05 mai 2013

Laïcité : les conclusions de cette commission ne sont pas une première

Laïcité : les conclusions de cette commission ne sont pas une première

Pierre-Yves Lambert, le 02 mai 2013

L'analyse faite par cet organisme américain n'est pas une première. Plusieurs organismes internationaux, y compris de défense des droits de l'Homme, ont fait le même constat. A chaque nouvelle loi, sur le foulard, la burqa, l'interdiction des signes convictionnels etc. des organismes comme la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme, Amnesty International, des associations féministes protestent énergiquement. La Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) était elle-même hostile à une interdiction absolue du voile intégral.

Sur le plan historique, la France jouit d'une certaine réputation en matière de droits de l'Homme, ce qui explique en partie qu'elle soit plus particulièrement pointée du doigt par ce type de rapports. Mais le problème se pose également dans d'autres pays d'Europe.

La question se pose par exemple en Suisse avec les minarets, en Allemagne avec la circoncision et également dans ces deux pays avec la «Kirchensteuer», cette sorte de dîme prélevée par l'Etat via les impôts pour être versée à une église ou une association religieuse du choix du contribuable. Dans ce dernier cas, l'Etat a déterminé quelles étaient les religions qui pouvaient en bénéficier. L'Islam n'en fait pas partie. Il y a là une discrimination claire qui existe, comme d'ailleurs en Alsace-Moselle pour les cours de religion, le paiement du salaire des prêtres et l'entretien des édifices du culte.

Des conséquences sur l'intégration sociale

Ce phénomène dénoncé par le rapport de la commission américaine des libertés religieuses a des conséquences en terme d'intégration sociale, notamment après ce qui s'est passé lors de l'affaire de la crèche Baby Loup et des mesures discutées ensuite pour l'interdiction de signes religieux dans le secteur privé. Le problème se pose de la même manière en Belgique, à ceci près qu'existe dans ce pays une jurisprudence selon laquelle on ne peut interdire le port de signes religieux dans l'entreprise, à moins que celui-ci présente un danger pour le salarié.

L'autre conséquence est un renforcement des radicalismes. Celles et ceux qui portent des signes convictionnels ou font partie (pour ce qui est de l'autre volet du rapport) d'une secte se sentent mis au ban de la société. Un sentiment dangereux pour la cohésion sociale du fait de la réduction considérable des perspectives d'emploi pour les personnes concernées. La plupart des études montrent pourtant que les jeunes femmes musulmanes ont un taux de réussite scolaire et de diplôme souvent plus élevé que les garçons. Ce type de "laïcité agressive" conduit à une frustration plus grande encore au sein des familles.

Par ailleurs, je tiens à exprimer mon total désaccord avec une section de la partie du rapport consacrée à l'Europe occidentale, qui traite des «Hate speech laws» (lois contre le racisme, le négationnisme etc.). Si un organe consultatif équivalent de l'Union européenne ou du Conseil de l'Europe devait publier ce genre de rapport sur les Etats-Unis, il devrait souligner l'absence de telles lois qui permet toutes les dérives racistes et néo-nazies notamment, mais aussi homophobes.

Le débat

Commentaires

En parlant de racisme prochainement une affaire incroyable au sein de la section du Mr de Schaerbeek, un certain marc C, explique que ce membre, est de la famille d'un ex-collaborateur d’Hitler.

Écrit par : marianne | 07 mai 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.