06 septembre 2012

1er Salon Musulman du Val d'Oise

1er Salon Musulman du Val d'Oise

islaevents.jpg

C'est l'évènement de la rentrée : le Salon Musulman du Val d'Oise lance cette année sa première édition.

Prévue les samedi 15 et dimanche 16 Septembre au Parc des Expositions de Pontoise (95), la première rencontre des Musulmans d'Ile-de-France espère voir affluer plusieurs milliers de visiteurs, et attend plus de 150 exposants.

Placé sous le signe de la spiritualité, de l'échange et du savoir, ce rassemblement verra l'organisation d'une dizaine de conférences sur les thèmes de l'Islam, de l'éducation des enfants, ou encore de la finance islamique, soit autant de défis à relever pour la communauté Musulmane de demain. De même, un concours de mémorisation et de récitation de Coran a été prévu par les organisateurs, en partenariat avec l'Institut Européen de Formation Continue et l'Institut Coranique Abi 'Amr de la Mosquée de Pontoise.

Des thèmes divers donc, mais aussi des univers variés.

Ainsi, pour permettre à chacun de trouver l'univers qui lui convient, les organisateurs ont prévu 3 espaces différents :

l'espace Conférences, où des intervenants de renom (Tariq RAMADAN, Cheikh Abdallah BOUKHARI, Mohamed SAWI, MOSAAD Anouar, Sheikh Mohamed PATEL, Ahmed JABALLAH, Cheikh Salah, Youssef Baouendi, Anass Patel, etc...) animeront des séminaires-débats,

l'espace Commercial, dans lequel de nombreux professionnels exposeront leurs produits (prêt-à-porter, librairies musulmanes, banques islamiques, écoles musulmanes, ...),

l'espace Enfants où structures gonflables, trampolines géants, Château, toboggans et jeux éducatifs viendront égayer le week-end des tout-petits.

Pour plus de renseignements, retrouvez nous sur notre site officiel : www.salon-musulman-valdoise.com  

17:10 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14 juin 2012

Pays-Bas : les musulmans descendent dans la rue suite à l’interdiction de la burqa

Pays-Bas

Les musulmans descendent dans la rue suite à l’interdiction de la burqa

Le gouvernement des Pays-Bas a interdit la burqa fin 2011. Mais comme d’habitude, les musulmans disent qu’ils ne respecteront pas la loi parce que leurssœursseraient opprimées et qu’on bafouerait leurs libertés...

11 juin 2012

Les contours de la loi sur l'interdiction du port du voile intégral en France

Les contours de la loi sur l'interdiction du port du voile intégral en France

Par Anna Piekarec, le 09 avril 2011.

Deux femmes portant le niqab ont été interpellées ce lundi 11 avril au matin à Paris, officiellement pour participation à une manifestation non déclarée. Lors d'une prière devant la cathédrale de Notre-Dame, elles protestaient contre la loi, en vigueur depuis aujourd'hui, qui interdit le port du voile intégral dans l’espace public. Retour sur les contours d'une telle législation dont la France est le premier pays européen à se doter.

Que dit la loi ?

Selon les statistiques, la loi interdisant de se dissimuler le visage concerne quelque 2000 femmes musulmanes en France. A partir de ce lundi, elles sont donc obligées d’enlever leur niqab ou burqa dans les rues, les transports en commun, les administrations, les écoles, les tribunaux ou les hôpitaux. Elles n’ont pas non plus le droit de se présenter voilées dans les commerces, les restaurants, les cinémas, les théâtres ou les parcs.

Le port de voile islamique intégral est autorisé en revanche dans des lieux de culte, à leur proximité et évidemment à la maison. En voiture, considérée comme un lieu privé, le niqab est permis, sauf au volant.

Les femmes qui violeront la loi risquent une amende de 150 euros. Les époux qui forceraient leurs femmes à se voiler peuvent être punis d’un an de prison et de 30 000 euros d’amende.

Comment l’appliquer ?

L’application de la loi bannissant certaines tenues liées aux pratiques jugées «extrémistes» par le Conseil français du culte musulman (organe représentatif de l’islam en France) s’avère pourtant très compliquée sur le terrain. Les policiers sont appelés à éviter tout dérapage et à faire preuve de pédagogie. Il n’est pas question d'utiliser la force. Pas question non plus de placer la «rebelle» en garde à vue ou de la retenir au poste de police plus de quatre heures.

