28 janvier 2013

Humeurs judéo-flamandes d'Anne Grauwels

Humeurs judéo-flamandes d'Anne Grauwels

"Une mauvaise juive et un mauvaise flamande" 

10 janvier 2013

«L’exécution publique de la foi chrétienne» en France

«L’exécution publique de la foi chrétienne» en France

Propos recueillis par Daniel Hamiche, le 10 janvier 2013

Excellent billet du Père Robert Poinard, vicaire général du diocèse aux Armées françaises…

Dans l’Antiquité, lorsqu’on voulait effacer de la mémoire collective le souvenir d’un adversaire, on martelait sur les monuments publics toutes les inscriptions le concernant. C’est ainsi que l’on connaît foule de généraux et de souverains dont les noms ont été ainsi éradiqués des stèles, pyramides, arcs de triomphe, nécropoles et autres édifices religieux ou funéraires.

Un ciseau et un burin suffisaient à la besogne. Enfin… momentanément. Car cette pratique du martèlement a-t-elle empêché l’Histoire de se souvenir de ces hommes dont les ennemis avaient voulu effacer la moindre trace ? Nullement et même au contraire : il est dans la nature de l’homme de vouloir toujours connaître ce qu’on s’efforce de lui cacher !

De nos jours c’est le marteau-pilon médiatique qui fonctionne : quand un adversaire vous embête la méthode est simple. Il suffit, par tous les moyens – moraux et immoraux – de tenter de lui clouer le bec. Il en va ainsi actuellement de la religion chrétienne. Quand j’étais adolescent Guy Béart chantait «La vérité» dans laquelle le refrain dit : «le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté». L’exécution publique de la foi chrétienne est en marche si j’en juge au matraquage médiatique actuel. Mais qu’est-ce qu’une démocratie sans opposition, sans possibilité pour la minorité de se faire entendre ? Pour avoir la paix il faudrait donc se taire, contre ses convictions, contre sa conscience. Les uns auraient tous les droits, y compris d’éradiquer toute forme de contestation, les autres n’auraient que celui de rentrer dans le rang. Étrange conception des «valeurs de la République»

L’interdiction de débattre est donc à l’ordre du jour. Pour l’instant on en reste encore aux grandes invectives : le marteau-pilon frappe à droite et à gauche mais son efficacité actuelle n’est pas encore si dangereuse. Jusqu’à quand ? Je suis plongé dans un livre sur la Révolution et je m’étonne de la rapidité avec laquelle on est passé des attaques verbales aux atteintes juridiques. Entre 1792 et 1793 le virage a été rapide pour qualifier les opposants politiques en délinquants et pour décréter la contestation comme un délit puis comme un crime. On connaît la suite.

13:22 Écrit par Rachid Z dans Cultes, Opinions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06 janvier 2013

Le sac de farine

Le sac de farine

Avant-première nationale en présence de Kadija Leclere (réalisatrice)

Mardi 15 janvier 2013 à 20h au cinéma PLAZA ART

Entre la Belgique et le Maroc, un vibrant portrait d’une adolescente en quête d’émancipation. Un premier long métrage à caractère autobiographique sur la confrontation de deux cultures très différentes. Avec l’excellente Hafsia Herzi («La graine et le mullet», «L’Apollonide»).

Belgique, 1975. Sarah, petite fille d’origine marocaine de 8 ans, est abritée dans un couvent. Un jour, son père biologique, qu'elle n'a jamais vu, prétend l'emmener en week-end à Paris. Mais c'est dans l'Atlas marocain que Sarah se réveille. Très vite, le père l'abandonne à sa famille, sans aucune explication… C’est le début d’une initiation douloureuse, sans scolarité, pour la jeune fille. Avec toute sa fougue, elle va s’accrocher à un grand projet : retourner en Belgique, et reprendre ses études

Un film de Kadija Leclere

Avec Hafsia Herzi, Hiam Abbass, Sania Mellouli…

Belgique, 2012, version originale française et arabe sous-titrée, 1h32

P.A.F. : 7€ - formules de réduction habituelles valables - 5€ en préventes à la caisse du cinéma

Infos et réservations : 065/35.15.44 – www.plaza-art.be 

Le film sera ensuite à l’affiche du 16/01 au 26/02 inclus (pas de séances du 16/02 au 22/02)

