18 avril 2013

La cinquième colonne du djihad en Europe

La cinquième colonne du djihad en Europe

Nikita Sorokine, le 18 avril 2013

La police belge a entamé le démantèlement d’un réseau d’embrigadement de mercenaires pour appuyer les rebelles syriens. Des agents recruteurs fonctionnent dans toute Union Européenne, et à leur retour de la guerre ces mercenaires islamistes peuvent servir à faire des dégâts en Europe même.

Il convient de dire que même s’ils ont des pièces d’identité européennes, dans leur large majorité tous ces «bénévoles» sont des ressortissants de pays d’Afrique du Nord, de Proche-Orient et d’Asie Centrale. Dans ce milieu une structure bien ordonnée de cellules et de groupes extrémistes s’est formée, a expliqué à notre correspondant l’expert pour les situations de crise, un ancien du Service de renseignement extérieur de Russie, le colonel Lev Korolkov :

C’est un réseau très bien structuré et agencé durant au moins la dernière décennie avec ses points d’enrôlement, organisés dans les lieux de concentration du contingent à recruter, que sont les diasporas géantes de ressortissants des pays islamiques, installés en Europe.

Le principal – c’est la base matérielle pour l’embrigadement de nouveaux combattants islamistes, dit Lev Korolkov. L’expert est convaincu que les activités de recrutement des guerriers de l’islam sont pour l’essentiel financées par les pays du Golfe Persique.

La politique étrangère de l’UE provoque ces années une menace de terrorisme au sein de l’Europe. C’était surtout l’ingérence active de l’UE dans les processus au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Asie Centrale, considère Dmitri Danilov, en charge de la section de sécurité européenne à l’Institut de l’Europe auprès de l’Académie russe des sciences :

Il est clair que dans ce contexte la menace terroriste va monter, et non diminuer. Dès le début les Européens cherchaient à présenter les choses comme s’il était question d’un terrorisme international. Mais on a vite compris qu’il était impossible de délimiter le terrorisme international du terrorisme interne.

D’après les spécialistes, la quatrième génération d’immigrés musulmans actuellement en activité dit sans appel «Non !» à la civilisation occidentale et se prépare délibérément à lui faire la guerre. Cette génération est une bombe à retardement, posée en Europe. Ou la cinquième colonne du jihad, mais la terminologie ne change pas le rapport de cause à effet dans ce qui se produit maintenant et dans ce qui est trop probable dans un avenir proche.

14:32 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.