24 novembre 2012

Zoophilie, homosexualité, Islam et Najat Belkacem

Zoophilie, homosexualité, Islam et Najat Belkacem

Par Lesoufflet, le 23 novembre 2012

L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) a publié un communiqué sur son site internet, où elle dénonce avec virulence et sagesse le mariage homosexuel. S’ils ont entièrement raison, les Musulmans auraient du penser à cette mise à mort de notre civilisation avant de voter massivement pour le président socialiste. De son côté, Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé les propos de l’UOIF, oubliant qu’elle fut longuement au service de sa majesté le roi du Maroc, pas vraiment connu pour avoir légalisé l’homoparentalité et pour ses positions progressistes… De l’hypocrisie !

Voici les principaux extraits du communiqué diffusé par l’organisation des Musulmans de France :

«Si le mariage entre deux personnes de même sexe devient une norme, alors toutes les revendications, même les plus incongrues peuvent, un jour, devenir une norme, au nom du même principe d’égalité».

«Qui pourra délégitimer la zoophilie, la polyandrie, au nom du sacro-saint amour ?»

«Ne sommes-nous pas en train de suivre une voie où le principe d’égalité ne serait plus défini par des limites et des normes communes, mais par des perceptions personnelles, aussi égoïstes et affectives puissent-elles être ?»

«Nous souhaitons rappeler que l’homophobie est condamnée par tous. Nous la condamnons fermement, mais cette discrimination n’est pas l’objet du débat», rappelle l’organisation. «Il n’est pas non plus ici question de se prononcer en faveur ou contre l’homosexualité, puisque tout individu a le droit de mener sa vie privée comme il l’entend».

«Il est du devoir de tout un chacun de bien comprendre les conséquences que cela pourrait avoir sur notre société si cette nouvelle forme de mariage et de parentalité entre en considération».

«Nous invitons la société civile dans son ensemble à s’exprimer et à prendre part à ce débat et à cette prise de décision qui risque de bouleverser irrémédiablement nos vies».

Il n’y a pas grand-chose à rajouter à ces évidences qui mettent toutes les religions, tous les sages, tous les philosophes, tous les anthropologues, tous les pédopsychiatres et 99% de l’humanité (hormis quelques idéologues totalitaires dont les socialistes français) d’accord.

Face a cette prise de position tardive mais nécessaire des Musulmans français, la ministre du Droit des femmes (oui oui, ça existe, on ne rigole pas !) n’a pu s’empêcher de distiller une énième leçon de morale, plaçant, en bonne socialiste, ceux qui ne sont pas de son avis du côté du mal. Et comme toujours depuis les premières discussions sur le projet socialiste de destruction de la famille, la terrible accusation de «dérapage» a été lancé par une Najat heurtée par la «violence langagière terrible» de l’UOIF.

Alors qu’ils ont été élus par les Musulmans français en les draguant éhontément, en les instrumentalisant et en faisant toute une campagne sur les prétendues xénophobie et islamophobie de Sarkozy, les socialistes pourraient avoir l’élégance de respecter un minimum les positions des Musulmans.

Pour rappel, comme l’a souligné une membre de l’opposition, Najat Belkacem a été «membre du Conseil de la communauté marocaine de l’étranger, créé par le roi du Maroc. Ce conseil a pour but de renforcer l’identité marocaine des Marocains de l’étranger, d’émettre des avis sur leur «éducation religieuse» (en l’occurrence musulmane). Les membres de ce conseil peuvent par ailleurs recevoir des indemnités.»

Najat Belkacem, progressiste en France et monarcho-obscurantiste au Maroc !!

Le voile au bled, mais l’homoparentalité en France, c’est maintenant !!

20:41 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Najat Belkacem, grand inquisiteur du sexuellement correct

Stéphane Blanchonnet, le 23 novembre 2012


Mme Belkacem, qui doit trouver son ministère du Droit des femmes trop étriqué, s’est découvert une nouvelle vocation. Elle a révélé le sens de sa nouvelle croisade à l’occasion d’un entretien donné à un périodique homosexuel militant.

Elle y affirme sans rire, au sujet des manuels scolaires de littérature, que ceux-ci « s’obstinent à passer sous silence l’orientation LGBT [sic] de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud. » Oui, vous avez bien lu « s’obstinent »... Tel un inquisiteur d’un nouveau genre, Mme Belkacem, veut donc contraindre (par la force peut-être ?) les éditeurs hérétiques et relaps, qui « s’obstinent » dans leurs erreurs, à abjurer et à épouser définitivement l’idéologie de la nouvelle gauche "morale".

