20 mars 2013

"Les Oubliés de la Oumma : les prisonniers musulmans entre injustice et indifférence"

  "Les Oubliés de la Oumma : les prisonniers musulmans entre injustice et indifférence"

150408_554415924579448_1910997642_n.jpg

Avec les interventions des associations :

Cage Prisonners de LONDRES - Sanâbil de PARIS, ainsi que des témoignages

Le dimanche 14 avril à 14H30

14, Rue Saint Joseph. 1080 Molenbeek - Accès métro : Comte de Flandre

Entrée : 2€                          

19 mars 2013

Un tiers perturbateur, les musulmans

Un tiers perturbateur, les musulmans

392962_10152641328995551_1632123126_n.jpg

Henri Goldman, le 18 mars 2013

La création à la rentrée scolaire de 2013 d’une école secondaire musulmane pourrait marquer le début d’un réseau d’écoles musulmanes, effet non voulu et non prévisible du Pacte scolaire, mais résultat de la ségrégation dont sont victimes les musulmans. La seule manière d’endiguer une ségrégation accrue dans un ghetto scolaire, à défaut de réviser le Pacte scolaire, est que les réseaux existants optent pour une neutralité inclusive et fassent place à la diversité culturelle et religieuse.

(...)

Un ghetto scolaire islamique

Mais avec l’initiative d’Al Amal, le franc est tombé : il n’y aucune raison pour que les musulmans n’utilisent pas à leur profit un dispositif fait sur mesure à l’intention des pouvoirs organisateurs catholiques. L’argent public disponible doit bénéficier équitablement à toutes les confessions. Et, comme l’expriment les promoteurs du projet, le besoin est réel et la cause parfaitement identifiée : «Une telle école répond aussi à une forte demande de la communauté musulmane de Bruxelles qui est confrontée à un véritable dilemme entre la pratique authentique de son culte et l’accès à l’éducation qui constitue un des fondements de notre démocratie. En Belgique, le port de signes religieux à l’école dépend du règlement d’ordre intérieur de chaque établissement et, à ce jour, les établissements secondaires qui les autorisent ne sont pas très nombreux. Ainsi, les personnes désirant exprimer visiblement leur foi se voient limitées dans leur choix d’école et d’options. Certaines seront même amenées à quitter le système scolaire. Dans ce contexte, l’institut Al Amal veut proposer une alternative aux personnes désirant porter des signes religieux à l’école et leur permettre d’avoir accès à un enseignement de qualité permettant à chaque élève d’atteindre les socles de compétences fixés par la fédération Wallonie-Bruxelles.»

Le succès de l’«école islamique Al Amal» semble assuré. Au-delà de la tolérance au port du foulard, d’un aménagement du temps scolaire tenant compte du calendrier musulman et de la fourniture de repas halal, les musulmans disposeront en propre d’une école où l’encadrement ne risque pas de leur manquer de respect à cause de leur religion. Qu’en sera-t-il de la mixité sur les bancs des classes, dans les piscines et dans les voyages scolaires ? Quel sera le prix à payer en échange des indispensables financements complémentaires en provenance de pays qui professent un islam peu compatible avec les droits de l’homme ? Le cours de biologie et l’enseignement de la Shoah seront-ils assurés avec assez de conviction ? La litanie des inquiétudes habituelles repartira de plus belle. Mais quoi qu’on puisse craindre ou fantasmer, et sous réserve que l’inspection scolaire fasse son travail, il n’y a rien dans cette initiative qui contredirait la lettre du Pacte scolaire, dont les rédacteurs ne pouvaient évidemment anticiper ce développement.

Si l’expérience d’Al Amal se révèle concluante, d’autres suivront. Dans une ville comme Bruxelles où le boom démographique exige l’ouverture rapide de nouvelles écoles pour lesquelles les fonds manquent, il serait mal venu de faire la fine bouche. Pour le coup, l’obsession d’une «neutralité exclusive» bannissant tous les signes d’appartenance du périmètre scolaire aura donné corps à un «monstre de Frankenstein», soit un ghetto scolaire islamique séparant radicalement les enfants musulmans des autres enfants.

Dans sa conclusion, Mathias El Berhoumi se demande «si la liberté d’enseignement telle qu’elle est organisée en Belgique n’est pas socialement dépassée. Il semble, en effet, hasardeux de considérer de nos jours que la référence, religieuse ou autre, d’une école inspire l’ensemble des enseignements dispensés». Hasardeux... sauf pour les nouvelles écoles musulmanes dont la raison d’être est bien que la religion islamique imprègne, non pas les programmes qui sont fixés par décret, mais l’ensemble de la culture scolaire et parascolaire dans laquelle ces programmes s’inscrivent.