Cinéma Plaza Art – rue de Nimy, 12 à 7000 Mons

21:33 Écrit par Rachid Z dans Cultures | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

La domination policière Une violence industrielle

La domination policière

Une violence industrielle

Débat avec Mathieu Rigouste

 

28 décembre 2012

Pierre Dortiguier sur la Franc-maçonnerie

Pierre Dortiguier sur la Franc-maçonnerie

16:08 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28 novembre 2012

Yusuf Islam

Yusuf Islam

09:30 Écrit par Rachid Z dans Cultures, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13 novembre 2012

Deux dirigeants de la mosquée de Saint-Gilles en correctionnelle

Deux dirigeants de la mosquée de Saint-Gilles en correctionnelle

La Dernière Heure, le 13 novembre 2012

La chambre du conseil de Bruxelles a renvoyé mardi deux dirigeants de la mosquée de Saint-Gilles devant le tribunal correctionnel. Le président et le secrétaire général du Centre islamique El Mouhsinin, qui gère notamment la mosquée de Saint-Gilles, sont prévenus de deux faux et de deux détournements.

Le président de l'ASBL, Benjelloul K. et le secrétaire, Ali B., sont renvoyés devant le juge du fond pour répondre de faux concernant des contrats de travail d'employés au Centre El Mouhsinin, et de faux concernant un procès-verbal d'une assemblée générale de l'ASBL, datée de 2007. Le PV avait été signé par l'imam alors que celui-ci n'était pas présent à l'assemblée.

Benjelloul K. et Ali B. sont aussi renvoyés en correctionnelle pour deux détournements de fonds. Le premier concerne une somme de 25.000 euros retirée en espèces sur le compte de l'ASBL et dont l'utilisation n'a pas été justifiée. Le second concerne une somme de 10.000 euros versée sous forme d'"enveloppes" à des professeurs du centre islamique que ceux-ci disent pourtant ne pas avoir reçue.

Les prévenus ont toutefois bénéficié du non-lieu pour les détournements de dons de fidèles, dont une collecte qui avait été estimée à 30.000 euros. Le juge a estimé que, l'asbl ne tenant aucune comptabilité, il n'existait pas de preuve suffisante concernant cette prévention.

Les fidèles avaient précisément porté plainte après que les dirigeants de la mosquée aient refusé de leur montrer les comptes de l'ASBL.

23:21 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Cultes, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

12 novembre 2012

Alain Soral sur la mafia maçonnique

Alain Soral sur la mafia maçonnique


16:05 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le débat sur la théorie de l'évolution

Le débat sur la théorie de l'évolution

OummaTV vous propose de voir en exclusivité la première partie du débat  sur la théorie de l'évolution qui s'est déroulé devant un public nombreux  dimanche 28 octobre à la Maison de la Chimie (Paris 7ème). Un débat qui a  opposé Nidhal Guessoum (évolutionniste, astrophysicien) et Jean Staune (évolutionniste,  philosophe des sciences) face aux anti-évolutionnistes   Oktar Babuna (neurochirurgien, représentant de Harun Yahya), Dominique Tassot (ingénieur des Mines de Paris). En invités de ce débat  le Professeur Marc Godinot (évolutionniste, paléontologiste) et le Professeur Pierre Rabischong (anti-évolutionniste, spécialisé en neurologie et biomécanique de l’homme)…

15:19 Écrit par Rachid Z dans Cultures | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08 novembre 2012

Face aux Chrétiens

Face aux Chrétiens

A l'occasion de l'Assemblée plénière de la Conférence des Evêques de France, "Face aux chrétiens" est enregistré à Lourdes pour un entretien exceptionnel avec le Cardinal André Vingt-Trois. Dominique Gerbaud, Clémence Houdaille de Radio-Notre-Dame, Pauline de Torsiac de RCF et Dominique Greiner de La Croix interrogent le Président de la Conférence des Evêques de France sur les dossiers "chauds" du moment, en particulier la question du "mariage" pour les personnes homosexuelles, dont le projet de loi est sorti au Conseil des ministres ce mercredi. Le cardinal revient aussi dans cette émission sur le récent Synode sur la nouvelle évangélisation et sur les points forts abordés pendant l'assemblée plénière, notamment la présence des chrétiens dans la société aujourd'hui et le dialogue avec l'islam

23:08 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

R&B, rap, pop : la nouvelle vague de la musique religieuse

R&B, rap, pop : la nouvelle vague de la musique religieuse

Par Erkam Emre, le 08 novembre 2012

La musique religieuse musulmane connue sous le nom d’anasheed et popularisée par de jeunes artistes originaires de pays aussi divers que la Macédoine, l’Azerbaïdjan ou le Liban, rencontre un succès désormais international.

Les albums des chanteurs religieux modernes ont acquis aujourd’hui une certaine notoriété grâce au soutien de producteurs essentiellement européens et américains, et atteignent à présent des records de vente. Avec des morceaux musicalement colorés, les chanteurs religieux transmettent le message universel de l’islam et interprètent leurs œuvres dans diverses langues, notamment l’anglais et l’arabe.

Ce style de musique a été remis au goût du jour en 1995 par le célèbre artiste anglais Yusuf Islam avec son album La Vie du dernier Prophète et s’est depuis étendu au fil des années dans le monde entier.

Sami Yusuf, Maher Zain, Mesut Kurtis, le groupe Raihan, etc., ces noms désormais célèbres ont occupé le devant de la scène artistique avec des interprétations qui ont su renouveler ce genre musical resté longtemps traditionnel.

Dans leurs albums, cette nouvelle vague de musiciens a exprimé les valeurs musulmanes à travers des compositions interprétées dans les styles R&B, rap, pop. Le style propre de ces jeunes musiciens formés dans leurs pays est connu non seulement des musulmans, mais également, au-delà, d’un public plus large. Leurs chansons, largement diffusées dans les médias sociaux, se positionnent au top de la liste des ventes.

Gros plan sur une nouvelle génération de chanteurs religieux qui a réussi à concilier islam et star system.

Zain Bhikha : le vétéran

Zain Bhikha, un artiste sud-africain, est peut-être le plus ancien des chanteurs religieux modernes.

Bikha, qui possède une maison de production à son nom, est passé sur le devant de la scène avec Yusuf Islam et l’artiste musulman canadien Dawud Wharnsby.

Auteur de plusieurs chansons sur des thèmes islamiques, l’artiste, à la voix au timbre rare, s’est fait remarquer par sa participation dans la bande originale du dessin animé de Walt Disney Le Roi Lion.

Actuellement, il travaille sur un projet d’apprentissage de la musique destiné aux enfants et présente une émission sur la télévision indienne. Parmi ses titres les plus célèbres figurent Allah Knows, A Is for Allah, Allah Hu Allah et Better Day.

Sami Yusuf : la pop star du monde musulman

Sami Yusuf, issu d’une famille d’origine azérie, est né et a grandi à Londres. A 3 ans, Yusuf chantonnait de petites mélodies ; à 9 ans il monte sur scène et chante ses premières chansons.

Son grand talent musical n’a été cependant découvert qu’après que son père lui eut offert un tombak, un instrument à percussion iranien. Sami Yusuf prenait également des cours de musique et a étudié en parallèle le droit au King’s College de Londres.

Même s’il se sentait souvent tiraillé entre son aspiration pour la musique et ses cours de droit, Sami Yusuf a sorti son premier album Al Mu‘allim à 23 ans. C’est rapidement le grand succès, et certains médias n’hésitent plus à le présenter comme la nouvelle pop star du monde musulman. L’album Al Mu’allim, sorti en 2003, a été vendu à plus de 2 millions d’exemplaires.

Parmi les morceaux les plus appréciés, citons Al-Muallim, Supplication, Ya Mustafa et The Creator. Le musicien travaille en ce moment sur un nouvel album et donne des concerts dans plusieurs pays, dont la Turquie.

Mesut Kurtis sur la voie de la musique soufie

Mesut Kurtis, né à Skopje en 1981, est un Macédonien d’origine turque. Il est issu d’une famille religieuse et conservatrice, qui émigre en Angleterre alors qu’il est encore jeune.

Il poursuit au pays de Galles un master en sciences islamiques. Il s’intéresse alors à la musique soufie et devient soliste dans des groupes de chants religieux.

Grandir dans la culture balkanique lui a donné beaucoup d’atouts. Kurtis parle 5 langues et interprète ses chants en anglais, en arabe et en turc. Il fait partie des chanteurs religieux de la nouvelle génération, plus proche de la tradition des chants turcs avec des morceaux comme Sevgili, No One But Allah, Burdah et Alaika.