«Les forces de sécurité intérieure n’ont pas le pouvoir de faire ôter le vêtement qui dissimule le visage», prévient le ministère de l’Intérieur dans une circulaire datée du 31 mars.

Les syndicats de police, sceptiques quant aux possibilités concrètes de faire respecter la loi du 11 octobre 2010, craignent aussi des provocations de la part des mouvements intégristes. Certains policiers se demandent par ailleurs comment arrêter la femme d’un émir qui sort de chez Cartier.

La législation française en question

La loi française prohibant le port de voile intégral dans les lieux publics est sévèrement critiquée par l’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty international et le Conseil de l’Europe. Et c’est la Cour Européenne des droits de l’homme que veut saisir Kenza Drider, l’une des deux femmes arrêtées sur le parvis de Notre-Dame. Kenza, la seule femme voilée entendue par la mission parlementaire au moment de la préparation des textes de la loi, avait bravé l’interdiction dès ce lundi matin, en prenant le TGV Avignon-Paris, vêtue de son niqab. «Cette loi est une atteinte à mes droits européens, à ma liberté d’aller et de venir, à ma liberté religieuse», a-t-elle dit aux journalistes qui l’attendaient à la gare.

Avant les élections présidentielles

La loi sur le voile islamique intégral entre en vigueur dans un contexte particulier. A un an de la présidentielle de 2012 et sur fond de montée du Front national, la place de l’islam et la laïcité sont devenues des thèmes majeurs du débat politique. Le président Nicolas Sarkozy a déclaré en 2009 que la burqa «n’était pas la bienvenue sur le territoire de la République». La majorité des hommes politiques lui donnent raison, mais les membres de l’opposition de gauche, pour la plupart, ont refusé de voter la loi en soulignant des risques d’inconstitutionnalité.

09 juin 2012

L'ultra-laïcard Jean-Pierre Brard drague les musulmans

L'ultra-laïcard Jean-Pierre Brard drague les musulmans

Oumma.com, le 09 juin 2012

En période électorale toutes les voix sont bonnes à prendre y compris celles des musulmans. L'ultra-laïcard Jean-Pierrer Brad qui se présente sous l'étiquette Front de gauche dans la septième circonscription de la Seine-Saint-Denis (Montreuil et Bagnolet), a rédigé un tract à destination de ses "amis" musulmans distribué notamment à la sortie de la mosquée l'Olivier de la paix à Bagnolet.

On aura décidément tout vu !  Ceux-là mêmes qui hier n'avaient pas de mots assez durs pour dénoncer le prétendu "communautarisme" musulman au nom d'une conception étriquée de la laïcité, drague l'électorat musulman au point de leur promettre  la construction "d'un cimetière musulman pour Montreuil et Bagnolet d'au moins 3000 places".

Avant de se muer soudainement en protecteur des musulmans à la veille du premier tour des élections législatives, Jean-Pierre Brard s'était auparavent  distingué en 1998  par une campagne virulente contre le Centre culturel francais musulman dirigé à l'époque par Mohammed Taïfour (décédé en 2010 à l’âge de 85 ans). Un entrepreneur doté d'une grande spiritualité, appréciée des musulmans, qui avait décidé de mettre tous ses biens et sa fortune personnelle au service du Centre culturel islamique, qui  abritait  la première  mosquée de Montreuil, dont il est le fondateur.

Un article publié en 1998 dans le numéro 2 de la revue Islam de France et intitulé "Menaces sur les libertés de conscience et de culte à Montreuil",   faisait état "de Lettres comminatoires aux commerçant, article dans le journal municipal... la campagne animée par le député-maire, Jean-Pierre Brard, bat son plein à Montreuil contre l'existence et les activités du Centre culturel français musulman. Que reproche-t-on à ce dernier ? D'avoir fait apposer une affichette informant de l'ouverture de cours de soutien scolaire dans ce centre. Le maire prétend que cela camoufle des cours coraniques où l'on inculque une idéologie en contradiction manifeste avec les principes fondamentaux de l'éducation laïque et républicaine".

