21 mars 2013

Réaction du PTB Charleroi à des faits de racisme dans l'administration carolo

Raoul Hedebouw

Porte-parole national du PTB

Réaction du PTB Charleroi à des faits de racisme dans l'administration carolo

Raoul-Hedebouw-en-2009-.jpg

Facebook, le 21 mars 2013

Mais enfin, ou va-t-on ? Demander à des femmes un certificat d'islamité pour pouvoir apposer une photo d'identité avec le voile. Mais qu'on arrête d'emmerder les gens à la fin ! Qu'on laisse les gens vivre leur croyance. Le racisme monte en Belgique, et la crise n'y est pas pour rien. Comme PTB, comme parti de gauche, nous nous battons contre ces discriminations parce qu'elles divisent les travailleurs. Ensemble nous sommes plus forts !

Réduire le port du voile à l'asservissement me semble un peu caricatural. Il faut une fois aller discuter avec ces filles pour comprendre que les choses ne sont pas si simples (mais y-a-t-il bcp de militant de gauche qui discutent avec elles ? Je doute ...). Mais encore une fois : libre à toi camarade d'aller les convaincre qu'elles ne doivent plus porter le voile. Tout comme les militants socialistes dans les années 1900 étaient libres d'aller mener le combat contre l'Église. Je dis simplement que l'on ne va pas résoudre cela par l'interdiction, que du contraire, elle renforce encore plus le repli sur soi.

Soupçons de fraude à la Ville

Soupçons de fraude à la Ville

Hamza_Fassi_Fihri.jpg

Mathieu Colleyn, le 21 mars 2013

Un audit accablant pour la gestion de la Mission locale pour l’emploi de la Ville de Bruxelles identifie la "mise en place d'un mécanisme de fraude"

Les Missions locales pour l’emploi ont pour noble objectif de fournir un accompagnement gratuit aux chômeurs à partir du niveau communal. Celle de la Ville de Bruxelles est sous le choc depuis mercredi soir. Le conseil d’administration de cette ASBL subsidiée pour plus de trois millions d’euros vient en effet de recevoir un rapport d’audit impitoyable à l’égard de sa gestion passée. La Mission locale fut dirigée, entre 2008 et 2012, par Hamza Fassi-Fihri (CDH), ex-échevin en charge de l’Emploi. Pour rappel, l’humaniste bruxellois a dû quitter ses fonctions suite aux élections communales d’octobre 2012. Au lendemain de celles-ci, son parti, emmené par la vice-première ministre Joëlle Milquet, fut en effet jeté dans l’opposition par une alliance PS-MR. Les conclusions de l’audit dont "La Libre" a pu prendre connaissance sont accablantes à chacun de ses chapitres et nous invitent à une petite plongée dans une malgouvernance présumée.

La société d’audit pointe d’abord un sérieux problème statutaire vis-à-vis de l’administrateur délégué de l’ASBL (remercié par la nouvelle majorité) : "Si le Conseil d’administration (CA) a bien désigné un administrateur délégué, nous n’avons retrouvé aucune décision dans un PV qui fixe ses pouvoirs et qui fixe, éventuellement, un salaire ou appointements". Or depuis 2007, deux personnes ont exercé ces fonctions et furent rémunérées pour cela, ce malgré le fait que les statuts de l’ASBL prévoient que ces postes sont pourvus à titre gratuit à défaut de décision explicite du CA. Le dernier administrateur délégué percevait 1 500 euros mensuellement, sous forme de prestations facturées à l’ASBL. Ce n’est pas tout. Le volet fiscal de l’audit relève "l’absence de fiche pour les honoraires de l’administrateur délégué", dans la déclaration de la Mission locale, alors que celui-ci a facturé ses prestations à partir d’octobre 2010. L’intéressé n’a par ailleurs pas de statut d’indépendant et n’est pas inscrit à la TVA, affirme le rapport. Ce dernier élément est contesté par l’ex-administrateur délégué. L’absence de déclaration pourrait signifier une dette de quelque 66 000 euros envers le fisc, calcule toutefois le rapport d’audit.

Toujours au volet fiscal, il indique aussi qu’une série d’avantages en nature octroyés à certains employés de l’ASBL (GSM, Ipad, Internet) ne furent pas déclarés à son secrétariat social, empêchant celui-ci de rentrer cette forme de rémunération dans le calcul des cotisations ONSS. Des salaires ne correspondant pas aux barèmes, des augmentations surprenantes décidées en dehors du CA sont également pointées du doigt.

L’analyse détaillée des subsides à la Mission locale est également préoccupante. Une série de justifications, pour un montant de 105 000 euros, manque à l’appel. Si les subsides ne sont pas justifiés à temps et donc non versés, cette perte serait catastrophique pour la Mission locale "qui ne possède aucune réserve" pour l’encaisser.

