31 janvier 2013

Bkerké et les ulémas musulmans désapprouvent la légalisation du mariage civil facultatif

Bkerké et les ulémas musulmans désapprouvent la légalisation du mariage civil facultatif

L’Orient le Jour, le 30 janvier 2013

Il semblerait que les déclarations du mufti Mohammad Rachid Kabbani lundi ont poussé les instances religieuses chrétiennes à briser leur silence à propos de la législation du mariage civil. Le responsable médiatique du siège patriarcal de Bkerké, l’avocat Walid Ghayad, a annoncé hier qu’«il convient d’éliminer le confessionnalisme des esprits avant de l’éliminer des textes de loi, et que le mariage civil ne détruira pas le confessionnalisme».

«Le patriarche Raï a déjà fait part de son avis à ce sujet, et la position de l’Église est claire : uniquement les non-croyants doivent avoir recours à ce genre de mariage», a précisé M. Ghayad, qui a noté qu’«une loi est par nature obligatoire et ne peut pas être facultative». Il a estimé que «le débat autour du mariage civil a été ouvert pour être exploité aux législatives».

Par ailleurs, les ulémas musulmans au Liban se sont réunis hier à Dar el-Fatwa pour affirmer leur soutien au mufti de la République. Ils ont appelé à «clore définitivement le dossier du mariage civil, car il aiguise les tensions confessionnelles, déséquilibre la vie communautaire, et pourrait mettre les familles en danger». Les ulémas ont déclaré que «leurs réunions resteront ouvertes jusqu’à ce que cette affaire soit réglée».

08:53 Écrit par Rachid Z dans Cultes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.