La revue Islam de France soulignait que "le centre dirigé par Mohammed Taïfour ne camoufle rien du tout. Les cours d'arabe et d'éducation religieuse y sont donnés depuis deux ans vu et au su de tous (notre revue elle-même en a fait état). Mais une demande spécifique émane des enfants et de leurs parents, celle d'un soutien scolaire proprement dit, portant sur les matières enseignées à l'école publique. A l'instar de nombreuses associations, celle de M. Taïfour a entrepris de répondre à ce besoin. Rien d'inquiétant dans ce programme. Prétendre le contraire en faisant croire à une confusion entre soutien scolaire et cours coraniques relève du procès d'intention et de la plus mauvaise foi ! Les deux sont distincts et le Centre de Montreuil n' a besoin d'aucun subterfuge pour emplir ses salles de cours."

L'article affirmait qu' "A défaut de cours coraniques, M. le député-maire de Montreuil a visiblement besoin de cours... d'instruction civique."

Rappelons enfin, qu'en 2005, un communiqué du Collectif contre l'islamophobie en France donnait l'information suivante:  "Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val d’Oise) a annulé le 1er juillet 2005 l’arrêté municipal pris par le maire de Montreuil, Jean-Pierre Brard (PCF), le 29 septembre 2004 interdisant le défilé de «prêt à porter des femmes musulmanes» organisé par la SARL JASMEEN.

Après tous ces faits incontestables, comment peut-on encore croire aux promesses électorales de Jean-Pierre Brard. Au moment de voter, les musulmans de Montreuil et Bagnolet ne doivent pas avoir la mémoire courte.

07 juin 2012

Le scandale de l'inhumation des musulmans

Le scandale de l'inhumation des musulmans dans des "cuves bétonnées" à Avignon avec l'accord du CFCM

4354870-6563286.jpg

Alter Info, le 6 Juin 2012

Les musulmans d’Avignon sont sous le choc devant une décision municipale imposant l’inhumation dans des cuves en béton entreposées sur les carrés réservés aux citoyens de cette confession.

Le texte daté du 1 février 2012 du Bureau des Cimetières qui fixe les tarifs applicables suite à ces aménagements "de cuves bétonnées des carrés 30 et 31", soit un minimum de 1332,15 euros pour une «place» et 894 euros pour enfant sur la concession décennale, suscite indignation et colère dans la communauté.

Président de l’association «Amitiés et entraide Françe Algérie», Benyoucef Hamroun se dit consterné devant cette pratique. «Ces concessions sont accordées depuis 1977. Nous nous sommes conformés la règle d’inhumation dans un cercueil prévu par la législation française de la santé, mais pourquoi imposer subitement une cuve en béton en plus ?», s’interroge-t-il, rappelant que «le rite musulman préconise que le corps soit inhumé en pleine terre».

Aucunement sollicitées pour donner leur avis, ni même informées de la décision, les associations cultuelles et autres ont fait cette découverte lors de cérémonies d’inhumation. Elles ont alors tapé à toutes les portes de l’Administration à la recherche des fondements légaux de cette décision.

De la préfecture au Ministère de l’Intérieur et du Culte, aucune trace d’un texte de loi justifiant ce bétonnage des corps enfermés dans des cercueils réglementaires. Les dirigeants associatifs s’entendent dire en revanche que dans tous les cas, la mesure doit faire l’objet d’un arrêté municipal rendu public par affichage. Démarche qui fait curieusement défaut.

Concernée pourtant au premier chef, la maire d’Avignon, Marie-Josée Roig (UMP, droite) renvoie quant à elle tout simplement sur l’élu délégué aux cimetières.

Vécue comme une provocation...

«Nous sommes finalement confrontés à ce qui serait une initiative d’un fonctionnaire, qui aurait décidé des aménagements de cuves en béton et de fixation de nouveaux tarifs passant de 162 euros à 1332,15 euros ! Mais personne n’y croit vraiment», résume Benyoucef Hamroun.

De son côté, incapable de justifier la mesure, l’élu zélé, et qui plus est d’origine marocaine, donne le sentiment d’être manipulé dans le contexte électoral des législatives.

«Cette décision est vécue comme un rejet et une provocation autour du thème sensible des rites funéraires. Elle a été prise dans le contexte de stigmatisation sur le thème de la viande halal et autre et a été maintenue», commente le dirigeant associatif.