Opérations curieuses et douteuses

Informée "d’opérations curieuses et douteuses", la société d’audit a analysé en détail les relations de l’ASBL avec son fournisseur de matériel de bureau. "Le chiffre d’affaires avec ce fournisseur a plus que doublé entre 2011 et 2012, note l’audit. Il passe de 21 000 à 45 000 euros. Cette augmentation est principalement liée aux seuls achats du mois de décembre 2012". Curieuses et douteuses sont en effet ces 111 factures émises en décembre pour un montant total de 23 000 euros. Après avoir procédé à un relevé des factures aux libellés problématiques, le rapport d’audit identifie la "mise en place d’un mécanisme de fraude".

L’anecdote vaut son pesant de cacahuètes. Alors que la société était en train d’auditer l’ASBL, un paquet du fournisseur est arrivé au service comptabilité. La boîte en question fut ouverte en présence des auditeurs. "A notre grande surprise, se trouvait dans cette boîte une valise comportant une visseuse/perceuse et un appareil à vapeur "Sauna facial" de marque Panasonic", racontent-ils. "Ce n’est vraiment pas le genre d’appareils qui est utilisé dans le cadre professionnel d’un service comptable", dit le rapport. Ces objets étaient selon l’audit commandés directement et destinés à l’usage personnel de deux employés de l’ASBL. Et facturés comme matériel de bureau. "Nous ignorons depuis combien de temps ce mécanisme de fraude était en place avec ce fournisseur, conclut le rapport. L’importance du nombre de factures de décembre 2012 ainsi que le chiffre d’affaires réalisé en un mois avec le fournisseur font naître une très grande suspicion de mécanisme de fraude".

Hamza Fassi-Fihri n’a pas souhaité commenter l’information avant d’avoir pris connaissance du rapport. Les éléments qui lui ont été présentés par téléphone ne relèvent pas tous de la compétence du conseil d’administration qu’il présidait, ajoute-t-il. L’élu CDH précise par contre qu’il est fier du travail (notamment de réduction de déficit) accompli à la Mission locale ainsi que des projets concrets qui ont été menés à bien ces dernières années.

Par ailleurs, l’ancien administrateur délégué affirme être bien inscrit comme indépendant complémentaire, ce qui jette tout de même un petit doute sur la qualité de l’audit. "Nous allons porter plainte pour détournement et abus de biens sociaux", annonce Marion Lemesre (MR), nouvelle échevine et nouvelle présidente de la Mission locale. Elle dit vouloir remettre de l’ordre dans l’ASBL afin qu’elle puisse se concentrer sur ses missions premières. 

20 mars 2013

Le «1210» ou la Pravda de l’Emirat

Saint-Josse

Le «1210» ou la Pravda de l’Emirat

Interpellation au Conseil du 25 mars 2013

Geoffroy Clerckx, Conseiller communal (MR), le 19 mars 2013

L’ancienne revue communale, le «Joske», en fin de législature passée, a fini par s’ouvrir à l’opposition, lui donnant deux articulets pour s’exprimer. C’était mieux que rien pour mettre un petit bémol aux lauriers que la majorité s’attribuait généreusement.  

Dans les deux premiers numéros du mensuel communal nouvelle mouture, rebaptisé «1210» pour marquer la rupture avec l’ancien bourgmestre trop «brusseleir», plus de trace de l’opposition… Plus de traces non plus des principales figures de la majorité, échevins et Présidente de CPAS, si ce n’est la mention de leurs noms et coordonnées en dernière page…

Seul le beau, le grand, le radieux Emir Kir trône en majesté à la troisième page de cette revue digne de la Pravda. Tout va bien. Dormez en paix, citoyens de St-Josse ! Notre guide veille sur nous.

Le numéro de février nous a même gratifiés en deuxième page du parcours politique fulgurant de notre nouveau leader, avec, informations ô combien passionnantes, ses scores électoraux des élections régionales de juin 2009 et fédérales de juin 2010. Je suppose que c’est pour arracher des «oh!» et des «ah!» d’admiration au lecteur impressionné par ces résultats exceptionnels ? On a par contre gommé les informations moins glorieuses. Il est vrai qu’il valait mieux, pour ne citer qu’un exemple au hasard, ne plus faire état d’un diplôme imaginaire

Ces pratiques rédactionnelles, Monsieur Kir, sont d’un autre temps. Ce n’est pas cela qu’on appelle «la nouvelle culture politique». Ce n’est pas cela qu’on appelle la «transparence» dont vous vous faites le chantre dans votre note de politique générale.

N’ayez pas peur de la contradiction. N’ayez pas peur de l’opposition. Elle sera constructive si vous l’êtes. Une bonne majorité a besoin d’une bonne opposition. Celle-ci lui permet de s’améliorer, en la forçant à se remettre en question, en la titillant, en attirant son attention sur des problèmes qu’elle ignorait ou qu’elle sous-estimait.

