18 mai 2013

Le PAM a raté magistralement son implantation démocratique en Belgique

Le PAM a raté magistralement son implantation démocratique en Belgique

Le Congrès de la section belge du PAM fut un vrai cauchemar

Par Khalil Zeguendi, le 18 mai 2013

Hier, le 17 mai 2013, s'est tenu à Bruxelles, dans une salle Anderlechtoise de mariage (sauf que la rencontre ressemblait davantage à un conflit familial relatif à un partage d'héritage), la réunion destinée à officialiser la sortie publique de la section PAM en Belgique.

Cette rencontre à laquelle assistaient quelques 200 personnes, démarra, à 20h,  avec plus d'une heure de retard, sans que les organisateurs ne prennent la peine d'expliquer au micro le pourquoi de ce retard à l'assistance encore moins de s'excuser.

Le "service d'ordre" fut composé comme d'habitude, de personnes à qui on n'a rien demandé, mais qui se sont improvisées Comité d'accueil.

Ce sont d'ailleurs les mêmes CHOUFOUNI, que l'on trouve toujours volontaires  à cette mission lors de toutes les manifestations organisées par les officiels marocains en Belgique.

Bref: arrivent Benchemmas, Bekkouri suivis de quelques dirigeants de second rang au PAM.

Ils sont accueillis par des applaudissements de quelques membres de la section belge du PAM.

La salle attend pour voir. Et surtout entendre.

Ali Aourag, le président autoproclamé et imposé par la direction de cette section belge du PAM, baragouine quelques phrases dont les trois quart des mots sont incompréhensibles, sauf lorsque qu'il présente les dirigeants du PAM, venus droit du Maroc, comme les sauveurs de l'humanité marocaine de Belgique.

Rappellons que Ali Aourag m'avait accompagné au Maroc en mars 2011, lors d'une des manifestation du 20 février à laquelle j'avais tenu, avec des amis belges d'assister. L'eau a coulé sous les ponts depuis lors.

Commencent alors les exposés des dirigeants du PAM.

Si Bekkouri fut bref, concis et très détendu, lorsqu'il évoqua le but de la visite qui consiste à ouvrir un débat sérieux, sans préalable et responsable avec les Marocains de Belgique, au sujet des politiques à promouvoir à l'avenir, Benchemmass, l'homme qui ne sourit jamais, était manifestement, comme à son habitude, triste, particulièrement tendu et fatigué. Il avoua d'ailleurs, pour expliquer son état tendu, n'avoir pas encore mangé depuis le petit déjeuner.

Ni Bekkouri, le secrétaire général du PAM, encore moins le parlementaire Benchemmass n'ont abordé la philosophie de leur parti, son fonds idéologique ou ses idées politiques.

Se contentant d'évoquer l'actualité politique du moment au Maroc, en profitant de l'occasion pour casser de l'islamiste et du PJD en particulier.

L'intervention de Benchemmass fut très, trop longue et par trop répétitive. Ce qui eut pour effet d'augmenter l'énervement de l'assistance.

Des chiffres et des statistiques relatifs à la présence marocaine - statistiques et chiffres déjà connus de tous - furent servis à l'envi par Benchemmass.

Tard, très tard, les interventions des dirigeants du PAM furent achevées.

Les interventions de la salle dévoilent alors une réalité flagrante et dangereuse : quasi toutes les personnes, jeunes pour la plupart, s'étant inscrits pour prendre la parole étaient des membres de la section du PAM belge : une technique très prisée par les gauchistes jadis, pour monopoliser les interventions et distiller le même discours.

Les intervenants ne cachaient d'ailleurs pas cet état de fait et tout en témoignant leur admiration pour le PAM et ses dirigeants, ils se proclamaient ouvertement membres de la section belge de ce parti.

Ce qui veut dire, que le congrès d'hier était une mascarade puisque les membres de la section (bureaux et direction) étaient déjà désignés.

Mais ce qui était grave dans cette comédie de mauvais goût, résidait dans le fait que tous les membres de cette section émanaient d'une même région du Maroc "Le Rif"Exactement comme Benchemmass et Ilyas El Omari (autre dirigeant en vue du PAM). Et la quasi totalité des interventions de ces régionalistes concernait la situation à Al Hoceima, Nador, et les autres coins du Rif.

Sans conteste, le PAM se trouve confronté à une donne dangereuse: celle de contribuer à fonder une section où seuls les Rifains sont représentés.

Lors de ce débat, des intervenants poussèrent l'audace jusqu'à taxer toutes les Marocaines du Golfe, de prostituéesCe qui suscita les protestations de quelques femmes et autres démocrates dans la salle.

Lors de ce "congrès", il ne fut à aucun moment question de parler de la citoyenneté des Belgo-marocains en Belgique.

Aucun journaliste ni homme politique belge n'était présent dans la salle.

Lorsque j'ai pris l'initiative de serrer la main à Benchemmass, dans une pièce adjacente à la salle du congrès, je fus pris à partie par des gorilles très menaçants, qui m'ont sommé de déguerpir, sans quoi j'étais sur le point de passer un mauvais quart d'heure.

J'ai évidemment obtempéré sans demander mon reste.

Cette section belge du PAM est fortement marquée par l'intolérance, des relents de fascisme mais elle est surtout dominée par le régionalisme.

12:59 Écrit par Rachid Z dans Pays du Maghreb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.