23 février 2010

La Belgique : D'un État unitaire à un État fédéral (suite)

La Belgique

D'un État unitaire à un État fédéral


Lors de la conférence-débat organisée, le 06 février, par Agraw N'Arif sur le thème "Avenir du Rif : régionalisation ou autonomie ...", le jeune juriste Thibaud Wyngaard, spécialisé en droit constitutionnel et par ailleurs conseiller communal Ecolo, exposait les différentes étapes de la transformation de la Belgique, passant d'un État unitaire à un État fédéral et précisait les grandes lignes de notre système de répartition des compétences, avant de répondre aux pertinentes questions du public...

Deuxième partie

Répartition des compétences

 


Troisième partie

Réponses aux questions

05:12 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22 février 2010

"Bruxelles n'a pas besoin de 89 députés"

"Bruxelles n'a pas besoin de 89 députés"

 

 

 

7sur7  , le 18 février 2010

"Cela suffit de dire tout et n'importe quoi sur Bruxelles!"

 

Benoît Cerexhe

 

Le ministre lance lui-même cinq propositions. Il estime que les parlementaires bruxellois n'ont pas besoin d'être au nombre de 89. "On peut fonctionner à 50, 40 francophones et 10 néerlandophones", affirme M. Cerexhe.

 

Il estime aussi qu'il faut revoir les lois linguistiques et assouplir notamment les examens linguistiques trop sévères qui empêchent les administrations de trouver de bons candidats. Il veut aussi revoir le cadre linguistique qui impose la clé de répartition entre fonctionnaires néerlandophones ou francophones.

 

Il plaide aussi pour la suppression de la Cocom (commission communautaire commune) et pour le transfert de ses compétences à la Région pour laquelle il demande enfin d'autonomie constitutive.

affirme que "les francophones sont ouverts au débat sur une meilleure organisation à Bruxelles. Mais ce débat-là est vicié par les propos des hommes politiques flamands", ajoute le ministre qui affirme n'avoir jamais entendu de la part des Flamands des propositions de réforme des institutions bruxelloises visant à leur donner moins de pouvoir.
, lance jeudi Benoît Cerexhe, ministre CDH de la Région Bruxelles-Capitale, dans le Soir  , qui dénonce les attaques flamandes contre la capitale et propose cinq mesures de réformes pour simplifier la Région. Il estime notamment qu'il n'est pas nécessaire de disposer de 89 parlementaires régionaux.

La Belgique : D'un État unitaire à un État fédéral

La Belgique

D'un État unitaire à un État fédéral

 
Lors de la conférence-débat organisée, le 06 février, par Agraw N'Arif sur le thème "Avenir du Rif : régionalisation ou autonomie ...", le jeune juriste Thibaud Wyngaard, spécialisé en droit constitutionnel et par ailleurs conseiller communal Ecolo, exposait les différentes étapes de la transformation de la Belgique, passant d'un État unitaire à un État fédéral et précisait les grandes lignes de notre système de répartition des compétences, avant de répondre aux pertinentes questions du public.
  

Première partie

Histoire de la Belgique

06:25 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11 janvier 2010

Parlements, gouvernements : la démocratie confisquée ?

 

Parlements, gouvernements

La démocratie confisquée ?

Par Michel Delwiche,

2009, année de soubresauts pour les partis politiques francophones : guerre ouverte entre PS et MR, fronde interne chez les libéraux, nouvelle affaire pour le PS, élection confisquée à la tête du CDH, remplacement controversé de la coprésidente d'Ecolo... Les partis s'imposent au détriment des parlements et des gouvernements.

Le 28 novembre dernier, le président du PS (et député wallon) Elio Di Rupo publiait sur son blog un appel à reporter l'interdiction totale de fumer dans les bars, cafés et restaurants du pays. Il s'en expliquait maladroitement : les citoyens stressés par la crise ont bien le droit d'aller en griller une au bistrot, et il faut éviter au secteur Horeca de trinquer.

Surprenante marche arrière par rapport à la position adoptée au Sénat qui préconisait une interdiction totale dès 2012, une position défendue par la ministre fédérale de la Santé, la vice-Première ministre PS Laurette Onkelinx, qui a bien dû s'aligner sur son président. Il faudra attendre 2014 pour voir le tabac totalement banni de l'Horeca.

Les listes et les ministres

Un petit exemple parmi tant d'autres du pouvoir démesuré des présidents de parti, et de l'autorité totale qu'ils ont désormais sur leurs troupes. Ce sont les présidents qui font les listes électorales, qui placent en ordre utile les candidats et les suppléants qu'ils veulent voir élire, qui mènent les négociations postélectorales, qui désignent les ministres (parfois en allant les pêcher dans la société civile) et les font glisser du régional au fédéral ou l'inverse, qui s'assurent du contrôle de l'administration, qui placent des proches dans les conseils d'administration des sociétés publiques.