Vous avez fait un pas dans la bonne direction en ouvrant certaines associations à l’opposition. Continuez dans cette logique et ouvrez lui aussi les portes du «1210».

Quand malpropreté génère dangerosité...

Quand malpropreté génère dangerosité...

Interpellation au Conseil du 25 mars 2013

Thierry Balsat, Conseiller communal (Indépendant), le 19 mars 2013

Depuis de trop longues années notre commune est réputée championne au hit-parade des communes les plus sales... de la région Bruxelloise n'en déplaise aux différents gestionnaires politiques en charge ces dernières  décennies et tant pis pour les contribuables tennoodois contraints de subir le désintérêt de nos élus sur cette problématique. Cette situation d'abandon n'est hélas pas sans conséquences collatérales et notamment en matière de sécurité.

Outre la situation de nos rues, de nos chaussées et autres artères en  tous points malpropresil est un autre constat qui ne souffre d'aucune discussion, nos trottoirs et les abords de certains immeubles publics sont des zones dangereuses et troublent la sécurité publique.

Qui en effet, n'a jamais emprunté la chaussée de Louvain au niveau de l'ancien café l'impérial devenu un marchand de légumes en direction de la place Dailly... Les trottoirs de cette artère commerciale bien connue, sont envahis d'échoppes de fruits et légumes disposées par les commerçants de manière anarchique qui rejettent leur trop plein à même le sol rendant de la sorte ces mêmes trottoirs glissant et dont l'exiguïté oblige nombre de passants à se déporter délibérément sur la rue avec toutes les conséquences dangereuses que l'on peut imaginer.

Ces mêmes commerçants qui n'hésitent plus, depuis des lustres, à abandonner sur l'espace public leurs déchets journaliers en toute impunité, renvoyant à leur triste sort, les ouvriers préposés à l'entretien.

A ce titre, une enseigne très connue à Saint-Josse et dont l'un des entrepôts est situé à la rue du vallon, jette journellement et impunément des dizaines de carton sur la voie publique au mépris du voisinage et des règles élémentaires de salubrité publique...

De même, certains immeubles dépendant de la gestion communale génèrent de fortes nuisances dans de nombreux quartiers sans que les autorités n'y prêtent une attention sauf dans certains cas d'urgence....

Pour ne prendre qu'un récent exemple, je reviens sur l'incident du 9 mars dernier à 04h30 du matin à hauteur du 17 rue du vallon, immeuble géré par la commune de St Josse (Les HBM...) où l'amas d'immondices et de sacs poubelles qui jonchaient le trottoir ont pris feu pour des raisons encore inconnues. Heureusement l'incendie a été circonscrit rapidement par les pompiers. Les locataires des immeubles s'en sortant finalement avec une grosse frayeur et les autorités par le remplacement de deux plaques en contreplaqué. Quant aux détritus, sacs poubelles, matelas et autres déchets, RAS ils sont toujours là...

En effet, en 2000 les responsables de l'immeuble décidèrent d'enlever les containers à ordures disposés sur le trottoir pour les remplacer par un local à détritus. Hélas, l'espace ne fut jamais réellement opérationnel. L'on revint donc rapidement à l'ancienne méthode, les containers en moins...

Dès lors et depuis de longues années, les habitants de cet immeuble social déposent leurs sacs poubelles à même le trottoir en quantité importante invitant de la sorte, tous types de dépôts clandestins incontrôlables.

Quand je lis la note de politique générale présentée par la majorité dans son point 1.E. ''Des quartiers plus agréables à vivre'' et compte tenu de l'expérience régionale en matière de propreté publique de Monsieur le Président de cet honorable conseil, je suppose que l'équipe dirigeante installée depuis près de 4 mois maintenant est enfin opérationnelle et qu'elle va rapidement se mettre à travailler en œuvrant pour une politique préventive en la matière...

a) Pourrait-on installer provisoirement des containers sécurisés dans les rues commerçantes sensibles afin de désengorger nos trottoirs et nos rues de ces encombrants moyennant une redevance payée par les commerçants concernés ?

b) Quand que les services communaux iront-ils contrôler la conformité et la légalité des échoppes se trouvant sur les trottoirs ?

c) L'échevin des classes moyennes ne pourrait-il pas sensibiliser les commerçants sur la problématique par des actions ludiques ?

d) Les commerçants/contrevenants sont-ils verbalisés ? Si oui par qui ? Sont-ils également exposés au paiement d'une amende comme le commun des habitants ?

e) Que compte faire la commune concernant le problème d'ordures ménagères et encombrants de la rue du Vallon aux abords des logements sociaux  afin d'éviter un nouvel incident et rendre le quartier plus agréable à vivre ?

Je vous remercie par avance pour l'attention que vous prêterez à la présente.