La neutralité inclusive comme antidote

Sans doute cette analyse force-t-elle le trait. Elle présente comme une probabilité ce qui n’est qu’une hypothèse parmi d’autres. Mais celle-ci devrait suffire à faire réfléchir les protagonistes habituels de la controverse scolaire, enfermés dans leur numéro de duettistes qui tourne en boucle : voilà la pente où nous conduit inexorablement le maintien en l’état de la liberté d’enseignement subsidiée. Si cette hypothèse devait se vérifier, les uns et les autres proclameront sans doute, la main sur le cœur : «Nous n’avons pas voulu cela», tout en se réjouissant peut-être secrètement d’être débarrassés d’une population à problèmes. Chacun pourra alors faire son examen de conscience quant au processus qui aura enfermé les enfants musulmans des classes populaires dans le cul-de-sac du développement séparé.

Pour autant, personne ne peut imaginer qu’une réforme d’envergure du Pacte scolaire puisse aboutir à brève échéance, même si l’ouverture de ce chantier ne devrait plus être différée. Mais si rien ne se passe, dans dix ans, le processus esquissé ici sera déjà irréversiblement engagé. Pour conjurer ce risque, il n’y a qu’un antidote : que les réseaux existantsà commencer par l’école publique qui est directement tributaire de la décision politiquechangent leur fusil d’épaule et se décident à pratiquer la neutralité inclusive, en accueillant les attributs culturels et religieux particuliers dans l’espace partagé, en valorisant ces particularités, sources de dignité pour les élèves et leurs parents qui doivent être reconnus pour se sentir «chez eux», et en organisant simultanément leur convergence dans la coproduction de la société commune. Cette proposition, qui rejoint la troisième suggestion formulée par Mathias El Berhoumi, serait un premier pas, immédiatement praticable, vers le dépassement de réseaux cloisonnés dont la mise en concurrence n’a plus rien à voir avec l’objectif de départ.

14 mars 2013

Charleroi: le certificat d’islamité exigé !

Charleroi

Le certificat d’islamité exigé !

Adeline Boulemberg, le 14 mars 2013

Un «certificat d’islamité» demandé si une femme veut poser en voile ? «C’est illégal», selon une association musulmane.

L’administration communale de Charleroi aurait demandé à plusieurs reprises un certificat d’islamité lorsqu’une femme souhaitait figurer avec son foulard sur une carte d’identité ou un passeport. Les associations musulmanes se disent choquées.

«C’est clairement une réclamation islamophobe, affirme Fouad Benyekhlef, administrateur à l’ASBL Musulmans Progressistes de Belgique. Des dizaines de femmes se sont plaintes. Les employés des communes n’ont pas accepté le port du foulard. Il faut maintenant savoir qui a émis cette mesure. Cela vient-il des employés islamophobes de leur propre gré ou bien cela vient-il de leur direction ou de la politique ?».

L’ASBL Musulmans Progressistes de Belgique considère cette attestation d’islamité comme illégale. Elle a contacté les responsables de certaines mosquées afin de refuser de délivrer ce type de document.

«Ici, nous répondons aux demandes de ces femmes, explique M’Rabet, responsable de la Mosquée Al Hidaya à Charleroi. Car ces personnes ont besoin de leur passeport pour aller au pèlerinage, par exemple.» D’après Fouad Benyekhlef, les sections carolorégiennes les plus concernées seraient celles de Gilly, Charleroi et Lodelinsart. «Il est légal que les Mosquées fournissent ce certificat, ajoute celui-ci, mais il est illégal que la Commune le demande.»

L’ASBL Musulmans Progressistes de Belgique ainsi que les Mosquées attendent une réponse de la part de l’échevine de la Population, Françoise Daspremont ou du Bourgmestre Paul Magnette afin de savoir si, oui ou non, ceux-ci ont donné comme consigne aux administrations communales de réclamer un certificat d’islamité. L’échevine Daspremont n’était malheureusement pas disponible, hier, pour nous fournir plus d’explications.

09:52 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12 mars 2013

La mosquée de Tournai ne devait-elle pas s’agrandir ?

La mosquée de Tournai ne devait-elle pas s’agrandir ?

