09 avril 2013

Aïssam Aït-Yahya

Aïssam Aït-Yahya

Aïssam Aït-Yahya, invité de l'émission Forum Débat sur Beur FM, le 26 mars 2013, sur le thème du rejet de la cours de cassation du licenciement pour port du hijab de l'employée musulmane de la crèche Baby Loup. Autres sujets abordés : la laïcité et le vote... 

15:19 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Islamophobie : de gauche ou de droite ?

Aïssam Aït Yahya, le 27 novembre 2012

Dans ce climat d’hostilité globale, de plus en plus décomplexée, contre l’Islam que connaît la France, ce genre de question peut paraître anecdotique au regard des lourdes interrogations de mes coreligionnaires. Pourtant, à y réfléchir, la réponse en vaut la chandelle.

Si le musulman français étudie l’histoire des idées dans ce pays, leurs origines ainsi que leurs conséquences politiques, à travers le prisme de sa foi et de sa religion, il ne pourra pas s’empêcher de vomir l’hypocrisie de la mythologie républicaine construite par la gauche.

Progressisme, droit-de-l’hommisme, humanisme prométhéen, anticléricalisme, déchristianisation, athéisme, laïcité, destruction des valeurs traditionnelles… toutes ces idées qui ont fait de la France, à un moment donné de l’histoire occidentale, un pays avant-gardiste, et qui sont, pour certaines aujourd’hui, les causes de son immobilisme, sont – philosophiquement parlant – des valeurs marquées à gauche, et cela, avant même que la gauche politique n’existe…

Toute cette mixture a contribué à créer cet universalisme messianiste français qui s’est concrétisé avec la colonisation. Dès idées qui sont devenues des outils de choix dans la destruction de l’identité musulmane en terre d’Islam. Avant d’être réactualisées à destination de l’immigré musulman ou le Français né de cet immigré. Un système gauchiste auquel il doit religieusement se plier… Or, gauchiser son essence, alors que son paradigme est largement à « droite » (Dieu, famille, tradition), lui est très difficile. D’autant plus insupportable que ces grandes valeurs de gauche ont fait de l’Islam la nouvelle proie à réduire en miettes, tel le catholicisme avant lui.

L’islamophobie de droite, le musulman compréhensif sait en réalité qu’elle est fondamentalement passionnelle, pulsionnelle, en un mot : réactionnaire. Il sait qu’elle est contextualisable. Même celle d’origine chrétienne, car se situant dans un registre théologique commun. Le pur et dur salafiste comprend que la simple vue d’un qamis ou d’un jilbab peut attiser l’envie du non musulman de combattre cette « islamisation » : il ressent les mêmes sentiments pour le monde musulman et combat son occidentalisation.

A l’inverse, l’islamophobie de gauche est dogmatique, construite et pensée pour être foncièrement plus intolérante derrière le masque de la bien-pensance. C’est elle qui forge et donne les armes intellectuelles pour qui veut attaquer l’Islam, car elle est foncièrement hostile au fait religieux.

Le problème en France, c’est le triomphe historique du gauchisme et de ses valeurs qui, en réalité, sont celles qui ont fondé l’État français moderne. À tel point que la droite a dû se gauchiser. Ayant déjà sa propre tradition islamophobe, elle a repris celle de la gauche, donnant naissance à un consensus qui, au final, servira toujours cette gauche contre elle…

Il est certain que l’existence d’une authentique droite conservatrice et chrétienne, pragmatique et pertinente, aurait pu contribuer à atténuer les frustrations de part et d’autre. Quoiqu’il en soit, pour un abstentionniste acharné comme moi, cela ne change rien. Cela confirme seulement que le malaise profond que nous ressentons dans cette société vient historiquement et principalement de la gauche et de tout ce qu’elle représente.

Écrit par : Rachid Z | 09 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Une mosquée plus gay qu’islamique…

Aïssam Aït Yahya, le 16 janvier 2013

Il y a quelques semaines, les médias avaient abondamment relayé l’annonce de la création de la première mosquée gay. Dans le contexte actuel, pas particulièrement islamophile, cette information avait de quoi surprendre. Mais plus surprenant était la réaction de la classe politico-médiatique qui, étrangement, n’avait pas usé de son habituel rengaine… Même à droite de la droite, ayant pourtant là une double raison de réagir, rien, silence complet. Alors, que comprendre ?

C’est ici qu’il faut dévoiler la nature subtile des forces en présence, comprendre la logique des lobbys. Si personne n’a osé utiliser le coutumier réquisitoire antimusulman pour dénoncer cette mosquée-là, c’est que tous ont compris qu’en réalité, elle était plus gay qu’islamique. Or, s’il est très aisé aujourd’hui de dénoncer l’islam, il est impossible d’utiliser le même vocable pour s’en prendre à la « gay pride » car l’islamophobie n’est pas condamnable alors que l’homophobie l’est (allez comprendre la logique !). Ainsi, personne n’a eu le cran de remettre en cause cette pseudo-mosquée car ce serait heurter les intérêts d’une communauté sacralisée par le système.

De plus, il est aussi facile de saisir que, pour la putride idéologie conformiste, la création de cette mosquée — et le message qu’elle véhicule — est extrêmement utile, puisque tout ce qui peut nuire aux valeurs défendues par l’Islam est une bonne chose en soi. Créer une église gay en France avec son catholicisme moribond et mis au pas, ne serait même pas symboliquement aussi fort qu’avec cet Islam encore rebelle.

Cette mosquée gay est une totale aberration : aucune en France n’interdit son entrée aux homosexuels, pas plus que n’existe une carte de conformité aux bonnes mœurs musulmanes, même pour les plus radicales d’entre elles. Il s’agit donc là d’une provocation délibérée et largement réfléchie par des cercles très bien identifiés. Ces « muslim gay » (minorité dans la minorité) invoquent à qui veut l’entendre le droit d’être comme tout le monde. Mais par la logique victimaire et lobbyiste de la communauté à laquelle ils appartiennent, ils cherchent à imposer (avec succès et sympathie cette fois !) cette différence, au sein même de la communauté musulmane qui a moult problèmes plus urgents à résoudre…

C’est ainsi que les souteneurs de la mosquée gay — vicieusement islamophobes — savent aussi tirer profit du silence complice de ceux qui militent contre le mariage pour tous et l’homoparentalité.

Écrit par : Rachid Z | 09 avril 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.