28 décembre 2012

Les Frères musulmans appellent les Juifs d’Egypte au retour

 Les Frères musulmans appellent les Juifs d’Egypte au retour

Al-Manar, le 28 décembre 2012

Un leader des Frères musulmans a appelé les émigrés juifs originaires d’Egypte et vivant en Palestine occupée par Israël à y retourner.

«Les juifs d’Egypte doivent rentrer à leur pays, ceci est de leur droit, et afin de permettre aux Palestiniens de s’établir dans leur terre», a lancé le vice-président du parti au pouvoir Liberté et justice Essam ElArian.

«Abdel Nasser a encouragé les juifs à occuper les terres d'autrui. Pourquoi les a-t-il chassés du pays ?», s’est indigné elArian dans un entretien télévisé!

Commentant l'initiative lancée par l'ancien candidat à la présidence Amr Moussa, ElArian a demandé: "Y a-t-il une barrière entre Amr Moussa et le président ? Pourquoi ne va-t-il pas chez lui et lui parle-t-il de ses propositions?".

Ce leader des Frères musulmans a dit n’avoir aucune objection sur cette initiative, tout en accusant Amr Moussa de transgresser les règles constitutionnelles, qui stipulent que les élections législatives commencent après 60 jours seulement de l’adoption de la Constitution.

Selon lui, il faut attendre six mois pour permettre aux partis de se préparer et activer ensuite cette initiative.

Ancien chef de la Ligue arabe, Amr Moussa avait proposé une initiative de plusieurs points pour sortir de la crise politique qui paralyse le pays. Parmi les points de l’initiative on en cite :

- Annonce d’une trêve politique suivie immédiatement d'un accord avec le front du salut national

- Formation d’un gouvernement d’urgence pour un an, présidé par le chef d’Etat et regroupant les différentes forces politiques. 

- Le gouvernement d’urgence fixe la date des élections parlementaires, qui ne peuvent se tenir avant les six mois prochains.

- Cessation de toutes les grèves qui paralysent le pays et retour de tous les citoyens à leurs travaux.

- Formation d’une commission par décret présidentiel, regroupant des  spécialistes du droit constitutionnel et des professeurs pour étudier la Constitution et débattre des clauses controversées ou celles qui ont besoin d’être modifiées.

La commission termine son travail en six mois et expose les résultats au gouvernement pour débattre de la mesure suivante à prendre, au sujet du traitement du texte de la constitution et de l’activation des clauses modifiées, dont le rôle de la cour constitutionnelle suprême. 

23:34 Écrit par Rachid Z dans Pays du Maghreb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.