18 novembre 2012

PROTESTONS CONTRE LE CONCERT DE L'ARMÉE ISRAÉLIENNE À ANVERS

PROTESTONS CONTRE LE CONCERT DE L'ARMÉE ISRAÉLIENNE À ANVERS

L'ARMÉE ISRAÉLIENNE DONNE UN CONCERT DANS LA VILLE D'ANVERS...

ACCEPTABLE ?

Nous protestons contre la représentation de l'Orchestre de l'armée Israélienne prévu le dimanche 18 novembre dans la Provinciehuis d'Anvers.

L'armée israélienne a mené une guerre d'agression contre la bande de Gaza lors de l'hiver 2008-2009 pendant laquelle plus d'un millier de Palestiniens ont perdu la vie et plusieurs milliers ont été blessés. Le blocus illégal de cette armée contre la population de la bande de Gaza dure depuis des années. Aussi bien en Cisjordanie, qu'à Jérusalem Est et dans la bande de Gaza (territoires occupés illégalement depuis 1967), l'armée israélienne se rend quotidiennement coupable d'exactions et de violations des droits de l'homme. Les bombardements de l'armée israélienne contre les civils y sont fréquents. Le dernier, du 10 novembre 2012, a causé la mort de 7 personnes.

Pour toutes ces raisons, nous exigeons de la Belgique un embargo militaire contre Israël. Ce qui se produit ce 18 novembre, c'est l'exact opposé. L'ancien Premier Ministre Yves Leterme (CD&V) ainsi que la Ministre fédérale de l'emploi Monica de Coninck (Sp.a) seront présents dimanche prochain à ce concert, apportant de facto leur soutien à l'occupation israélienne ainsi qu'à son armé. Nous dénonçons le fait que des moyens publics, tels que la maison de la province d'Anvers, puissent être utilisés par la propagande en faveur de la colonisation et de la répression israélienne.

SOYONS PRÉSENTS :

Venez protester avec nous dimanche 18 novembre, à 13 heures, contre le concert de l'orchestre de l'armée israélienne à la Provinciehuis d'Anvers (Koningin Elisabethlaan 22, 2018 Anvers).

Vous pouvez rallier la Provinciehuis à partir de la gare centrale en prenant les trams 2 et 6, descendre à l'arrêt  Provinciehuis.

Initiative de : Initiatiefnemers: intal, Palestina Solidariteit, Vrede vzw, Vredesactie, Association belgo-palestinienne

Message sioniste diffusé via Facebook

Message sioniste diffusé via Facebook

Mes amis, depuis 4 jours Israël est attaqué et nous avons tous envie de crier notre indignation et notre colère. À l'image du courage de nos frères israéliens nous devons rester forts. Partout dans le monde les communautés et les amis d'Israël se sont réunies, comment pouvions nous rester sans réagir. Cette initiative venue de notre jeunesse est essentielle et c'est pour cela que nous devons être présent JEUDI 22 à 19h devant l'ambassade d'Israël pour soutenir Israël dans son droit légitime à se défendre. Le FSJU, L'ASI, les CCJ et un collectif d'organisations se mobilisent. Le Consistoire va confirmer son soutien. TOUS ENSEMBLE JEUDI 22 à 19h devant l'ambassade d'Israel (métro Franklin Roosevelt)

 Soutien pour Israel 22 novembre à 19:00 (UTC+02) Paris, à Paris

(Selon un autre activiste sioniste belge, c’est sur ce même Consistoire que l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) devrait prendre exemple pour ce structurer et ainsi mieux entretenir les tensions intercommunautaires !) (Rachid Z)

16 novembre 2012

Le sionisme a-t-il des origines chrétiennes ?

Le sionisme a-t-il des origines chrétiennes ?

Les visages inconnus du terrorisme

Les visages inconnus du terrorisme

(Faut-il rappeler que l’un des intervenants, Claude Moniquet, prétendu spécialiste en matière de «terrorisme islamique», est aussi le visage connu, en Belgique, des festivités organisées par les ambassadeurs d'infréquentables régimes dictatoriaux arabes et d'une criminelle campagne de propagande en faveur de la torture et des exécutions extra-judiciaires !) (Rachid Z)

15 novembre 2012

Comment propager la haine d’Alain Wagner

Comment propager la haine...

