21 février 2013

Ten-Hood Mon Royaume

Ten-Hood Mon Royaume

Par Catherine Makereel (Critique du Soir), le 20 février 2013

Création de Romain David, avec la collaboration de Yaël Steinman. Dans le cadre du Toc Tok Knock Festival II Saint-Josse - KVS.

"Le KVS investit la ville". Le concept est séduisant pour celui qui considère qu'un artiste se doit d'être en prise avec le monde pour toujours mieux le décrire et le représenter. Bruxelles représente une multitude de singularités culturelles. Elle représente à merveille l'âge urbain dans lequel notre monde est entré, et appelle à la redéfinition de ce qu'est un territoire, de ce que veut dire "vivre ensemble". A plus d'un titre Ten-Hood et Tok Toc Knock se sont rencontrés à point nommé! Il y a un an, lorsque Willy Thomas (qui coordonne cet immense projet) m'a confié quelles étaient les ambitions du KVS, j'ai été frappé par la concordance d'esprit qui régnait entre nous: tandis que le KVS questionnait l'authenticité de sa ligne artistique dans son rapport à la Ville, ma propre volonté consistait à créer du Théâtre avec (et non "à partir") du réel. Le "réel" en question: celui d'une commune bien précise - Saint Josse-ten-Noode - celui d'une culture multiple et de ses habitants. Ma démarche est moins celle d'un metteur en scène expérimenté que celle d'un promeneur égaré à St-Josse, désirant partager avec le plus grand nombre de bruxellois le "tissus nerveux" de ce territoire et l'énergie des gens qui le peuplent. Se rencontrent et se racontent sur scène les histoires d'Adam, Chowki et Joséphine ; 17, 18 et 80 ans ; Belgo-Marocain, Belgo-Tunisien, Belgo-Belge... A eux trois, ils questionnent l'identité bruxelloise à travers l'expérience d'une représentation théâtrale. Derrière les concepts il y a les réalités, les difficultés, les différences, les conflits, les passions humaines, les trajets de la Vie. Rien n'est écrit. Ou plutôt, si: tout est écrit - par eux.

Plus que jamais, le spectacle Ten Hood mon royaume présuppose une disposition d'esprit originale chez les spectateurs, à la quelle nous vous invitons. Joséphine, Adam et Chowki auraient pu être assis à coté de vous. Sauf, que ce soir ils sont sur scène. Bon spectacle!

Romain David (déjà acclamé au sein du Raoul Collectif), a travaillé avec deux jeunes de Saint-Josse-ten-Noode, l'un Marocain, l'autre Turc, et une dame de 81 ans, Belgo-Belge logeant dans un home de la commune. Dit comme ça, on pourrait craindre le projet socioculturel dégoulinant de bons sentiments. Pourtant, la formidable tchatche des jeunes, l'entrain comique de la senior, et surtout la portée politique de leur récit, en font une pièce sincère, terriblement humaine et nécessaire. Chacun à sa manière sent son territoire lui échapper.

D'un côté, Joséphine, qui a vu, au fil des ans, son quartier évoluer, les petits cafés fermer pour laisser place à des épiceries de nuit, et surtout la peur l'étreindre quand elle doit sortir seule dans la rue. De l'autre, Adam et Chawki, 17 et 18 ans, qui trouvaient dans leur local de jeunes un havre de liberté, encadrés par des éducateurs enthousiastes. Puis, peu à peu, la commune a poussé les éducateurs dans un rôle sécuritaire, à écrire des rapports et relever les incivilités plutôt que d'accompagner l'énergie de leurs ouailles. Résultat : local fermé et jeunes à la rue, avec rien d'autre à faire que de vandaliser les rétroviseurs et semer la pagaille dans les bus. C'est tout cela que raconte la pièce, avec une ironie nonchalante, écrabouillant joyeusement les préjugés des uns et des autres.

Quand : Du mardi 19 février au samedi 23 février (à 20:00)

Où :Atelier Théâtre de la Vie

Rue Traversière, 45

1210 Saint-Josse-ten-Noode

 

13:41 Écrit par Rachid Z dans Cultures, Saint-Josse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.