06 janvier 2013

Di Rupo (PS) "La N-VA est un parti séparatiste et donc très dangereux pour notre pays"

Di Rupo (PS)

"La N-VA est un parti séparatiste et donc très dangereux pour notre pays"

RTL.be, le 06 Janvier 2013

Le Premier ministre Elio Di Rupo continue à approuver le contenu du discours de Noël du roi Albert II. "Avec sa mise en garde contre le populisme, il n'a cité ni visé personne", réagit le Premier ministre dans De Zondag. Elio Di Rupo estime pour sa part que la N-VA est un parti "très dangereux" - qui saisit toutes les occasions en vue de réaliser un succès électoral et une nouvelle étape vers son objectif d'une Flandre indépendante.

Le Premier ministre ne regrette "pas du tout" le contenu du discours de Noël du roi. Il souligne que ce discours est "axé pour 90 pour cent sur la réalité économique" et que la mise en garde du roi contre le populisme ne visait personne en particulier. Je retiens l'ensemble du texte, d'autres ne se rappellent seulement que d'une partie, juste de ce qu'ils veulent retenir."    

"La N-VA est très dangereuse"

Di Rupo évoque dans l'interview le jeu de la N-VA qu'il qualifie de parti "très dangereux". "La N-VA est un parti séparatiste et donc très dangereux pour notre pays", dit-il. La même N-VA veut un débat sur la fonction du roi, mais le Premier ministre n'est pas sur la même longueur d'onde. Ce point ne figure pas dans l'accord de gouvernement, répond le Premier ministre, selon qui le roi joue un rôle extrêmement important dans un pays complexe comme la Belgique.    

Il poursuit son effort pour améliorer son néerlandais

Elio Di Rupo revient par ailleurs sur le travail de son gouvernement qui devra, selon lui, mieux communiquer cette année. "Il nous manquait du temps pour expliquer clairement les choses. Nous devons travailler sur ce point", a déclaré le Premier ministre, qui dit également poursuivre ses efforts pour améliorer son néerlandais.

13:03 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05 janvier 2013

Communication ISLAM

Communication ISLAM

 Au Nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux

ISLAM, le 31 décembre 2012

Lorsque vient le secours de Dieu ainsi que la victoire, et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah, alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon. Car c’est Lui le grand Accueillant au repentir. (Coran, chapitre 110 - Le Secours)

ISLAM est devenu en quelques semaines la bête noire des politiciens et certains tentent en vain de l’interdire. Ils n’y parviendront pas puisque nous sommes dans le respect du cadre de la Constitution et de la Loi.

La liberté d’expression a-t-elle des limites ? Quand il s’agit des caricatures ou de films contre le Prophète de l’Islam qui ont scandalisés un milliard et demi de personnes, les médias mettent en avant le droit de s’exprimer librement. Mais quand il s’agit de dire que les Lois de Dieu règneront un jour sur la Belgique comme partout sur la planète, les médias sont unanimes pour condamner. Deux poids, deux mesures.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme dit que la liberté d’expression permet d’aller jusqu’à dire des idées qui choquent, heurtent ou inquiètent et cela dans le cadre de la loi. La loi stipule qu’on ne peut pas dire des paroles haineuses et racistes. Car le haineux et le raciste sont ceux qui excluent et rejettent l’autre, celui qui est différent. ISLAM n’exclue et ne rejette personne. Nous avons des propos ou des mots parfois outranciers à l’égard de la politique de l’État belge, mais ce ne sont que des vérités. Ce qui dérange le plus certains c’est que l’Islam représente la seule véritable ALTERNATIVE au désordre mondial.

Le peuple belge sait très bien qu’il est impossible qu’un million de musulmans puissent imposer sa loi dans un pays de onze millions d’habitants. Mais ce qui inquiète les mal-pensants c’est que lorsque les musulmans seront libres de s’exprimer au niveau politique, ils pourront montrer que l’Islam est bénéfique sur le mode de vie qu’on nous propose. Ainsi, par voie démocratique, le peuple belge pourra avoir accès au message de l’Islam qui lui permettra de se libérer de l’asservissement de plusieurs siècles.

