15 juillet 2013

Les musulmans de l'Ethiopie dénoncent la confiscation de leurs libertés religieuses

Les musulmans de l'Ethiopie dénoncent la confiscation de leurs libertés religieuses

ethiopie les musulmans recclament.jpg

IINA, le 14 juillet 2013

Des milliers de musulmans en Ethiopie ont récemment dénoncé dans plus de huit villes, dont la capitale, Addis-Abeba, ce qu’ils qualifient l'ingérence du gouvernement dans les affaires religieuses, tout en exigeant du gouvernement la libération les détenus représentants de la Commission des musulmans pour la réclamation de leurs droits.

Les protestations sont intervenues à l'occasion du premier anniversaire de l'arrestation des autorités éthiopiennes de plusieurs personnalités musulmanes de la Commission qui exigent la liberté des croyances religieuses.

Les institutions éthiopiennes indiquent que l'arrestation de ces personnalités relève de la loi de lutte contre le soi-disant terrorisme.

Les musulmans éthiopiens ont manifesté l'année dernière pour protester contre ce qu'ils considèrent comme ingérence du gouvernement dans les affaires religieuses et l'influence sur l'islam, tandis que le gouvernement accuse les musulmans d'avoir conspiré pour publier ce qu'il appelle l'extrémisme.

L'Organisation allemande pour la défense des peuples menacés a décrit en mars dernier, la situation des droits de l'homme en Ethiopie de catastrophique, et déclaré que le gouvernement d'Addis-Abeba est intervenu dans les affaires des musulmans, et pratiqué le rétrécissement de leur liberté religieuse.

Par ailleurs, environ 60% d’Ethiopiens embrassent la religion chrétienne et 30% l'islam. Les autorités éthiopiennes se disent qu’elles craignent la propagation de l'Islam fondamentaliste dans le pays.

Les musulman Ethiopiens qui constituent le tiers de la population, accusent le gouvernement d'intervenir dans le Conseil suprême des affaires islamiques en Ethiopie, l'organe suprême des affaires islamiques. Des milliers de musulmans ont organisé à Addis-Abeba au cours de la dernière année, des sit-in  dans des mosquées et des manifestations dans les rues, pour réclamer plus de liberté.

Les commentaires sont fermés.