Par Alain Wagner

«Vérité, Valeurs et Démocratie»

13 novembre 2012

La campagne contre l’islamophobie du CCIF ne s’affichera pas dans le métro

La campagne contre l’islamophobie du CCIF ne s’affichera pas dans le métro

4997846647_5d60f0552c.jpg

Oumma.com, le 13 novembre 2012

Elle ne tiendra pas le haut de l’affiche, et n’habillera même pas les murs sans âme du métro parisien, la noble cause défendue par le Collectif de l’islamophobie en France (CCIF) a été rejetée par la RATP, qui a refusé que la luminosité citoyenne de sa grande campagne contre la noirceur du racisme s'offre à tous les regards.

Le message fort «Nous sommes aussi la Nation» mis en exergue sur une déclinaison de trois affiches, dont celle, particulièrement évocatrice, du Serment du Jeu de Paume de David revu et corrigé, ne s’élèvera pas au-dessus d’une prolifération d’annonces, rivalisant de slogans bassement racoleurs, ainsi en a décidé la régie publicitaire Métrobus.

Briser les préjugés anti-musulmans constituerait-il à ce  point un électrochoc visuel insoutenable ? Le veto de Gérard Unger, PDG de Métrobus, est tombé comme un couperet, au nom d’une laïcité intolérante qui sévit partout, à la surface comme dans les souterrains de Paris, et derrière laquelle il est aisé de se retrancher pour empêcher qu’une campagne d’utilité publique valorise sa citoyenneté. Et pourtant, la loyauté des musulmans envers la nation est constamment sujette à caution...

«L’identité de l’annonceur et l’examen de ces 3 visuels nous ont conduit à considérer qu’ils revêtaient un caractère politique et confessionnel, contraire aux dispositions du contrat par lequel la RATP nous a confié l’exploitation publicitaire de ses espaces», a écrit Gérard Unger.

Et de préciser : «le caractère confessionnel» des affiches du CCIF «ne peut être contesté», puisque «les trois visuels utilisent des signes religieux tels que le voile», et, pour l’un d’entre eux, «également les péotes, la soutane, et la croix chrétienne».

Le phrase clé de la campagne du CCIF n’est pas épargnée non plus : «De même, et de surcroît dans le contexte actuel que nous sommes tenus de prendre en considération, le slogan Nous sommes la Nation“ et l’utilisation d’un emblème de la nation française qu’est le drapeau français relèvent du politique et d’une revendication politique».

Sa conclusion enfonce le clou : «Nous avons ainsi estimé que la conjugaison des signes religieux et politiques relatifs à la nation, accentués par un slogan de nature politique «Nous sommes la nation», contrevenait non seulement aux dispositions de nos conditions générales de vente reprenant l’interdiction de publicité à caractère politique et confessionnel mais en  particulier au principe de neutralité du service public, lequel s’impose à Métrobus dans la mesure où ses supports publicitaires sont présents sur le domaine public de l’État affecté au service public des transports».

Et d'ajouter en discréditant le CCIF : «Au demeurant, vous écrivez vous-même que votre association a pour mission de lutter contre le racisme anti-musulman et que vous entreprenez une campagne anti-discriminations religieuses, cause nationale. Ce faisant, vous confirmez vous-même le caractère à la fois religieux et politique de votre campagne.»

Le message de la RATP est d’une clarté confondante : quoi que fassent les musulmans de France pour faire valoir leur pleine et entière citoyenneté et tenter de faire évoluer les mentalités, leur action est systématiquement marquée au fer rouge du prosélytisme religieux, et si elle ose en plus brandir l’étendard tricolore, elle devient une tache sur le drapeau.

12 novembre 2012

Le racisme anti-arabe est justifié et valorisé en Israël

Le racisme anti-arabe est justifié et valorisé en Israël

Par Christian Delarue, le 11 novembre 2012

«Un bon Juif se doit de détester les Arabes» est devenu une norme plébiscitée par certains extrêmistes israéliens comme Zvi Ba’rel, journaliste senior au quotidien Haaretz. Le danger est que ce racisme n’est nullement limité à des franges marginales de la population. Il se diffuse sans cependant recouvrir tous les territoires d’Israel.

Pire que la détestation, il y a l’idée, apparue avec le crime Jamal Julani, que la vie d’un Arabe est sans valeur, qu’elle peut être ôtée sans problème et qu’au contraire cela renforce les capacités d’Israel à se défendre.

Faut-il rappeler que s’il arrive qu’Israel doive se défendre c’est surtout parce qu’elle attaque, qu’elle colonise, qu’elle détruit, qu’elle répand la misère chez les palestiniens.

