30 juin 2013

La ministre italo-congolaise à Genève défend le droit à la nationalité des immigrés

La ministre italo-congolaise à Genève défend le droit à la nationalité des immigrés

topelement.jpg

Par Gustavo Kuhn, le 18 juin 2013

Cécile Kyenge, en charge de l’Intégration, a affirmé que sa politique viserait la naturalisation des enfants d’immigrés

La ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge, d’origine congolaise, a assuré, hier à Genève, que la question centrale de sa politique sera la nationalité à accorder aux immigrés. «Ce débat concerne toute l’Europe», a-t-elle affirmé en marge d’une conférence ministérielle internationale sur la diaspora, organisée par l’Organisation internationale pour les migrations.

Il y a actuellement 600 000 enfants mineurs, nés en Italie de parents étrangers, qui sont concernés par un changement du droit de la nationalité basé sur le droit du sol, a-t-elle expliqué. Si l’Italie adoptait cette modification, ces enfants seraient italiens de par leur naissance.

Cécile Kyenge a aussi revendiqué avoir émigré vers l’Italie pour «réaliser un rêve», celui de devenir ophtalmologue. «J’étais seule, j’avais 18 ans, j’ai eu un parcours difficile, mais j’ai réalisé mon rêve, et à présent je suis ministre», a-t-elle raconté.

Depuis sa nomination, la ministre italienne, la première d’origine africaine dans l’histoire du pays, est la cible de nombreuses insultes et menaces racistes. Jeudi dernier, une élue locale de la Ligue du Nord a notamment appelé à la violer. Ces déclarations ont cependant suscité une indignation générale et son expulsion du parti régionaliste et anti-immigrés.

Les commentaires sont fermés.