Résultat : la tension monte dans la communauté musulmane d’une ville «très très à droite», où le Front National caracole régulièrement avec des scores record (20,51% pour Marine Le Pen au premier tour des présidentielles 2012).

Ainsi, dans la «cité des Papes», décorée aux couleurs de la droite et de son extrême, le bétonnage funéraire au prix fort de corps de musulmans n’est sûrement pas sans lien avec la politique… de bas étage.

bton2.jpg

11:28 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

06 juin 2012

Réflexions de Gilbert COLLARD sur l’islam

Réflexions de Gilbert COLLARD sur l’islam

G.C..jpg

legaulois.info, le 06 juin 2012

Comme le démontrent les lignes qui suivent, j'ai été contraint de prendre conscience de l'extrême difficulté à définir ce qu'est un infidèle. Choisir entre Allah ou le Christ, alors que l'Islam est de loin la religion qui progresse le plus vite en notre pays.

Le mois dernier, je participais au stage annuel de remise à niveau, nécessaire au renouvellement de mon habilitation de sécurité dans les prisons. Il y avait dans le cursus une présentation par quatre intervenants représentant respectivement les religions Catholique, Protestante, Juive et Musulmane, expliquant les fondements de leurs doctrines respectives. C'est avec un intérêt tout particulier que j'attendais l'exposé de l'Imam.

La prestation de ce dernier fut remarquable, assortie d'une projection vidéo. À l'issue des présentations, vint le temps des questions/réponses, et lorsque ce fut mon tour, je demandai :  "Je vous prie de me corriger si je me trompe, mais j'ai cru comprendre que la majorité des Imams et autorités religieuses ont décrété le Jihad (guerre sainte), à l'encontre les infidèles du monde entier, et qu'en tuant un infidèle (ce qui est une obligation faite à tous les musulmans), ceux-ci sont assurés d'aller au paradis. Dans ce cas, pourriez-vous me donner la définition de ce qu'est un infidèle ? "Sans rien objecter à mon interprétation et sans la moindre hésitation, l'Imam répondit : "Un non musulman" !!! Je rétorquais : "Alors permettez-moi de m'assurer que j'ai bien compris : L'ensemble des adorateurs d'Allah doivent obéir au commandement de tuer quiconque n'appartient pas à votre religion, afin de gagner leur place au paradis, n'est-ce pas ?"

Son visage qui affichait jusqu'alors une expression pleine d'assurance et d'autorité se transforma soudain en celui d'un garnement surpris la main dans le pot de confiture !!! C'est exact rétorqua-t-il dans un murmure. Je repris : "Eh bien, j'ai beaucoup de mal à essayer de m'imaginer le Pape Benoît XVI exhortant tous les Catholiques à massacrer vos coreligionnaires ou le Pasteur Stanley en faisant autant pour garantir aux Protestants une place au paradis. L'Imam se retrouva sans voix ! Je poursuivis : J'ai également des difficultés à me considérer comme votre ami, lorsque vous-même et vos confrères incitez vos fidèles à m'égorger !"

Juste une autre question : "Choisirez-vous de suivre Allah qui vous ordonne de me tuer afin d'obtenir le paradis, ou le Christ qui m'incite à vous aimer afin que j'accède, moi aussi au paradis, parce qu'il veut que j'y sois en votre compagnie ? "On aurait pu entendre une mouche voler, tandis que l'Imam demeurait silencieux. Inutile de préciser que les organisateurs et promoteurs du séminaire de formation à la diversification n'ont pas particulièrement apprécié cette façon de traiter le ministre du culte Islamique et d'exposer quelques vérités à propos des dogmes de cette religion.

Au cours des trente années à venir, il y aura suffisamment d'électeurs musulmans en notre pays pour installer un gouvernement de leur choix, avec l'application de la charia en guise de loi. Il m'apparait que tous les citoyens de ce pays devraient pouvoir prendre connaissance de ces lignes, mais avec le système de justice et de médias libéraux combinés à la mode démente du politiquement correct, il n'y a aucune chance que ce texte soit largement publié. C'est pourquoi je vous demande de le diffuser à tous les contacts de votre internet.