Faut-il répéter que la diffusion d’un racisme aussi insoutenable est une tâche indélébile pour Israel.

Solidarité avec tous les israéliens pacifistes, non racistes, solidaires de l’émancipation du peuple palestinien.

La criminalisation de la liberté d’expression au service du sionisme

La criminalisation de la liberté d’expression au service du sionisme

Ginette Hess Skandrani, le 12 novembre 2012

Pour avoir réalisé un livre-CD intitulé Nique la France, Devoir d’insolence, le sociologue Saïd Bouamama et le rappeur Saïdou de Zep sont mis en examen pour «Injures publiques envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une race ou une religion».  Après Dieudonné, érigé par les médias en ennemi public numéro 1 pour avoir osé démasquer dans ses spectacles le sionisme et l’islamophobie, après Houria Bouteldja poursuivie en appel par le parquet de Toulouse pour «racisme anti-Blanc», c’est donc  le tour de Saïd Bouamama et de Saïdou. Demain, Zebda risque de connaître le même sort.

Alors qu’il est reconnu à Charlie Hebdo un droit de liberté d’expression quand il publie ses caricatures islamophobes, étrangement ce droit disparaît quand il s’agit de ceux qui osent dénoncer le sionisme et l’islamophobie, les rapports de domination coloniaux et néo-coloniaux. Et le concept de «racisme anti-Blanc» est bien commode pour criminaliser ce qui relève du combat pour l’égalité. Les résistants algériens qui ont combattu pour leur libération, les Noirs sud-africains qui ont lutté contre l’apartheid ou les Noirs américains qui ont milité pour l’égalité des droits, tous opprimés, étaient donc des racistes notoires

Cette inversion des rôles de l’oppresseur et de la victime vise à étouffer toute parole d’opposition au racisme institutionnel. Il s’agit là d’une technique bien rôdée chez les sionistes, lesquels sont les principaux idéologues de l’islamophobie. Traquer systématiquement toute expression qui pourrait fissurer la domination sioniste : telle est la fonction  de cette chasse aux sorcières.

Le Comité Action Palestine condamne ces méthodes. Il réaffirme que tout militantisme antisioniste authentique se doit de dénoncer non seulement le colonialisme juif en Palestine mais aussi toute organisation ou institution qui travaille ici au service de l’ordre colonial sioniste.

11 novembre 2012

Iran: le Parlement va enquêter sur la mort d'un blogueur en prison

Iran

Le Parlement va enquêter sur la mort d'un blogueur en prison

sattar-behechti.jpg

Nouvel Observateur, le 11 novembre 2012

Le Parlement iranien va enquêter sur la mort en détention d'un blogueur iranien arrêté en octobre, et rendra son rapport public, a déclaré dimanche le vice-président du Majlis Mohammad Hassan Aboutorabi cité par l'agence Isna.

"La commission de la sécurité nationale a été mise au courant de cette affaire et a commencé une enquête", a-t-il déclaré. "J'ai demandé au président de la commission Allaeddine Boroujerdi d'informer les parlementaires et la population une fois que l'enquête sera terminée".

Plusieurs organisations internationales de défense des droits de l'Homme ont annoncé que Sattar Behechti, qui animait un blog critique à l'égard du régime, était mort au centre de détention de Kahrizak, près de Téhéran, où il était détenu après avoir été arrêté le 28 octobre.

Selon Amnesty International, le blogueur, âgé de 35 ans, pourrait être décédé des suites de tortures après avoir porté plainte contre les sévices dont il était victime.

Amnesty mais aussi les gouvernements français, britannique et américain ont appelé les autorités iraniennes à faire toute la lumière sur cette affaire.

Le député iranien conservateur Ahmad Tavakoli, connu pour son franc-parler, a demandé de son côté à la justice de fournir des explications sur la mort de Sattar Behechti, a rapporté l'agence Mehr dimanche.

"Pourquoi l'appareil judiciaire ne donne-t-il pas d'explications? Il y a eu un décès et il faut l'expliquer", a-t-il dit en soulignant que "les gouvernements étrangers font de la propagande" autour de cette affaire.

M. Tavakoli a par ailleurs critiqué la répression menée par le régime contre les blogueurs, affirmant que les autorités feraient mieux de "lutter contre les responsables de la corruption au lieu de mener la vie dure aux blogueurs", selon Mehr.

