31 mars 2012

L’anniversaire de Mampaka fait jaser

L’anniversaire de Mampaka fait jaser

bertin_mampaka.jpg

L’Avenir, le 31 mars 2012

L’organisation vendredi par l’ASBL «Les Amis de Bertin Mampaka» (LABM) d’une soirée à l’occasion de l’anniversaire de l’échevin (CDH) des Sports et des Espaces Verts Bertin Mampaka n’est pas du goût de tout le monde dans la majorité de la Ville de Bruxelles, si l’on en croit les échos revenus de ses rangs.

Cette association sans but lucratif organisait vendredi soir « une soirée d’anniversaire par sympathie pour Bertin Mampaka», selon ses propres termes, dans le hall d’honneur du Stade Roi Baudouin.

LABM avait également précisé dans un communiqué diffusé jeudi que la programmation de la soirée «One Nation Party» «a pour but de mettre en avant les jeunes talents bruxellois», en tout  «près de 15 groupes qui avaient l’opportunité de se faire connaitre d’un nouveau public dans le cadre d’un événement» ouvert à de nombreux jeunes.

L’événement agrémenté de lots de Tombola est financé via le sponsoring.

C’est en particulier ce dernier aspect qui fait grincer les dents de certains dans les rangs de la majorité PS-CDH où l’on s’interroge sur l’opportunité de s’appuyer sur deux sponsors liés avec la Ville de Bruxelles par contrats de concession : Numericable et Viage.

Viage est la société qui exploite le casino de la capitale et qui avait décroché le contrat de concession alors que l’échevin CDH gérait la compétence sur ce dossier, a-t-on précisé.

Autre source de froncement de sourcils : parmi les cadeaux de la tombola de l’événement tels que des voyages et des bons restaurants, figure une place pour un concert du groupe Sexion d’Assaut, qui avait défrayé la chronique pour ses propos homophobes il y a deux ans.

LABM a quant à elle tenu à souligner que l’auteur de tels propos s’en était publiquement excusé par la suite.

18:42 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

JOURNEE ALGERIENNE : «Conseil d’affaires algéro-belge»

JOURNEE ALGERIENNE

«Conseil d’affaires algéro-belge» 

belgique-algerie-13269b.gif

Comme convenu lors du récent séjour à Alger de la bande d'échevins Bruxellois : B. Mampaka (CDH), F. Hariche (PS) et M. Ouriaghli (PS), il se tiendra, le 17 avril prochain à Bruxelles, à l’initiative de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI) un «Conseil d'affaires algéro-belge» chargé d’étudier «les opportunités de développement des relations économiques et commerciales entre l'Algérie et la Belgique»...

PROGRAMME

09h30-10h00 : ACCUEIL

10h00-10h40 : SÉANCE PLENIERE

- Ministère de la Région bruxelloise

Chambre de Commerce Belgique-Luxembourg-Pays arabes (CCBLA)

- M. Ameziane MEDJEKOUH, Vice-Président de la CACI (Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie) et Président de la délégation algérienne

- S.E.M. Amar BENDJAMA, Ambassadeur d’Algérie

10h40-10h55 :

-  M. Saadane KADRI, Directeur des Relations Internationales à la CACI : Le commerce extérieur de l’Algérie et de la Belgique

10h55-11h10 :

-  Représentant de l’ANDI (Agence Nationale de Développement de l’Investissement : Les opportunités d’investissement et le cadre juridique de l’investissement en Algérie

11h10-11h25 : PAUSE CAFE

11h25-11h40 :

-  M. Kamel MANSOURI, PDG de SOFINANCE : Le rôle de SOFINANCE dans le financement des partenariats algéro-européens

11h40-11h55 :

-  M. Daniel CAPELLE, PDG de ETI (Belgique) : BATIGEC Algérie : une success story du partenariat belgo -algérien

11h55-12h10 :

- Présentation de la Région de Bruxelles Capitale

12h10-12h25 :

- Questions /Réponses

12h30-14h00 : LUNCH

14h00-16h00 : B2B  NETWORKING (?)

