15 octobre 2013

"Retour volontaire" en Afghanistan

"Retour volontaire" en Afghanistan

Conférence de presse tenue, par les représentants de réfugiés Afghans le 15 octobre 2013 à Ixelles, suite à l'assassinat d'Arif, un réfugié afghan, victime d'un "retour volontaire" dans son pays en guerre...

19:32 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Réponse à L’odieux chantage d’Yvan Mayeur

http://annelowenthal.wordpress.com/2013/09/20/lodieux-chantage-dyvan-mayeur/ (Article paru dans le Soir ce vendredi : Afghans ou SDF bruxellois : Elio Di Rupo à vous de jouer)

Bravo pour votre réaction !

Voici la mienne, elle est longue, je sais , je ne vois pas encore ce que je vais en faire mais je ne laisserai pas mon nom associé à cet article foireux sans essayer une réaction:

J'étais tellement furieuse de l'article paru dans le Soir dans lequel Yvan Mayeur opposait les Afghans aux autres SDF de Bruxelles et demandait au premier ministre Elio Di Rupo de faire son choix. Il agit comme ces extrémistes xénophobes de bas étage qui utilisent la crise et les clichés pour alimenter les haines raciales et rendre boucs émissaires les victimes mêmes des politiques odieuses qu'ils soutiennent et n'osent pas assumer. Quel mépris envers tous les précaires, les catégoriser, les opposer ainsi est mesquin et arbitraire !
Monsieur Yvan Mayeur qui pendant la crise de l'accueil était si fier d'affirmer que les demandeurs d'asile n'ayant pas reçu de places d'accueil de FEDASIL et résidents sur Bruxelles ne recevraient aucune aide du CPAS qu'il présidait ! Il a appliqué cette pratique illégale sur des centaines de personnes qui pendant des mois ont accumulé des dettes, perdu leur logement... Le plus souvent, sous ses instructions, les assistants sociaux étaient contraints de ne même pas acter leurs demandes d'aide et lorsque les rares victimes avaient le courage et l'endurance de porter plaintes auprès des tribunaux, de faire appel malgré les pressions anormales, elles obtenaient gain de cause mais souvent trop tard! Comme cela marchait bien, il a continué avec les familles illégales avec enfants mineures: celles-ci avaient le droit à l'aide médicale urgente. Mais le CPAS de Bruxelles systématiquement les remballait vers FEDASIL en sachant bien qu'elles n'obtiendraient pas gain de cause. Monsieur Yvan Mayeur s'est caché derrière son immunité parlementaire lorsqu'il a été accusé avec preuves de non assistance en personnes en danger et coalition de fonctionnaires. Il s'est amusé par la suite à aller proposer la "solution facile aux autres CPAS de Bruxelles" qui l'ont suivi pour la plupart...Le CPAS de Bruxelles est connu aussi pour ne pas s'estimer compétent lorsque des sans domiciles fixes, belges ou étrangers, frappent à sa porte, il en désigne souvent un autre qui refuse et les personnes sont victimes d'un jeu de ping- pong incessant caractéristique de la déresponsabilisation administrative et politique.
Nous nous rappelons qu'en 2010, de nombreux demandeurs d'asile, sans papiers, belges et européens à la rue logeaient à la gare du Nord, à Schaerbeek parce que ni Schaerbeek ni Bruxelles ne voulaient les prendre en charge. Les Samus Sociaux se prétendaient saturés et, de toute façon, demandeurs d'asile et sans papiers ne pouvaient y être officiellement accueillis. Ils allaient êtres expulsés alors que dehors il faisait moins 6 degrés, il neigeait et cela concernait même des familles avec des bébés ! La Belgique a été sanctionnée internationalement pour ce triste épisode. On apprenait dans la presse qu'il y avait encore 300 places de libres au Samu Social au même moment. Peu de temps après, des casernes ont été réquisitionnées pour loger les gens.