Qui veut faire carrière en politique doit encenser le chef ; qui veut une promotion dans l'administration doit trouver un «poussant» ; et les collectionneurs de mandats, pour rester en place, doivent faire preuve d'une grande docilité.

Comment ne pas s'interroger sur le cas d'Edmée De Groeve, peu connue du grand public, membre du bureau du PS, placée par celui-ci à la tête des conseils d'administration de la SNCB, de la Loterie nationale et de l'aéroport de Charleroi, contrainte à la démission après avoir été inculpée à la suite d'indélicatesses ? Comment ne pas remarquer tous les efforts, parfois vains, du CDH pour tenter d'obtenir sa part du gâteau comme à la belle époque en essayant de placer un maximum de ses « gens » dans l'administration wallonne ? Comment admettre la création d'un nouveau consulat général de Belgique à Marseille dans le seul but d'y recaser un haut fonctionnaire MR ?

Une visibilité accrue

(...) Et pourtant, la légitimité démocratique des présidents est loin d'être proportionnelle à leur pouvoir.

Au PS , Elio Di Rupo, président depuis 1999, a remporté en 2007 sa dernière élection interne avec 20 654 voix, soit 89,5 %... de 30,3 % des affiliés. Son seul adversaire était l'ex-député permanent du Hainaut Jean-Pierre De Clercq, inculpé dans le cadre de ses activités de curateur, qui a obtenu 2 425 voix.

Au MR , Didier Reynders, président depuis 2004, a été réélu en 2008 par 10 337 voix, soit 90,78 %... de 27,2 % des membres du parti.

Au CDH , le ticket Joëlle Milquet-Benoît Lutgen l'a emporté en décembre dernier avec 8 103 voix, soit 87,07 % de 41,3 % des bulletins de vote. En court-circuitant le jeu : ils ont annoncé leur scénario (Lutgen succédant à Milquet après la constitution du prochain gouvernement fédéral) au moment de l'ouverture des candidatures. Qui, au risque de se suicider politiquement, pouvait s'opposer, si ce n'est le peu concerné candidat anversois Jan Lippens (qui a tout de même obtenu 1 203 voix) ?

Chez Ecolo , les coprésidents Isabelle Durant et Jean-Michel Javaux ont été reconduits en 2007 par 345 voix, soit 88,24 % des 380 militants qui se sont exprimés. Le parti compte 4 800 membres, mais les nouveaux élus, seuls candidats, ont expliqué qu'ils avaient fait le tour des régionales pour convaincre les troupes. Fin novembre, Isabelle Durant, députée européenne, a été remplacée par la Bruxelloise Sarah Turine, nommée par le conseil de fédération d'Ecolo après avoir été pour ainsi dire adoubée par Javaux lui-même. Le couple idéal pour le renouvellement en 2011 ?

Les simples électeurs, eux, ont de plus en plus le sentiment qu'ils ne sont appelés aux urnes que pour faire bouger de quelques points au mieux les scores des partis. Dès le soir du vote, les états-majors comptabilisent le nombre de leurs élus et calculent les coalitions possibles. Car l'important, c'est le pouvoir, y arriver et ensuite durer

L'intégralité :

Le Vif , le 11 janvier 2010 Le Vif

15:35 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12 novembre 2009

Angers : Conseil pour la citoyenneté des étrangers angevins

Angers

Conseil pour la citoyenneté des étrangers angevins

consetrangers09

Tractothèque

 

C'est quoi ?

Un lieu d'expression, d'écoute et de dialogue entre l'équipe municipale et les étrangers.

Une instance de consultation, une force de proposition et d'action sur tous les sujets qui concernent les résidents étrangers dans la cité

Un moyen de lutter contre toutes formes d'exclusion, de racisme et de discrimination

Comment ça fonctionne ?

Durée du mandat : 2 ans

Composition : l'ensemble des étrangers angevins s'étant porté candidat + six élus désignés par le Conseil municipal d'Angers

Une réunion du conseil au complet au moins deux fois par an

Des groupes de travail

Qui peut être candidat ?

Toute personne :

Exclue du droit de vote

De nationalité étrangère, hors Union Européenne

Agée de 18 ans révolus

Habitant à Angers

Ou résidant dans l'agglomération mais ayant une activité associative, professionnelle ou scolaire sur la ville d'Angers

(Nous pourrions prendre exemple sur cette appréciable initiative angevine et l’élargir à toute la population bruxelloise, étrangère ou non, pour en finir avec l‘inefficacité durable du MRAX et autres assocs bidons de lutte contre le fléau du racisme !) (Rachid Z)

 

12:43 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20 juillet 2009

Albert II : pour un Etat belge plus éthique et réformé

 

Albert II

Pour un Etat belge plus éthique et réformé

 

 

 

Le Vif  , le 20 juillet 2009

A la veille de la fête nationale, le roi Albert II a prononcé son traditionnel discours. Il invite à une régulation des domaines financier et économique.

