08 février 2013

Le Molenbeek de Schepmans polit (déjà) son image

Le Molenbeek de Schepmans (MR) polit (déjà) son image

1. Françoise Schepmans.JPG

Guy Bernard, le 08 février 2013

Incivilités, image de l’entité, etc. : la majorité a du pain sur la planche.

Le 3 décembre 2012, Françoise Schepmans concrétisait l’improbable : prêter serment comme première dame de Molenbeek après avoir évincé "l’indétrônable" Philippe Moureaux (PS). Après deux mois d’un boulot "intense", la libérale dévoile les lignes de force de la législature (à peine) entamée.

Comment avez-vous vécu cette accession au mayorat ?

La tâche est intense. Je quitte tous les jours mon domicile vers 8h30 pour n’y retourner qu’entre 20 et 22h30. Nous travaillons avec détermination. Et sérénité.

Nombre de gens se sont interrogés sur votre capacité à enfiler ce costume…

En tant que femme bourgmestre, j’ai eu des contacts avec la population, avec des interlocuteurs sociaux, culturels, religieux. Sans aucune difficulté ! Les contacts sont cordiaux, respectueux. Et je n’ai pas senti de mise à l’écart parce que je suis une femme (l’unique à la tête d’une localité, NdlR ). Les gens ne considèrent pas l’individu mais la fonction. Le seul incident implique l’élu du parti Islam. Lorsque j’ai voulu lui serrer la main il a retiré la sienne.

Car vous êtes une femme ?

Oui. Cela m’a choqué. Mais au moins les choses sont claires et justifient le cordon sanitaire, le fait de ne pas l’inviter à ce qui ne relève pas du cadre strict de la loi communale.

Votre credo sur la bonne gouvernance de la Jamaïquaine (MR-CDH-Ecolo), sur le travail en équipe est connu. Quels seront les axes clés de la déclaration de politique générale qui sera présentée le 21 février, en même temps que le budget ?

L’une des priorités du collège portera sur la prévention et la lutte contre les incivilités. La malpropreté, par exemple, s’avère un véritable fléau. Nous la combattrons en formant le personnel ou en organisant les collectes. Nous sommes en négociation pour un parc à containers, rue de Birmingham. Nous en projetons un second, rue Vandenpeereboom.

Le boom démographique d’une commune aux 95 000 âmes ne se conteste plus.

Nous poursuivrons la rénovation/construction d’écoles. Pour la rentrée 2012-2013, on a créé 1 500 places - extension de l’école 16, les pavillons de La Flûte enchantée, etc. Nous agrandirons Les Tamaris, créerons 300 places pour une école néerlandophone, rue de la Semence et octroierons un pavillon de plus rue Paloke.

Si vous deviez avancer deux autres priorités de votre équipe “déterminée et complémentaire”…

Ce serait la lutte contre les marchands de sommeil (en 2012, le bourgmestre a signé quarante arrêtés d’inhabitabilité, alors qu’en janvier 2013, j’en ai déjà signé treize !) et la valorisation de l’image de Molenbeek-Saint-Jean. Avant d’occuper ce poste, je ne me rendais pas compte qu’elle était si mauvaise.

09:54 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.