14 avril 2013

Un appel musulman condamne les volontaires belges en Syrie

Un appel musulman condamne les volontaires belges en Syrie

931431595_B97259155Z.1_20130322100506_000_G0SKKTS7.1-0.jpg

Ricardo Gutierrez, le 14 avril 2013

Pour la première fois, une organisation religieuse musulmane condamne le phénomène des jeunes belges partis combattre en Syrie. Le théologien Mohamed Ramousi, au nom du Forum Musulmans et Société (FMS), appelle les imams à dénoncer l’embrigadement de jeunes exaltés au nom de l’islam.

La démarche n’est pas banale : c’est la première fois qu’une organisation religieuse islamique dénonce, en Belgique, l’instrumentalisation de l’islam par les recruteurs de volontaires pour la Syrie. Le théologien Mohamed Ramousi insiste : «L’islam semble avoir bon dos pour justifier et manipuler des individus… Il importe de se positionner».

FMS rappelle que la Ligue des Savants Syriens a appelé les Syriens à la lutte en mentionnant qu’il s’agit d’un : «appel aux Syriens à défendre leurs terres» et non leur religion, puisque leurs adversaires, les fidèles du président Bachar El-Assad, sont aussi musulmans. «Ils précisent, insiste M. Ramousi, qu’il s’agit bien d’un «appel à ceux dont les conditions sont réunies pour participer à ce combat», non les Belges. Quand cette Ligue a mentionné les musulmans de l’étranger, elle a parlé d’aides sous forme de nourriture ou de contributions financières, voire de conseils militaires de spécialistes et non d’enrôlement militaire de jeunes étrangers.

Le théologien belge rappelle que du point de vue de l’islam, «en dehors du cas de l’agression directe et physique vécue par le musulman sur le territoire où il vit, il n’est permis au musulman d’aller combattre que s’il bénéficie de l’accord de ses parents», même si ces derniers ne sont pas musulmans et quelle que soit la légitimité de ce combat.

L’association FMS appelle les imams et les cadres musulmans de Belgique a réaffirmer cette position : «Nombre d’associations musulmanes et mosquées ainsi que les cadres religieux ont tout à gagner en rompant avec le charme contre-productif de «la politique de l’autruche» voire du déni de réalité», insisté Mohamed Ramousi.

FMS rappelle le danger social de tels embrigadements : «L’histoire contemporaine nous démontre à satiété que les personnes ayant bénéficié d’entraînements militaires et de formations au maniement des armes, ou pire encore, celles qui ont ôté la vie à d’autres personnes, sont plus enclines à susciter des drames sociaux. Dans ce cas-ci, il y a des va-t-en-guerre âgés d’une quinzaine d’années, ce qui laisse présager le retour de flamme possible à terme. À l’instar du gang de Roubaix entraîné en Bosnie et se livrant, quelques années plus tard, en 1996, à des braquages virant au carnage urbain en France : fusillades aux armes de guerre, lance-roquettes, fusils d’assaut, grenades, meurtres, courses-poursuites…».

Mohamed Ramousi appelle les musulmans de Belgique à dénoncer fermement le départ de jeunes musulmans belges pour la Syrie. En rappelant la position de l’islam, mais aussi en proposant une écoute et un accompagnement aux jeunes qui seraient tentés par le départ au combat.

12:31 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Quand est-ce que le Djihad devient obligatoire pour chaque musulman (Fard Ayn) ?

Par Cheikh Abdallah Azzam : La sentence islamique sur la défense de la terre musulmane sous l'attaque

"Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir, ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient : "Allah est notre Seigneur". Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d'Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant." (Coran 22:39-40).

"Si l'ennemi entre dans une terre musulmane, il n'y a aucun doute qu'il est obligatoire pour ceux qui sont contigus de la défendre. S'ils sont paresseux ou incapables, alors la mobilisation se porte à ceux qui sont aux alentours de ceux-là, puis aux alentours de ceux-ci, jusqu'à ce qu'elle comprenne le monde entier, l'Est et l'Ouest, parce que les terres musulmanes forment une seule terre. Dans de telles conditions, il est obligatoire d'avancer vers le territoire sans même la permission des parents ou du maître" (Ibn Taymiyyah, Majmu Al-Fatawa Vol. 28).

"Quiconque est au courant de la faiblesse des musulmans vis-à-vis de leur ennemi, et sait qu'il peut les atteindre et peut les aider, il lui incombe aussi de se lancer au combat" (Imam Al-Qurtubi, Fath-ul-Bari 6/30)

Les conditions nécessaires pour que le Djihad devienne une obligation pour chaque musulman (Fard Ayn) sont :