15 mars 2013

«L’honneur et la gloire du sionisme» Emile Vandervelde. (1866-1938)

«L’honneur et la gloire du sionisme»

Emile Vandervelde (PS) (1866-1938)

IEV-PS-banner.jpg

Arnold Lagémi, le 11 mars 2013

Homme politique Belge. Député socialiste (1894) Président de la II Internationale 1900. Il fut notamment Ministre des Affaires Etrangères (1925-1927) et signa le Pacte de Locarno (1925).

«Ce que je veux souligner en ce moment, et ceci s'applique à toutes les colonies, c'est l'effort prodigieux accompli en quelques années, par ces hommes, qui étaient presque tous des citadins, dont beaucoup étaient des intellectuels,- avocats, médecins, professeurs,- pour se recréer une patrie en s'astreignant aux travaux les plus durs, en s'exposant aux risques d'un climat insalubre, en organisant le retour à la terre de travailleurs qui semblaient aussi peu faits que possible pour être des agriculteurs...

Pour des raisons diverses, qui seraient trop longues à dire, il serait incontestablement plus aisé, du point de vue économique, d'établir les Juifs de l'Europe Orientale en Argentine ou au Katanga.

Pour choisir la Palestine, il faut que des facteurs moraux interviennent. Mais, c'est l'honneur, et je le crois fermement, ce sera, un jour, la gloire du sionisme d'avoir compté sur ces facteurs moraux et de s'en être servi pour faire de grandes choses.»

A cette époque le Socialisme Européen était cet humanisme qui laisse encore ce goût de miel. Emile Vandervelde en faisait partie. Ce politicien Belge s'émerveille de la rapidité avec laquelle des citadins sont devenus des agriculteurs.

Le jeune Etat Juif avait-il le temps de négocier avec la réussite ? Soit, il réussissait en tout domaine ; soit l'insuffisance d'une seule pièce du puzzle précipitait tout l'édifice dans le Néant. La nécessité fait souvent loi ! Et là cette sagesse s'impose !

Toutefois, on ne pourra s'empêcher de se demander d'où cette génération puisait-elle la force ?

Car, cette même génération a connu la Nuit de Cristal, les humiliations, les arrestations, les déportations, les fours, le gaz. Elle témoigne que les Nations l'ont abandonnée et renvoyée à Hambourg sur l'Exodus ! Qu'en 1948, elle dut faire face à la coalition Arabe, sans l'aide de quiconque. Alors devenir agriculteur, quand on était citadin !

Que de pareils prodiges puissent impressionner, jusqu'à susciter envies et jalousie se comprend. Quand on n'a pas le choix, on surmonte ou l'on meurt !

Et le choix n'a pas, souvent, été proposé aux Juifs !!!

Molenbeek: des subsides au FC Brussels volatilisés

Molenbeek

Des subsides au FC Brussels volatilisés

La Capitale, le 15 mars 2013

L’utilisation des subsides alloués par la Région bruxelloise au club de football du FC Brussels pose question, révèle ce vendredi votre journal La Capitale. La bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans et l’échevin des sports Ahmed El Khannouss s’inquiètent, dans un courrier envoyé à plusieurs ministres régionaux, de l’utilisation non conforme d’une partie de ces subsides.

La question porte sur les 3,25 millions d’euros alloués par la Région bruxelloise en 2006 et destinés aux travaux d’infrastructures sportives du club.

«Nous sommes bien forcés de constater que la totalité des travaux convenus n’a pas été entreprise, ni toujours bien réalisée en vertu des conventions signées avec le FC Brussels», s’inquiètent les deux mandataires, qui soulèvent des zones d’ombre dans l’utilisation de cet argent et reprochent au président du club, Johan Vermeersch, de ne pas pouvoir justifier certaines de ses pratiques.

La Capitale cite notamment le fait que le FC Brussels ne dispose toujours pas d’un éclairage conforme, que les pylônes électriques ont été revendus à une société privée alors qu’il font partie intégrante du stade, que la tribune bétonnée du terrain C ne correspond pas aux prescrit d’une convention de 2007 et n’aurait disposé d’aucun permis, etc.

Par ailleurs, 50.000 euros destinés au club dans la convention 2011 ont été saisis et auraient servi à payer les indemnités dues à un ex-joueur du Brussels, Ante Aracic.

14 mars 2013

Bourgmestre Emir Kir

Bourgmestre Emir Kir

Jean-Christophe Pesesse reçoit dans le tram de Télé Bruxelles, le nouveau bourgmestre de Saint-Josse-Ten-Noode, Emir Kir (PS)

Grande-Bretagne: un lord musulman suspendu pour propos antisémites

Grande-Bretagne

Un lord musulman suspendu pour propos antisémites

Lord-Nazir-Ahmed (1).jpg

Belga, le 14 mars 2013

Le Parti travailliste britannique d'opposition a annoncé jeudi la suspension d'un lord musulman soupçonné d'avoir tenu des propos antisémites après sa condamnation à une peine de prison pour conduite dangereuse.