Maher Zain : du R&B sur des thèmes religieux

Maher Zain est né en 1981 à Tripoli, au Liban. Il émigre en Suède avec toute sa famille alors qu’il est âgé de huit ans.

Il compose très vite des œuvres essentiellement R&B. Bien qu’il ait terminé ses études de génie aérien, la musique a toujours occupé une place plus importante dans sa vie. Il décide donc de poursuivre sa carrière artistique.

Maher Zain, qui composait ses œuvres en Suède en collaboration avec son producteur d’origine marocaine, a continué son travail mais aux Etats-Unis.

De retour en Suède, il s’oriente vers l’écriture de chansons R&B sur des thème islamiques. En 2009, il sort un album intitulé Thank You Allah, qui a rapidement brisé les records de vente dans le monde.

Maher Zain a obtenu 8 disques de platine en Malaisie en 2011. Le morceau intitulé Freedom, sur le printemps arabe, fait partie des chansons les plus écoutées sur le Web.

Raihan : honoré par le prince Charles

Raihan est un groupe de chant religieux composé de 5 Malaisiens qui s’est fait connaître pour la première fois en 1996, année où leur album Puji-Pujian a brisé les records de vente dans leur pays. Leur premier album a été vendu à 3,5 millions d’exemplaires dans le monde. Ils ont été désignés pour recevoir la médaille d’honneur du prince Charles en 1997. En 2001, le groupe Raihan perd un de ses membres, Azhari Ahmed, juste avant la cérémonie de remise de la médaille. Le groupe travaille avec des personnalités importantes telles que Yusuf Islam et fait partie des groupes de chant religieux les plus appréciés dans le monde. Parmi leurs plus grands succès figurent Thank you Allah, 25 Rasul, Syukur, Kasih Sayang et Assolatuwassalam.

Hamza Robertson : l’artiste converti à l’anasheed

Le parcours de Hamza Robertson est un peu différent. Le jeune artiste s’appelle en réalité Tom Robertson et est né en 1982, dans la ville anglaise de Lancashire.

Tom a grandi dans une famille chrétienne avant de se convertir à l’islam à l’âge de 21 ans. Passionné par la musique et les arts de la scène depuis son plus jeune âge, Hamza Robertson a toujours joué du piano jusqu’à ses 20 ans, et a été soliste dans de petits groupes de musique.

Le Britannique sort de l’anonymat en 2007 avec un album dont les morceaux les plus connus sont Your Beauty, My Hero, The Mountain, He Is One et O Allah.

14:48 Écrit par Rachid Z dans Cultures, Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

La religion existe-t-elle ?

La religion existe-t-elle ?

Par Baudouin Decharneux : Maître de recherches du FRS-FNRS, Professeur à l’ULB, Membre de l’Académie Royale de Belgique

Présenté par Charles Huygens : Directeur général du Département de l’Instruction publique de la Ville de Bruxelles

Mercredi 19 décembre 2012 à 18 heures 30

Bibliothèque des Riches Claires

Rue des Riches Claires 24 - 1000 Bruxelles

Tél. : 02/548.26.10  Fax : 02/548.26.48

bp1@brunette.brucity.be

http://www.bibliorichesclaires.be

Entrée libre, réservation souhaitée

12:09 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05 novembre 2012

Réflexions théologiques juives sur le Concile Vatican II

Réflexions théologiques juives sur le Concile Vatican II

Bx Jean XXIII.jpg

Conférence du Rabbin David Meyer, professeur à l'Université pontificale grégorienne de Rome

Mardi 6 novembre 2012 de 12h30 à 13h30

Musée Juif de Belgique

Rue des Minimes, 21 à 1000 BXL

En 1965 (d'octobre 1962 à décembre 1965), le Concile Vatican II modifia en profondeur les bases de la théologie catholique vis-à-vis des religions non chrétiennes et du judaïsme en particulier. En adoptant la déclaration Nostra, Aetate, Vatican II marque donc un tournant décisif dont l'impact est encore loin d'avoir été pleinement perçu aujourd'hui. L'Eglise catholique y reconnaît implicitement sa responsabilité et propose de repenser de fond en comble l'image des Juifs, du peuple juif et du judaïsme.