A) Quand les mécréants entrent ou envahissent une terre musulmane

B) Quand les lignes de bataille commencent à se rapprocher

C) Quand l'Imam appelle une personne ou un peuple pour se lancer au combat

D) Quand les mécréants capturent et emprisonnent un groupe de musulmans

Dans ces conditions, nos pieux prédécesseurs, ceux qui les ont suivis, les oulémas de quatre écoles islamiques (Maliki, Hanafi, Shafii et Hanbali), les oulémas du Hadith (parole du prophète) et de Tafsir (exégèse) sont d'accord que, dans tout âge islamique, le Djihad devient Fard Ayn (obligation pour chaque individu) pour tous les musulmans se trouvant sur cette terre attaquée par les mécréants, et pour tous les musulmans les plus proches; même les enfants peuvent progresser sans la permission des parents, l'épouse sans la permission de son mari, le débiteur sans la permission du créancier. Et si les musulmans de cette terre ne peuvent pas expulser les mécréants par manque de force, par négligence, par indolence ou simplement parce qu'ils n'agissent pas, l'obligation de combattre s'étend, sous la forme d'un cercle, du plus proche au plus proche. Si ceux-ci se relâchent ou s'il y a un manque de combattants, le combat incombera aux musulmans postérieurs puis à ceux situés à l'arrière. Cette démarche continue jusqu'à ce que ce que le combat devienne une obligation pour tous les musulmans du monde entier. Cheikh Ibn Taymiyyah dit sur ce sujet dans le livre Fatawa Al-Kubara 4/608:

"Au sujet du Djihad défensif dont le but est de faire repousser un agresseur, c'est le type de Djihad à caractère obligatoire qui pèse le plus. Il y a une unanimité qu'il faut protéger la religion et ce qui est sacré. Le premier engagement après la foi consiste à repousser l'ennemi agresseur qui assaille la religion et ses affaires. Il n'y a aucune exigence conditionnelle telle que des approvisionnements, moyens du transport, mais plutôt, il faut combattre avec les moyens disponibles immédiatement. Les érudits, nos pairs et d'autres ont abordé ainsi ce sujet."

Ibn Taymiyyah soutient son avis sur le Djihad en absence d'un moyen de transport dans sa réponse au juge en disant: "Si le Djihad devient Fard Ayn pour toute la population d'un pays, l'une des exigences (pour accomplir ce Djihad) est qu'il faut avoir, par rapport au pèlerinage (Hadj), une provision et une monture, et ce quand la distance est telle qu'on raccourcit la prière."

Les opinions des quatre Madhhabs (écoles islamiques) :

Ecole Hanafite

Ibn Aabidin a dit : "le Djihad devient Fard Ayn si l'ennemi attaque une des frontières des musulmans, et il devient également Fard Ayn pour ceux qui sont proches. Pour ceux qui sont lointains, c'est un Fard Kifaayah (une obligation pour un groupe et pas pour l'autre), quand leur aide n'est pas exigée. Par contre, si elle est indispensable - parce que les musulmans proches ne peuvent pas résister seuls à l'ennemi ou parce qu'ils sont nonchalents et n'accomplissent pas le Djihad - le Djihad devient alors obligatoire pour ceux qui sont derrière eux, à l'exemple de l'obligation de prier et jeûner (c.-à-d. c'est une obligation pour chaque individu). Il n'y a aucun prétexte pour qu'ils laissent le Djihad. S'ils sont aussi incapables, le Djihad devient alors Fard Ayn pour ceux qui sont encore derrière, et ainsi de suite jusqu'à ce que le Djihad devienne Fard Ayn concernant toute la Communauté (l'Oummah) de l'Islam de l'Est à l'Ouest." (Hashiyah Ibn Abidin 3/238).

Et ce qui suit des Fatawas similaires: Al Kassani (Badae'e As-Sanae'e 7/72), Ibn Najim (Al-Bahr Ar-Raiq 5/191) et Ibn Hammam (Fath-ul-Qadir 5/191).

Ecole Malikite

Dans Hashiyah Ad-Dussuqi (2/174), il est énoncé : "le Djihad devient Fard Ayn quand l'ennemi attaque en surprise." En outre, Ad-Dussuqi a dit : "partout où ceci se produit, le Djihad y devient immédiatement Fard Ayn pour tout le monde, même les femmes, les esclaves et les enfants, et ils se lancent au combat même si leurs gardiens, maris, chefs ou maîtres les interdisent."

Ecole Shafiite

Dans le livre Nihayat-ul-Mahtaj (8/158) pour Ramli, il est énoncé : "s'ils approchent à l'un de nos territoires et la distance entre eux et nous devient inférieure à celle permettant de raccourcir les prières, alors les personnes de ce territoire doivent le défendre et le Djihad devient Fard Ayn même pour les gens pour qui il n'y a habituellement pas de Djihad comme les pauvres, les enfants, les esclaves, le débiteur et les femmes."

Ecole Hanbalite

Dans Al-Mughni (8/354) pour Ibn Al-Qudamah: "le Djihad devient Fard Ayn dans les trois situations suivantes : 1) si les deux camps se voient dans la bataille et ils s'approchent. 2) si les mécréants entrent dans un territoire, le Djihad devient Fard Ayn pour la population. 3) si l'Imam appelle un peuple à se lancer au combat."

Ibn Taymiyyah nota : "si l'ennemi entre dans une terre musulmane, il n'y a aucun doute qu'il est obligatoire pour le plus proche et puis celui qui le suit de le repousser, parce que les terres musulmanes forment une seule terre. Il est obligatoire de progresser vers le territoire sans même la permission des parents ou du maître, et les récits rapportés par l'Imam Ahmad (Bin Hanbal) sur ce sujet sont clairs." (Fatawa Al-Kubara 4/608)

Écrit par : Rachid Z | 14 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.