25 février 2013

Aux Maliens de Bruxelles et de Paris

Aux Maliens de Bruxelles et de Paris

LES ASSURANCES DE DIANGO CISSOKO

Maliactu, le 25 février 2013

En marge de sa visite de travail à Bruxelles et à Paris du 17 au 20 février, le Premier ministre Diango Cissoko a rencontré nos compatriotes vivant dans les deux villes. Dans la capitale belge, les Maliens ont exprimé leur inquiétude par rapport à la situation qui prévaut dans le pays. Ils ont manifesté aussi leur incompréhension en ce qui concerne l’absence de nos diplomates sur les médias pour porter la contradiction au MNLA. Certains intervenants n’ont pas manqué d’afficher leur scepticisme face au délai fixé pour la tenue des élections.

En réponse, le chef du gouvernement a indiqué que nos compatriotes de Belgique doivent légitimement s’inquiéter de ce qui se passe dans le pays. «Mais je vous assure que la libération des régions occupées est presque acquise. Il reste maintenant les opérations de sécurisation. Pour ce qui concerne les élections, je vous apprends que les préparatifs sont en cours depuis longtemps. Nous ferons en sorte que le délai soit tenu», a ajouté le Premier ministre qui a donné les mêmes assurances aux Maliens de Paris dont les préoccupations recoupaient celles de nos compatriotes de Bruxelles.

Les Maliens de Paris ont informé le chef du gouvernement qu’ils se sont organisés en collectif pour la paix pour tenir des manifestations de rue, faire du lobbying, aller à la rencontre des médias français pour expliquer la réalité qui prévaut dans le pays. Ils ont annoncé la tenue d’un dialogue entre les Maliens de France pour apporter leur contribution à la réconciliation en faisant des propositions. Une opération de collecte de fonds et de biens est en cours pour apporter de l’aide aux populations du Nord.

Le Premier ministre a expliqué que l’heure à la phase de stabilisation des zones reconquises et que pas un seul centimètre carré du territoire ne restera entre les mains des groupes armés. Il a donné l’assurance que le gouvernement est à pied d’œuvre pour organiser des élections crédibles dans le délai prévu. «Nous comptons sur l’appui de nos partenaires car le budget des opérations électorales n’est pas encore bouclé», a souligné Diango Cissoko. Il a rappelé que la feuille de route prévoit un certain nombre de conditions indispensables à l’organisation des élections. «Si ces conditions ne sont pas remplies dans le délai imparti, nous aviserons», a-t-il répondu à une question sur la possibilité pour les populations du Nord de voter dans la situation d’insécurité qui y prévaut.

Pour lui, le MNLA n’existe plus dès lors qu’il a reconnu l’intégrité du territoire et la laïcité de l’Etat. «C’est un mouvement qui est décrédibilisé par ses fréquents changements de positions. Nous devons travailler à démontrer qu’il s’agit de personnes qui ne sont pas sérieuses. Dans ce cadre, votre action dans les médias est très appréciable», a jugé le chef du gouvernement qui a souligné l’importance de l’apport de nos compatriotes dans tous les domaines.

19:59 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.