28 février 2013

“La dictature Kir Ier a commencé”

La dictature Kir Ier a commencé”          

Guy Bernard, le 28 février 2013

Jamais Thierry Balsat ne digérera la pilule. Lui qui rêvait d’aider les expulsés de la rue Musin s’est fait rabrouer par Emir Kir. Prétexte du bourgmestre : autonomie des HBM et équité entre tous les locataires. Et donc renvoi auprès des instances des Habitations. Vrai qu’à force de médiatisation et d’insistance, d’aucuns jouiraient d’anormaux passe-droits… “Du foutage de gueule !”, crie l’incorrigible Thierry Balsat. “Je vais attaquer les HBM et lui aussi pour non-assistance à personne en danger. On voit bien que la dictature de Kir I er a commencé…”

Commentaires

Elle avait déjà commencé quand Kir Ier a annoncé la fin du piétonnier chaussée de Louvain alors que les consultations des habitants étaient encore en cours, mais pour lui il est le seul "représentatif"...

Écrit par : Hnouch | 01 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je me permets de poster ce mail au nom des locataires de la rue Musin qui ont accepté les logements dont vous parlez. Je tiens à préciser que pour la majorité d'entre nous, nous ne sommes absolument pas satisfaits de nos logements pour des raisons qui sont propre à chacun. D'ailleurs, certains en ont fait part à Monsieur Kir et à Monsieur Demmanez lors d'entrevues à la Maison Communale.
Si nous avons accepté de quitter notre logement (même si parfois le nouvel appartement ne nous convient pas), c'est avant tout par manque de choix. Les HBM nous ont bien signalé qu'il ne fallait pas faire la fine bouche et qu'on devait s'estimer heureux d'être relogés. En outre, lors de la réunion du 11 Septembre ( peu avant les élections), la direction des HBM (Gauthier Gillot) et le précédent Bourgemestre (Demmanez) se sont engagés à accorder le retour à à la rue Musinpour ceux qui le souhaitent, une fois les travaux finis . Promesse qui n'a pas été tenue, nous attendons toujours le courrier promis lors de ladite réunion. Inutile de souligner que cette promesse a solidement influencé les locataires dans leur choix. Pourquoi s'obstiner à vouloir obtenir un meilleur logement si le retour est assuré?
Nous pensons avant tout que l'expulsion de cette famille est un moyen de mettre la pression sur les autres locataires des bâtiments rue des Plantes et rue Linnée qui doivent également être rénovés.

Nous tenons également à signaler que cette famille n'etait expulsable qu'à partir du mois de mars et que HBM leur a coupé le chauffage en plein hiver faisant fi droits sociaux et humains qu'ils sont censé mériter.

Les locataires.

Écrit par : locataires rue musin | 06 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.