Dans son discours, le roi des Belges a insisté sur la nécessité d'adapter les structures institutionnelles du pays. Il a aussi appelé à plus d'éthique dans la finance et l'économie (pense-t-il, par exemple, à l'instauration dans le royaume de Belgique, comme en république française, d'un système financier d'inspiration islamique ?!) (Rachid Z). Une plus grande régulation par rapport à la rémunération des dirigeants d'entreprise, par exemple.

"Dans le secteur financier, beaucoup de responsables ont succombé à la pression des marchés pour générer à court terme des marges de profits toujours plus élevées, souvent irréalistes et sans rapport avec l'économie réelle", a-t-il constaté. "Il me paraît donc très important de plaider pour le développement d'une éthique dans le domaine économique et financier. Celle-ci doit évidemment s'accompagner d'une mise au point de certaines règles et normes à respecter pour le contrôle des intermédiaires et des produits financiers. Ces contrôles devront non seulement être renforcés, mais aussi internationalisés", a-t-il ajouté.

Rappelant que "la finance doit être au service de l'économie et celle-ci au service de l'homme", le roi invite à s'interroger sur "le caractère de plus en plus matérialiste de nos sociétés et sur la nécessité d'accorder plus de place aux valeurs familiales, à celles de la convivialité, de la solidarité et du respect de l'autre".

l'indispensable réforme de l'Etat

Le roi Albert II est en faveur d'une réforme de l'Etat qui accorderait plus de responsabilités aux entités fédérées, une indispensable solidarité et un pouvoir fédéral efficace doté des moyens nécessaires. "Pour faire face à la crise en Belgique, je pense que nous devons aussi mettre de l'ordre dans nos structures institutionnelles", a-t-il dit.

Enfin, le roi invite les Communautés et Régions à promouvoir un enseignement et une politique de formation professionnelle de qualité, adaptés aux moteurs économiques de demain. Il évoque notamment, à cet égard, les technologies de l'environnement. (Invitation indécente et en parfaite contradiction avec le constat dénoncé par le même monarque par rapport aux sauvages systèmes financiers en vigueur dans nos sociétés "démocratiques" où règne le pouvoir des divinités dollard et Euro assujetissant l'humanité : en orientant, comme le recommande Albert II, les élèves au service des exigences des tenants du monde de l'économie et de la finance et en aucun cas dans l'intérêt de leur devenir en lien avec leurs semblables !) (Rachid Z)

Ces avancées en matière d'éthique, sur le plan institutionnel, et d'enseignement, permettront, selon le roi, de maintenir la Belgique dans "le peloton de tête des pays industrialisés".

 

15:46 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11 avril 2009

Bruxelles : Paradoxes économiques

Bruxelles

Paradoxes économiques

paradoxe_fr_2web-e2c30

22:00 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Chers citoyens et citoyennes

Chers citoyens et citoyennes

 

Chaïb, le 5 avril 2009

Voici à grand pas les élections qui approchent, et en même temps sont lots de sollicitation de la part des grands partis politiques et de ses élus toutes origines confondues. Son lot de mensonges, doubles discours, et autres subterfuges

de la par de certains élus.

 

Souvenez vous du massacre

de Gaza

Les chiffres sont horribles et parlant 1417 morts.

Un peuple meurtri et oublié de part le monde et surtout le monde politique en étant aveugle et sourd pour ne pas devoir se prononcer sur ce conflit et prendre position

pour les victimes

Je vous invite, moi, simple citoyen à témoigner de notre réelle solidarité avec ce peuple et sensibiliser nos politiques pour cela je vous invites à ne pas afficher en vos commerces les affiches des élus des prochaines élections régionales quelques soient le parti et l’origine de l’élu ou même sa religion.

Je ne prétends pas que nous solutionnerons le conflit de cette manière mais cela aura le mérite de dire que nous sommes solidaire des souffrances, du peuple palestinien et que nous ne sommes pas dupes du jeu des nombres de politiciens

. Sur la question, de façon concrète, nous avons Nordin Saidi qui présente une liste électorale, ÉGALITÉ… sans guillemets, sans être électoraliste.

Actif, dans le discours et les actes sans aucun double discours de sa part et ses années de militantisme de la cause nous le démontres, il faut le soutenir sans aucune faille comme il le fait pour le peuple palestinien et il ne s’agit pas de faire campagne sur le conflit israélo-palestinien, mais certains on plus de droit de s’en réclamer au vu de leur combat sincère et sans aucun bas calcul de leur part.