Nous sommes fiers d’appartenir à la même Communauté que celle à laquelle appartiennent Abraham, Moïse, Jésus fils de Marie et Mohammed (Que la Paix et le Salut de Dieu soit sur eux). Le devoir de chaque musulman est de présenter le véritable message de l’Islam. L’Islam contrairement à ce que transmettent les médias est un appel au Respect, au Pardon et à la Fraternité.

ISLAM n’est pas un parti classique comme les autres, ce sont des listes de citoyens qui par amour du peuple Belge se sont portés candidats aux élections. La politique actuelle est très malsaine et une très grande partie de nos hommes politiques sont vicieux. Ils ne sont pas vraiment au service du Peuple. La Belgique est un pays riche avec un peuple pauvre et mal informé.

Nous ne recherchons pas de financement public, ni d’immunité parlementaire, ni non plus de privilèges ou d’autres avantages. ISLAM a pour vocation de travailler avec toutes les forces vives du pays, qu’elles soient de gauche ou de droite, religieuses ou pas. Ce que nous recherchons: la Justice, la Paix et la Liberté.

18:51 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04 janvier 2013

Le sioniste Manuel Valls (PS)

Le sioniste Manuel Valls (PS)

Radio Judaïca

Strasbourg, le 17 juin 2011

03 janvier 2013

Koekelberg 2012 Prestations de serment des Conseillers et Echevins

Koekelberg 2012

Prestations de serment des Conseillers et Echevins

Le 06 décembre 2012 et, par respect au principe de neutralité certainement, les organisateurs n'ont pas manqué d'inviter le patron des écoliers : Saint-Nicolas...

15:04 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Saint-Josse: la automobile de fonction du directeur des logements sociaux gêne certains

Saint-Josse

La automobile de fonction du directeur des logements sociaux gêne certains

Philippe Carlot, le 03 janvier 2013

La plus grande transparence ne règne pas dans le milieu du logement social bruxellois. Chaque société – elles sont 33 – décide plus ou moins librement du niveau de rémunération de son directeur. Mais selon un connaisseur du secteur, la automobile de fonction ne constitue pas un mode de rémunération courant. Ce serait même plutôt l’exception.

Lors de son entrée en service en octobre 2009, l’actuel directeur des logements sociaux de Saint-Josse n’a fait que profiter d’une largesse déjà octroyée à son prédécesseur. Une automobile à choisir dans une fourchette de prix variant de 15.000 à 22.000 euros. On ne se situe donc ni dans le bas de gamme ni dans le haut de gamme. En revanche, précise la présidente du conseil d’administration, le directeur a accepté un salaire et une assurance extra-légale réduits.

Pour autant, la pertinence de la automobile de fonction reste posée. La commune de Saint-Josse est très petite, avec 1,1 km² de superficie. L’ensemble du parc de logements sociaux est donc concentré sur un périmètre réduit. Le conseiller communal indépendant Thierry Balsat juge cet avantage salarial indécent dans la commune qui compte la population la plus pauvre du pays. Il interpellera d’ailleurs le collège à ce sujet lors d’un prochain conseil communal.

02 janvier 2013

Saint-Josse Réunion d’info pour la chaussée de Louvain

Saint-Josse

Réunion d’info pour la chaussée de Louvain

LLB, le 02 janvier 2013

Dans le cadre du réaménagement de la chaussée de Louvain, une séance d’information sera organisée le 16 janvier par Bruxelles Mobilité et la Stib, préalablement à l’introduction de la demande de permis d’urbanisme. Le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir (PS) et la ministre des Travaux publics, Brigitte Grouwels (CD&V) seront présents.

En outre, fin janvier et début février, quatre groupes de discussion seront organisés autour du projet, permettant d’en discuter de manière plus approfondie. Tous ceux qui souhaitent y participer peuvent compléter le formulaire sur le site de Bruxelles Mobilité avant le 18 janvier. Un comité de sélection veillera à ce que les différents panels soient constitués de manière représentative. Pour rappel, le projet prévoit le réaménagement de façade à façade de la chaussée entre la place Madou et la place St-Josse et la mise en piétonnier de l’espace.

