11 mars 2013

Où est passée la 7e compagnie?

Où est passée la 7e compagnie ?

Massimo Bartolini, le 11 mars 2013

Alors ça !!! Des Flamands qui se battent en Syrie... C'est la nouvelle qui a permis aux Reynders, Destexhe et Ducarme de la ramener une fois de plus. Voilà des sieurs qui décidément manquent singulièrement d'imagination. Mais bon, c'est leur droit de radoter encore et encore. Oui mais.

Oui mais, tout n'est pas si simplet. Il faut reconnaître à Denis Ducarme que, contrairement aux deux précités, il ne s'arrête pas à des déclarations intempestives et racoleuses, il va au bout de sa logique, et ainsi, il propose de recourir à la législation pour sanctionner ces jeunes qui sont (ou seraient) en Syrie, législation qui sanctionne tout Belge qui se battent à l'étranger. Bien. Jusque là, vous me direz qu'il n'y a rien à redire, un parlementaire fait son travail et s'attèle au bien-être et à la sécurité de ses concitoyens. Quoi de plus normal.

On passera sur le fait qu'à chaque discussion et bouclage de budget, les salafistes (Flamands ou non) reviennent à la une des médias. On passera, parce qu'on dira que je suis conspirationniste, gauchiste tendance myope ou crétin qui refuse de regarder la réalité en face. Je vous laisse aller vérifier les informations de novembre dernier, quand le gouvernement claironnait qu'il arriverait à faire les économies nécessaires au bien-être de tous et quand on s'inquiétait de la présence de salafistes dans l'armée belge. C'est la même trame aujourd'hui, boucler et équilibrer le budget s'annonce compliqué et de source sûre, on nous annonce que quelques dizaines de jeunes flamands se battent en Syrie. On va dire que c'est juste une coïncidence. Et que les voies des rotatives et des agences de presse sont impénétrables.

Et donc, à partir d'une interview de la responsable d'Eurojust, Michèle Coninsx, à la VRT radio, on brandit le danger de jeunes salafistes qui vont bientôt revenir en Belgique, on s'agite pour dire que ça suffit, que les lois sont faites pour être appliquées et qu'on les attend de pied ferme.

Par contre, je m'étonne, que Denis Ducarme, ou d'autres, on peut pas tout demander au même homme, n'ait jugé bon d'agiter cette loi de 1979 pour s'occuper des Belges qui se battaient pour Khadafi ... Il ne s'agissait pas non plus de militaires dûment mandatés et avec une mission précise dont il est question, mais de mercenaires. Pourquoi ce traitement différent ? Pourquoi ces agités de la gâchette et du combat au corps-à-corps n'ont-ils pas eu droit à la une des journaux et à des "c'est inadmissible, il faut sanctionner" Ce n'est qu'un exemple, car les conflits qui éclatent sont l'occasion pour beaucoup d'aller se dérouiller les doigts.

Dans un livre consacré aux mercenaires, deux chercheurs spécialistes de la privatisation de la sécurité et des forces armées indiquent que "En tout cas, au ministère belge des Affaires étrangères, on nous explique que le vote de Bruxelles ne constitue en rien un refus de sanctionner les activités mercenaires. L'Assemblée générale de l'ONU ayant adopté sans vote la convention de 1989 condamnant les activités mercenaires, il était dès lors "inutile" de voter une nouvelle résolution, dit-on à Bruxelles. On rappelle que la législation belge punit d'emprisonnement quiconque aura recruté des hommes au profit d'une armée ou d'une troupe étrangère sans l'autorisation du roi (loi du 15 juin 1951, article 99) et qu'un autre texte datant de 1979, condamne l'engagement de nationaux belges dans une troupe étrangère. On constate cependant qu'à l'issue de son aventure zaïroise, le Belge Tavernier n'a nullement été inquiété. Non seulement, comme le démontre le cas belge, les législations nationales ne sont guère appliquées mais, dans beaucoup de cas, note Bernales, elles ne contiennent pas de dispositions définissant de manière spécifique les activités mercenaires comme des crimes punissables." Tout cela est disponible d'un ou deux clics sur l'internet, pas besoin de la sécurité de l'Etat ou d'une interview à la VRT pour en prendre connaissance. Pourquoi ne s'agite-t-on pas et ne sanctionne-t-on pas les mercenaires belges qui partent, pour quelques milliers de dollars de plus, zigouiller à tour de bras en Libye ou en Tchétchénie ?

Quoi, ça ne rapporte rien électoralement ? Naaaaan... vous ne me ferez pas croire qu'il y a des comportements de mercenaires chez des élus de par chez nous.

Les commentaires sont fermés.