a refusé", a affirmé Emir Kir, à l'agence Belga.

"Il est normal que ma griffe soit présente. Je prends acte de son refus. Je prendrai mes responsabilités autrement", a-t-il ajouté sans autre précision.

Forte de 44,3% des sièges, la Liste du Bourgmestre a obtenu une majorité absolue en sièges au conseil communal (16 sur 29).

Emir Kir a obtenu 1916 voix de préférence, devant Jean Demannez (1215). Le chef de cabinet de Jean Demannez confirme de son côté que le nombre des voix de préférence de chacun des deux leaders n'entrait pas en ligne de compte dans l'accord.