Dès lors, les relations avec le judaïsme seront marquées du sceau de la fraternité, valorisant les différences entre ces deux religions "soeurs". Le texte de Nostra Aetate est le résultat d'un long travail théologique et rédactionnel du Cardinal Béa qui, sa vie durant, s'employa à valoriser la relation entre l'Eglise et le peuple juif. C'est à lui, sous l'impulsion du Pape Jean XXIII, très concerné par l'amélioration et la normalisation des relations avec le judaïsme, que nous devons les avancées remarquables dans ce domaine dont le Concile Vatican II vint apporter confirmation. Quel regard théologiquement critique peut-on poser sur ce document fondateur, à la base de notre expérience actuelle des relations entre le judaïsme et le catholicisme ? Quelles ont été les réactions de la communauté juive

12:32 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24 octobre 2012

Blagues à part

Blagues à part

Afficheblaguesapart.jpg

Le rire résiste-t-il à toute tragédie ? Si oui, comment ? Vanessa Rousselot, jeune réalisatrice française, a eu très tôt l’intuition que le rire ne connaît pas de frontière. En 2005, elle sillonne la Palestine en quête de l’humour de son peuple. Sa démarche est simple : demander, à chaque nouvelle rencontre : «Connaissez-vous une blague palestinienne ?» La première réponse déroute : «Notre situation tout entière est une blague».  Puis les langues se délient, la jovialité prend le dessus, les plaisanteries fusent… Cibles favorites des Palestiniens : les Hébronites, habitants arabes d’Hébron (équivalent des blagues belges en France), et bien sûr les Israéliens. À Ramallah, un homme dévoile les blagues politiques qu’il collectionne depuis l’Intifada. De l’autre côté du mur, un comédien réinvente le stand-up comique palestinien.

Blagues à part est une traversée émouvante des forces de survie au cœur d’un conflit. On y découvre l’humour d’un peuple, mais aussi sa grande tendresse…

Invité : Lucas Catherine

Lucas Catherine (né 1947) est un écrivain Bruxellois néerlandophone qui publie sur le monde Arabe et la colonisation, en particulier sur la Palestine. Livres traduits en français : L’Islam à l’usage des incroyants, Palestine dernière colonie ?, Promenade au Congo.

Mercredi 07 novembre 2012 à 19h30

Rue du Fort, 35, 1060 Bruxelles

Droit d’entrée : 5 euros

14:09 Écrit par Rachid Z dans Cultures | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19 octobre 2012

Le mythe de l’islamisation, un essai de Raphaël Liogier

Le mythe de l’islamisation

Un essai de Raphaël Liogier

Par Clémentine Autain, le 19 octobre 2012

Le débat sur l’Islam aura fait coulé beaucoup d’encre. Professeur à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, où il dirige l’Observatoire du religieux, Raphaël Liogier livre un essai vif et argumenté réfutant l’hypothèse d’une islamisation de la société française. Un mythe s’est imposé : l’Europe et la France seraient menacées par l’arrivée massive de musulmans, véritables ennemis venus imposés de façon unifiée une colonisation de l’intérieur. "Le principal problème tiendrait au fait que ce sont eux qui refusent de se mélanger à nous", explique l’auteur. Il démonte, chiffres l’appui, l’argument d’une bombe démographique et tord le cou à l’hypothèse du complot.

"Cette vision obsédante de "trop de" musulmans, l’impression que leur nombre s’accroit dangereusement va bien au-delà des sympathisants de l’extrême droite, et transcende même les clivages gauche-droite", affirme Raphael Liogier. Or, écrit-il, "l’atmosphère paranoïaque et discriminatoire à l’encontre des musulmans européens est au service des intérêts islamistes". En effet, "les débats vexatoires, les discriminations généralisées, les lois spécialement concotées contre les musulmans sont comme des perfusions dans le corps agonisant de l’islamisme".

Reste à comprendre pourquoi les Européens ont tant besoin de "l’ennemi musulman"... Raphael Liogier développe cette hypothèse : "Les musulmans ne sont plus simplement les boucs émissaires des crises économiques et sociales nationales, mais d’une crise d’identité européenne". Cet essai porte un parti pris radical, comme une dissonnance, mais elle est étayée et non simplement passionnée. Passionnant.

Raphaël Liogier, Le mythe de l’islamisation. Essai sur une obsession collective, Seuil, 2012, 201 pages, 16 euros.

15:13 Écrit par Rachid Z dans Cultures, Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |