12 mars 2013

La mosquée de Tournai ne devait-elle pas s’agrandir ?

La mosquée de Tournai ne devait-elle pas s’agrandir ?

Vincent Dubois, le 12 mars 2013

Annoncé en grande pompe dès le mois de juin 2011, l’agrandissement de la mosquée de la rue des Récollets n’a guère évolué depuis.

Pourquoi ?

On se souviendra qu’après deux tentatives avortées en vue d’ériger une mosquée plus vaste aux abords immédiats des boulevards (quartier du Maroc, puis quartier du Viaduc), Christian Massy, à la fois bourgmestre de Tournai et président du Logis tournaisien à l’époque (en 2011), apportait «la» solution. Cela, en proposant d’étendre la mosquée, là où elle est installée, vers la gauche : c’est-à-dire sur la surface de quelques rez-de-chaussée reconditionnés en sept logements gérés par le Logis tournaisien à la rue des Récollets.

Cette proposition convenait à la Société Wallonne du Logement mais avait soulevé certaines protestations et indignations parmi la population. Celle-ci comprenait mal que l’on puisse sacrifier des logements sociaux au seul profit d’un lieu culte et de ses fidèles (quel que fut leur religion d’ailleurs).

En avril 2012, l’ancien bourgmestre de Tournai annonçait qu’une solution s’était dégagée de manière à satisfaire tout le monde.

En effet, pour éviter que le Logis ne soit lésé dans l’affaire et pour faire en sorte que les locataires puissent être relogés, la Ville avait effectué un geste en proposant en échange des appartements, dont elle est propriétaire, à l’îlot des Primetiers derrière le Conservatoire de musique.

Un accord de principe avait alors été trouvé avec la Société wallonne du Logement. Or, près d’un an après l’entérinement de ce dernier, rien n’a bougé du côté de la rue des Récollets. Le dossier semble être complètement au point mort. Du côté de la communauté musulmane, l’on nous a précisé ne pas avoir été tenu au courant des suites du dossier même si l’on se dit persuadé que ce dernier continue à suivre son cours.

Du côté de la ville, l’échevin des travaux, Armand Boîte – particulièrement bien placé pour évoquer le dossier dans la mesure où il est président «ad interim» du Logis tournaisien – précise que c’est au niveau de la Société wallonne du logement que «cela bloquerait».

Essentiellement, semble-t-il, pour des raisons financières car la valeur d’échange des différentes propriétés ne serait pas en faveur du Logis.

Quant à la SWL, elle nous précise, par la voix de son porte-parole Daniel Pollain, que le dossier n’est certes pas abandonné mais qu’il est tenu en suspend dans l’attente d’un rapport d’expertise des bâtiments communaux servant de «monnaie d’échange». «Une expertise qui doit toujours être demandée et planifiée par le Logis tournaisien», précise-t-on encore au sein de la SWL. Bref, on a furieusement l’impression que l’on tourne en rond dans le cadre de ce dossier. Et que les responsables ne cessent de se renvoyer la balle, pour ne pas parler de patate chaude… Avec, comme difficulté supplémentaire, que les résultats des dernières élections se sont traduits, sur le terrain des compétences communales, par une redistribution des cartes

09:51 Écrit par Rachid Z dans Belgique, Cultes, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.