20 mars 2013

Quand malpropreté génère dangerosité...

Quand malpropreté génère dangerosité...

Interpellation au Conseil du 25 mars 2013

Thierry Balsat, Conseiller communal (Indépendant), le 19 mars 2013

Depuis de trop longues années notre commune est réputée championne au hit-parade des communes les plus sales... de la région Bruxelloise n'en déplaise aux différents gestionnaires politiques en charge ces dernières  décennies et tant pis pour les contribuables tennoodois contraints de subir le désintérêt de nos élus sur cette problématique. Cette situation d'abandon n'est hélas pas sans conséquences collatérales et notamment en matière de sécurité.

Outre la situation de nos rues, de nos chaussées et autres artères en  tous points malpropresil est un autre constat qui ne souffre d'aucune discussion, nos trottoirs et les abords de certains immeubles publics sont des zones dangereuses et troublent la sécurité publique.

Qui en effet, n'a jamais emprunté la chaussée de Louvain au niveau de l'ancien café l'impérial devenu un marchand de légumes en direction de la place Dailly... Les trottoirs de cette artère commerciale bien connue, sont envahis d'échoppes de fruits et légumes disposées par les commerçants de manière anarchique qui rejettent leur trop plein à même le sol rendant de la sorte ces mêmes trottoirs glissant et dont l'exiguïté oblige nombre de passants à se déporter délibérément sur la rue avec toutes les conséquences dangereuses que l'on peut imaginer.

Ces mêmes commerçants qui n'hésitent plus, depuis des lustres, à abandonner sur l'espace public leurs déchets journaliers en toute impunité, renvoyant à leur triste sort, les ouvriers préposés à l'entretien.

A ce titre, une enseigne très connue à Saint-Josse et dont l'un des entrepôts est situé à la rue du vallon, jette journellement et impunément des dizaines de carton sur la voie publique au mépris du voisinage et des règles élémentaires de salubrité publique...

De même, certains immeubles dépendant de la gestion communale génèrent de fortes nuisances dans de nombreux quartiers sans que les autorités n'y prêtent une attention sauf dans certains cas d'urgence....

Pour ne prendre qu'un récent exemple, je reviens sur l'incident du 9 mars dernier à 04h30 du matin à hauteur du 17 rue du vallon, immeuble géré par la commune de St Josse (Les HBM...) où l'amas d'immondices et de sacs poubelles qui jonchaient le trottoir ont pris feu pour des raisons encore inconnues. Heureusement l'incendie a été circonscrit rapidement par les pompiers. Les locataires des immeubles s'en sortant finalement avec une grosse frayeur et les autorités par le remplacement de deux plaques en contreplaqué. Quant aux détritus, sacs poubelles, matelas et autres déchets, RAS ils sont toujours là...

En effet, en 2000 les responsables de l'immeuble décidèrent d'enlever les containers à ordures disposés sur le trottoir pour les remplacer par un local à détritus. Hélas, l'espace ne fut jamais réellement opérationnel. L'on revint donc rapidement à l'ancienne méthode, les containers en moins...

Dès lors et depuis de longues années, les habitants de cet immeuble social déposent leurs sacs poubelles à même le trottoir en quantité importante invitant de la sorte, tous types de dépôts clandestins incontrôlables.

Quand je lis la note de politique générale présentée par la majorité dans son point 1.E. ''Des quartiers plus agréables à vivre'' et compte tenu de l'expérience régionale en matière de propreté publique de Monsieur le Président de cet honorable conseil, je suppose que l'équipe dirigeante installée depuis près de 4 mois maintenant est enfin opérationnelle et qu'elle va rapidement se mettre à travailler en œuvrant pour une politique préventive en la matière...

a) Pourrait-on installer provisoirement des containers sécurisés dans les rues commerçantes sensibles afin de désengorger nos trottoirs et nos rues de ces encombrants moyennant une redevance payée par les commerçants concernés ?

b) Quand que les services communaux iront-ils contrôler la conformité et la légalité des échoppes se trouvant sur les trottoirs ?

c) L'échevin des classes moyennes ne pourrait-il pas sensibiliser les commerçants sur la problématique par des actions ludiques ?

d) Les commerçants/contrevenants sont-ils verbalisés ? Si oui par qui ? Sont-ils également exposés au paiement d'une amende comme le commun des habitants ?

e) Que compte faire la commune concernant le problème d'ordures ménagères et encombrants de la rue du Vallon aux abords des logements sociaux  afin d'éviter un nouvel incident et rendre le quartier plus agréable à vivre ?

Je vous remercie par avance pour l'attention que vous prêterez à la présente.

Les commentaires sont fermés.