Monsieur Yvan Mayeur a probablement des problèmes avec FEDASIL ou avec d'autres CPAS, nous nous en rendons compte, alors sa solution c'est de tous se mettre d'accord pour se débarrasser ensemble des personnes en détresse. Et chaque année, c'est la même rengaine, à l'approche de l'hiver, comme si c'était une découverte.
Comme la politique migratoire se fait de plus en plus restrictive, inhumaine et manque de pragmatisme, il y a toujours un lot plus grand de personnes à qui on retire des droits mais qu'on ne peut pas si aisément expulser : que voulez-vous il y a encore des associations, organisations, tribunaux et militants qui défendent les droits de l'homme et les conventions internationales, il y a encore des réseaux de solidarité qui ont une résistance extraordinaire mais pour combien de temps encore.
Et puis cela coûte parfois plus cher de les expulser que de les laisser moisir en Belgique sans droits, invisibles, n'est-ce pas? A moins que nos responsables politiques songent à utiliser des convois de train pour faire des économies: les charters militaires d'expulsions collectives vers les pays ayant signé des accords de réadmission, ça reste encore trop coûteux...On a déjà payé les pays frontières en Europe et même au-delà de la Méditerranée pour faire le sale boulot , on a inventé le Règlement Dublin et mis en place FRONTEX pour empêcher militairement l'arrivée de migrants mais cela aussi cela représente beaucoup d'argent à investir...
Alors on fait comme si ces personnes sans droits n'existaient pas et on se les remballent d'un endroit à l'autre pour qu'ils ne soient pas trop visibles et dérangeants. Et vous pensez que cela ne concerne que les étrangers mais pas du tout, le même mécanisme existe avec les précaires belges, pas encore poussé autant à l'extrême, certes car il ne sont pas encore stigmatisés comme "illégaux", criminalisés, tout n'est pas encore permis contre eux: ont peut seulement les qualifier de profiteurs à charge, de paresseux, de fraudeurs. Méfiez-vous, ce glissement vers la suppression des droits fondamentaux est dangereux et nous concerne tous.

Le problème de trouver un logement, une garantie locative, de recevoir une première aide sociale quand on a pas encore de domiciliation, les conflits de compétences entre les administrations, les listes d'attente infernale pour les logements sociaux, tout cela les ressortissants belges connaissent bien également. C'est le cas même des bruxellois sans ressources cette catégorie de SDF que Monsieur Yvan Mayeur prétend protéger. Mais qui sont-ils ces SDF "Bruxellois"? Les SDF sont Belges, Etrangers avec ou sans séjour, dont des Afghans d'ailleurs et alors ? Quelle différence ? Ne sont-ils pas les conséquences des échecs des politiques à trouver des solutions pour tous ?Quand on aura chassé les quelques pourcents d'étrangers qui ne travaillent pas, qu'est-ce que cela changera à la crise? Parce qu'il y en a quand même beaucoup qui ont des emplois utiles à nos sociétés. Lorsqu'on veut bien reconnaître leurs diplômes et leur accorder un permis de travail sans tracasseries administratives lentes et abusives, les étrangers travaillent. A moins que vous ne pensiez qu'ils soient naturellement profiteurs et paresseux? Il y en a beaucoup qui paient des impôts, ne l'oublions pas. Ceux qui n'ont pas droit au travail ne peuvent recevoir l'aide sociale non plus. Ceux-là doivent travailler au noir pour survivre, où ils sont honteusement exploités par nos entreprises du bâtiment, de l' agriculture, de l'horeca, ou dans les soins aux personnes et tâches domestiques, tout en étant accusés de faire une concurrence déloyale aux travailleurs précaires légaux et de contribuer à une dégradation générale des contrats de travailleurs ...mais alors pourquoi ne pas donner la possibilité de se défendre contre les abus et de s'intégrer: pourquoi ne pas les régulariser ? Ils travailleront, payeront cotisations et impôts et seront sur un pied d'égalité sur le marché de l'emploi (quoique là encore nous savons qu'ils sont souvent discriminés- lisez les statistiques d'ACTIRIS- donc rassurez-vous, les ressortissants nationaux aurons encore un avantage). Est-ce la faute des étrangers s'il n'y a pas assez de travail ou est-ce parce que la financiarisation de l'économie préfère mobiliser l'argent dans des spéculations juteuses qui ne profitent qu'aux actionnaires plutôt que dans le création d'emplois qui bénéficie au plus grand nombre?
Si vous vous débarrassez des étrangers gênants, quelle genre d'économie allez-vous faire?
Maggie De Block se vante d'avoir économisé dans le budget d'Intégration des millions d'euros mais reconnaît avoir déjà vidé son budget expulsion.... et le coût que va représenter tous les gens qui désertent ces centres de retour " dit volontaires" parce qu'ils ne veulent pas partir, en terme d'aides médicales urgentes, de pauvreté, de délinquance, de prisons (aussi saturées) ? Plus de centres d'accueil et plein de prisons et centres fermés, c'est cela la société dont vous rêvez?

Nous entendions récemment dans la presse des responsables politiques socialistes bruxellois que la poussée démographique sur Bruxelles était un problème, qu'il fallait limiter les naissances parce qu'il n'y avait plus assez de crèches , d'école? Je pensais que nous étions un pays vieillissant qui avait besoin de renouveler sa population active pour faire face au financement futur des pensions...Tout est bon avec vous pour réduire les dépenses en touchant ceux qui n'ont pas la possibilité de faire entendre leurs voix par le vote: étrangers, enfants, précaires...
Monsieur Yvan Mayeur, si les CPAS et communes de Bruxelles sont en difficultés financières voire en faillite, cela n'est pas à cause des "étrangers"mais lié à une mauvaise gestion , des spéculations financières et immobilières (il y a des milliers de logements publics vides à Bruxelles!) qui ne profitent pas à l'intérêt général, des priorités politiques qui au nom de plus de compétitivité économique à court terme oublient d'investir dans le développement humain, social et durable , de leur manque de courage pour aller chercher l'argent là où il se trouve, de créer de l'emploi pour tous et des services aux citoyens de qualité.
C'est tellement plus facile d'accuser les plus démunis d'être à l'origine de tous les problèmes...et on supprime l'aide juridique gratuite, et on met en place des plans de contrôle et d'activation du chômage, des usagers du CPAS... on gratte, on récupère tout ce qu'on peut chez les plus pauvres...et on raconte n'importe quoi dans la presse pour discréditer des actions de solidarité courageusement entreprises par des familles qui essaient de réclamer leur droits et dont vous ignorez les revendications.

Cela dit en passant, croyez-vous que ces personnes ne sont pas capables elles-mêmes de comprendre leur situation et d'exprimer leurs revendications? "Noyautés par le PTB"...certes le PTB soutient leur action, voilà un parti qui se mouille mais il n'est pas le seul: il y a aussi des Ecolos, quelques CDH, des représentants de différents partis et même du vôtre. Il y a aussi des citoyens non politisés dégoûtés par vos manœuvres douteuses. Vous voulez évacuer les familles parce que les enfants sont malades et c'est dangereux mais pensez-vous que dans la rue la situation sanitaire s'arrangera? Vous parlez d'hygiène et de salubrité mais Bruxelles Propreté n'a même pas daigné répondre lorsque les occupants et citoyens les ont interpellés pour les aider à gérer les encombrants? C'est donc une habitude chez vous d'utiliser les problèmes que vous laissez grossir pour les utiliser contre les gens qui en sont victimes?
Mais à qui doit on les plans d'austérité, Monsieur Mayeur, la multiplication des SDF dans nos villes et la montée de l'extrémisme raciste? La plupart des réformes critiquée ici sont peut-être initiées par des partis qui ne cachent pas leur mépris vis-à-vis des étrangers et leur priorités économiques et financières...mais votre attitude et vos discours, Monsieur Yvan Mayeur, ne font que renforcer ces tendances de manière très dangereuse. Vous "collaborez, Monsieur Mayeur" et je vous assure que je ne voterai pas pour vous. Heureusement tous les socialistes ne sont pas comme vous...mais il faudrait qu'il songe à se démarquer un peu plus s'il veulent garder leur électorat. Espérons que Monsieur Di Rupo saura faire la différence. (Anne Theisen)

Écrit par : Rachid Z | 15 octobre 2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je travaille avec les Professeurs Brigitte Maréchal et Felice Dassetto. Pourriez-vous me communiquer votre adresse email pour que je puisse prendre contact avec vous et vous expliquer notre démarche ? Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante : celestine.bocquet@uclouvain.be.
Merci d'avance,

Célestine

Écrit par : Célestine Bocquet | 24 octobre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.