La réunion aura lieu le mercredi 16 janvier à 19h à l’école J. Delclef, 52 rue Potagère à St-Josse

01 janvier 2013

Richard Miller (MR) réagit aux informations relatives à Islam

Richard Miller (MR) réagit aux informations relatives à Islam

Communiqué de presse

1471702_PhoDoc5_QC7F7947_jpg_0KUN5GDX.JPG

Par Richard Miller, le 21 décembre 2012

Richard Miller, sénateur MR auteur d’une proposition de modification de la Constitution afin de mieux prémunir la démocratie contre un parti liberticide et «démocraticide» comme Islam, estime que l’influence iranienne et chiite qui caractérise ce parti ne peut pas être considérée comme accessoire. (Par contre l'influence israélienne et sioniste, zaâma, qui caractérise le parti du sénateur MRdiste ne peut, elle, qu'être considérée comme "accessoire" !) (Rachid Z)

La présence, révélée par la presse, des responsables d’Islam à Téhéran ne permet plus de relativiser le degré de dangerosité de ce parti ni de ses objectifs à court, moyen et long termes.

Dès la rentrée parlementaire de janvier Richard Miller demandera que son texte visant à intégrer dans la Constitution l’article 30 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme soit examiné. Ce texte stipule que nul individu ou groupe ne peut se revendiquer des valeurs humanistes pour poser des actes visant à la suppression de ces valeurs et celle des Droits de l’Homme. Une telle disposition rendrait plus aisée la pénalisation de tels actes.

15:27 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30 décembre 2012

32 candidats de nationalité étrangère ont été élus aux communales

32 candidats de nationalité étrangère ont été élus aux communales

Belga, le 27 novembre 2012

Neuf pour cent des candidats non belges ont été élus lors des élections communales du 14 octobre dernier, a indiqué mardi Paul Furlan, ministre wallon des Pouvoirs locaux, lors d'une conférence de presse concernant l'après-élections. Sur un total de 353 candidats de nationalité étrangère et un total de 5.306 élus, 32 étrangers remportent un siège, soit 0,6% de l'ensemble des élus.

"Il s'agit essentiellement d'Italiens, avec 20 élus d'origine italienne sur 32 élus étrangers", a indiqué l'attaché de presse du ministre.

Dans les 24 communes wallonnes concernées, on retrouve des Italiens (20), des Allemands (5), des Français (3), des Hollandais (2), des Grecs (1) et des Luxembourgeois (1).

Parmi les candidats, on dénombrait 159 Italiens, 69 Français, 40 Allemands, 28 Espagnols, 19 Hollandais, 10 Luxembourgeois, 8 Portugais, 7 Britanniques et 7 Grecs.

D'autres pays étaient également représentés, comme la Suède, la Roumanie, la Pologne et l'Indonésie.

Le ministre a rappelé les principaux chiffres du bilan des élections, avec un taux d'abstention de 12,2% au lieu de 8% en 2006 et une représentation féminine parmi les élus de 35% au lieu de 32%. L'âge moyen des élus est de 49 ans.

14:11 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28 décembre 2012

Coluche candidat aux élections présidentielles

Coluche candidat aux élections présidentielles

L'humoriste et comédien Coluche annonce sa candidature à l'élection présidentielle française lors d'une conférence de presse donnée le 30 octobre 1980. D'abord considérée comme une blague, cette candidature inquiétera les états-majors des principaux candidats, lorsque des sondages le créditeront de 16% d'intentions de vote... Le magazine "A suivre" réalise un reportage consacré à Coluche en janvier 1981, et interviewe le phénomène. Le contexte politique a changé, mais son discours a une résonance contemporaine...

A voir sur

SONUMA

17:03 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26 décembre 2012

Dépenses électorales excessives ? 15 communes wallonnes concernées

Dépenses électorales excessives ?

15 communes wallonnes concernées

98640173_ID3523532_25_depenses_233312_027QHL_0.JPG

Eric Deffet, le 26 décembre 2012

Après les recours contre les résultats électoraux, place aux réclamations contre les campagnes trop dispendieuses. Le phénomène est surtout wallon.