30 mars 2012

Une affiche anti-marocaine dans les élections municipales en Autriche

Une affiche anti-marocaine dans les élections municipales en Autriche

affiche-autriche-298x295.jpg

Achnoo.com, le 30 mars 2012

Le Parquet d’Innsbruck (ouest de l’Autriche) a ouvert une enquête contre le parti d’extrême-droite FPÖ, pour «incitation à la haine», en raison d’une affiche au caractère anti-marocain placardée pour les élections municipales qui doivent avoir lieu le 15 avril à Innsbruck.

Le slogan de l’affiche en question du FPÖ, dirigé au plan national par Heinz-Christian Strache, affirme dans une rime polémique: «L’amour de la patrie plutôt que des Marocains voleurs» («Heimat-Liebe statt Marokkaner-Diebe»). A la suite du dépôt de trois plaintes de citoyens, un porte-parole du Parquet d’Innsbruck a confirmé à l’agence de presse autrichienne APA qu’une enquête était ouverte pour «incitation à la haine».

Si le FPÖ ne dispose que d’un seul siège au conseil municipal d’Innsbruck, sur un total de 40, le parti dirigé Heinz-Christian Strache fait dans les sondages nationaux presque jeu égal avec les sociaux-démocrates (SPÖ) et a relégué le Parti populaire autrichien ÖVP (démocrate-chrétien) au 3e rang. Le SPÖ et l’ÖVP dirigent le pays dans un gouvernement de grande coalition.

Le maire sortant d’Innsbruck est Christine Oppitz-Plörer, une dissidente de l’ÖVP. Les élections municipales sont prévues dans la cinquième ville autrichienne le 15 avril prochain.

Saint-Josse

Saint-Josse

Sans apport régional, ce sera la merde totale !

jabour-bousetta.jpg

Par Guy Bernard, le 30 mars 2012

L’échevin des Finances prédit un 2013 aux économies drastiques. Personnel compris ?

C’est un budget 2012 en déficit (de 820.000 €) qui a passé la rampe du conseil, avant-hier. Non sans rappels à l’ordre.

Comment alimenterez-vous le fonds de pension en 2013 ?, s’est notamment ému Frédéric Roekens (Groen), au terme d’un raisonnement assez élémentaire. L’entité nourrit ce fonds, à coup de cinq millions par an. Mais faute de liquidités, le collège table, en 2012, sur la vente des ex-Pyramides au Sheraton. Un one shot qui, un malheur n’arrivant jamais seul, aurait de surcroît du plomb dans l’aile

Conscient des difficultés, l’élu de l’opposition manifesta de grosses craintes pour le personnel. “Ça m’inquiète énormément.”

Il eut beau calmer le jeu, Mohamed Jabour (PS). En échevin des Finances aguerri (bien qu’il ne récupéra ce poste qu’en cours de législature), il prétendit d’abord que ces peurs-là étaient hors propos. Avant d’en admettre la pertinence : Les communes sont en souffrance. Et St-Josse n’est pas la plus mal lotie. Mais on n’en sort plus. Si Bruxelles n’est pas refinancée, si on ne dispose pas de ces sous de la Région, on sera dans la merde totale”.

Grave et (presque) désespérée), la situation ? L’échevin sonne, si pas l’hallali, l’alerte : En 2013, il faudra prendre des mesures. C’est clair. Je ne veux pas toucher au personnel. Mais il faudra faire des efforts partout, supprimer ce qui peut l’être. Je vais proposer une commission pour travailler là-dessus. Des mots à ne pas prendre à la légère, ne fût-ce que parce que les élections pourraient redistribuer les cartes.

Et le fonds de pension, dans cette histoire ? À très brève échéance, pas de soucis, martèle Mohamed Jabour, qui a déjà perçu partie des sommes nécessaires. Par contre, le budget 2012 est écrasé comme jamais par de très lourds postes : La police nous coûtera très cher. En dix ans, on est passé de 4.500.000 € à 12 millions d’euros! Plus stable, la dotation au CPAS a tout de même doublé en cinq ans. Pour atteindre les 11,5 millions d’euros”.