13:53 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans, Opinions | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04 juin 2012

Evreux : les musulmans votent pour leur mosquée

Evreux : les musulmans votent pour leur mosquée

Paris-Normandie, le 04 juin 2012

Après bien des péripéties avec la mairie d'Evreux (Eure) qui avait refusé de leur prêter une salle et des tensions avec l'autre association (UCME) Union cultuelle musulmane d'Evreux) qui porte son propre projet de mosquée, l'Association des musulmans d'Evreux (AME) a tenu sa votation ce dimanche 3 juin, à la Halle des expositions d'Evreux.

De nombreux fidèles, y compris des femmes, ont fait le déplacement pour se prononcer entre la mosquée de l'AME et «un autre projet», comme écrit dans la salle de vote. Dans un courrier adressé à l'AME samedi, l'UCME a rappelé qu'en aucun cas les plans de sa mosquée ne devaient être affichés à titre de comparaison, notamment. Close à 18 h, cette votation relevait du symbole, comme l'ont une nouvelle fois précisé les organisateurs de cette consultation.

Le maire a d'ailleurs dit qu'il n'en tiendrait pas compte. Reste que l'AME, en ayant obtenu une première victoire devant le tribunal administratif en obligeant la Ville à lui prêter une salle, a réussi à mobiliser hier.

L'ambiance était plutôt sereine et le président de l'AME a présenté sur écran géant le projet de son association tandis que, vers 16 h, la file d'attente des citoyens votants ne désemplissait pas. Finalement, trois cent cinquante et un votants se sont prononcés sous l'oeil d'un huissier de justice. Le résultat du dépouillement a donné 340 suffrages au projet de l'AME et neuf à l'autre projet. A cela s'ajoutent deux bulletins nuls.

16:57 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30 mai 2012

Le mariage de A à Z (Série : Questions-Réponses)

Le mariage de A à Z

(Série : Questions-Réponses)

12:13 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

11 mai 2012

Lancement de la campagne "Chalghoumi DÉGAGE!"

Lancement de la campagne

"Chalghoumi DÉGAGE!"

Le Collectif pour la Dignité des Musulmans lance sa première campagne "Chalghoumi DÉGAGE" dans la ville de Drancy. Ce Collectif vise à promouvoir l'indépendance du culte musulman en France face aux multiples ingérences. Aussi bien celles venant du pouvoir, du CRIF, des pays du Maghreb ou d'ailleurs !

13:18 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03 mai 2012

«Les musulmans devraient voter blanc»

«Les musulmans devraient voter blanc»

Par Renaud Malik, le 02 mai 2012   

Fondateur de l’Action islamique de Sallanches, Raphaël Gotti déplore les polémiques sur l’islam qui ont émaillé la campagne. Il n’a pas voté au premier tour.

A Sallanches, le local de l’Action islamique se repère à sa vitrine criblée d’impacts. En l’espace de quinze mois, il a été vandalisé quatre fois, à coups de pierres ou de bûches de bois. «La dernière fois, c’était en février, soupire le fondateur de l’association, Raphaël Gotti. L’assurance n’a pas voulu payer cette fois, et on avait peur que la vitrine soit encore cassée. Alors on ne l’a pas changée.» Les habitants de la petite ville haut-savoyarde pourront donc contempler longtemps cette vitrine brisée, symbole d’une religion plus mal aimée que jamais dans l’Hexagone. Cette religion, Raphaël Gotti, 35 ans, la défend avec l’ardeur du converti. Petit-fils d’immigrés italiens, catholiques pratiquants, ce natif de Sallanches a embrassé l’islam à l’âge de 20 ans. «Mes parents habitaient un quartier populaire, pas mal de mes amis étaient Turcs ou Maghrébins. A 17 ou 18ans, on discutait beaucoup de religion. Quand on a cet âge-là, on se rend compte des incohérences de la société, on se tourne vers des idéologies. Moi, ça a été l’islam.» L’informaticien raconte comment il a été séduit par cette religion sans clergé, offrant un «rapport direct à Dieu». Il a surtout aimé l’islam parce qu’il «n’est pas seulement cantonné au domaine spirituel mais offre aussi un programme de société». Il y a vu la solution aux problèmes qui, à l’époque déjà, le révoltaient: les inégalités sociales, le manque de respect entre les générations, et le «manque d’éthique en général».