Pour le reste il s’agit de parlementaires qui vous diront avoir été en Palestine tant de fois mais malheureusement le peuple palestinien n’ a que faire de ces visites touristique. Donc cela ne doit pas être un argument pour eux et ceux qui vous dirons que leur parti a fait venir des enfants palestiniens et tenteront de vous amadouer par la fibre humanitaire, il ne faut pas céder à de tels arguments.

 

Sanctionnons ceux qui parlent pour le peuple palestinien mais qui au parlement, lors des votes, font le contraire(Daif, Sfia, Azzouzi, etc).

Il faut encourager les personnes qui agissent et dénoncer l’attitude silencieuse et parfois complices de certains. Voilà il ne sert à rien de pleurer, de se mettre en colère, de réagir avec émotion . Voici le moment d’agir avec raison alors agissons en tant qu’humain et citoyen et ne pensez pas que ceci ne sert à rienque du contraire.

 

Actes de collaboration

 

Il y a 8 ans déjà...

 

EXEMPLE

Laissé à votre appréciation !?

 

Séance plénière du vendredi 17 mars 2000

PROJET D'ORDONNANCE PORTANT ASSENTIMENT

A L'ACCORD DE COOPERATION DANS LE DOMAINE

DE LA RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

INDUSTRIELS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE

L'ETAT D'ISRAËL ET LE GOUVERNEMENT DE LA

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE, SIGNE A

BRUXELLES LE 8 SEPTEMBRE 1998

Vote nominatif

sur l'ensemble

Mme la Présidente. — Mesdames, messieurs, nous passons maintenant au vote nominatif sur le

projet d'ordonnance

- Il est procédé au vote nominatif

 

- Il est procédé au vote nominatif

 

 

65

 

membres sont présents

44

 

votent 

oui

21 

 

s'abstiennent

En conséquence

 

, le projet d'ordonnance est adopté. Il sera soumis à la sanction du Gouvernement

Ont voté

oui :

MM. André MR, Azzouzi PS, Boelpaepe MR, Mmes Bouarfa PS, Byttebier GROEN, Caron CDH (à l'époque MR !!!), Carthé PS, MM. Cerexhe CDH, Chabert CD&V, Clerfayt MR, Cools MR, Comelissen MR, Daïf PS, de Clippele MR, Mme de Galan PS, M. De Grave MR, Mme de Groote CDH, MM. de Lobkowicz CDH (à l'époque MR !!!), de Patoul MR, De Wolf MR, Decourty PS, Demannez PS, Mmes Derbaki Sbai MR (puis PS et aujourd’hui de nouveau MR !!!), Praiteur, M. Gatz (Open VLD), Mme Gelas MR, MM. Gosuin MR, Grimberghs CDH, Mme Grouwels CD&V, M. Lemaire CDH, Mme Lemesre PS (à l'époque, puis MR, et décédée !!!), MM. Mahieu (VIVANT), Michel MR, Mme Molenberg MR, M. Moock PS, MmeNeyts-Uyttebroeck (Open VLD), M. Ouezekhti MR (après avoir fait ses armes dans les rangs Ecolo

!!! Ejecté de la scène politique depuis 2004 !!!), Mme Payfa MR, MM. Riguelle CDH, Roelants du Vivier MR, Romdhani PS, Smits MR, van Eyll MR et Vervoert PS.

 

Se sont abstenus :

MM. Adriaens Ecolo

 

, Arckens (Vlaams Belang), Mmes Bastien (indépendante FNB), Braeckman Ecolo, MM. Daems Ecolo, Debry Ecolo, Demol (Vlaams Belang), Doulkeridis Ecolo, Galand Ecolo, Hance (FN), Mmes Herscovici Ecolo, Huytebroeck Ecolo, MM. Lahssaini Ecolo, Lootens-Stael (Vlaams Belang), Mme Meunier Ecolo, M. Pesztat Ecolo (Belgo-israélien !!!), Mmes Rorive (députée analphabète FN, épouse de Daniel Feret !!!), Saïdi (Alors Ecolo, depuis 2004, Fatiha Saïdi siège sous les couleurs du PS !!!) , Theunissen Ecolo, M. Van Assche (Vlaams Belang) et Mme Wynants Ecolo.

21:10 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

05 janvier 2009

Nouveau parti anticapitaliste et opposition à l'islamophobie‏

Nouveau parti anticapitaliste et opposition à l'islamophobie‏

Suffrage Universel, le 4 janvier 2008

[ndPYLAfin d'éviter toute ambiguïté, ce mail est rediffusé sur la liste SU à titre d'information. Je ne suis (plus) membre d'aucun parti, et de toute façon la famille politique dont je suis le plus proche - et électeur, à de rares exceptions près - est l'écologiste (Verts, Ecolo et Groen! puisque je vote dans deux pays et dans deux communautés linguistiques), pas la trotskyste.

Par ailleurs, j'ai voté oui aux deux référendums français sur l'avancée vers une Europe fédérale, pour le Traité de Maastricht et pour la Constitution européenne, et je ne regrette aucunement mon vote. Par contre, je souscris entièrement au contenu de cet amendement, qui pourrait être proposé à l'adoption quasiment tel quel par n'importe quel parti de gauche.

Idée à creuser d'ailleurs, je pense surtout à des votes de motions en sections locales ou équivalentes. Mais il faudrait être plus précis sur la question des discriminations, tant à l'école que dans la fonction publique (en tant que client-e-s ou fonctionnaires), vis-à-vis des femmes musulmanes portant le foulard et des Sikhs enturbannés notamment. Ca permettrait de "se compter" et de mesurer le taux d'islamophobie au sein des partis qui recherchent par ailleurs activement et par tous les moyens à capter l'"électorat musulman", si tant est que cette catégorie existe réellement, ce dont je doute fortement, à part sur le plan statistique.

Il est temps de crever l'abcès, avant les élections européennes et régionales belges de juin. Personnellement, si Ecolo n'évolue pas sur la discrimination que ce parti soutient vis-à-vis du port du foulard dans la fonction publique, je voterai Groen! aux régionales (là je n'ai pas le choix, en tant qu'électeur vilvoordois) ET aux européennes, puisque ce parti a clairement pris position à ce sujet et a concrétisé cette position dans ses votes lors des divers conseils communaux ou de CPAS où la question a été abordée, d'ailleurs rejoint dans plusieurs communes par le SP.A et par les ex-VlaamsProgressieven, seul autre parti à avoir pris la même position au niveau "national". Un texte à faire signer par les élus et par les candidats pourrait également être envisagé, reste à voir qui pourrait le porter.]

Bonjour

Dans les jours à venir

se tiendront un peu partout en France des assemblées départementales ou régionales des comités Nouveau Parti Anticapitaliste pour préparer le congrès de fondation et pour élire des délégués.

Un très grand nombre d'amendements ont été proposés aux textes de congrès, mais à ma connaissance un seul amendement (malheureusement, mais j'ai pu en rater) parle de l'importance de l'islamophobie. C'est un amendement proposé par le comité NPA Montmartre :

 

Nous luttons pour une société où la laïcité signifie

séparation de l'Etat et des religions, traitement égal de toutes les confessions, protection par l'Etat des libertésindividuelles et collectives de croyance et de confrontations d'idées. Nous combattons l'islamophobie autant que l'antisémitisme et toutes les discriminations, qu'elles soient religieuses, racistes, ou sexuelles, en refusant l'ethnicisation sur des bases culturelles ou/et religieuses des questions sociales et politiques ; et nous oeuvrons au rapprochement de tous les opprimés et exploités, croyants ounon croyants, dans la lutte commune pour des droits égaux.

Ce serait une excellent idée, dans les jours et les semaines qui viennent, de faire connaître largement cet amendement (par mail, sur des listes de discussion etc) à tous ceux et celles qui sont impliqués dans le processus NPA, en demandant l'opinion des gens. Là où c'est possible, il faudrait proposer l'amendement aux assemblées régionales de préparation au congrès.

 

Il y a beaucoup de nouveaux militants impliqués dans le NPA. Parmi eux, un grand nombre peuvent être convaincus de l'importance de s'opposer à l'islamophobie, une idéologie qui fait souffrir une section de la classe ouvrière, et qui rend plus facile les interventions meurtrières de l'Occident en Afghanistan et ailleurs. Il suffit de faire le travail.

 

Malheureusement jusqu'à présent la gauche radicale n'a pas voulu s'opposer sérieusementà l'islamophobie (voir mon article dans le journal anticapitaliste au http://pagesperso-orange.fr/john.mullen/2008islamophobie.html )

Mais cela pourrait changer!

Faites circuler largement ce message!

John Mullen

14 octobre 2008

Soirée d’accueil des nouveaux belges

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soirée d’accueil des nouveaux belges

Par

Alain De Plaen  , conseiller communal CDH à Woluwe-St-Lambert, le 14 octobre 2008

Une fois n'est pas coutume, je voudrais faire aujourd'hui un commentaire positif sur

une initiative de la commune : la soirée d'accueil des "personnes ayant acquis récemment la nationalité belge". Rassurez-vous, ça ne va pas devenir une habitude...

Cette soirée, hier soir, était destinée à marquer, avec un peu de solennité ainsi que de convivialité autour d'un verre

"d'accueil", la récente acquisition de la nationalité belge de woluwéens - parfois de longue date. Une 50-aine de personnes étaient présentes et, dans l'ensemble, la soirée reçoit une belle appréciation. Bien sûr, il y a eu un (relativement bref) discours de circonstance du bourgmestre, centré sur la mise en valeur du travail communal, mais aussi sur ce que cette nationalité belge signifie - en droits ET en devoirs. Ce rappel vaut d'ailleurs pour les anciens belges également... (A ce propos, Dan Van Raemdonck, l'ex-président de la LDH et ex-Vice-président du CAL, une personne dont j'apprécie le discours aime à rappeler que dans une démocratie qui se respecte, c'est précisément parce que nous avons des droits que nous nous devons de satisfaire à nos devoirs et certainement pas le contraire !!!) (Rachid Z) Une partie de la soirée fut consacré à des questions / réponses avec la salle (problèmes personnels, d'adaptation, d'équivalence de diplôme - de personnes cherchant a travailler et n'y arrivant pas etc...).

Visiblement, les participants étaient satisfaits: cette

nouvelle citoyenneté belge leur est reconnue, et la soirée lui donne du "poids symbolique". C'est important : changer de nationalité, c'est une étape importante qui marque que dorénavant, leur choix, c'est que ce soit ici que leur vie va se construire et ici que leurs enfants planteront leurs racines.
 

Oui

 

Oui

 

oui, être belge, c'est plus qu'avoir un petit bout de papier ou accès à un système de protection sociale généreux. C'est être pleinement citoyen actif d'un pays démocratique, où chacun apporte sa valeur au fonctionnement du pays.

Et je salue l'initiative de marquer cette citoyenneté de façon solennelle -  et encourage chacun à faire un plein accueil à nos nouveaux compatriotes  

(J’aurais dit, plus justement, concitoyens et donc coresponsables des décisions politiques adoptées aux seins de nos instances démocratiques comme, par exemple, celle votée quasi à l’unanimité à la Chambre, légitimant, contrairement à l’expression démocratique manifestée par nos concitoyens européens de France, des Pays-Bas et d’Irlande, un projet de traité établissant une Constitution pour l'Europe. Un projet qui revêt un néfaste caractère ultra-libéral, engendrant les conséquences sociales que nos sociétés dites démocratiques, admirablement bien administrées, n'est-ce pas, subissent toujours démocratiquement !!!) (Rachid Z)

, être belge, c'est avoir une stricte égalité de droits et de devoirs entre tous les citoyens.

Mais

, la Belgique est et doit rester une terre d'accueil, dans le respect des règles démocratiques.

12:35 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12 septembre 2008

Les Bruxellois font de vieux os !

Les Bruxellois font de vieux os !

 

 

 

 

RTLinfo  , le 11 septembre 2008

Les habitants de

Bruxelles vivent longtemps. C'est ce que révèlent les chiffres publiés par l'Institut des statistiques, et relayés par la Capitale 

L'année dernière

Population jeune à Saint-Josse, âgée à Uccle

A Saint-Josse, les femmes vivraient bien moins longtemps que la moyenne : 71.54 ans au lieu de 80. Mais il faut tenir compte du nombre de décès, peu élevé dans la commune : en 2007, 64 femmes sont décédées. Un nombre qui ne permet sûrement pas d'établir une moyenne fiable, souligne la Capitale. La population à Saint-Josse est plutôt jeune.

A Uccle, au contraire, il y a eu beaucoup de décès en 2007 : 783. La moyenne d'âge est plutôt élevée dans la commune.

, 9.166 personnes sont décédées en région bruxelloise. Age moyen des femmes : 80.31 ans. C'est la moyenne la plus élevée de Belgique. De leur côté, les hommes ont vécu en moyenne 73.04 ans.
. Résultats : les femmes résidant en région bruxelloise sont celles qui vivent le plus longtemps en Belgique. Les Bruxellois, eux, vivent plus longtemps que la moyenne des Belges.

10:16 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28 août 2008

Nous sommes 10.666.866 personnes à

 

 

   

Nous sommes 10.666.866 personnes à

vivre en Belgique

large_481084

7sur7, le 28 août 2008

La Belgique comptait

Au 1er janvier, il y avait 5.442.557 femmes (51,0%) et 5.224.309 hommes (49,0%). Bien qu'il naisse un peu plus de garçons que de filles (105 garçons pour 100 filles, en général), il est aujourd'hui habituel dans les populations de dénombrer un peu plus de femmes que d'hommes, et cela du fait de la surmortalité masculine à tous les âges, explique le SPF Economie

57,8

% vivent en Flandre

La Flandre hébergeait 6.161.600 personnes (+ 44.160, 57,8% du total), la Wallonie 3.456.775 personnes (+20.296, 32,4%) et la Région de Bruxelles-Capitale 1.048.491 personnes (+17.276, 9,8%).