Les élections communales d’octobre dernier ont livré tous leurs secrets en Wallonie (sauf à Assesse), mais de nombreuses réclamations existent encore : elles portent sur les dépenses électorales.

Car les chiffres sont analysés de près et peuvent faire l’objet d’une réclamation de la part d’un candidat à l’égard d’un autre.

En Wallonie, quinze communes sont concernées, parfois par plusieurs plaintes. Il faut y ajouter le district provincial de Huy.

Ces dossiers ont été jugés recevables par la commission ad hoc du parlement wallon. Composée de députés, elle dispose de nonante jours pour se prononcer, à partir des élections, ce qui nous amène au 26 février.

A Bruxelles, un seul cas existe : celui de Woluwe-Saint-Pierre où l’ex-bourgmestre, Willem Draps, a déposé une série impressionnante de réclamations contre des candidats de la liste «Woluwe +» du nouveau bourgmestre Benoît Cerexhe.

Tous les détails, commune par commune, dans Le Soir en PDF 

13:23 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23 décembre 2012

Le débile et raciste député belge Laurent LOUIS dénonce la fête des pédophiles du 22 décembre

Le débile et raciste député belge Laurent LOUIS dénonce "la fête des pédophiles du 22 décembre"...

12:39 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22 décembre 2012

L'ex-chauffeur condamné pour trafic d'armes ne roule plus pour Emir Kir

 L'ex-chauffeur condamné pour trafic d'armes ne roule plus pour Emir Kir

Belga, le 22 décembre 2012

Emir Kir, l'ancien secrétaire d'Etat bruxellois à la Propreté publique et actuel bourgmestre de la commune bruxelloise de Saint-Josse (PS), a démenti samedi à l'agence Belga encore employer Kemal Camsari, son ancien chauffeur, condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour trafic international d'armes.

"Il n'est plus employé ni comme chauffeur du bourgmestre, ni comme chauffeur du député, ni comme la personne chargée de véhiculer le nouveau secrétaire d'Etat bruxellois à la Propreté publique, Rachid Madrane (PS)", a précisé la porte-parole d'Emir Kir. Le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné vendredi Kemal Camsari, chauffeur et parent par alliance d'Emir Kir (PS), à 30 mois de prison dont la moitié avec sursis pour trafic international d'armes.

Libéré en cours de procédure, M. Camsari avait repris du service auprès du nouveau bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode. Le parquet fédéral a mis au jour en mai dernier un trafic d'armes entre la Serbie et la Belgique avec le concours de Serbes, de Belgo-Turcs et d'un Franco-Algérien, la plupart originaires de Saint-Josse-ten-Noode. Le tribunal a établi le rôle de chaque membre de cette organisation criminelle, y compris celui de l'ancien chauffeur d'Emir Kir. L'enquête judiciaire n'avait pas décelé d'indices d'une connivence suspecte entre l'homme politique et son chauffeur.

ÉCHEVIN ET YIDISCHE MAMA !

ÉCHEVIN ET YIDISCHE MAMA !

5. Monique Langbord.JPG

Propos recueillis par Roland S. Süssmann, (Extraits issus de Shalom magazine), printemps 2005

... Une seule question s’impose: comment une bonne mère et grand-mère juive trouve-t-elle sa place dans cette fonction ? Et pourtant tel est le cas de  Mme MONIQUE LANGBORD, née Faynsztein, dont le titre sur la carte de visite indique clairement: «Échevin de l’État civil et de la Population» à la municipalité de Forest, l’une des communes de Bruxelles.

... «En fait, ma vie est un cadeau, je suis un cadeau et je ne l’oublie jamais.» C’est en ces termes, aussi brefs que puissants, que Monique Langbord se définit. Mais dans sa jeune vie, Monique devait connaître d’autres surprises. En 1957, elle a accompagné sa mère en Israël pour assister à un mariage familial. Sur le bateau, Monique, qui avait alors 16 ans, est tombée amoureuse d’un beau marin israélien... qu’elle a  épousé trois ans plus tard !