Nazir Ahmed, d'origine pakistanaise, "a prétendu que des médias appartenant à des juifs avaient fait pression sur le tribunal (britannique) pour le condamner à une peine plus lourde" en 2009, a rapporté jeudi le journal The Times.

Le quotidien britannique dit se fonder sur une interview du membre de la chambre haute du parlement, donnée en langue ourdou sur une chaîne de télévision pakistanaise.

Nazir Ahmed a aussi affirmé que le juge qui l'avait condamné à douze semaines de prison avait été nommé à la Haute Cour après avoir aidé "un collègue juif" de l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair, a rapporté le journal.

Le Parti travailliste a réagi jeudi en suspendant le lord, "dans l'attente des résultats d'une enquête", rappelant qu'il "déplorait et ne tolérait aucune forme d'antisémitisme".

Lors de son procès, Nazir Ahmed avait plaidé coupable de conduite dangereuse, après avoir tué un automobiliste en 2007, le jour de Noël, près de Sheffield, dans le nord de l'Angleterre.

L'enquête de police avait révélé que le lord avait reçu et envoyé cinq sms lors de son voyage, et que le dernier message avait été envoyé deux minutes avant l'accident.

Nazir Ahmed, premier musulman à avoir été nommé lord, en 1998, avait déjà été suspendu momentanément du Parti travailliste en 2012 à la suite d'informations selon lesquelles il avait offert 10 millions de livres (12,1 millions d'euros ou 15,9 millions de dollars) à toute personne qui capturerait le président américain Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush. Il avait nié avoir tenu ces propos et avait ensuite été réintégré dans le parti.

Money, money, money, it’s a bitch man world !

Money, money, money, it’s a bitch man world !

Thikem, le 13 mars 2013

Du désaccord entre le MR et le CD&V, on voit apparaître diverses informations intéressantes, comme celle des garanties étendues données aux coopérateurs Arco, afin de leur permettre de récupérer leur mise dans le naufrage Dexia. Et, à cette révélation, certains se mettent à parler de magouilles et de corruptions arbitrées par les hommes politiques.

Ca vous étonne vraiment ?

«La corruption est l’abus d’un pouvoir confié, à des fins privées» (Transparency International). Cela se pratique tous les jours en Belgique, à tous les niveaux de pouvoir et dans tous les partis, c’est dans les moeurs et les Belges s’en foutent, en profitent ou laissent faire sans réagir.

Si des ministres CD&V ou des membres de leurs Cabinets (ou de leurs familles) vont profiter de cette extension, on pourra certainement parler de corruption. Cependant, tous ces politiciens véreux n’ont pas trop à s’en faire, la corruption n’est quasi jamais sanctionnée en Belgique, on va faire traîner les choses jusqu’à péremption, on va peut-être créer une nième commission inutile qui concluera qu’il n’y a aucune malversation ou on va trouver des boucs émissaires. L’histoire se répète.

Et ce sera finalement le contribuable qui paiera, tant qu’il n’imposera pas à la politique sa vision transparente de la démocratie.

Bruxelles recherche des candidats pour les prochaines élections européennes

Bruxelles recherche des candidats pour les prochaines élections européennes

EurActiv, le 13 mars 2013

Les partis politiques devraient nommer un candidat au poste de président de la Commission européenne pour les élections européennes de 2014. Ils devraient également afficher leur affiliation à un parti politique européen, a recommandé l’exécutif européen hier (12 mars).

Selon des sources du Parlement européen, la décision de la Commission n'est pas surprenante, car la désillusion à l'égard des familles politiques européennes traditionnelles semble de plus en plus présente à la suite d'élections nationales en Italie et ailleurs.

Lors des élections européennes de 2009, le taux moyen de participation dans les 27 États membres était de 43 %. Le taux le plus faible a été enregistré en Slovaquie (19,6 %) et en Lituanie (20,4 %) alors qu'il était le plus élevé en Belgique (91 %), où le vote est obligatoire.

Des sources du Parlement ont déclaré à EurActiv que les eurodéputés craignaient qu'en l'état actuel, les prochaines élections européennes ressemblent aux dernières élections italiennes et que de nouveaux partis tels que le Mouvement cinq étoiles de Beppe Grillo et le Parti pirate occupent le devant de la scène.

Le Conseil de l'Union européenne a approuvé le 12 mars une demande du Parlement qui vise à anticiper les élections aux 22 et 25 mai, au lieu du mois de juin comme prévu initialement.

L'objectif est d'accroître le taux de participation des électeurs, car de nombreux Européenns prennent leurs vacances en juin. Il semblerait également que le groupe libéral ADLE, à l'origine du changement de date, souhaite accorder à son chef de file, Guy Verhofstadt, un avantage dans sa course au poste de président de la Commission.

Comme l'a rapporté EurActiv, les libéraux européens peinent à trouver un candidat au poste de président de la Commission, car le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, un libéral danois, est pressenti à une autre fonction : président du Conseil européen.

Il semble peu probable que les membres d'une même famille politique soient à la tête de deux des plus hauts postes de l'UE.

Étant donné que le mandat de M. Rasmussen expire en juillet 2014, les élections de mai la même année devraient tourner à l'avantage de M. Verhofstadt. Les libéraux devraient nommer leur(s) candidat(s) aux élections européennes lors d'un forum en mai de cette année.

Le Parti socialiste européen (PSE) prépare également les élections. Lors du congrès du PSE en septembre 2012, le président Sergueï Stanichev a déclaré que les membres du PSE en Europe s'uniraient afin de nommer un candidat au poste de président de la Commission et consacreraient l'année 2013 à la sélection de ce candidat.

Le président du Parlement, Martin Schulz, très apprécié dans les cercles politiques de centre-gauche de nombreux pays, est en tête de la liste des candidats potentiels. Les socialistes espèrent, en coulisse, remporter les élections européennes en dépassant le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit. M. Schulz se verrait alors octroyer le poste de président de la Commission.

Il est toutefois difficile de connaître le choix du groupe du PPE. Les membres du PPE ont discuté de la préparation des élections européennes lors d'un sommet à Chypre le 11 janvier, mais ils n'ont pas encore pris de décisions importantes. Le PPE précise qu'il a lancé pour la première fois la procédure de nomination d'un candidat au poste de président de la Commission depuis 2004, après les élections, et à nouveau en 2009, en amont des élections.

À la suite de ces deux procédures, ils ont désigné le premier ministre portugais José Manuel Barroso comme candidat. Une troisième nomination de M. Barroso n'est pas à exclure, étant donné que la vice-présidente de la Commission Viviane Reding a recommandé sa renomination. Mme Reding est toutefois considérée comme une candidate éventuelle du PPE.

Une nouvelle enquête Eurobaromètre appuie la recommandation de la Commission adoptée hier. Selon cette enquête, 84 % des personnes estiment que des informations supplémentaires sur les conséquences de l'UE dans la vie quotidienne, sur les programmes des partis au Parlement et sur les élections elles-mêmes augmenteraient le taux de participation.

Quelque 73 % considèrent également que des informations supplémentaires sur les affiliations des candidats à un parti politique européen encourageraient les électeurs à voter. Selon 62 % des candidats de partis au poste de président de la Commission et une seule journée de votes renforceraient le taux de participation.

08:18 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le sp.a quitte le PS à Molenbeek et l'accuse de ne pas être constructif

Le sp.a quitte le PS à Molenbeek et l'accuse de ne pas être constructif

5. Jef Vandamme.JPG

Belga, le 13 mars 2013

Les élus sp.a du conseil communal de Molenbeek-Saint-Jean ont décidé de mettre fin au groupe commun qu'ils formaient avec leurs collègues francophones du PS, a annoncé mercredi FM Brussel. Les socialistes flamands ne divergent pas du PS local sur le fond mais disent ne plus se retrouver dans la façon dont celui-ci mène l'opposition dans cette commune bruxelloise.

"Nous n'avons plus envie de cette rancune et de ces disputes permanentes avec la majorité", a expliqué le conseiller communal et député régional, Jef Van Damme. "Le sp.a veut toujours être critique mais souhaite mener une opposition constructive. La façon dont le PS communique n'est pas le style que nous avons choisi".

Jef Van Damme s'est refusé à faire un lien entre cette décision et les vives critiques que s'est attiré récemment le PS de Molenbeek en raison de déclarations de certains de ses membres ou d'initiatives malheureuses qu'il a prises.

Le 14 février, l'expert en questions de renseignement, Claude Moniquet, a porté plainte contre Jamal Ikazban, chef de file du PS dans la commune, après que celui-ci l'eut traité d'"ordure sioniste" sur Twitter. Et la semaine passée, une affiche annonçant un débat sur le sionisme organisé à Molenbeek par l'asbl socialiste "Présence et Action Culturelle" a à nouveau échauffé les esprits. Elle représentait un Juif dominant le monde, à la manière des caricatures antisémites des années 1930.

"Ce n'est pas la raison qui nous a poussés. C'est une décision constructive. Nous voulons nous affirmer de façon plus visible et c'est de cette façon que nous pensons pouvoir le faire mais le PS reste notre premier partenaire sur le plan politique", a souligné Jef Van Damme.

Le PS et le sp.a avaient connu par ailleurs un différend sur l'attribution du 5e siège au conseil de l'aide sociale, qui est finalement revenu à Tania Dekens (sp.a).

07:58 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13 mars 2013

Saint-Josse : la chaussée de Louvain sera rouverte aux automobilistes le 26 mars

Saint-Josse

La chaussée de Louvain sera rouverte aux automobilistes le 26 mars

Belga, le 12 mars 2013

Le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir, et la ministre de la Mobilité, Brigitte Grouwels, ont présenté l’accord pour le réaménagement de la chaussée de Louvain. Qu’est-ce qui va changer ? Réponse.