Un vrai islam

Depuis sa conversion, il a vu sa foi «grandir graduellement». En 2008, il a donc décidé de s’«investir pour un projet de société» en fondant l’Action islamique. Dans une ville comptant déjà quatre mosquées pour 15 000 habitants, il s’agissait d’offrir aux musulmans un lieu pour l’approfondissement de la foi et la sociabilité. L’association offre donc, pêle-mêle, cours d’arabe, conférences, épicerie sociale, tournois de foot et randonnées en montagne. Chaque fois, les non-musulmans sont les bienvenus, explique Raphaël. Car le but est avant tout de «présenter le vrai islam», loin des clichés.

Le vrai islam, pour lui, ce n’est ni le terrorisme ni l’islam «modéré» que Sarkozy cherche à promouvoir depuis des années. Le concept même d’islam modéré le gêne: «Si on veut modérer une chose, c’est qu’on la considère comme mauvaise. Moi, ça me dérange que l’on présente comme un idéal le musulman qui accepte tout au nom de l’assimilation, au point de renier sa propre religion. Du coup, tous ceux qui portent le voile et font leur prière passent pour des islamistes!» Sa bête noire? Le très médiatique Dalil Boubakeur, ex-président du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a «condamné le voile intégral mais pas l’intervention en Afghanistan».

Fâché contre les organes représentatifs de l’islam, Raphaël l’est tout autant contre les politiques. La campagne, il l’a trouvée «triste», parce qu’«on a focalisé l’attention du peuple sur des problèmes qui n’existaient pas». La polémique sur la viande halal ou celle sur les nounous voilées l’ont mis hors de lui. Elles l’ont convaincu qu’à gauche comme à droite aucun candidat n’était décidé à satisfaire les attentes des musulmans, qui forment 7,5% de la population. Dimanche, il votera blanc. Qu’Hollande ou Sarkozy passe, les musulmans n’ont rien à attendre du prochain président, conclut-il. «Il ne reste qu’à espérer qu’un jour les politiques comprennent qu’ils ne doivent plus aller contre les besoins des musulmans. Quand ils l’auront compris, dans 5, 10 ou 15 ans, là j’irai voter

17:07 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30 avril 2012

5ième Rencontre Annuelle des Musulmans de Lorraine

5ième Rencontre Annuelle des Musulmans de Lorraine

affiche.jpg

20:54 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26 avril 2012

Ajmal Masroor : Engagement politique des musulmans

Engagement politique des musulmans

Ajmal Masroor

A la veille des élections présidentielles en France l'Institut Français d'Etudes et de Sciences Islamiques à organisé une conférence débat avec Ajmal Masroor sur l'Engagement Politique des Musulmans dans les Sociétés Occidentales.

Ajmal Masroor est un présentateur de télévision bien connu sur différentes chaînes de télévision au Royaume-Uni. Il est également Imam et dirige la prière du vendredi chaque semaine dans quatre différentes mosquées à Londres. Ajmal Masroor est actuellement membre de la Muslim Council of Britain et il est aussi un homme politique très actif en Grande Bretagne.

16:28 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24 avril 2012

Amnesty International critique la discrimination à l'encontre des Musulmans

Amnesty International critique la discrimination à l'encontre des Musulmans

stop.png

IRIB, le 24 avril 2012

Dans un rapport, publié mardi par Amnesty International, la discrimination à l'encontre des Musulmans dans certains pays européens dont la France, la Belgique et les Pays-Bas, a été vivement critiquée.

Des préjugés et des peurs à l’encontre des musulmans sont véhiculés et instrumentalisés à des fins politiques. Ce constat est dénoncé par Amnesty International, dans un nouveau rapport publié le 24 avril 2012. Les gouvernements répondent de plus en plus par des lois discriminatoires au climat xénophobe dans la population.

Selon ce rapport, ces préjugés négatifs s'appliquent plutôt dans les secteurs d'éducation et de travail.

Ceci dit, Amnesty International a appelé les États européens à déployer plus d'effort afin de combattre les jugements négatifs à l'encontre des Musulmans.