Vincent Dubois, le 12 mars 2013

Annoncé en grande pompe dès le mois de juin 2011, l’agrandissement de la mosquée de la rue des Récollets n’a guère évolué depuis.

Pourquoi ?

On se souviendra qu’après deux tentatives avortées en vue d’ériger une mosquée plus vaste aux abords immédiats des boulevards (quartier du Maroc, puis quartier du Viaduc), Christian Massy, à la fois bourgmestre de Tournai et président du Logis tournaisien à l’époque (en 2011), apportait «la» solution. Cela, en proposant d’étendre la mosquée, là où elle est installée, vers la gauche : c’est-à-dire sur la surface de quelques rez-de-chaussée reconditionnés en sept logements gérés par le Logis tournaisien à la rue des Récollets.

Cette proposition convenait à la Société Wallonne du Logement mais avait soulevé certaines protestations et indignations parmi la population. Celle-ci comprenait mal que l’on puisse sacrifier des logements sociaux au seul profit d’un lieu culte et de ses fidèles (quel que fut leur religion d’ailleurs).

En avril 2012, l’ancien bourgmestre de Tournai annonçait qu’une solution s’était dégagée de manière à satisfaire tout le monde.

En effet, pour éviter que le Logis ne soit lésé dans l’affaire et pour faire en sorte que les locataires puissent être relogés, la Ville avait effectué un geste en proposant en échange des appartements, dont elle est propriétaire, à l’îlot des Primetiers derrière le Conservatoire de musique.

Un accord de principe avait alors été trouvé avec la Société wallonne du Logement. Or, près d’un an après l’entérinement de ce dernier, rien n’a bougé du côté de la rue des Récollets. Le dossier semble être complètement au point mort. Du côté de la communauté musulmane, l’on nous a précisé ne pas avoir été tenu au courant des suites du dossier même si l’on se dit persuadé que ce dernier continue à suivre son cours.

Du côté de la ville, l’échevin des travaux, Armand Boîte – particulièrement bien placé pour évoquer le dossier dans la mesure où il est président «ad interim» du Logis tournaisien – précise que c’est au niveau de la Société wallonne du logement que «cela bloquerait».

Essentiellement, semble-t-il, pour des raisons financières car la valeur d’échange des différentes propriétés ne serait pas en faveur du Logis.

Quant à la SWL, elle nous précise, par la voix de son porte-parole Daniel Pollain, que le dossier n’est certes pas abandonné mais qu’il est tenu en suspend dans l’attente d’un rapport d’expertise des bâtiments communaux servant de «monnaie d’échange». «Une expertise qui doit toujours être demandée et planifiée par le Logis tournaisien», précise-t-on encore au sein de la SWL. Bref, on a furieusement l’impression que l’on tourne en rond dans le cadre de ce dossier. Et que les responsables ne cessent de se renvoyer la balle, pour ne pas parler de patate chaude… Avec, comme difficulté supplémentaire, que les résultats des dernières élections se sont traduits, sur le terrain des compétences communales, par une redistribution des cartes

09:51 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Cultes, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09 mars 2013

Au moins 70 Belges sont partis se battre en Syrie

Au moins 70 Belges sont partis se battre en Syrie

Christophe Lamfalussy, le 09 mars 2013

L’estimation provient de la Sûreté, qui tente de surveiller les déplacements.

Au moins 70 ressortissants belges se battent actuellement dans les rangs des rebelles en Syrie, selon une estimation récente et confidentielle de la Sûreté, ont affirmé à "La Libre Belgique" plusieurs sources proches du gouvernement et des services de sécurité. La Sûreté refuse de confirmer cette estimation, parlant d’un phénomène mouvant, susceptible d’évoluer de jour en jour, mais ces sources sont alarmées par le nouveau pôle d’attraction du djihadisme en Syrie et des conséquences qu’il aura lorsque ces combattants reviendront en Belgique.

"Je pense même qu’il y en a plus que cela", nous dit un expert belge du terrorisme. "C’est plus facile d’aller en Syrie qu’en Afghanistan. Mais il faut rester prudent. Il y a des gens qui vont en Syrie pour se battre et d’autres qui veulent se faire prendre en photo avec une kalachnikov et faire le fanfaron à Bruxelles".

La Sûreté estime que "l’histoire est en train de se faire, la situation susceptible d’évoluer tous les jours" et qu’il est difficile d’établir un chiffre précis en raison des départs non détectés, des faux départs et des retours précoces. "Nous pouvons cependant confirmer avoir détecté depuis plusieurs mois le départ de ressortissants belges vers la zone de combat syrienne", nous dit le porte-parole de la Sûreté, ajoutant n’avoir pas connaissance de ressortissants belges partis se battre aux côtés des forces de Bachar Al Assad.