À la suite de la réunion de consultation des Tennodois le 16 janvier dernier, la ministre bruxelloise des travaux publics et du transport Brigitte Grouwels (CD&V) et le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode Emir Kir (PS) ont présenté leur accord de principe pour le réaménagement de la chaussée de Louvain. Dès le 26 mars, une bande de la chaussée de Louvain sera rouverte à la circulation automobile. La demande de permis d’urbanisme est en cours d’élaboration. Une phase de consultation sera organisée à l’automne prochain.

Afin de désengorger la rue Scailquin et les petites rues avoisinantes, une bande de circulation sera rouverte chaussée de Louvain dans le sens de la place Madou à la place Saint-Josse. La rue Scailquin conservera une voie pour les voitures de la place Saint-Josse à la place Madou et disposera de deux bandes de bus dans les deux sens qui pourront être utilisées par les cyclistes et les taxis.

L’accord privilégie le confort et la sécurité des piétons avec un élargissement des trottoirs de la chaussée de Louvain pour une largeur variant de trois à cinq mètres. L’espace piétonnier de la chaussée sera ainsi préservé à 80 %. Les trottoirs de la rue Scailquin seront également élargis aux endroits qui le permettent. Trois espaces verts seront aménagés dans la zone.

En parallèle, la commune de Saint-Josse-ten-Noode lancera une étude pour évaluer l’ensemble des actions de mobilité menées depuis 2002.

«Grouwels fait à nouveau marche arrière»

«Après l’Avenue du Port et la Chaussée d’Ixelles, la ministre Grouwels fait à nouveau marche arrière sur les voieries régionales. Bruno De Lille, pourtant chargé de la mobilité, ne peut apparemment pas faire la différence. Le projet est contraire non seulement aux objectifs du gouvernement en matière de renforcement des noyaux commerciaux, mais également en matière de transports en communs en site propre, de zones piétonnières et de réduction de la circulation automobile.»

11 mars 2013

Où est passée la 7e compagnie?

Où est passée la 7e compagnie ?

Massimo Bartolini, le 11 mars 2013

Alors ça !!! Des Flamands qui se battent en Syrie... C'est la nouvelle qui a permis aux Reynders, Destexhe et Ducarme de la ramener une fois de plus. Voilà des sieurs qui décidément manquent singulièrement d'imagination. Mais bon, c'est leur droit de radoter encore et encore. Oui mais.

Oui mais, tout n'est pas si simplet. Il faut reconnaître à Denis Ducarme que, contrairement aux deux précités, il ne s'arrête pas à des déclarations intempestives et racoleuses, il va au bout de sa logique, et ainsi, il propose de recourir à la législation pour sanctionner ces jeunes qui sont (ou seraient) en Syrie, législation qui sanctionne tout Belge qui se battent à l'étranger. Bien. Jusque là, vous me direz qu'il n'y a rien à redire, un parlementaire fait son travail et s'attèle au bien-être et à la sécurité de ses concitoyens. Quoi de plus normal.

On passera sur le fait qu'à chaque discussion et bouclage de budget, les salafistes (Flamands ou non) reviennent à la une des médias. On passera, parce qu'on dira que je suis conspirationniste, gauchiste tendance myope ou crétin qui refuse de regarder la réalité en face. Je vous laisse aller vérifier les informations de novembre dernier, quand le gouvernement claironnait qu'il arriverait à faire les économies nécessaires au bien-être de tous et quand on s'inquiétait de la présence de salafistes dans l'armée belge. C'est la même trame aujourd'hui, boucler et équilibrer le budget s'annonce compliqué et de source sûre, on nous annonce que quelques dizaines de jeunes flamands se battent en Syrie. On va dire que c'est juste une coïncidence. Et que les voies des rotatives et des agences de presse sont impénétrables.

Et donc, à partir d'une interview de la responsable d'Eurojust, Michèle Coninsx, à la VRT radio, on brandit le danger de jeunes salafistes qui vont bientôt revenir en Belgique, on s'agite pour dire que ça suffit, que les lois sont faites pour être appliquées et qu'on les attend de pied ferme.

Par contre, je m'étonne, que Denis Ducarme, ou d'autres, on peut pas tout demander au même homme, n'ait jugé bon d'agiter cette loi de 1979 pour s'occuper des Belges qui se battaient pour Khadafi ... Il ne s'agissait pas non plus de militaires dûment mandatés et avec une mission précise dont il est question, mais de mercenaires. Pourquoi ce traitement différent ? Pourquoi ces agités de la gâchette et du combat au corps-à-corps n'ont-ils pas eu droit à la une des journaux et à des "c'est inadmissible, il faut sanctionner" Ce n'est qu'un exemple, car les conflits qui éclatent sont l'occasion pour beaucoup d'aller se dérouiller les doigts.

