24 février 2013

Autochtone imaginaire, étranger imaginé

Autochtone imaginaire, étranger imaginé

Retours sur la xénophobie ambiante

Alain Brossat

Dans son nouvel essai, le philosophe français Alain Brossat problématise une question : pourquoi la question de l'étranger tend-t-elle à devenir, sous nos latitudes, l'obsession des pouvoirs contemporains ? À l'occasion de la parution de ce livre, les Éditions du souffle et le Cinéma Nova à Bruxelles proposent un cycle dont le premier volet démarre ces 22 et 24 février - et qui se poursuivra en avril.

On connaît notamment Alain Brossat pour ses travaux de recherche sur les formes de biopouvoir, les prisons et les contre-conduites. Parmi ses ouvrages de référence : "Le Yiddishland révolutionnaire" (1983, réédition Syllepse, 2009), "Le corps de l'ennemi -- hyper-violence et démocratie" (La fabrique, 1998), "Pour en finir avec la prison - l'état d'exception permanent" (La fabrique, 2001), ou plus récemment "Le grand dégoût culturel" (Seuil, 2008).

Dans son nouvel essai, "Autochtone imaginaire, étranger imaginé. Retours sur la xénophobie ambiante" (paru aux Éditions du Souffle en Belgique), le philosophe retrace l'absurde d'une série d'énoncés en matière d'hospitalité et d'identité, et nous invite à regarder le dénommé "problème de l'immigration" comme une forme de xénophobie d'État. En pierres denses et compactes, son écriture se révèle contondante, réparatrice à force de ne pas se plier à l'esprit du temps, d'y répondre sans formes prescriptives, sans marche à suivre…

22:16 Écrit par Rachid Z dans Cultures | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.