15 février 2013

Recherches informatiques repérées: amateurisme à la Sûreté de l'Etat?

Recherches informatiques repérées

Amateurisme à la Sûreté de l'Etat ?

Philippe Carlot, le 15 février 2013

Adnan Bel Khatir a repéré des traces de la Sûreté de l'Etat sur son ordinateur.

Depuis quelques semaines, le service de renseignement est au cœur de polémiques. Un autre épisode semble noircir encore un peu la réputation de la Sûreté belge. Tout est parti de deux rapports secrets ont été divulgués. A Schaerbeek, un candidat aux élections communales à Schaerbeek, également actif sur le terrain associatif, a vu ses trois sites internet visités régulièrement par la Sûreté de l’État. Notre service civil de renseignement a laissé des traces de son passage aisément réperables pour qui maîtrise un peu l'informatique.

Adnan Bel Khatir figurait sur la liste du Bourgmestre de Schaerbeek lors des élections communales du 14 octobre. Il n'a pas été élu. A côtés de ses activités professionnelles, il collabore à une association visant à réduire la fracture numérique. Il anime aussi un blog et possède un site personnel relatif à son engagement politique. A plusieurs reprises, entre octobre 2011 et novembre 2012, ses sites internet ont été visités par la Sûreté de l’État. Ce n'est pas anormal en soi, encore moins illégal. Mais certaines coïncidences interpellent Adnan Bel Khatir : "Ce qui m'a fait tiquer, c'est que les consultations démarraient six jours après des échanges de mails privés avec un coordinateur d'une mosquée à Schaerbeek, qui est un monsieur très pacifique mais qui j'ai une correspondance pour pouvoir installer dans son école de devoirs, un espace informatique".

Repérer la visite de la Sûreté de l’État sur un site web ne présente, en tout cas, guère de difficultés pour ce professionnel de l'informatique : "J'ai pu identifier de manière totalement publique, avec une adresse IP à eux, enregistrée à leur nom", explique Adnan Bel Khatir. "S'ils le font constamment, ajoute-t-il, ça serait vraiment dommageable et ce serait de l'amateurisme, ça voudrait dire que n'importe quelle personne qui constitue un danger potentiel pour le pays, peut voir si la  Sûreté visite ses sites ou essaie un peu de voir ce qu'il mijote".

La Sûreté de l’État a beaucoup fait parler d'elle ces dernières semaines. Le sénateur PS Philippe Moureaux s'est interrogé sur sa raison d'être et son sérieux. Voici encore une pièce à verser au dossier.

Les commentaires sont fermés.