25 décembre 2012

Accord wallon sur le parcours d’intégration

Accord wallon sur le parcours d’intégration

humeur_650.jpg

Belga, le 24 décembre 2012

Le gouvernement wallon a approuvé lundi le projet de décret relatif au parcours d’intégration des primo-arrivants souhaitant s’installer durablement en Wallonie.

Ce parcours concernera toute personne étrangère séjournant en Belgique depuis moins de trois ans et disposant d’un titre de séjour de plus de trois mois, à l’exception des citoyens d’un Etat membre de l’Union européenne, de l’Espace économique européen et de la Suisse et les membres de leurs familles.

Sa première phase - dite de premier accueil - sera obligatoire et comportera une information sur les droits et devoirs de chaque personne résidant en Belgique, un bilan social des connaissances (langue française, formation professionnelle, diplômes, etc) et des attentes du candidat, ainsi qu’une aide à l’accomplissement des démarches administratives de première ligne (obligations, accès au logement, aux soins de santé, à la scolarité, etc).

Des amendes administratives de 50 à 2.500 euros seront perçues par la commune en cas de non-respect de l’obligation de se présenter au Bureau d’accueil, de suivre l’information sur les droits et devoirs et de réaliser le bilan social ou de connaissance, dont la finalité est de permettre au primo-arrivant de suivre un cursus de formation.

Le primo-arrivant se verra proposer un parcours d’accueil contractualisé par une convention de maximum deux ans avec le Centre régional d’intégration. Cette convention prévoira un plan de formation établi en fonction du bilan social, à savoir, selon les besoins, un apprentissage de la langue française, une formation à la citoyenneté et un accompagnement socioprofessionnel.

L’apprentissage du français langue étrangère s’appuiera sur l’offre existante. Des modules de citoyenneté seront mis en place (droits et devoirs de tout citoyen, fonctionnement de la société en général, relations sociales, fonctionnement des institutions publiques).

Un dernier axe soutiendra l’orientation socio-professionnelle du primo-arrivant. Des entretiens d’évaluation sont également prévus.

Enfin, le parcours d’accueil en lui-même sera évalué par le gouvernement tous les deux ans.

[ndPYL On se demande bien qui est visé par ce "parcours d'intégration" obligatoire dès lors qu'en sont exclus les membres des familles des citoyens membres de l'UE, de l'EEE et de la Suisse, donc tous les "regroupés familiaux". Par ailleurs, les Pays-Bas ont déjà adopté ce type de mesures et se sont heurtés à un obstacle juridique pour les primo-arrivants les plus problématiques, ceux venus de Turquie : en vertu du traité d’association entre la Turquie et l’Union européenne, les pays membres de celle-ci ne peuvent pas imposer aux ressortissants turcs certaines règles qu'ils n'imposeraient pas aux leurs. Ce qu'il faut, c'est modifier en profondeur les règles d'octroi d'allocations sociales, en particulier de chômage, et les conditionner à l'apprentissage de la ou d'une des langue(s) officielle(s) en usage dans la région où est domicilié le chômeur. Et appliquer ces règles à tous, y compris les Belges, ça obligera par la même occasion certains chômeurs francophones du Brabant flamand à apprendre le néerlandais. Mais cela doit passer aussi par une réforme en profondeur du système d'apprentissage des langues, c'est l'Etat qui doit le gérer avec des enseignants titulaires de diplômes ad hoc et rémunérés en conséquence, pas question de continuer à sous-traiter au secteur associatif où il n'y a trop souvent aucun résultat, les élèves reçoivent des attestations de fréquentation mais ne progressent nullement dans l'apprentissage de la langue, je l'ai constaté à de nombreuses reprises dans le cadre professionnel.]

11:24 Écrit par Rachid Z dans Politique - Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Parcours d'intégration : Ducarme s'explique

Les yeux rougis par ses nuits d'insomnie, le visage raviné par la tempête, l'homme a choisi de se retirer dans sa maison du Cotentin, à la pointe de ces terres normandes qu'il affectionne, pour éviter l'orage politico-médiatique qui l'a emporté ce fatidique jeudi 12 février.

Il vient de parcourir 300 kilomètres au volant de sa jeep pour répondre aux nombreuses questions que soulève le cas d'un mandataire public ayant tout bonnement « oublié » de remplir quatre déclarations fiscales successives et étant tenu de rembourser au fisc une ardoise estimée à 265.792 euros...

La suite : http://archives.lesoir.be/daniel-ducarme-s-explique-je-me-suis-tire-une-balle-dan_t-20040225-Z0P32F.html

Écrit par : Rachid Z | 25 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Démission de Daniel Ducarme

... Sous le titre "Ducarme, contribuable récalcitrant", le journal "Vers l'Avenir" sort ce jeudi matin un article dont le fond est virulent. En substance, on y lit - chose déjà sue en tout cas partiellement - que l'ancien député-bourgmestre de Thuin a des ardoises fiscales importantes à Thuin et à Schaerbeek, n'ayant pas remis ses déclarations d'impôts en 1999, 2001, 2002 et 2003, et en retard en 2000. On en serait à la saisie sur salaire, suspendue à la suite d'accords passés entre Daniel Ducarme et l'administration, qui verraient le ministre-président payer 8.000 euros d'arriérés par mois...

L'intégralité de l'article : http://www.gamerz.be/actualite/t-demission-de-daniel-ducarme--82081.html

Écrit par : Rachid Z | 25 décembre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.