Ayant été élevée loin de toute éducation juive, Monique, qui jusqu’à son voyage en Israël n’était pas vraiment concernée par sa judéité dont elle ne connaissait en fait que deux aspects, «ne jamais épouser un non-juif et l’histoire de la Shoa», a alors pris l’initiative d’écrire au département éducatif de l’Agence Juive en Israël pour obtenir des informations sur le judaïsme et pour apprendre l’hébreu. Pendant deux ans, elle s’est donc instruite en autodidacte. Lorsqu’elle s’est mariée, son mari ne parlant qu’hébreu et un peu d’anglais, la langue du foyer conjugal est devenue l’hébreu. Le jeune couple a vécu pendant deux ans en Israël, où Monique se plaisait beaucoup mais finalement, son père a convaincu son mari de venir vivre en Belgique pour s’associer avec lui dans les affaires. Pour sa part, Monique a monté une entreprise de décoration qui a très bien marché pendant 25 ans..., tout en regrettant amèrement sa vie en Israël.

Comment êtes-vous entrée en politique ?

Tout à fait par hasard. Nous faisions partie d’une mutuelle libérale, dont le directeur, M. Petit, était un échevin. En 1988, il a contacté mon mari pour qu’il se présente aux élections sur sa liste. Mon mari, qui était Israélien et qui ne parlait pas remarquablement bien le français, a refusé. Il lui a alors demandé si je serais intéressée. A l’époque, je ne me sentais absolument pas concernée par la politique belge, j'étais uniquement préoccupée par la politique israélienne et nous n’avions que des amis israéliens.

Lorsque M. Petit m’a fait cette proposition, il a également précisé que cela n’impliquait aucune activité de ma part, sauf de me faire photographier et d’apparaître sur une affiche en vue des élections. J’ai accepté et à ma grande surprise, non seulement j’ai été élue, mais j’ai été nommée suppléante, ce qui en clair signifiait que tant qu’il n’y aurait pas de démission, je n’avais rien à faire. Or six mois plus tard, une personne a justement démissionné ! J’ai alors été nommée au Centre public d’Aide sociale (C.P.A.S.), où je devais assister deux fois par mois à une réunion. Je dois dire que ce qui s’y déroulait était assez intéressant. Dans ce cadre, j’ai été nommée tutrice d’une petite trisomique, activité qui m’a profondément touchée.

Un an plus tard, il y a eu une seconde démission, cette fois au Conseil communal. Étant déjà conseillère au C.P.A.S., je ne pouvais pas avoir deux casquettes. Une loi spéciale a alors été votée pour me permettre d’exercer les deux activités en parallèle. Progressivement, j’ai pris goût à mes acti vités et aux élections suivantes, j’ai été élue au Conseil municipal ... grâce à mon chien ! En effet, j’avais un grand danois gris très impressionnant, qui était connu dans tout le quartier. Pour les besoins de la campagne électorale d’affichage, je me suis fait photographier avec lui, ce qui a fait dire à tout le monde que «...c’est le chien qui a été élu».

Au bout de quelque temps, j’ai abandonné mon activité professionnelle, liquidé ma société et suis partie me reposer en Israël chez une amie. A ce moment-là se tenaient des élections nationales et Mme Corinne de Parmentier, échevin de la Culture et de l’État civil à Forest, a été nommée ministre. Après trois jours en Israël, j’ai reçu un message me disant : «Corinne a été nommée ministre, elle veut que tu prennes sa place en tant qu’échevin». Je suis donc rentrée immédiatement et bien qu’un autre candidat, un avocat, postulait à ce poste, c’est moi qui ai été élue et ce il y a environ cinq ans. J’ai donc fait mon apprentissage d’échevin, découvrant progressivement les devoirs et les responsabilités que cette nomination impliquait. Après une année en poste, il y a eu de nouvelles élections et à mon grand étonnement, j’ai été réélue. Je suis donc la première juive échevine de l’histoire et récemment, une autre coreligionnaire a été nommée dans une autre circonscription.

En quoi consiste votre activité ?