Le centre de détention de Kahrizak s'était déjà tristement illustré en juillet 2009, avec la mort de trois opposants victimes de sévices de la part des gardiens.

A la suite de cette affaire, ce centre de détention avait été fermé provisoirement sur ordre du Guide suprême iranien Ali Khamenei et plusieurs de ses responsables avaient été traduits en justice. Des centaines d'opposants --responsables politiques, journalistes, blogueurs, avocats, militants des droits de l'Homme, syndicalistes, cinéastes-- sont détenus en Iran, selon les organisations internationales de défense des droits de l'Homme.

06 novembre 2012

Une quarantaine d’Anonymous à la Bourse de Bruxelles pour protéger la liberté de réunion

Une quarantaine d’Anonymous à la Bourse de Bruxelles pour protéger la liberté de réunion

624_341_9de47e0fafc9e4ef677e708fbe65a4b2-1352134145.jpg

Belga, le 05 novembre 2012

Une action orchestrée par Anonymous Belgium a réuni une quarantaine de personnes sur la place de la Bourse, à Bruxelles. Autour de la défense des droits de l’Homme et plus particulièrement de la liberté de réunion.

Une quarantaine de personnes ont pris part à l’action d’Anonymous, à 15h, place de la Bourse, à Bruxelles, pour la défense des droits de l’Homme et de la liberté. Masque sur le visage et rose rouge à la main, les manifestants ont occupé pacifiquement les marches de la Bourse pour rappeler l’article 20 des droits de l’Homme qui défend la liberté de réunion. Quelques slogans sur des pancartes ont symbolisé leurs revendications. Des fumigènes ont été allumés.

Bien que la manifestation ait été autorisée dans les règles par la police, le porte-parole de l’action d’Anonymous Belgium conteste la démarche. «Demander des autorisations pour manifester est en soi anormal. On ressent que notre liberté d’expression est de plus en plus limitée, sur internet par exemple.» Plus généralement, les manifestants s’opposent aux mesures d’austérité dans l’ensemble de l’Europe et aux réformes du chômage en Belgique

(Pourtant Inès Wouters nous rappelait dans un article récent toute l'étendue de la liberticide loi "anti-burqa" votée par l'ensemble de nos "démocratiques" députés et donc qu'"il est interdit de se présenter dans les lieux accessibles au public le visage masqué ou dissimulé en tout ou en partie, de manière telle qu'ils ne soient pas identifiables" !) (Rachid Z)

03 novembre 2012

Jacob Cohen - Conférence De Marseille

 Jacob Cohen

Conférence de Marseille

24 octobre 2012

Ça chauffe entre un évangéliste chrétien et un homosexuel

Ça chauffe entre un évangéliste chrétien et un homosexuel


22 octobre 2012

Saint-Josse Interpellation et contrôle d'identité d'une femme portant le niqab

Saint-Josse

Interpellation et contrôle d'identité d'une femme portant le niqab

L’UPJB s’insurge contre le renforcement des relations commerciales entre l’Union Européenne et Israël

L’UPJB s’insurge contre le renforcement des relations commerciales entre l’Union Européenne et Israël

Communiqué du 21 octobre 2012

L’Union des Progressistes Juifs de Belgique s’insurge contre la prochaine mise au vote devant le Parlement européen d’un nouvel accord commercial visant à faciliter les échanges commerciaux entre l’Union Européenne et Israël en matière de produits industriels, à commencer par les produits pharmaceutiques.

Ce renforcement substantiel des relations commerciales déjà existantes entre l’UE et Israël serait d’autant plus malvenu que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation des Territoires palestiniens occupés et s’apprête à légaliser ce qu’il appelle les colonies sauvages, à savoir celles qui se sont implantées sans son accord, rendant ainsi plus problématique encore la solution à deux États.

Il serait incompréhensible que les Eurodéputés acceptent ainsi d’avaliser une violation supplémentaire par Israël du droit international, ainsi que de l’article 2 de l’accord d’association UE-Israël qui stipule que : «Les relations entre les parties, de même que toutes les dispositions du présent accord, se fondent sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques, qui inspire leurs politiques internes et internationales et qui constitue un élément essentiel du présent accord»

UPJB

Rue de la Victoire 61 à 1060 Bruxelles

02 537 82 45

www.upjb.beupjb2@skynet.be

08 octobre 2012

Du racisme même chez les musulmans

Du racisme même chez les musulmans

Abou Houdeyfa