La déclaration du ministre traduit surtout son ignorance du sujet. En effet, non seulement, la relation de Rimbaud et Verlaine est évoquée par les manuels scolaires mais on peut même affirmer que la recherche de l’homosexualité dans les œuvres littéraires est devenue, ces dernières années, une véritable mode, une marotte quasi obsessionnelle de la critique. J’ai personnellement le souvenir d’avoir subi des cours, lors de ma préparation à l’agrégation, où l’on cherchait à donner contre la lettre des textes, contre leur esprit, contre le sens historique et contre le simple bon sens, une lecture homosexualiste des rapports entre Roland et Olivier dans La Chanson de Roland ou encore de ceux de Tête d’Or et Cébès dans Tête d’Or de Claudel !

Cette mode à laquelle Mme Belkacem se rallie, sans même le savoir, est d’ailleurs profondément paradoxale : au moment où l’on rejette le déterminisme sexuel au nom des théories du gender, au moment où il paraîtrait offensant, « sexiste » comme ils disent, d’affirmer d’un auteur qu’il a une écriture féminine parce qu’il est une femme, on veut consacrer un nouveau déterminisme, beaucoup plus difficile à étayer que le précédent et qui reposerait cette fois sur l’orientation sexuelle ! Il y aurait une manière de sentir et d’écrire propre aux hétérosexuels, une autre aux homosexuels, une troisième pourquoi pas... aux sado-masochistes ?

Ce point de vue est faux et dangereux parce que d’une part il ferait retomber la critique dans un lansonisme étroit (l’œuvre expliquée par la seule vie de l’auteur) et d’autre part parce que l’orientation sexuelle est chose complexe et changeante. Mme Belkacem ne connaît manifestement rien à Rimbaud dont le génie n’a heureusement pour lui rien à voir avec son homosexualité (on voit mal comment le sonnet des voyelles pourrait faire l’objet d’une interprétation homosexuelle !) et encore moins (si c’est possible !) à Verlaine qui a eu, comme chacun sait, des orientations sexuelles multiples et successives.

Concluons avec Proust et contre Belkacem et son nouveau réductionnisme méthodologique que « L’homme qui fait des vers et qui cause dans un salon n’est pas la même personne ». Élevons surtout une protestation contre la volonté de manipuler l’éducation dans des buts idéologiques et militants.

Écrit par : Rachid Z | 24 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

La communauté musulmane déçue par Najat Vallaud-Belkacem ?

Slate.fr, le 17 juillet 2012

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Najat Vallaud-Belkacem intrigue la presse britannique. Le mois dernier, le Guardian la sacrait «le nouveau visage de la France» mais après deux mois passés au gouvernement, il semble que la ministre ait déçu la communauté musulmane.

C’est en tout cas ce qu'affirme la journaliste française Nabila Ramdani qui signe une tribune sur le sujet dans le quotidien britannique. Selon elle, la nomination de Najat Vallaud-Belkacem avait soulevé beaucoup d’espoirs en mai de la part des femmes musulmanes en France. Mais deux mois plus tard, la journaliste tire un constat amer de l’action de la ministre.

Pour Nabila Ramdani, la ministre du Droit des femmes a laissé tomber les Français qui voulaient l’abolition de la loi sur le voile. Selon elle, la socialiste aurait dû s’intéresser à ce problème au lieu de s’attaquer à la prostitution.

Dans sa tribune, la journaliste explique pourquoi elle considère la loi sur la burqa comme injuste:

«Depuis l’interdiction, nous avons souffert d’une attention déplaisante de la part de la police, mais c’est la haine qui vient des gens qui rend les choses pires. Ils pensent que l’interdiction est une autorisation officielle pour insulter, cracher et même attaquer physiquement. L’interdiction est devenue un symbole de la haine contre la communauté musulmane.»

Selon Ramdani, la ministre du Droit des femmes, elle-même d’origine marocaine, ferait bien de prendre en compte l’avis de la communauté musulmane française. Celle-ci rappelle que les musulmans ont majoritairement voté pour François Hollande.

Serait-ce le début d’une polémique? Najat Vallaud-Belkacem continue de bénéficier d’une très bonne image. Elle est d’ailleurs soutenue depuis la semaine dernière par le collectif «Féministes en mouvement» dans son combat contre la prostitution.

Écrit par : Rachid Z | 24 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.