22 avril 2012

Un imam toulousain appelle les musulmans à ne pas tomber dans le piège Merah

Un imam toulousain appelle les musulmans à ne pas tomber dans le piège Merah

Abdelfattah Rahhaoui.jpg 

Islamtoday,(via AFP), le 22 avril 2012  

Abdelfattah Rahhaoui, un imam conservateur de Toulouse, a lancé vendredi une mise en garde aux jeunes musulmans de France à ne pas se laisser entraîner comme Mohamed Merah dans l'action violente par une lecture erronée de l'islam ou par quelques fanatiques.

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, un mois après que Merah eut semé l'effroi à Toulouse et Montauban, ce prédicateur du quartier sensible du Mirail demande aussi à l'Etat d'assumer ses responsabilités dans les banlieues, délaissées et devenues selon lui un terrain fertile pour une poignée d'extrémistes haineux.

"Je dis à ces jeunes : Faites attention avec qui vous apprenez votre religion car il n'y pas pire que l'ignorance, il n'y a pas pire que de comprendre l'islam en suivant des passions extrêmement dangereuses, déviantes. Qu'est-ce qui a fait s'égarer tous ces groupes (adeptes d'une violence aveugle), si ce n'est la mauvaise compréhension des sources islamiques ? Qu'est-ce qui a amené toutes ces sectes vers l'égarement ?...", s'interroge-t-il.

Abdelfattah Rahhaoui, présent à la demande de la mère aux obsèques de Merah, est encore choqué par l'attitude au cimetière de quelques jeunes --"ni amis, ni membres de la famille" - qui ont crié Allahou Akbar (Dieu est le plus grand) et qui ont qualifié le tueur au scooter de "martyr", ce qu'il qualifie d'aberration dans ces circonstances.

"C'est là que je me suis inquiété. Il y a des jeunes qui pensent que (les crimes de Merah) sont la seule solution selon lui pour mieux sont justifiables. Il n'y a pas l'ombre d'un doute que ce qui a été fait est condamnable islamiquement. (Il ne faut) pas faire d'amalgame entre ce que dit l'islam et ce que font quelques-uns".

Cette figure de la communauté musulmane et de l'enseignement musulman dans l'agglomération toulousaine, dont s'est rapprochée la famille Merah après la tragédie, revendique un suivi du Coran "à la lettre". Il défend le prêche en français, seule solution selon lui pour mieux "canaliser les jeunes" qui souvent ne comprennent pas l'arabe.

Le jihad pas transposable en France

Dans la vidéo, ponctuée de lectures de versets du Coran, le religieux rappelle que l'islam condamne le meurtre d'innocents, comme les victimes de Merah.

L'imam franco-marocain de 39 ans souligne avec force que le jihad n'est pas transposable en France.

Les jeunes en échec scolaire et en quête d'identité peuvent "tomber sur des ignares à côté de la plaque, qui appellent à la haine et qui fournissent une cause à défendre à des personnes en perte de repères", s'alarme-t-il.

A l'Etat français, il demande en haussant le ton "d'arrêter de stigmatiser les musulmans". Il souligne que les imams appellent à la retenue, pas à la haine. "Le musulman devient un tambour sur lequel on n'arrête pas de taper, regrette l'imam. On dit: "Il faut que ça cesse". Un proverbe dit: "Quand on tape fort sur le tambour, soit la fête va s'arrêter, soit le tambour va éclater".

Dans les jours qui ont suivi les sept crimes de Mohamed Merah, il a vu une "récupération malsaine" de la part du chef de l'Etat et de Marine Le Pen. "Ce ne sont pas les musulmans, dit-il, ce sont les politiciens qui sont en train d'entretenir la haine entre les différentes citoyens, entre les différentes communautés".

Il exhorte les Français à ne pas se laisser "leurrer", balayant une problématique islamique dans les banlieues: "Le problème, il est social. Ils veulent cacher leur échec en allant surfer sur un autre terrain".

"Le gouvernement français, avec sa politique, n'a-t-il pas une responsabilité qu'il doit endosser dans cette affaire ?", interpelle l'imam.

L'affaire Merah révèle selon lui que les banlieues sont "une bombe à retardement": "Les gens sont silencieux, dit-il, et d'un coup, ça explose".

15:17 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20 avril 2012

Réfutation de Sheikh Yahyâ sur la fatwa des élections d'al Jâbiry

Réfutation de Sheikh Yahyâ sur la fatwa des élections d'al Jâbiry

Par Khalîl Abou Taymiyah Al Martinîky, le 19 avril 2012

Annotations de Sheikh Yahyâ al Hajoury sur la fatwa d'al Jâbiry encourageant les gens de la Sounnah à participer aux élections*.