Immigration

L'augmentation de la population résidente constatée s'explique pour trois-quarts par le solde migratoire (la différence positive entre immigration et émigration) et pour un quart par le solde naturel (c'est-à-dire l'excédent des naissances sur les décès). En 2007, 146.409 immigrants ont été inscrits (ou ré-inscrits) dans le Registre de population, tandis que 91.052 émigrants en étaient rayés.

Naissances

 

Dans le même temps, 120.663 naissances et 100.658 décès ont été enregistrés. Pour retrouver exactement l'accroissement de la population, il faut encore tenir compte de l'ajustement statistique (6.970 personnes) qui résulte du fait qu'un certain nombre d'événements démographiques sont inscrits avec retard au Registre de la population.

+
1,68% à Bruxelles

L'accroissement est le plus important à Bruxelles (plus 1,68%), suivi de la Flandre (plus 0,72%) et de la Wallonie (plus 0,61%), d'abord en raison d'une orientation préférentielle des courants de la migration internationale vers Bruxelles et la Flandre. Secondairement, elle reflète aussi les différences de fécondité (Bruxelles se caractérisant par une fécondité nettement plus forte que les deux autres régions). Finalement, elle découle aussi des différences de mortalité et de structures par âge héritées du passé.

Grandes villes

Le chiffre de population va croissant également dans chacune des 5 grandes villes. Tant à Anvers (plus 1,26%) qu'à Gand (plus 0,90%), Charleroi (plus 0,02%), Liège (plus 0,63%) et Bruxelles (plus 1,68% dans les 19 communes), le nombre de résidents a augmenté.

Communes

À l'échelon des communes, les évolutions sont plus diversifiées. L'augmentation a été la plus marquée à Léglise (plus 3,90%). De même à Rendeux (plus 3,69%), Tinlot (plus 3,31%), Brugelette (plus 3,30%), Écaussinnes (plus 3,30%), Ohey (plus 3,22%), Rouvroy (plus 2,99%), Attert (plus 2,96%), Héron (plus 2,78%), Crisnée (plus 2,76%), le nombre d'habitants a connu une croissance vigoureuse en l'espace d'un an. Il y a 6 communes où la population recule de plus d'un pour cent: Vresse-sur-Semois, Érezée, Fourons, Herstappe, Martelange et Edegem. A l'exception de cette dernière, il s'agit de très petites communes.

Vers les
11 millions

"Alors que dans un passé récent, des doutes s'étaient manifestés quant à la possibilité de la Belgique d'atteindre 10 millions d'habitants, il apparaît aujourd'hui qu'elle se dirige lentement mais sûrement vers 11 millions d'habitants", conclut le SPF Economie.

10.666.866 habitants au 1er janvier 2008, soit 82.332 personnes de plus qu'au 1er janvier 2007. Il s'agit du plus fort accroissement absolu de population depuis 1965, précise le SPF Economie. En 2006 et 2005 déjà, il y a eu une hausse marquée de la population, respectivement de 73.152 et 65.530 unités.

Plus de femmes

14:28 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25 août 2008

Surpopulation politique à Bruxelles ?

 

 

 

Surpopulation politique à Bruxelles

?

Par Philippe Engels,

Le Vif  , le 25 août 2008

 

Petite poussée de fièvre sur le front bruxellois, malgré la trêve estivale : y aurait-il pléthore d'acteurs politiques

?

Même quand la crise politique se fait oublier, que les

«belligérants» sont en vacances, Bruxelles suscite convoitises et querelles. Témoin les petites déclarations des derniers jours, toutes relatives au sort de Bruxelles.

Le député fédéral Jean-Marie Dedecker, chef d'un

parti populiste flamand en progression, connaît la musique pour s'attirer les projecteurs.

Il imagine un bout de solution pour faire admettre aux francophones la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde

:

renoncer à la représentation garantie des Flamands, à Bruxelles. «Il est anormal que 60 000 électeurs flamands valent 17 sièges au parlement régional (bruxellois) et la moitié des ministres (au sein du gouvernement de la Région bruxelloise)», a soufflé Dedecker au Soir .