Dans un livre consacré aux mercenaires, deux chercheurs spécialistes de la privatisation de la sécurité et des forces armées indiquent que "En tout cas, au ministère belge des Affaires étrangères, on nous explique que le vote de Bruxelles ne constitue en rien un refus de sanctionner les activités mercenaires. L'Assemblée générale de l'ONU ayant adopté sans vote la convention de 1989 condamnant les activités mercenaires, il était dès lors "inutile" de voter une nouvelle résolution, dit-on à Bruxelles. On rappelle que la législation belge punit d'emprisonnement quiconque aura recruté des hommes au profit d'une armée ou d'une troupe étrangère sans l'autorisation du roi (loi du 15 juin 1951, article 99) et qu'un autre texte datant de 1979, condamne l'engagement de nationaux belges dans une troupe étrangère. On constate cependant qu'à l'issue de son aventure zaïroise, le Belge Tavernier n'a nullement été inquiété. Non seulement, comme le démontre le cas belge, les législations nationales ne sont guère appliquées mais, dans beaucoup de cas, note Bernales, elles ne contiennent pas de dispositions définissant de manière spécifique les activités mercenaires comme des crimes punissables." Tout cela est disponible d'un ou deux clics sur l'internet, pas besoin de la sécurité de l'Etat ou d'une interview à la VRT pour en prendre connaissance. Pourquoi ne s'agite-t-on pas et ne sanctionne-t-on pas les mercenaires belges qui partent, pour quelques milliers de dollars de plus, zigouiller à tour de bras en Libye ou en Tchétchénie ?

Quoi, ça ne rapporte rien électoralement ? Naaaaan... vous ne me ferez pas croire qu'il y a des comportements de mercenaires chez des élus de par chez nous.

Saint-Josse/Jette : Frémal et Lefébure, présidents socialistes

Saint-Josse/Jette

Frémal et Lefébure, présidents socialistes

18. Luc Frémal.JPG

Guy Bernard, le 11 mars 2013

C’est avec plus de 80 % des voix que Luc Frémal, échevin de Saint-Josse en 1999, a raflé, ce week-end, le poste de président de la section du PS. Dans le même, un autre président socialiste allait être élu. À Jette, David Lefébure a, sans surprise, devancé Julien Casimir, l’autre candidat.

Fort de 85 % des suffrages, le vainqueur a d’emblée mis le doigt sur un vœu de développement d’une "opposition participative dans l’intérêt de tous les Jettois".

Un changement plutôt radical d’avec des positions antérieures Et David Lefébure d’annoncer, d’ailleurs, une réactualisation des statuts de la section, pour le mois de juin.

07 mars 2013

Saint-Josse Monsieur le Bourgmestre

Saint-Josse

Monsieur le Bourgmestre

Thierry Balsat (Conseiller communal), le 07 mars 2013

En votre qualité de premier magistrat  de la Commune et en vertu de votre obligation de faire respecter l'ordre public dans l'entité qui vous a été confiée.

Je reviens vers vous concernant la situation de ce couple et leur  nourrisson (locataires de la rue Musin 3 - HBM) qui ont été mis à la rue ce mardi 5 mars 2013 et qui depuis errent dans nos rues à la recherche d'un toit.

Ces personnes ont tenté de vous rencontrer à la maison communale ce même mardi vers 10h00 du matin afin de vous exprimer leur détresse mais vous n'étiez pas présent ni aucun de vos échevins.

C'est en tous les cas la version que nous avons reçu (j'accompagnais la famille) par un service de guarde étrangement renforcé à l'entrée de l'administration communale. J'ai du faire prévaloir mon statut de conseiller communal pour qu'on m'ouvre la porte d'entrée. On me rapporte que des instructions avaient été données.

La famille vous a attendu désespérément jusqu’à  13h00... ou l'un de vos échevins... en vain.

Compte tenu de l'état avancé de désespoir notamment du mari qui me semble le plus meurtri et le plus apte, excusez-moi l’expression, à péter un câble... je m'inquiète sur ses possibles réactions émotionnelles pour défendre l'intégrité de sa famille, qu'il pourrait provoquer sur la voie publique avec son lot de conséquences fâcheuses dont vous pourriez devoir répondre.

De plus, il appartient obligatoirement au Bourgmestre, dans pareille situation d'activer tous les leviers en sa possession pour reloger dignement cette famille... mais cela vous le savez déjà.

Enfin, permettez-moi pour conclure, de revenir  brièvement sur le  programme de politique général présenté en janvier dernier par votre majorité et dont l'un des axes prioritaires est basé sur la SOLIDARITE.

Partant de cette profession de foi et de votre appartenance à une formation politique progressiste, je vous prie, Monsieur Le Bourgmestre, Monsieur Kir, de bien vouloir mettre cette famille à l'abri des dangers de la rue...

Je vous en remercie par avance.