04 janvier 2013

Quand Eglise et islamophobie sont liées...

Quand Eglise et islamophobie sont liées...

arton7637.jpg

Zarafa, le 04 janvier 2013

«C'est à la faveur de recherches sur l'état de l'islamologie contemporaine que l'auteur de ces lignes a découvert avec effroi qu'une bonne part de ce qu'on nomme aujourd'hui l'islamophobie savante est intimement liée à l’Église»

Voici le résumé de cet ouvrage écrit par Michel Orcel, bon connaisseur des deux religions, il donne ici une magistrale réfutation des thèses de la nouvelle islamophobie chrétienne

J'ai décidé de parler un peu de cet ouvrage car il est intéressant par les réfutations et les comparaisons faites par M.O mais cependant il est important de souligner qu'on ne parle pas vraiment d'islamophobie telle que nous pouvons l'apercevoir dans la société, cela va plus loin, il s'agit d'une islamophobie dite savante liée directement à l’Église.

Le sujet n'est pas de savoir si l'Islam est une menace supposée ou réelle en France mais plutôt de comprendre comment certains auteurs (qui au passage n'utilisent pas leurs vrais noms) réussissent à salir une religion qui en fait a autant sa place que le Christianisme ou le judaïsme. Ces auteurs liés ou non à l’Église, cherchent en fait à discréditer l'Islam.

L'Eglise aussi participe à ces procédés, notamment le Pape Benoît XVI pour lequel Islam et raison sont des termes qui ne sauraient concorder, pour argumenter son propos, il évoque les conversions forcées. Or comme l'explique Michel Orcel, la philosophie (al falsafa) s'est introduite en Occident grâce aux arabes, alors comment reprocher aux musulmans un manque de raison ? D'autant plus que le Coran encourage l'homme à raisonner sur les signes de la création. M.O rappelle également l'existence de l'école mutazilite (rationaliste) qui défend le libre arbitre.

Quant aux conversions forcées, elles ont été plus nombreuses par les Chrétiens (en Espagne avec les Juïfs et en Amérique avec les Indiens). Les musulmans de l'époque eux ne cherchaient pas à «convertir les non-musulmans de force tant qu'ils n’empiètent pas sur le dar-al-islam». Ils en faisaient au contraire des «dhimmis c'est-à-dire des populations protégées soumises à la capitation».

Il est également important de souligner le fait que de nombreux non-musulmans se sont convertis à l'Islam par choix, voyant en cette religion un christianisme purifiée de ses superstitions.

On comprend donc qu'il y a une volonté de l’Église de décrédibiliser l'Islam. Mais cet objectif n'émane pas seulement de l’Église. Comme nous l'avons dit précédemment, de nombreux auteurs écrivent dans le but de déconstruction de l'Islam. D'après Michel Orcel, il s'agit d'une conspiration composée de nombreux auteurs. Certains d'entre eux cherche à détruire le dialogue et la paix entre musulmans et chrétiens.

Certains d'entre eux vont même jusqu'à remettre en question l'existence de Mahomet et du Coran, d'autres préfèrent traduire et déformer certains versets ou certaines sourates du Coran, afin de pouvoir argumenter (faussement) leurs thèses.

Des auteurs qui présentent dans leurs ouvrages l'Islam de manière très peu objective et qui vont même jusqu'à interpreter de manière volontaire et grossière certains versets du Coran. Beaucoup d'entres eux utilisent des pseudonymes. Cette "conspiration" est formée par des écrivains, des islamologues contemporains mais aussi des chrétiens orientaux, des membres de l'Eglise dont le but est de déconstruire l'histoire de l'Islam.

Pour comprendre jusqu'où peuvent aller ses auteurs, reprenons un passage du livre de Michel Orcel (Chapitre Droit, Sexe et violence) dans lequel il dénonce un écrit de Mme Delcambre qui n'est qu'une "manipulation très perfide qu'opère l'auteur sur un des plus beaux hadiths de la tradition musulmane". Mme Delcambre "brouille totalement et la forme littérale du hadith et son message".

Michel Orcel évoque un autre phénomène lié à l'islamophobie, à savoir la confusion entre Islam et Islamisme mais aussi et le fait d'assimiler systématiquement violence et Islam. Les pages du livre évoque des écrits de Mme Delcambre qui voit et partage son avis sur l'islam qui selon elle est une religion d'interdits.

Pour ne pas tout dire et vous donner envie de lire cet ouvrage court (environ 160 pages) mais très révélateur, je vais m'arreter ici.

Les commentaires sont fermés.