Ces annotations datent d'il y a environ quatre ans. Nous les traduisons aujourd'hui en cette occasion d'élections présidentielles en France en guise de réfutations à tous ceux qui sortiraient les mêmes ambigüités. Ces ambigüités données par les ikhwân al mouslimîn.

Il dit:

الحمد لله و الصلاة و السلام على رسول الله أما بعد

Allah dit:

ثُمَّ جَعَلْنَاكَ عَلَى شَرِيعَةٍ مِنَ الْأَمْرِ فَاتَّبِعْهَا وَلَا تَتَّبِعْ أَهْوَاءَ الَّذِينَ لَا يَعْلَمُونَ (18) إِنَّهُمْ لَنْ يُغْنُوا عَنْكَ مِنَ اللَّهِ شَيْئًا وَإِنَّ الظَّالِمِينَ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ وَاللَّهُ وَلِيُّ الْمُتَّقِينَ (19)

Puis nous t'avons mis sur la voie de l'ordre [une religion claire et parfaite]. Suis-la donc et ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas. Ils ne te seront d'aucune utilité vis-à-vis d'Allah. Les injustes sont vraiment alliés les uns des autres; tandis qu'Allah est le Protecteur des pieux.(L'agenouillée v18- 19)

Il dit:

وَلَوْلَا أَنْ ثَبَّتْنَاكَ لَقَدْ كِدْتَ تَرْكَنُ إِلَيْهِمْ شَيْئًا قَلِيلًا (74) إِذًا لَأَذَقْنَاكَ ضِعْفَ الْحَيَاةِ وَضِعْفَ الْمَمَاتِ ثُمَّ لَا تَجِدُ لَكَ عَلَيْنَا نَصِيرًا (75)

Et si nous ne t'avions pas raffermi, tu aurais bien failli t'incliner quelque peu vers eux. Alors, nous t'aurions certes fait goûter le double [supplice] de la vie et le double [supplice] de la mort; et ensuite tu n'aurais pas trouvé de secoureur contre nous. (Le voyage nocturne v74- 75).

Il dit:

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا ادْخُلُوا فِي السِّلْمِ كَافَّةً وَلَا تَتَّبِعُوا خُطُوَاتِ الشَّيْطَانِ إِنَّهُ لَكُمْ عَدُوٌّ مُبِينٌ (208)

Ô vous les croyants! entrez en plein dans l'Islam, et ne suivez point les pas du diable, car il est certes pour vous un ennemi déclaré. (La vache v208).

Et quelle bonne parole dite par l'imâm at Tahâwy:

"Certes personne ne sera épargné dans sa religion hormis celui qui s'en sera remis à Allah et à son messager et qui délaiserait une science qui l'aurait déconcerté à celui qui la connait". Fin de citation…

Ibn Abou al 'Izz a dit en explication de cette parole:

"Qu'il œuvre par les textes du Livre et de la sounnah et qu'il ne les conteste pas par des doutes, des ambigüités ou des interprétations corrompues". Fin de citation…

Si Sheikh 'Oubeyd avait suivi ces fondements avec ses analogues, il n'aurait pas eu besoin de recourir dans cette fatwa déviée à ces prétentions inventées pour la nécessité de cet appel ardent, celui par laquel il incite les gens de la sounnah à participer aux élections. Il n'y a aucune différence entre cette incitation et les faux prétextes des ikhwân al mouslimîn dans leur incitation à participer aux élections. Pretextes dont la caducité fut rendue claire par le Livre et la sounnah et également déjà éclaircie par les gens de la sounnah dans une multitude de livres et cassettes dont seul Allah connait le nombre.

Dicté par Sheikh Abou 'AbdirRahmân Yahyâ al Hajoury

Note :

[*] : Bien que la fatwa fut à la base émise pour les irakiens dont le questionneur n'interrogea que pour les élections régionales, cependant al Jâbiry proclama lui-même que sa fatwa s'applique pour toutes les élections, mêmes présidentielles et en tout lieu et non pas seulement en Irak.

Il a également émis une fatwa similaire pour les mouslimîn du Canada.