Le sous-sol de l’ex-pyramide serait monnayé aux fins de grossir le fonds de pension. Une vente de bijoux de famille judicieuse ?

Schaerbeek : le CDH s'allie avec Clerfayt

Schaerbeek

Le CDH s'allie avec Clerfayt

La Libre Belgique, le 30 mars 2012

Joëlle Milquet a fait pression sur le CDH schaerbeekois pour inverser la tendance mais cela n'a pas suffit.

C'est ce vendredi que le MR doit présenter sa liste pour les élections communales à Schaerbeek. Elle sera emmenée par l'échevin Georges Verzin, alors que d'autres membres libéraux du collège échevinal ont choisi de se présenter sur la liste du bourgmestre emmenée par le FDF Bernard Clerfayt.

On sait déjà depuis plusieurs semaines que celui-ci peut compter sur le soutien d'Isabelle Durant (Ecolo) qui avait fait exploser l'Olivier en 2006 pour rejoindre son équipe.

Ce vendredi, on apprend que le CDH devrait également faire alliance avec Bernard Clerfayt et ses colistiers à l'issue du scrutin.

Un accord préélectoral signé et rendu public est même dans l'air. Cette évolution schaerbeekoise ne plaît pas du tout à Joëlle Milquet, nous revient-il.

La vice-première ministre a fait pression sur le CDH schaerbeekois pour inverser la tendance mais cela n'a pas suffi. L'ex-présidente du CDH craint de payer à la Ville de Bruxelles cette alliance qui pourrait jeter le PS de Laurette Onkelinx dans l'opposition pour six années supplémentaires.

Rappelons qu'en 2006, suite à la décision d'Isabelle Durant et à la claque ainsi infligée à Laurette Onkelinx, le PS de la Ville de Bruxelles avait expulsé Ecolo de la majorité à la Ville de Bruxelles.

Une annonce publique, selon Isabelle Durant

"S’il devait y avoir une majorité préalable, négociée, elle serait annoncée publiquement", avait déclaré, au début du mois de mars, Isabelle Durant, elle aussi candidate (dès ses débuts) dans la commune bruxelloise. Voilà qui faisait échos aux propos tenus, quelques jours auparavant, par Denis Grimberghs (CDH) sur l’antenne de Twizz Radio.

14:20 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29 mars 2012

Un élu marchand de sommeil

Un élu marchand de sommeil

abdennahi09tract.JPG

Le Soir, le 29 mars 2012

Mohamed Abdennahi, conseiller CPAS CD&V à Ixelles et conseiller au cabinet de la ministre régionale Brigitte Grouwels (CD&V) est accusé de louer des logements insalubres dans un bien lui appartenant et situé rue Goffart, a relaté la RTBF. Y logent notamment, pour 600 euros et dans un sous-sol – ce qui est interdit par le Code du Logement –, des pensionnés, dans des appartements délabrés et privés de chauffage. Le propriétaire, qui a acquis le bien il y a trois ans, dit avoir hérité de cette situation.

Roms : la Commission des droits de l’homme dénonce les discriminations

Roms

La Commission des droits de l’homme dénonce les discriminations

Par François Tcherkessoff, le 28 mars 2012

La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), dont est membre le Secours Catholique, exhorte le gouvernement, dans un long avis motivé, à renoncer aux mesures jugées discriminatoires contre les Roms et les gens du voyage.

La CNCDH réagit aux rapports faits par la France au Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD). Le Comité avait notamment fait des recommandations à la France après des renvois collectifs de Roms dans leurs pays.

Pas d’expulsions collectives

Sur la question fondamentale de la liberté de circulation, la CNCDH demande le respect de la Convention européenne des droits de l’homme. Celle-ci interdit les expulsions collectives d’étrangers ; elle exige un «examen individuel approfondi» et contradictoire avant toute décision d’éloignement du territoire.