Il en faudra d'autres pour amadouer le camp francophone. Mais à lire les réactions qui ont suivi et le flot de réflexions des dernières semaines, il paraît évident que l'équilibre instable des institutions bruxelloises (vanté jusqu'au... Proche-Orient

par des intellectuels belges) pourrait être bousculé à bref délai. A Dedecker, le ministre bruxellois flamand Pascal Smet (SP.A) a répondu ceci : il n'y a pas de surreprésentation flamande à Bruxelles ; on peut certes en discuter... mais il faudrait avant tout réduire le nombre de politiciens de tout poil sur un aussi petit territoire.

Pascal Smet

en a recensé

956 ! Ministres, députés, bourgmestres, échevins et conseillers communaux. «Aujourd'hui, à Bruxelles, lorsqu'un homme politique veut mettre des bâtons dans les roues à quelqu'un, on a besoin de dix autres pour débloquer la situation», regrette Smet. Une enquête publiée ces jours-ci par l'OCDE, le «bureau d' études» des pays développés, apporte du grain à moudre. A Bruxelles - et en Belgique -, il y aurait trop de fonctionnaires : au moins 15 % de la population en état de travailler.

Bruxelles mal gérée

? Les sous-entendus du ministre Smet ont généralement le don d'agacer ses collègues francophones. Il y a trois ans, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics avait prôné la fusion des 19 communes, sous prétexte que les doublons avec le pouvoir régional de tutelle généraient un surcoût de 50 millions d'euros par an - un chiffre contesté par les francophones. PS et MR, surtout, refusent cette fusion. Impossible à faire admettre aux dizaines de «barons» locaux qui ont construit leur notoriété dans des communes parfois aussi grosses qu'une grande ville wallonne.

Plus sérieusement, les leaders francophones se méfient des arrière-pensées flamandes : le discours sur les dysfonctionnements cacherait une volonté déguisée de nier le fait régional bruxellois et de faire cogérer ce bout de territoire par la Flandre et la Wallonie. Aucune étude sérieuse ne conteste les progrès dans la gestion des affaires bruxelloises depuis qu'elle est une Région à part entière

(1989). Les soucis seraient plutôt d'ordre externe. Absence de reconnaissance du rôle de capitale, manque de financement par l'Etat fédéral, coopération difficile avec la Flandre, etc. Des solutions sont à l'étude pour améliorer, malgré tout, la gestion : lutter contre les gaspis à structures inchangées (le gouvernement Picqué a lancé un plan de gouvernance locale en mars 2008), régionaliser certaines compétences des Communautés (tourisme et infrastructures sportives, en attendant la formation ?), créer une « communauté urbaine » pour faire participer davantage les communes périphériques au projet de ville.

Les idées abondent. Alimentées notamment par Brussels Studies, une revue électronique née de ce bouillonnement. Principale difficulté, selon le professeur de droit constitutionnel Hugues Dumont (Facultés universitaires Saint-Louis) :

«Faut-il concevoir des réformes qui présupposent le maintien de l'Etat fédéral ou faut-il anticiper sa prochaine évaporation, si ce n'est sa dissolution ?»

 

 

 

 

  

 

 

17:27 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19 mai 2008

Les députés n'ont jamais été aussi jeunes

 

 

 

 

   

  

 

Les

députés n'ont jamais été aussi jeunes

dyn005_original_512_333_pjpeg_48848_939010013e22ee424d10959ffe7fcc52

 

Par Marc Vande Weyer, le 18 mai 2008

La moyenne d'âge des députés n'a jamais été aussi basse:

44 ans, écrit dimanche Het Nieuwsblad op Zondag. "Mais je m'attends à ce qu'elle augmente", indique Herman De Croo (Open VLD), le doyen des députés.

En 1999, la moyenne d'âge à la Chambre était de

47 ans. En 2003, elle était de 45 ans. Après les élections du 10 juin dernier, elle a encore baissé d'un an, peut-on lire dans une récente brochure publiée par le président de la Chambre, Herman Van Rompuy (CD&V).

Le benjamin est Mathias De Clercq (

Open VLD). Ce député de 27 ans était le suppléant de Karel De Gucht . "L'âge n'est pas si important. La volonté de vouloir changer la société est pour mois beaucoup plus importante", dit M. De Clercq.

 

 

Herman De Croo

, le plus âgé des député mais également le plus ancien, avec 40 ans de Chambre, voit deux raisons à ce rajeunissement: l'arrivée de femmes qui entrent plus tôt en politique et le phénomène des suppléants.

Les partis lancent souvent des jeunes comme suppléants qui deviennent désormais députés lorsque le titulaire du poste devient ministre. Pour M. De Croo,

la moyenne d'âge des députés devraient augmenter car les jeunes députés devraient rester longtemps à la Chambre.

 

Source :

http://vandeweyer.skynetblogs.be/post/5881968/les-deputes-n-ont-jamais-ete-aussi-jeunes

14:56 Écrit par Rachid Z dans Citoyenneté | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |