19 juillet 2013

"On ouvre uniquement pour les Musulmans"

"On ouvre uniquement pour les Musulmans"

931155_10200129647067130_1786358538_n.jpg

Khalil Zeguendi, le 19 juillet 2013

Les visiteurs de la KERMESSE de Bruxelles font les frais de la ghettoïsation du quartier Lemonnier Stalingrad.

C'est un véritable scandale de se trouver confronté, le vendredi, entre 13 et 16h, à la fermeture de dizaines de magasins, situés dans le périmètre Annessens-Lemonnier- Bd du Midi et Avenue de Stalingrad. Périmètre auquel il faut inclure le quartier situé entre la Porte de Halle et la Place de jeu de balle. Dans cet immense ensemble bruxellois, tous les commerces, pour la plupart appartenant à des Musulmans, gardent porte close et volet baissé, lors de la prière du vendredi (heure très élastique s'étendant de 13 à 16h voire 17 heures).

Donc, quiconque ne jeûnant pas pendant le mois du Ramadan (du 10 juillet au 9 août 2013), est pénalisé par les fermetures de tous les débits de boissons dont le monopole est très largement en faveur des Musulmans.

Dans ces zones islamiques, tous les restaurants, snacks, salons de thé et autres cafés sont fermés durant toute la journée (jusqu'à l'heure de la rupture du jeûne, se situant aux alentours de 22 heures).

Et tant pis pour les visiteurs de la grande kermesse du Midi, qui en ces journées de fortes chaleurs, doivent pousser jusqu'à la Bourse ou les ruelles du centre historique bruxellois, pour pouvoir se désaltérer.

Cette attitude des commerçants musulmans dénote une véritable négation de la citoyenneté, de l'urbanité et un manque, voire une absence exécrable du respect du Vivre ensemble.  

Les professionnels de l'anti-islamophobie, si prompts à crier au loup, dès lors qu'une remarque ou critique est adressée aux Musulmans de notre pays, se taisent face à ces comportements emprunts de rejet des autres et privilégiant la vie entre soi en ghetto ethnique, religieux et culturel.

N'est-il pas du devoir des élus "spécifiques" de la ville de Ville de Bruxelles, de mener un travail de sensibilisation et d'éducation à la citoyenneté auprès de ces commerçants, dont l'attitude pénalise non seulement les visiteurs de la kermesse annuelle, mais également les forains, qui voient la fréquentation de leurs stands se réduire comme une peau de chagrin, durant le mois du Ramadan.

Bruxelles s'islamise de plus en plus avec des Musulmans qui tournent le dos à la vie en commun.

Un public qui ne jure que par la mosquée, le Ramadan, le Haram et le Halal et se moque comme de l'an quarante, du Meyboom, de la Fête nationale et des autres festivités bruxelloises et belges.  

Les commentaires sont fermés.