La Commission précise que le fait de perdre son droit au court séjour (trois mois) «pour le motif de charge déraisonnable» pour le système social du pays d’accueil, n’est pas acceptable. La Cour de Justice européenne admet en effet «une certaine solidarité financière des ressortissants [de l’État d’accueil] avec ceux des autres États membres, notamment si les difficultés que rencontre le bénéficiaire du droit de séjour sont d’ordre temporaire», relève la CNCDH.

Stop aux restrictions transitoires

La Commission demande par ailleurs l’arrêt des restrictions transitoires visant les Roumains et les Bulgares, mesures discriminatoires et constituant «un frein dans l’accès à l’emploi et donc dans l’accès à des conditions de vie dignes et à l’intégration des populations Roms en France».

Droit d’asile

La CNCDH rappelle aussi que les Roms relèvent du droit d’asile, en tant que minorité discriminée dans leur pays. La règle des pays d’origine dits sûrs (qui permet de les renvoyer plus rapidement) ne doit donc pas s’appliquer à eux, précise la CNCDH. Pas plus d’ailleurs qu’aux personnes issues de Bosnie-Herzegovine, Croatie, Serbie, Kosovo, Macédoine, tous pays considérés comme sûrs par la France.

Droits sociaux pour tous les Européens

Concernant les prestations sociales et la santé, la Commission recommande l’ouverture des droits aux prestations sociales et médicales pour tous les citoyens de l’Union européenne résidant en France, y compris donc les Roms.

École accessible aux enfants

Sur la question cruciale de la scolarisation, La CNCDH demande le développement d’une politique d’accueil et d’accompagnement spécifique des enfants Roms et de leur famille par l’école et les collectivités territoriales (ramassage scolaire, cantine, garderie…)

Halte au rejet des gens du voyage

Après les recommandations du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, la Commission réitère par ailleurs fortement toute une série de propositions en faveur des gens du voyages : suppression du titre de circulation (discriminatoire), remise en cause de la catégorie administrative gens du voyage, contestation de la commune de rattachement avec un quota maximum de 3% de gens du voyage, inscription de droit commun sur les listes électorales, droit au logement et au stationnement temporaire, double inscription à l’école et au Centre national d’enseignement à distance…

En conclusion, la Commission affirme que les discriminations «en raison de l’origine, de l’habitat ou du mode de vie », « doivent être combattues par des mesures concrètes d’accès aux droits et par une volonté politique réelle et affirmée de lutter contre les stéréotypes et les discriminations».

Concert de Madonna : 177.000 euros pour remplacer la pelouse

Concert de Madonna

177.000 euros pour remplacer la pelouse

0c989e06fd70b1375fa0225005fd89cf4984850496138.jpg

Par Blanche Dekeyser, le 28 mars 2012

Le concert de Madonna risque d'abîmer la pelouse. Le conseil communal de la ville de Bruxelles a prévu un budget de 177.000 euros pour la remplacer.

Le concert de Madonna qui aura lieu au stade Roi Baudouin le 12 juillet prochain risque fortement d'abîmer la pelouse, ce qui est souvent le cas lorsque des milliers de personnes la piétine.

Afin de parer à cette éventualité, Bertin Mampaka (CDH), l'échevin des sports, a fait adopter lors du conseil communal de la Ville de Bruxelles de lundi, un budget pelouse. En plus de l'entretien annuel de 92.000 euros, 177.000 euros sont prévus pour le remplacement de la pelouse.

Face à ceux qui s'étonnent d'un tel montant, Bertin Mampaka avance l'argument de l'anticipation. "Techniquement, dès que la pelouse est abimée par un concert, nous devons la remplacer. Si nous n'anticipons pas, nous allons nous retrouver dans des délais qui nous contraindront à refuser toute une série d'événements. Ces événements de dimension internationale sont indispensables au rayonnement de notre capitale. Il faut donc anticiper des dégâts qui sont pratiquement certains afin de ne pas compromettre les événements à venir immédiatement après le concert de Madonna" a-t-il expliqué.

12:32 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28 mars 2012

Le bourgmestre de Moerbeke appelé à démissionner en raison de son alcoolisme

 Le bourgmestre de Moerbeke appelé à démissionner en raison de son alcoolisme

Filip Marin.png

Le Soir, le 28 mars 2012

La section Open Vld de Moerbeke (Flandre orientale) a appelé le bourgmestre Filip Marin, membre de ce parti, à démissionner en raison de sa dépendance à l’alcool, ce que l’intéressé a refusé, disant vouloir désormais siéger comme indépendant. M. Marin est à nouveau confronté depuis quelques semaines à un problème de boisson, selon la section locale des libéraux flamands. «A l’issue du conseil communal de mardi, j’ai parlé à Filip et je lui ai demandé, dans l’intérêt du parti et de la commune, de remettre son mandat», a précisé le président de l’Open Vld de Moerbeke, Robby De Caluwé. «Filip a refusé ; il veut siéger comme indépendant».

Le parti a dès lors décidé que M. Marin ne pouvait plus se représenter aux prochaines élections communales, en octobre. L’Open Vld assure avoir donné «plusieurs chances» au bourgmestre. Ce dernier avait fait un pas de côté de décembre à la mi-janvier pour soigner son problème de boisson, après être apparu ivre au conseil communal. Qu’un bourgmestre siège comme indépendant est certes rare, mais tout à fait légal. «Nulle part dans la législation, il n’est stipulé qu’un bourgmestre doive appartenir à un parti politique», rappelle le cabinet Bourgeois.

22:11 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L’ex-bourgmestre d’Ecaussinnes condamné à un an de prison avec sursis

L’ex-bourgmestre d’Ecaussinnes condamné à un an de prison avec sursis

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg

Le Soir, le 28 mars 2012

Le tribunal correctionnel de Mons a condamné mercredi l’ex-bourgmestre d’Ecaussinnes, Jean Dutrieux, à une peine d’emprisonnement d’un an avec sursis. Il interdit également à l’actuel conseiller communal d’exercer toute fonction publique durant dix ans.

Son frère, Luc, écope lui d’une peine de six mois, également avec sursis. Au civil, Jean Dutrieux aura à débourser 8.500 euros et son frère 1.375. Jean Dutrieux est accusé d’avoir détourné des biens publics à des fins privées, entre 2003 et 2006.

Dans son jugement, le tribunal évoque longuement le voyage au Japon que Jean Dutrieux a effectué en tant qu’invité du responsable de la société Gralex. Dans le prononcé, il est précisé que le coût de celui-ci n’était pas des moindres pour l’époque : 6.450 euros en 2002.

26 mars 2012

Début lundi à Kinshasa de la visite du ministre belge des Affaires étrangères

Début lundi à Kinshasa de la visite du ministre belge des Affaires étrangères

Médiacongo, le 26 mars 2012

Le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, entame lundi une délicate visite de 48 heures en République Démocratique du Congo (RDC), devenant ainsi l'un des premiers responsables occidentaux à se rendre à Kinshasa, depuis les scrutins présidentiel et législatifs du 28 novembre dernier faisant l’objet des contestations et qui ont vu la réélection du Président Joseph Kabila, avec une majorité parlementaire confortée.

M. Reynders, qui répond à une invitation de son homologue congolais, M. Alexis Thambwe Mwamba, se rend à Kinshasa "pour mieux s'informer de la situation politique", a indiqué son entourage, soulignant qu'il rencontrerait de nombreux interlocuteurs, tant congolais - de la majorité présidentielle et de l'opposition, ainsi que  des membres de la société civile - qu'internationaux. Il devrait aussi s'entretenir mercredi après-midi avec le Président Kabila, avant de regagner Bruxelles, jeudi matin.

Cette  visite vise à assurer la poursuite du dialogue "ouvert et constructif" entre Bruxelles et Kinshasa et à souligner l'"engagement" de la Belgique envers la RDC, son ancienne colonie, y compris pour plaider sa cause dans les enceintes internationales, explique-t-on, au ministère belge des Affaires étrangères. La RDC reste, en effet, 52 ans après son indépendance, le partenaire le plus important de la coopération belge. M. Reynders souhaite ainsi «voir et entendre» quels sont les besoins de la population congolaise - alors que la RDC, pourtant dotée de nombreuses richesses naturelles (minerais, bois, cours d'eau...), a le plus bas indice de développement humain et que deux tiers des 67,8 millions d'habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, dans un climat de corruption généralisée.

Cette visite intervient alors que le gouvernement sortant a présenté sa démission trois mois après les élections et qu'un "informateur" a été désigné par le Président Joseph Kabila dans l'attente de la désignation d'un Premier ministre devant disposer d'une majorité à l'Assemblée nationale - alors que la plupart des députés font l'objet de recours en contestation devant la Cour suprême de Justice (CSJ) qui doit décider en avril de la validité de leur mandat.

M. Reynders rencontrera ainsi, outre M. Thambwe, le président - toujours provisoire - de l'Assemblée nationale, Timothée Kombo Nkisi, un élu du parti «Union pour la démocratie et le progrès social» (UDPS) de l'opposant Etienne Tshisekedi, qui conteste les résultats des élections du 28 novembre et s'est autoproclamé chef de l'Etat, et celui du Sénat, Léon Kengo wa Dondo

Il s'entretiendra aussi avec le ministre des Finances, Augustin Matata Ponyo - rescapé d'un accident d'avion le 12 février, dans l'Est à Bukavu (Est) -, et avec deux groupes d'opposants, l'un de l'UDPS et l'autre du Mouvement de Libération du Congo (MLC), du sénateur Jean-Pierre Bemba, actuellement jugé par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Le ministre belge rencontrera également des groupes d'ONG congolaises, et le "patron" de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), le diplomate américain Roger Meece, notamment pour évoquer la poursuite du processus électoral. Car, en dépit du déroulement parfois chaotique de scrutins du 28 novembre, la Belgique souhaite que les élections encore prévues (provinciales, sénatoriales, locales, municipales et urbaines) se tiennent selon un "calendrier raisonnable", afin d'"ancrer la démocratie" en RDC.

Elle est également très attentive à la poursuite de la réforme du secteur de sécurité (SSR), qui doit doter le pays d'une armée et d'une police républicaines, capables d'assurer la sécurité à terme après le retrait prévisible des 17.000 Casques bleus de la Monusco, la plus importante mission onusienne de maintien de la paix, déployés principalement dans l'Est, toujours instable en raison de la présence de groupes armés locaux et étrangers. M. Reynders se rendra enfin sur le site de la future ambassade de Belgique à Kinshasa, après le feu vert donné, vendredi, par le gouvernement à l'achat de terrains afin de construire une nouvelle chancellerie.

25 mars 2012

Une délégation d’Echevins Belges à Alger

Une délégation d’Echevins Belges à Alger

hariche0601_3.jpg

Presse DZ, le 12 mars 2012

Une délégation d’échevins Belge composée de M. Bertin Mampaka, Echevin (CDH) de la ville de Bruxelles, Vice-président du parlement de la région de Bruxelles, de M. Mohamed Ouriaghli, Echevin (PS) de la ville de Bruxelles et Député régional et de Mme Faouzia Hariche, Echevin (PS) de l'instruction publique et de la jeunesse a effectué un séjour de trois jours en Algérie.

Les hôtes de l’Algérie ont organisé, à la fin de leur visite, un déjeuner-débat avec les représentants de la presse nationale. D’emblée, M. Mampaka, chef de la délégation, a souligné que le but de la visite était «de consolider les liens d’entraide et de solidarité entre l'Algérie et la Belgique». Pour Mme Hariche, l’Algérie recèle d’énormes potentialités, «nous soutenons tout ce qui permettra de faire rayonner l’Algérie dans le monde», a-t-elle soutenu.

Cela passe par «le développement d’actions concrètes avec, notamment les associations et les jeunes qui sont l’avenir de l’Algérie», a-t-elle ajouté. D’ailleurs, les membres de la délégation belge ont profité de leur séjour pour rencontrer un certain nombre de personnes activant dans le milieu associatif «ces trois jours m’ont appris plein de choses !», s’est-elle exclamée.

Les débats ont porté essentiellement sur les possibilités de partenariats belgo-algériens dans les domaines socio-culturels, économiques et sportifs, car, selon les membres de la délégation, «beaucoup de choses restent à faire». A ce propos, Amine-Lotfi Hachemi, initiateur et organisateur de cette visite, s’est étonné du fait que l’Algérie n’ait pas pu bénéficier du budget de 5 millions d’euros du parlement européen destiné à encourager la création audiovisuelle, «c’est scandaleux !», a-t-il lancé. Toutefois, il faut bien plus que cela pour le décourager.

En effet, M. Hachemi prévoit d’organiser, en partenariat avec la CACI (Chambre algérienne de commerce et d'industrie), le mois prochain (du 16 au 20 avril), un Conseil d'affaires algéro-belge à Bruxelles, qui se penchera sur les opportunités de développement des relations économiques et commerciales entre l'Algérie et la Belgique.

A cette occasion, une délégation d'hommes d'affaires algériens effectuera une visite à Bruxelles pour identifier les opportunités d'affaires et la possibilité d'établir des partenariats dans divers secteurs entre les deux pays. Notons qu’outre la délégation des Echevins Belges, étaient présents à ce déjeuner-débat, M. Jacques Delaunoit, PDG du groupe Delaunoit- Algérie, ainsi que Mme Baya Hachemi, professionnelle des médias et ancienne députée.

22 mars 2012

Soupçons de fraude sociale à la Maison communale…

Soupçons de fraude sociale à la Maison communale…

Interpellation au Conseil du 28 mars 2012

Geoffroy Clerckx, Conseiller communal (MR), le 22 mars  2012

Les scandales se suivent et ne se ressemblent pas à St-Josse…

Après la fronde des syndicats dénonçant le clientélisme généralisé, après la tentative d’achat d’un immeuble à prix d’or rue de la ferme, après la saga du carrefour sans permis, mal pensé et gouffre à centaines de milliers d’euros de la rue Verte, après la menace de fermeture du Lycée Guy Cudell pour mauvaise gestion et tricheries, après des dizaines d’autres petits et grands scandales qui ont entaché cette législature poussive, voici que Vivacité et la DH ont dénoncé le 15 et 16 mars une fraude sociale impliquant des fonctionnaires communaux.

Je crains que le changement de logo de la commune ne suffise pas pour redorer le blason de la République bananière ten-noodoise

Les faits relatés par la presse, s’ils se confirment, sont graves. Un fonctionnaire du Service des Finances se serait fait domicilier comme personne isolée et non comme cohabitant dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier, afin qu’elle puisse continuer à bénéficier de ses allocations comme personne isolée. Le Secrétaire communal serait intervenu en faveur de ce fonctionnaire.

Un troisième fonctionnaire, responsable du Service Population, serait impliqué puisqu’il aurait accepté d’inscrire le premier cité comme isolé en écrivant sur le rapport de police ''Avec l’accord du Secrétaire communal''.

Un quatrième fonctionnaire aurait participé à la fraude. En effet,  un rapport du service de l’urbanisme qui conclut à la légalité de la subdivision de la maison en deux unités de logement, invoquant notamment la présence de deux compteurs au gaz par le passé, serait un rapport de pure complaisance, d’après le journaliste. Aujourd’hui, la maison ne compterait bien qu’un seul compteur d’après plusieurs sources, n’est équipée que d’une seule sonnette et ne serait pas réellement divisée en deux logements distincts

Last but not least, d’après le journaliste de la Dernière Heure, l’Echevin de l’Urbanisme, Mohamed Azzouzi, serait également mis en cause pour avoir signé l’acceptation d’inscription comme isolé.

Confirmez-vous ces informations ?

Avez-vous pu éclaircir les éventuelles responsabilités des uns et des autres ?

Si les faits sont avérés, pensez-vous comme moi qu’il faut sanctionner les coupables, car si les pouvoirs publics, politiques ou fonctionnaires, ne montrent pas l’exemple en respectant les règles, comment peut-on espérer que les citoyens respectent les règles

L'immunité protège trop les politiques corrompus

L'immunité protège trop les politiques corrompus

Mihail-Boldea.jpg

EuroTopics, le 22 mars 2012

Le parquet roumain a lancé mercredi un mandat d'arrêt international contre le parlementaire en cavale Mihail Boldea, accusé de corruption. C'est la première procédure de ce genre.

Le portail d'information Ziare en attribue la responsabilité à l'immunité des députés : "L'immunité parlementaire est un grave problème… Elle doit être levée avant les arrestations et les perquisitions. Mais c'est justement là que disparaît l'effet de surprise… Quand le ministre de la Justice demande au Parlement une levée d'immunité pour pouvoir procéder à une perquisition, que fait-on dans ce cas ? On tente bien sûr de se débarrasser de tout ce qui est compromettant… L'argent, les documents et autres peuvent être dissimulés ou détruits. A quoi sert alors la perquisition ? … Et pour couronner le tout, Mihail Boldea a disparu."

L’élu CDH se défend d’être domicilié dans sa trois façades de Woluwe. Pourtant…

L’élu CDH se défend d’être domicilié dans sa trois façades de Woluwe. Pourtant…

7271108_PhoDoc5_IBRAHIM_Erkan_bruxelles_1_0L32LXYX.JPG

Par Guy Bernard, le 22 mars 2012

J’ai l’impression qu’il vit ici depuis toute la vie ! D’accord, la dame qui nous répond n’habite près de la rue des Dix Arpents que depuis sept ans. Mais, parlant d’Ibrahim Erkan, elle est plutôt formelle.

Qu’est-ce que ça peut faire ? Conseiller communal de Saint-Josse, ce Turc araméen se doit de vivre dans l’entité où il exerce son mandat.

La suspicion de tricherie ne date pas d’hier. En 2006 déjà, des blogs juraient mordicus qu’Ibrahim Erkan quittait tous les soirs sa boutique tennoodoise du 29, rue Willem pour rejoindre son épouse et leurs trois enfants en leur woluwéenne maison trois façades. Il y a une quinzaine de jours, le problème resurgit en section CDH. Où on le pria gentiment de régulariser sa situation, illégale.

La loi est logique, convient, du tac au tac, le commerçant né en 1955. Mais Eric Jassin (l’échevin des Classe moyennes, tête de liste CDH pour le 14 octobre, NDLR), il est né à Damas, à Tripoli ou au Caire ? Il devient un vrai dictateur. Est-il normal qu’il ait treize mandats ?, se fâche-t-il. Et d’en rajouter une couche : “Pour ces élections-ci, il met des méconnus au premier plan, après avoir exclu Farid Kessas et Abdellah Boughaba qui, en 2006, avaient fait plus de voix que lui. C’est suicidaire…”

Une fois son ire exprimée, Ibrahim Erkan en est venu au fait. Refusant toute intrusion dans sa vie privée, il affirme haut et clair être domicilié au-dessus de son commerce. À Saint-Josse, quoi. Non sans, en père consciencieux qu’il se dit, opérer de (très) fréquentes navettes jusqu’au 39, rue des Dix Arpents. Vous croyez que je serais assez fou pour sacrifier les 700 € de loyer que je pourrais avoir de mon appartement pour un jeton de présence de 70 € ?, lâche-t-il pour convaincre. “Que ce grand humaniste règle sa situation illégale !”, réagit Eric Jassin. Sûr que ces deux-là ne s’associeront plus en rien. “Je suis libre !”, proclame un Erkan qui se tâte pour octobre : “J’ai été approché par les libéraux…”

L’humaniste Ibrahim Erkan a mis quelque 700.000 € dans son fief de Woluwe. Sans y poser ses valises d’élu tennoodois?