Dans une interview à la VRT-radio, diffusée jeudi soir, Michèle Coninsx, la magistrate belge qui préside Eurojust, a parlé de "quelques dizaines de jeunes Flamands" originaires d’Anvers, de Malines et de Vilvorde, mais le phénomène est plus large que cela. Eurojust, qui regroupe à La Haye 27 procureurs, coordonne l’échange d’informations sur ce dossier entre les États de l’UE. Eurojust se dit "préoccupé" et estime à plusieurs centaines le nombre d’Européens partis se battre avec les rebelles syriens.

Après l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, peut-être le Mali, la Belgique continue donc de fournir malgré elle des mercenaires de l’islam.

Certains présentent peu de dangers, tels ces jeunes musulmans bruxellois partis en 2008 vers le Waziristan, au Pakistan, qui furent refoulés par les talibans qui ne les prenaient pas au sérieux. Mais d’autres sont des recruteurs et idéologues de l’islam radical international. C’était le cas du Tunisien Moez Garsallaoui dont la mort par un drone américain, en octobre 2012 au Nord-Waziristan, est désormais confirmée par le renseignement belge.

Moez Garsallaoui, qui avait vécu en Belgique, est considéré comme le mentor de Mohamed Merah, le gamin de la banlieue de Toulouse devenu tueur en série après un séjour au Pakistan et en Afghanistan. "L’action de Merah était le résultat d’une préparation minutieuse, d’un véritable processus d’apprentissage fait de contacts nombreux", a averti le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls, le 29 janvier à Bruxelles, lors d’une conférence sur la lutte contre l’extrémisme violent.

Le risque est que certains de ces jeunes, une fois drillés en zones de combat, reçoivent de groupes comme al Qaeda mission de commettre un attentat et de se fondre dans leur pays d’origine. Ils portent des vêtements occidentaux, pas de barbes, boivent de l’alcool, fument et mangent du porc, "tout ceci a pour but de passer inaperçu et de s’intégrer à la société qu’ils entendent attaquer", a souligné le 8 février le ministère espagnol de l’Intérieur après l’arrestation d’un Marocain de 22 ans, Mohamed Echaabi, présenté comme un "terroriste présumé".

La Syrie n’est pas l’Afghanistan

En Syrie, les choses sont moins claires qu’en Afghanistan. Les pays européens ont une position en retrait par rapport au conflit. Il n’y a pas de forces de coalition occidentales sur place contre lesquelles les islamistes se battent. Dès lors, sur quelle base juridique peut-on interdire à des jeunes Belges, convertis ou d’origine étrangère, de se battre à l’étranger ?

Le législateur avait prévu en 1979 d’interdire aux Belges de s’enrôler dans une armée étrangère. Cette loi trouve son origine dans la guerre d’Espagne mais n’a été concrétisée qu’avec le départ de ressortissants belges vers le Front Polisario dans les années 70. Elle est toujours d’actualité. Mais pour qu’elle soit appliquée, il faut qu’un arrêté royal soit décrété désignant le pays - ici la Syrie - comme l’un des pays où des Belges ne pourraient pas se battre. Cette loi de 1979 avait été utilisée au procès de Nizar Trabelsi avant qu’une législation antiterroriste soit adoptée.

En attendant, tétanisés par la guerre en Syrie où l’Onu estime à 70000 le nombre de victimes, certains répondent à l’appel, comme Abdel Raman Ayachi, le fils du cheikh Bassam, qui dirige désormais une brigade de 600 hommes au sein des "Faucons du Sham".

05:31 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

06 mars 2013

Un musulman dénonce le sionisme Mustafa Kastit

Un musulman dénonce le sionisme

Mustafa Kastit

14:49 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26 février 2013

A propos de cannibalisme et d'Ilias Azaouaj

A propos de cannibalisme et d'Ilias Azaouaj

 "Voici comment parle les hypocrites : il préfère parler sur son frère Abu Imran que de condamné l'acte des policiers sur la sœur en niqab..."

00:29 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24 février 2013

«Sur quoi finiras-tu ta vie ?»

«Sur quoi finiras-tu ta vie ?»

Par Azaouaj Iliass, prédicateur bruxellois de tendance wahhabito-makhzenienne et militant très engagé en faveur des politicards (PS) Philippe Moureaux et François Hollande. 

17:09 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marche blanche Cheykh Abdellah Dahdouh

Marche blanche

Cheykh Abdellah Dahdouh

Le 18 mars 2012

15:31 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19 février 2013

Islam belge au pluriel

Islam belge au pluriel

Il s´agit d´un livre destiné à un large public. Il englobe les contributions de plusieurs chercheurs belges aux formations différentes, avec des disciplines complémentaires (sociologie, anthropologie, sciences politiques, histoire, islamologie, etc.), offrant au lecteur une étude globale sur les populations musulmanes de Belgique dans leur diversité et complexité identitaire.

L´ouvrage comprend trois parties: La première aborde la question des «identités et appartenances» et se positionne face aux différentes façons de pratiquer la religion. La deuxième avec le titre «Entre élites et courants islamiques : des discours en transformation» s´intéresse surtout aux mouvements turcs Nurçu et Fetullah Gülen et au salafisme. La troisième «Musulmans et société globale : entre principes et pratiques» examine les relations des musulmans avec la société globale, la participation politique, la gestion publique du culte ou encore l’intégration spécifique du droit de la famille. Elle inclue des enquêtes réalisées auprès des jeunes étudiants et ouvre des perspectives nouvelles.

(Coordination éditorial de Brigitte Maréchal, Farid El Asri. PRESSES UNIVERSITAIRES DE LOUVAIN. 2012.)

18:39 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09 février 2013

Islam : 1 jeune Flamand sur 3 est intolérant

Islam : 1 jeune Flamand sur 3 est intolérant

SudInfo, le 08 février 2013

Selon une vaste étude relayée par De Morgen, 20% des jeunes Flamands estiment que les musulmans ne devraient pas pratiquer leur religion en Belgique alors qu’1/3 hésite sur la question.

Une étude de grande envergure réalisée auprès d’adolescents anversois et gantois révélée par le journal De Morgen est assez décapante  : on y apprend qu’un jeune Flamand sur 3 a une vision nettement négative des musulmans et près d’1/5 des personnes interrogées est persuadé du fait que beaucoup de musulmans sont des criminels.

De leur côté, les jeunes musulmans ne sont d'ailleurs pas en reste dans les positions intolérantes. Ainsi, ils sont près de la moitié à souhaiter l'annulation du mariage homosexuel et 1/4 estiment la violence contre les homosexuels justifiée. Puis, 21% des jeunes musulmans approuvent l’exécution des homos dans les pays où celle-ci est pratiquée. Mais, de manière générale, 1/3 des Flamands sont dérangés quand il voient deux hommes s’embrasser.

Les jeunes islamiques sont très nombreux à être portés par des idées antisémites : 45% se déclarent d’accord avec les clichés suivants : "les juifs sont dominants" ou "les juifs incitent à la guerre". Les chercheurs concluent que "l’antisémitisme semble progressivement s’intégrer dans l’identité contemporaine des jeunes musulmans".

Bref, la diversité n’est donc pas une valeur portée aux nues par les jeunes, musulmans ou non. Le professeur émérite Mark Elchardus, qui a mené l’étude, remarque que les conceptions traditionnelles et conservatives impliquent souvent une intolérance vis-à-vis des autres groupes. "Cette idée de melting-pot sympathique n’est que du baratin romantique" ajoute-t-il.

08 février 2013

Bruxelles «Les traître sont plus dangereux que les mécréants»

Bruxelles

«Les traître sont plus dangereux que les mécréants»

11:55 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06 février 2013

Peut-on participer aux élections dans les terres des mécréants ?

Peut-on participer aux élections législatives dans les terres des mécréants ?

Fatwa du Cheykh Abou Muhammed al Maqdissi

Au nom d’Allah, louanges à Lui, et que la paix et les bénédictions soient sur Son dernier Messager.

Assalamu ‘Alaykum Wa Rahmatullahi Wa Barakatuh,

Ce que nous croyons et prenons comme religion, est que cette participation aux assemblées législatives est du Kufr et du Shirk en Allah, que cela soit dans les états d’apostasie qui sont appelés Islamique ou bien dans les terres originales de Kufr, et ceci parce que ces assemblées donnent le droit de légiférer sans limite aux hommes, et non à leur Seigneur, et les preuves qu’un tel acte fait partie des claires Mukaffirat (actes de mécréance) et des annulations de l’Islam, sont nombreuses, et nous les avons mentionnées en détails dans nos livres Ad-Dimuqratiyyah Din (la Démocratie est une Religion), Kashf An-Niqab (Enlever le Voile) et d’autres.

La raison de faire le Takfir de ces assemblées n’est pas seulement due au serment qu’ils font. Mais plutôt, il y a de nombreuses causes inévitables de Takfir, et nous les avons mentionnées dans les livres cités plus haut; la plus dangereuse de ces (causes) est le fait d’accepter le droit que la constitution accorde au membre, pour légiférer sans limite, et continuellement, et ceci est du Kufr clair que le membre (du parlement) légifère après ou non.

Et aussi, il y a le fait d’aller chercher le jugement chez le Taghout, suivre une autre voie que celle des croyants, chercher une religion et une méthodologie autre que l’Islam, donner autorité aux Kufar sur les mécréants, s’asseoir avec les Kufar pendant qu’ils se moquent des Ayat d’Allah, sans Ikrah (contrainte) ainsi que d’autres choses parmi les Mukaffirat, dont les preuves sont connues du Livre et de la Sunnah, et nous les avons mentionnées autres part.

Si tu réalises cela, et (réalise) que le plus grand des Masalih (bénéfices) de cette entière création est l’application du Tawhid et la Bara’ah (désaveu) du Shirk et des associés (pris en dehors d’Allah) – et c’est se tenir fermement sur Al-Urwatul-Wuthqa (l’anse la plus solide de), Laa Ilaha Ill-Allah – ainsi que de repousser le mal (Mafsadah) du Shirk, et Allah pardonne tout sauf ça, alors il n’est pas permis de mettre un avantage en tête de cela, parmi les nombreux soi-disant avantages dans la religion et la Dunya.

C’est ce que nous croyons et prenons comme religion d’Allah dans cet aspect de la religion, et nous savons que beaucoup de personnes ne sont pas d’accord avec nous, et nous te conseillons ainsi qu’à tous les Musulmans de délaisser pour Allah ce Shirk et ce Kufr clair, et de ne pas y tomber à cause des Fatawa de ceux qui le permettent, délaissez ceux qui l’obligent; et celui dont Allah n’accorde pas la lumière (guidée), alors il n’y a aucune guidance pour lui.

Qu’Allah facilite tout le bien pour nous et pour vous, ainsi que pour tous les Musulmans.

04 février 2013

Démissions chez les oulémas marocains

Démissions chez les oulémas marocains

Belga, le 04 février 2013

"Le Maroxellois" avait déjà dénoncé des "dysfonctionnements, incompétences, gestion hasardeuse et dilapidation des biens publics".

A la suite de soupçons de fraude, les fondateurs du Conseil européen des oulémas marocains (Ceom), basé à Bruxelles, ont démissionné, rapporte lundi Le Soir sur base d'une information à paraître dans le magazine des Bruxellois d'origine marocaine "Le Maroxellois". Dans le courant du mois de décembre, le périodique avait déjà dénoncé des "dysfonctionnements, incompétences, gestion hasardeuse et dilapidation des biens publics" dans le chef du CEOM.

Une série de plaintes avaient été enregistrées par la police et l'inspection du travail pour abus de biens sociaux, abus de pouvoir, harcèlement moral et travail au noir.

Depuis, les autorités marocaines ont pris le dossier au sérieux, selon Le Soir, puisque les trois membres fondateurs du Ceom, Taher Tujgani, président de l'association, et deux administrateurs, Mohamed Kajjaj et El Khammar El Bakali ont été priés de démissionner. Le porte-parole a également renoncé à ses fonctions.

La Maroxellois s'interroge sur l'activité réelle des dix-huits oulémas ainsi que sur les millions d'euros qui transitent par la compte bruxellois du Ceom. L'asbl est la "doublure" privée d'un organe théologique officiel institué par le roi du Maroc, Mohamed VI, en octobre 2008.

12:16 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01 février 2013

"Le diable contre les humains"

"Le diable contre les humains"

La Ligue Islamique Interculturelle a le plaisir de vous inviter à une conférence du Pr. HANI RAMADAN sur le Thème: Le diable contre les humains

Le dimanche 3 février 2013 à 17h

Adresse :

Ligue Islamique Interculturelle

68 rue Joseph Claes à 1060 Bruxelles

A proximité de la Porte de Hal et de la Gare du Midi

Ouvert à toutes et à tous

Entrée Gratuite

13:26 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |