30 janvier 2013

Schaerbeek taxée de proxénète

Schaerbeek taxée de proxénète

BELGA, le 30 janvier 2013

Une information judiciaire vient d’être ouverte à l’encontre de Schaerbeek. Elle se fonde sur l’instauration d’un nouveau règlement voté par le conseil communal, adoptant, une «taxe sur les lieux de prostitution en vitrines».

Une information judiciaire vient d’être ouverte au parquet de Bruxelles à l’encontre de la commune de Schaerbeek en raison de l’instauration d’un nouveau règlement communal qui impose une taxe «sur les lieux de prostitution en vitrines», rapportent Sudpresse, Het Nieuwsblad et De Standaard.

L’enquête fait suite à une notice de la police fédérale de Bruxelles adressée à l’office du procureur du roi. Un procès-verbal de police constatant un cas de proxénétisme dans le chef des autorités de la commune de Schaerbeek est arrivé sur la table du parquet de Bruxelles.

Mais ici, il ne s’agit nullement d’une plainte d’une prostituée mise de force sur le trottoir ou de l’enquête sur un quelconque maquereau occupant son territoire… Non, tout part simplement d’une décision officielle prise par le conseil communal de Schaerbeek, lors du conseil communal du 30 mai 2012. La taxe est de 8.200 euros par an et par salon de prostitution en vitrine.

L’ensemble du conseil communal a adopté la mesure, sans la moindre contestation. La majorité a voté pour tandis que l’opposition s’est abstenue.

Selon Sudpresse, c’est la première fois que les mots «taxe sur la prostitution» se retrouvent ainsi écrits noir sur blanc un tel document officiel alors que l’exploitation de la prostitution est toujours prohibée et punissable en Belgique.

(Faut-il rappeler que sur les bancs du Conseil communal de Schaerbeek siège (inutilement) une ex-ministre (PS) de la Justice?!) (Rachid Z)

09:39 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Le fédéral verse 862.000 euros à Marc Uyttendaele

Belga, le 11 juin 2008

Cette somme cor­res­pond au mon­tant total perçu par Gé­rard & As­so­ciés, le ca­bi­net de l'époux de Lau­rette On­ke­linx.

Les au­to­ri­tés fé­dé­rales ont payé plus de 860.000 euros au bu­reau d'avo­cats de Marc Uyt­ten­daele, l'époux de la mi­nistre Lau­rette On­ke­linx.

Lors de la pré­cé­dente lé­gis­la­ture vio­lette, les au­to­ri­tés fé­dé­rales ont payé plus de 860.000 euros au bu­reau d'avo­cats de Marc Uyt­ten­daele, l'époux de la mi­nistre Lau­rette On­ke­linx. Pu­blié par Het Laatste Nieuws, ces chiffres ont été com­man­dés à la Cour des Comptes par Fran­cis Van den Eynde du Vlaams Be­lang.

La Cour des Comptes confirme que Marc Uyt­ten­daele a sur­tout reçu des mis­sions des ser­vices et ca­bi­nets gérés par des so­cia­listes. Le plus gros mon­tant, 245.000 euros, a été fac­tu­ré au dé­par­te­ment de la Jus­tice, an­cien­ne­ment géré par son épouse du­rant la pé­riode 2003-2007.

Uyt­ten­daele fait son shop­ping au PS

En fé­vrier der­nier, un do­cu­ment trans­mis par er­reur à l'un de ses clients, dé­voi­lait sa stra­té­gie pour ob­te­nir un maxi­mum de dos­siers dans des ca­bi­nets mi­nis­té­riels et cer­taines ad­mi­nis­tra­tions proches du parti so­cia­liste.

L'au­teur de ces quatre pages, Marc Uyt­ten­daele lui-même, "dé­ve­loppe (...) son plan d'ac­tion pour gon­fler la voi­lure de son bu­reau d'avo­cats, l'un des plus ré­pu­tés du pays. Les ca­bi­nets mi­nis­té­riels PS, les ad­mi­nis­tra­tions 'rouges', les grandes villes di­ri­gées par des bourg­mestres so­cia­listes semblent être un ter­reau pro­pice: la note cible tout ce que le parti d'Elio Di Rupo ('Elio' dans le texte) maî­trise de près ou de loin.

A la Ré­gion wal­lonne, à la Ré­gion bruxel­loise, en Com­mu­nau­té fran­çaise, à Char­le­roi, Mons ou Bruxelles, à la SNCB, à La Poste, dans les pa­ra­ré­gio­naux et les in­ter­com­mu­nales, le ca­bi­net Uyt­ten­daele énu­mère ses contacts, ses contrats d'as­sis­tance ju­ri­dique. Sur­tout, il in­dique com­ment il compte s'y prendre pour confor­ter sa po­si­tion de pointe dans le sec­teur pu­blic", pré­cise Le Vif.

Confron­té à son propre cour­rier, Marc Uyt­ten­daele a confir­mé être l'au­teur de ce do­cu­ment. "Je suis marié à Lau­rette On­ke­linx, mais j'étais l'avo­cat dans beau­coup de dé­par­te­ments avant qu'elle n'y ar­rive. J'as­sume plei­ne­ment mes convic­tions po­li­tiques et phi­lo­so­phiques. Je n'ai ja­mais caché ma proxi­mi­té avec le PS, mais je ne serai ja­mais l'avo­cat d'un parti" a-t-il dé­cla­ré.

Écrit par : Rachid Z | 30 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.