14 mars 2013

Affaire du Coran déchiré : Droit de réponse de Charlie Hebdo

Affaire du Coran déchiré

Droit de réponse de Charlie Hebdo

(La collabeurette franco-marocaine du torchon français aurait mieux fait de la boucler !) (Rachid Z)

Marcel Sel, 13 mars 2013

Suite à mon article précédent, Charlie Hebdo me demande de publier le droit de réponse suivant. Je commente ce droit sous l’article :

Cher Marcel Sel,

Merci d'être un lecteur de l'hérétique, petit carré de papier où l'on tente, avec les moyens du bord, comme on le peut, comme une bouteille à la mer, de parler de cas divers et variés où des personnes aussi différentes qu'un journaliste saoudien, un étudiant anglais ou — pourquoi pas — un facho belge, seraient victimes de l'ordre religieux.

Votre réaction au cas du mystérieux Arne S est intéressante à plus d'un égard, car elle apporte un éclairage aux «faits», tel qu'il n'y en a pas eu dans les médias. Toutefois, cela change-t-il quelque chose au fond ? L'info, pour Charlie, c'est la sentence prononcée par la justice belge. Peut-on condamner — quiconque — en démocratie, pour avoir déchiré un coran ? Cette personne n'a pas été condamnée pour acte de vandalisme, pour destruction de biens d'autrui, ni pour injures raciales, mais bien pour avoir déchiré un coran.

Justifier la sentence par l'appartenance, certes, nauséabonde du condamné, relèverait de l'Argumentum Ad Hominem et non plus de la justice, qui se prononce aveuglément, en jugeant les actes seuls. Clin d'oeil au passage, car vous avez bien modéré le titre «Charlie Hebdo défend le Vlaams Belang», en précisant que l'auteure (moi-même), est d'origine arabe, donc non soupçonnable de racisme. Encore un Argumentum Ad Hominem. Pas besoin de s'appeler Zineb pour être blanchi de l'accusation. Charlie Hebdo, de ce côté-là, a toujours défendu des principes clairs. Il est difficile de dire si ce sont les religieux ou les fachos qui sont les plus ridiculisés sur nos colonnes.

Non, Charlie ne défend pas les racistes, Charlie s'inquiète simplement du fait que déchirer un coran soit passible de poursuites en Belgique.

Zineb EL RHAZOUI, journaliste.

Ma Réponse :

Chère Zineb,

Nous ne savons pas, ni vous, ni moi, ce qui s’est passé exactement dans ce café, ni dans ce tribunal. Le point fondamental de mon billet est qu’une dépêche d’agence ou un article de journal ne disent pas forcément la «vérité».

Je n’hésiterais pas à défendre un «facho belge» contre une injustice, mais en l’occurrence, celui-ci n’est pas «victime de l'ordre religieux». Il est condamné par une cour de justice sur base de la Loi en vigueur en Belgique, petit pays incertain situé juste au-dessus de la France et dont la législation s’est largement inspirée du Code Napoléon. Pas de la charia.

Arne S n’a donc en aucun cas été condamné «pour avoir déchiré un coran», mais bien pour incitation à la haine raciale. Aucune Loi en Belgique n’interdit de déchirer un livre religieux. Ce qui est interdit, c’est de crier, par exemple, «les musulmans dehors» en déchirant un coran. Ou «les Juifs au gaz» en déchirant la Torah. Ou «mort aux Français» en déchirant un exemplaire de Charlie Hebdo. À moins que le fait de déchirer un livre excuse les autres actes qui, avec cette déchirure, constituent le délit ?

Donc, oui, cette personne a bien dû être condamnée «pour injures raciales», c’est notamment sur ce point que Belga a péché par omission (ce que l’agence a reconnu dans une justification ultérieure dans laquelle elle regrette que le journaliste n’ait tenu compte que de l’explication de l’avocat de la défense). Je n’ai du reste par justifié la sentence envers Arne S par une appartenance à un parti, mais complété un exposé lacunaire quant aux circonstances : de fieffés xénophobes se seraient retrouvés dans un café, en même temps que quelques «musulmans» (leur qualité de musulman n’est même pas établie), cela, après une manifestation du Vlaams Belang contre l’ouverture d’une mosquée à Ostende. L’avocat d’Arne S prétend qu’un des «musulmans» lui aurait jeté le Coran à la tête. Arne S l’aurait alors déchiré. Ça, c’est la version de l’avocat. Il nous demande d’imaginer un jeune musulman qui va dans un café (où l’on sert de l’alcool, à moins que les islamophobes soient allés boire un pot dans un maqhâ par sens de la provoc, mais je n’en connais pas à Ostende), avec son coran, et le jette à la tête d’un manifestant sachant qu’il n’est certainement pas seul

Le Vlaams Belang est islamophobe parce que c’est le moyen le plus simple aujourd’hui en Belgique d’exprimer sa xénophobie envers les immigrés méditerranéens (tout autre moyen contreviendrait à la Loi contre le racisme). Il n’est pas particulièrement laïc, ce sont les «valeurs chrétiennes» qu’il défend en demandant l’expulsion des «musulmans», qui, selon eux, veulent «dans leur large majorité» islamiser l’Europe. Avant la Loi contre le racisme, il préconisait de réexaminer toutes les naturalisations intervenues depuis 1974. Ce parti, que je qualifie de néo-nazi sur base d’arguments factuels, appelle les Flamands à devenir des «guerriers» pour «défendre ‘leurs’ enfants» contre l’«Eurabia». Vous noterez que ce dernier terme ne fait pas référence à l’islam, mais bien à l’Arabie. À ce sujet, le Vlaams Belang affirme notamment que «Bruxelles va devenir la capitale de l’Eurabia et ressemblera à une ville d’Afrique du Nord ou d’Arabie saoudite». Quand un proche ou un membre de ce mouvement déchire un coran devant des musulmans, ce n’est donc pas un geste anticlérical : la critique de l’islam n’est pour lui qu’un moyen pour tenter de débarrasser la Belgique des «immigrés».

Le second argumentum ad hominem (celui vous concerne) n’était donc pas là pour «défendre» Charlie Hebdo mais pour souligner l’absurde de la situation. Votre article revenait au final à défendre un parti qui, si vous étiez belge ou viviez en Belgique, vous renverrait volontiers «au bled» pour le seul nom que vous portez. L’article que le Vlaams Belang a publié sur l’affaire n’est cependant pas très différent du vôtre (vous devrez me croire sur parole, il est en néerlandais). Ni celui de Riposte laïque. Les sites islamistes ne sont pas en reste, qui concluent tout aussi bêtement que déchirer un Coran est désormais interdit en Belgique. J’eus préféré que la riposte de Charlie fût mieux renseignée et ne conclue pas avec la même facilité, tire d’autres conclusions.

Et bien sûr, je sais que tout le monde sait que vous ne défendez pas les racistes, sinon, je ne me serais jamais permis ce titre. Mais en arriver — involontairement, je le crois volontiersà défendre ceux qui s’opposent à la liberté religieuse autant qu’à la liberté d’expression (le Vlaams Belang a notamment ouvert un site où les écoliers peuvent dénoncer leurs professeurs «trop de gauche»), pour s’attaquer à un excès qui n’a probablement pas existé, me paraissait mériter une chiquenaude. Surtout venant d’un journal qui a, un jour, viré un journaliste qui se moquait de la conversion au judaïsme d’un certain fils de président.

Sinon, en général, l’Hérétique est bien sympathique.

Les commentaires sont fermés.