Avant de vous répondre, j’aimerais vous dire que je porte toujours autour du cou mon «Chaï» bien visible. La fonction d’échevin est en fait celle de maire adjoint. Il y a un bourgmestre dont l’activité est subdivisée en cinq départements, chacun ayant à sa tête un échevin. Je m’occupe des naissances, des mariages, des décès, de l’établissement des cartes d’identités et des passeports, je dirige tout ce qui est strictement administratif. Trois fois par semaine, je célèbre des mariages civils, ce qui ne manque pas de piquant lorsqu’il s’agit de couples juifs et qu’ils voient mon «Chaï». A ce sujet, je dois faire face à un grand problème, celui des mariages blancs. Dans la communauté maghrébine, beaucoup de Marocains et de Marocaines épousent des Belges uniquement pour obtenir des papiers d’établissement. Les personnes qui souhaitent se marier viennent donc s’inscrire à la mairie et lorsqu’à la question concernant leur établissement ils répondent «sans inscription», cela signifie qu’ils sont ici sans papiers. J’ai alors un entretien avec eux où un certain nombre de questions très précises leur sont posées. Au fur et à mesure, je note toutes les contradictions et transmets le dossier au procureur. Celui-ci me donne un avis, mais la décision finale m’appartient. Il est intéressant de savoir qu’en général, c’est un Marocain qui désire épouser une Belge, l’inverse étant plus rare.

Si le mariage est refusé, les candidats font souvent appel, des avocats s’en mêlent et il est même arrivé que je sois condamnée pour avoir refusé un mariage. Dans un cas pareil, c’est la commune qui me défend.

Très souvent, je vois des «jeunes mariées» revenir chez nous une semaine après le mariage en disant que leur mari était parti dès qu’il avait été en possession de ses papiers et qu’elles demandaient l’annulation du mariage. Il s’agit là d’une procédure longue et très compliquée. Dans la plupart des cas, les femmes belges acceptent ce type d’union pour de l’argent, le tarif pratiqué étant d’environ 10'000 euros. Je dois dire aussi que lorsque je refuse un mariage, je me fais insulter et menacer, mais ceci ne me fait en aucun cas changer d’avis.

Forest est-il un quartier juif ?

Forest est divisé en deux parties, la supérieure et l’inférieure. Un certain nombre de Juifs vivent dans la supérieure, alors que l’inférieure est avant tout habitée par une communauté maghrébine. Une seule synagogue y est active et il y a eu beaucoup d’agressions contre des rabbins et des personnes portant la kipa. A ce sujet, il faut savoir que de plus en plus de Juifs déménagent dans des communes flamandes en raison de leur position très stricte à l’égard des étrangers, contrairement à Bruxelles qui est très permissive. Les autorités bruxelloises croient qu’en étant laxistes avec les musulmans, elles éviteront des attentats. Cela dit, je pense que les incidents violents, qu’il s’agisse d’agressions dirigées contre des Juifs ou d’autres citoyens, constituent un grand danger pour toute la société.

Au cours des dernières années, nous avons vu un changement dans la société maghrébine. Ceci est dû au fait que les nouveaux venus sont issus des milieux les plus primitifs et les plus défavorisés du Maroc, ils sont souvent analphabètes et la jeunesse est très agressive. Cette réalité implique de nombreux aspects négatifs et dangereux comme le fait que tous les mauvais élèves marocains se retrouvent dans des «ghettos» scolaires qui en fait sont des foyers, pour ne pas dire des incubateurs de centres de violence. Je ne pense donc pas que la communauté juive soit plus particulièrement visée, mais il existe des quartiers où les agressions sont quotidiennes. Il y a ainsi cinq ou six communes où les Maghrébins sont nombreux et qui sont des quartiers difficiles, et Forest est l’un d’eux.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Je ne suis pas très optimiste, car la communauté maghrébine est en progression rapide. Je pense que dans les années à venir, nous aurons un grand nombre d’échevins d’origine maghrébine. Les Maghrébins sont déjà présents au parlement et disposent d’un certain nombre de ministères.

Aujourd’hui, il n’y a plus de moyens pour renverser la vapeur. De nombreuses jeunes filles belges se convertissent à l’islam. Ce sont en général des petites provinciales malheureuses chez elles, souvent pas très belles et peu instruites, qui sont contentes de trouver un mari marocain, souvent bien de sa personne. De plus, comme les familles marocaines sont très accueillantes, ces filles trouvent souvent une famille plus gentille avec elles que la leur. Nous vivons une époque assez paradoxale. D’une part, la présence et l’agressivité en Belgique de la population maghrébine augmentent et d’autre part, le racisme devient de plus en plus acceptable, populaire et féroce.

17:28 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

21 décembre 2012

L'Iran félicite le parti Islam : "Nos frères sont heureux"

L'Iran félicite le parti Islam

"Nos frères sont heureux"

RTL.be, le 21 décembre 2012

L'Iran a officiellement félicité les deux élus du parti belge musulman Islam. Ceux-ci sont invités pour un séjour à Téhéran.

Les deux élus du parti musulman Islam ont reçu les félicitations officielles de l'organisation mondiale chiite Ahl ul-Bayt, basée à Téhéran, qui les invite à se rendre dans la capitale iranienne, peut-on lire vendredi dans le journal Le Soir.

"Nos frères sont heureux"

Le principal leader du parti Islam, Redouane Ahrouch, est chiite, mais il déclare que "la liste Islam est un parti islamique et rien d'autre". "On ne se considère pas comme chiites; nous militons pour le droit de tous les musulmans", précise Abdelhay Bakkali, président de la section bruxelloise du mouvement.

Et M. Ahrouch d'ajouter que "les Iraniens ne sont pas les seuls à se réjouir. Nous avons aussi reçu des félicitations d'Egypte: nos frères sont heureux de voir qu'une lumière puisse naître pour les musulmans dans une des principales capitales du monde occidental".

Invitation pour un week-end

En attendant, du côté de Téhéran on salue la percée bruxelloise du parti et ses deux élus ont reçu les "félicitations sincères" du responsable des Affaires internationales d'Ahl ul-Bayt, Muhammad Salar. Les élus bruxellois ont été invités à se rendre, ce week-end, à Téhéran en compagnie d'autres élus musulmans originaires d'Allemagne et de Grande-Bretagne.       

20 décembre 2012

Deux élus MR du Hainaut refusent de financer les mosquées

Deux élus MR du Hainaut refusent de financer les mosquées

affiche_photo (1).jpg

(L'un des des deux racistes hainuyers de service) (Rachid Z)

Ettore Rizza, le 20 décembre 2012

Lors du vote, ce jeudi, du budget provincial hainuyer, le conseiller MR Bernard Beugnies (Mons) a déposé un amendement afin que la province ne finance plus les cultes. Surtout le culte musulman... Un seul autre libéral sur seize l’a suivi.

Le conseiller provincial Bernard Beugnies, ancien échevin des Finances de Mons et membre de l’actuelle majorité PS-MR, s’insurge contre le fait que la province du Hainaut doive pallier le déficit des mosquées, des lieux de cultes orthodoxes et des Maisons de la laïcité. C’est pourtant une obligation légale, de même que les communes sont contraintes de financer les déficits des fabriques d’églises, des synagogues et des temples anglicans ou protestants.

A cette différence près, selon Bernard Beugnies, «que les provinces n’ont aucun pouvoir de contrôle sur la manière dont cet argent est dépensé. Avec la montée de l’intégrisme, il y a lieu de s’en inquiéter». Le conseiller estime, par ailleurs, que le Hainaut est défavorisé : avec 24 mosquées reconnues, la province verte compte en effet la moitié des lieux de culte musulmans de Wallonie, estime-t-il. Cette année, le solde des déficits à éponger pour les deux cultes avoisine les 150 000 euros. «Mais ça risque de gonfler», précise-t-il.

Un seul autre conseiller MR, Fernand Dechainois, a voté en faveur de l’amendement proposé, contre quatre abstentions et dix refus. Le reste de l’assemblée a accueilli la proposition avec amusement… «Il s’agit d’une obligation légale, explique Bernard Liébin, le chef de groupe MR. Si nous avions rejeté ce point, la tutelle régionale aurait refusé le budget.»

Bernard Beugnies se dit toutefois surpris : selon lui, les autres membres du groupe MR partagent ses vues, et l’auraient même encouragé à déposer ce point. «On m’a dit que je pouvais y aller, que les instances nationales étaient d’accord. J’ai l’impression d’avoir été envoyé en kamikaze», regrette-t-il.