10 novembre 2008

Dexia finance des colonies juives

Dexia finance des colonies juives

 

rabino-contra-el-sionismo[1]

 

Par BAUDOUIN LOOS, Le Soir, le 09 novembre 20

 

La banque franco-belge Dexia finance, via sa filiale israélienne, le développement des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés, et cela depuis des années. Ce constat, qui aurait en effet pu être fait depuis longtemps, est mis en lumière par plusieurs groupes de solidarité avec la Palestine, qui lancent la semaine prochaine une action de protestation.

 

Depuis près de dix ans, Dexia s'intéresse au marché israélien. En plusieurs étapes, la banque franco-belge a acheté une firme bancaire israélienne, Otzar Hashilton Hamekomi («Trésor du pouvoir local»), spécialisée comme ce nom l'indique dans le financement des communes et des collectivités locales, à l'instar du bon vieux Crédit communal belge, ancêtre de Dexia. Depuis 2001, cette banque israélienne est contrôlée par Dexia qui détient 65,31 % du capital. La filiale Dexia Public Finance Israel est répertoriée sur le site de Dexia comme troisième en importance sur le marché israélien du financement des collectivités locales (avec un personnel de quarante personnes). La banque a pignon sur rue et est bien connue des Israéliens.

 

Avec d'autres mouvements, Intal, qui travaille sur divers dossiers de solidarité dans des pays du tiers-monde – Amérique du Sud, Congo, Philippines, Cuba – dont les territoires palestiniens, a décidé de lancer une campagne pour dénoncer l'implication de Dexia dans le financement des colonies juives en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

  

«Nous voulons rappeler que la colonisation est contraire au droit international, nous dit Mario Franssen, d'Intal. La Quatrième Convention de Genève interdit l'installation de populations du pays occupant dans le territoire occupé. Avec d'autres groupes, nous sommes engagés par ailleurs dans une campagne de boycott des produits israéliens, pour dénoncer l'occupation, et certains nous reprochent, de manière absurde, d'agir ainsi pour rayer Israël de la carte ou par antisémitisme ! Mais ici nous ciblons une situation bien particulière : le financement, par une banque franco-belge, du développement des colonies israéliennes dans les territoires occupés, toutes illégales.»...

 

La suite : http://lesoir.be/actualite/monde/proche-orient-des-mouvements-2008-11-08-659132.shtml  

09:56 Écrit par Rachid Z dans Boycott | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |