31 octobre 2012

Alerte Racisme Anti-turc Belgique

Alerte Racisme Anti-turc Belgique

ALERTE TURCOPHOBIE en BELGIQUE

TurquieNews, le 31 octobre 2012

Emir Kir, nouveau maire élu de Saint-Josse est aujourd’hui victime de harcèlement de la part de nationalistes arméniens et de l’extrême-droite belge qui agissent de concert.

Ces attaques ne visent M. Kir qu’à cause de ses origines turques.

Que Emir Kir soit de gauche ou de droite n’a aucune importance pour nous. Il s’agit purement et simplement de lutter contre la haine, l’injustice et la turcophobie.

Une page Facebook ALERTE RACISME ANTI-TURC BELGIQUE a été créée afin que tous les internautes soient vigilants face à la turcophobie et la haine qui visent les Belges d’origine turque.

Le collège juridictionnel, le seul à pouvoir valider les élections à Bruxelles

Le collège juridictionnel, le seul à pouvoir valider les élections à Bruxelles

Philippe Carlot, le 31 octobre 2012

Plusieurs fois ces deux dernières semaines, on vous a parlé de recours devant le collège juridictionnel. Des recours suite aux élections, pour des problèmes - par exemple - avec le système électronique de vote ou au moment du dépouillement. Actif depuis 1995, le collège juridictionnel a la tâche importante de dire si oui ou non les votes sont valides. Il a donc le pouvoir d'annuler le résultat d'une élection.

En région bruxelloise, le collège juridictionnel joue le rôle de la députation permanente des Provinces en matière de contentieux électoral. Il s'agit bien d'un organe juridictionnel mais à fortes connotations politiques. "Il est composé de neuf membres désignés par le parlement, après suggestion du gouvernement, détaille Caroline Van Wynsberghe (politologue). Évidemment, il s’agit de nominations où il y a des étiquettes politiques a priori."

Le collège juridictionnel peut annuler le résultat des élections dans une commune s'il constate des irrégularités. Pour autant que ces irrégularités soient susceptibles de modifier la répartition des sièges entre les différentes listes. Cela fut le cas, en 2000, à Molenbeek. "En 2000, le collège juridictionnel a annulé l’élection à Molenbeek, commente encore Caroline Van Wynsberghe. Mais quelques mois plus tard, en mai 2001, le Conseil d’Etat a cassé la décision du collège juridictionnel."

Depuis le 14 octobre, le collège juridictionnel est saisi d'un recours contre les résultats des élections à Ganshoren, Woluwe-Saint-Pierre, Molenbeek et la Ville de Bruxelles.

14:31 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Participation politique. Le modèle belge

Participation politique.

Le modèle belge

Atlas.Mtl, le 31 octobre 2012

Nos appels réitérés à la participation politique des citoyens issus des communautés culturelles ont semble-t-il étés entendus… en Belgique où la seule communauté des originaires du Maroc a fait élire 130 personnes à la qualité de membres des conseils municipaux et communaux, dont plusieurs pourraient se voir confier des fonctions de maires ou de maires adjoints.

Voici comment un communiqué du CCME présente ces résultats : «Le dimanche 14 octobre 2012, étaient organisées les élections communales et provinciales en Belgique. Dans les 589 communes, près de 130 élu(e)s d’origine marocaine (dont 95 à Bruxelles) vont siéger sur les bancs des différents Conseils communaux.

Le parti nationaliste flamand, N-VA, a fait un raz-de-marée et a littéralement éclipsé les autres résultats en s’emparant de la première ville de Flandre, Anvers. D’où il a délogé les socialistes au pouvoir dans cette ville portuaire depuis 60 ans.

Globalement, le Parti socialiste a conservé sa suprématie à Bruxelles et en Wallonie. C’est aussi le parti qui abrite la majorité écrasante des élus(e)s d’origine marocaine, dont 15 siégeront à Bruxelles Ville et autant à Molenbeek-Saint-Jean, les deux communes qui abritent le plus grand nombre d’élus(e)s d’origine marocaine. Charleroi est la première ville qui en compte le plus grand nombre en Wallonie, juste devant Liège. Le nombre élus(e)s d’origine marocaine en Flandre est trop faible par rapport au sud du pays, tout comme en Communauté germanophone.

C’est à Bruxelles où des échevins (adjoints au maire) vont émerger, notamment dans les communes de Bruxelles-Ville, Evere, Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Josse-Ten-Noode, Anderlecht, Forest, mais aussi en Wallonie à Charleroi et probablement à Liège. Pour en savoir plus, il faudrait attendre les résultats des négociations en cours et des alliances qui en résulteront. Par contre, les chances d’avoir un bourgmestre (maire) d’origine marocaine sont trop maigres, voire nulles.».

Trois têtes d’affiche

Un Secrétaire d’État, un Député fédéral, une future mairesse…

Quatre des 130 élus se distinguent particulièrement : un Secrétaire d’État, un Député fédéral, une future mairesse et le benjamin des candidats à la consultation. Voici leurs parcours.

Originaire de Turquie, Émir Kir a été élu bourgmestre (maire). Il a, pour occuper cette fonction, chois d’abandonner ses fonctions de secrétaire d’État au sein du gouvernement régional de Bruxelles, ainsi que celui de ministre à la Commission communautaire française de Belgique. Son départ a ouvert la voie devant son collègue d’origine marocaine, Rachid Badrane, député fédéral et Echevin (adjoint au maire) sortant de la commune d’Etterbeek, où il était en charge le Budget, la culture, la cohésion sociale et les bibliothèques communales.

Rachid Madrane, Secrétaire d’État

M. Madrane sera d’ici peu, le temps de la passation de pouvoirs, le nouveau secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme et de la Propreté publique pour la Région de Bruxelles-Capitale, et aussi ministre en charge de la Formation professionnelles, de la Culture, du Transport scolaire, de l’Action sociale, de la Famille, du Sport et des relations internationales à la Commission communautaire française.

Mohammed Jabour, Député fédéral

Suite à la nomination de Rachid Badrane au poste de secrétaire d’État, le socialiste Mohammed Jabour, actuel Echevin (adjoint au maire) de la commune de Saint-Jean-Ten-Noode, en charge des finances, de la jeunesse et de la culture devient député fédéral. Ce natif de la région de Tanger occupe le poste d’Échevin depuis 12 ans, il était sixième suppléant lors des élections générales de 2010, sur la liste socialiste du district de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Il avait obtenu 6.242 voix de préférence, ce qui lui permet aujourd’hui de suppléer Rachid Madrane à la Chambre des représentants.

Nadia Sminate, mairesse de Londerzeel

Nadia Sminate, membre du parti indépendantiste flamand N-VA, sera dans trois ans la première maire d’origine marocaine en Belgique. Un accord de coalition a été signé dans ce sens entre les représentants locaux des partis vainqueurs des élections municipales à Londerzeel.

En vertu de cet accord, Nadia Sminate succédera dans trois ans à Jozef De Borger, actuel maire de la commune belge, qu’elle dirigera pendant trois ans.

Nadia Sminate qui menait la liste de l’Alliance néo-flamande (N-VA) à Londerzeel, a remporté plus de 21% des suffrages lors des élections municipales du 14 octobre dernier.

Députée fédérale au Parlement belge depuis 2010, Nadia Sminate, 31 ans, est diplômée en philologie romane de l’Université flamande de Bruxelles.

Lors des dernières élections municipales belges, quelque 130 candidats d’origine marocaine ont été élus aux conseils communaux de Belgique, dont 95 dans la seule circonscription de Bruxelles.

14:17 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les musulmans de Belgique : Redouane Ahrouch

Les musulmans de Belgique

Il y a 11 ans, Redouane Ahrouch, alors secrétaire général du parti Noor, interviewé par Sahar TV (à voir à partir de la 10ième minute), en parlait déjà ...

«Le véritable visage de l’islam» se dévoile

«Le véritable visage de l’islam» se dévoile

Large compte-rendu de la (première) conférence de presse organisée le 25 octobre par les élus et représentants de la liste ISLAM.

Qui sont-ils ?

Ils se considèrent comme «les premiers conseillers communaux musulmans de Belgique» et, à ce titre, ils invitent les élus musulmans œuvrant pour le compte de formations politiques d’obédience laïque à les rejoindre...

Que proposent-ils ?

«Nous sommes là pour montrer l’islam tel qu’il se doit d’être montré, le véritable visage de l’islam. Et donc élus, on pourra parler et représenter réellement, dans la mesure de notre possible, l’islam et la communauté des musulmans. Ce qui ne veut pas dire que nous sommes des communautaristes. Nous sommes loyalistes et à ce titre nous respectons intégralement les lois du peuple belge»…

26 octobre 2012

La nationalité avec la nouvelle loi ? Une récompense pour une élite.

La nationalité avec la nouvelle loi ?

Une récompense pour une élite

Zoé Genot, le 24 octobre 2012

Fin de la volonté d’ouvrir et faciliter l’accès à la nationalité pour ceux qui résident légalement de manière illimitée. Rapide pour les élites sportives, … 5 ans pour les travailleurs à temps-pleins durables. 10 ans pour les «intégré.es» qui réussissent un examen écrit de langue. Jamais pour les analphabètes même s’ils parlent parfaitement la langue. Et 150 euros en plus des frais….

Compte rendu de la discussion générale en séance plénière de la Chambre le 24 octobre 2012 sur le projet de loi modifiant le Code de la nationalité : CRIV 53 - PLEN 108 - interventions de Zoé Genot aux pages 15, 20, 22, 23, 24 et 25.

17:18 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Saint-Josse : Lettre ouverte au Collège

Saint-Josse

Lettre ouverte au Collège

IMG_0010.JPG

La Section CGSP-ALR de Saint-Josse-ten-Noode, le 25 octobre 2012

Nous avons appris que le Collège actuellement en place a décidé de licencier 4 personnes de la hiérarchie du service de la prévention pour des raisons de restructuration, motif invoqué dans les C4.

Notre section ne comprend pas comment un collège peut, au lendemain des élections, sachant que le nouveau Collège ne sera constitué qu’au 1er décembre, prendre une telle décision de restructuration alors qu’aucun Comité de Négociation ne s’est tenu pour discuter de cette brusque décision. Il n’est donc pas question pour nous d’accepter ce principe qui ouvre ainsi la porte à tout abus, et nous demandons au Collège de corriger leur formulation administrative.

D’autre part, à la suite de certaines rumeurs nous informant du risque de ne pas percevoir notre salaire de décembre 2012 et la prime de fin d’année, nous avions eu de la part de Monsieur le Secrétaire communal et de membres du Collège une promesse que ces paiements seraient bien effectués et que les travailleurs ne devaient pas être préoccupés.

Nous restons cependant fort inquiets puisque des modifications budgétaires n’ont pas été faites à temps et que la tutelle doit également donner son accord (délai de 40 jours). Si nous comptons bien, le mois de décembre serait déjà bien entamé.

Nous interpellons dès lors le Collège actuel et nous désirons une explication détaillée des services concernés.

01:19 Écrit par Rachid Z dans Saint-Josse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La liste Islam au conseil communal le Coran sous le bras

La liste Islam au conseil communal le Coran sous le bras

IMG_0004.JPG

Belga, le 25 octobre 2012

Les deux élus de la liste Islam aux conseils communaux d'Anderlecht et de Molenbeek-St-Jean ont dit jeudi considérer leur élection comme une nouvelle étape de l'émancipation de la communauté musulmane en Belgique.

"L'islam est compatible avec les lois du peuple belge", ont assuré les deux conseillers communaux, Redouane Ahrough (Anderlecht) et Lhoucine Aït Jeddig (Molenbeek), au cours d'une conférence de presse dans un salon de thé bruxellois.

Les deux islamistes comptent entrer en politique en faisant du Coran le fondement de leur programme.

"En tant qu'élus musulmans, nous embrassons le Coran. Nous considérons l'islam comme une religion universelle. Notre présence au conseil communal nous donne l'occasion de nous exprimer", a commenté Redouane Ahrough.

L'élu souligne vouloir mener une politique de "respect mutuel". A ses yeux, les musulmans sont trop souvent vus comme des citoyens de second rang. Il qualifie Anderlecht de commune "raciste" vis-à-vis des musulmans, se référant à la politique d'accueil et aux agissements de la police et du CPAS.

Lhoucine Aït Jeddig, de son côté, a notamment affirmé, concernant les familles, qu'un enfant devait être élevé dans une famille comportant un père et une mère.

La liste Islam envisage de se présenter aux élections régionales, législatives et européennes en 2014.

(Un témoignage vidéo de ladite conférence, bien plus éloquent que cette dépêche Belga, sera très prochainement disponible sur ce blog!) (Rachid Z)

25 octobre 2012

1739 fois merci aux Ten-Noodois !

1739 fois merci aux Ten-Noodois !

Le groupe Ecolo-Groen de Saint-Josse souhaite présenter ses plus chaleureux remerciements aux 1739 citoyens qui lui ont fait confiance dimanche dernier.

Grâce à vous, Ecolo-Groen fait un bond de 5,59% par rapport à 2006, un record en Région bruxelloise, pour se hisser à la place du deuxième parti de la commune avec 17,98%. C’est grâce à tous que nous avons pu convaincre !

Merci à vous tous !

Personnellement, je suis très fière que vous m’ayez donné le troisième score de la commune.

Malgré une perte de plus de 5%, le PS est resté dominant et a décidé de ne pas discuter avec le seul parti gagnant de ces élections. Trop occupé par leurs bagarres internes ? Ecolo-Groen fera du bon boulot, même dans l’opposition : Comme ils s’y sont engagés durant la campagne électorale, les Verts mèneront un travail sans relâche au long des six années à venir, qui s’annoncent riches en défis à relever : bonne gouvernance ; qualité de vie, verdurisation et propreté ; enseignement et jeunesse ; emploi ; logement, mobilité ; ...

Ecolo-Groen souhaite être présent et actif sur tous les fronts ! Nos cinq conseillers Zoé Genot, Fred Roekens, Redouane Kfaiti, Pauline Warnotte et Ahmed Mouhssin mèneront une opposition constructive au sein du Conseil communal, basée sur un travail de terrain au plus près de la population afin de respecter l’engagement qui est le nôtre : avec vous, faire de Saint-Josse une commune où l’on a envie de vivre et de rester ! Donc nous comptons sur vous pour nous proposer des idées ou nous alerter sur des dysfonctionnements.

Saint-Josse : Avis aux habitants

Saint-Josse

Avis aux habitants

Pas de souk le 1er novembre !

IMG_0015.JPG

IMG_0016.JPG

Maingain et les deniers de Judas

Maingain et les deniers de Judas

Le Vif, le 25 octobre 2012

Olivier Maingain (FDF) change de cap : il prend l’échevin flamand «garanti» contre 300 000 euros ! A-t-il retourné sa veste ?

Depuis dix ans, la Région bruxelloise accorde une dotation spéciale aux communes dont le collège des bourgmestre et échevins compte au moins un échevin ou président de CPAS flamand. C’est la contrepartie des accords de 2001 qui ont abouti au refinancement de Bruxelles. Objectif : favoriser une représentation minimale des néerlandophones dans la capitale.

Olivier Maingain a toujours décrié cette règle. «On n’achète pas un mandat», «Pas de cela dans ma commune», clamait le président du FDF et bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert. Cette dotation à charge de l’autorité fédérale (plus de 31 millions d’euros par an) est répartie entre communes de la capitale selon une clé de répartition elle aussi controversée. Schaerbeek obtient le montant le plus élevé : près de 5 millions d’euros. Devant Bruxelles-Ville : 4,3 millions. Molenbeek, troisième, récupère 4,2 millions, soit 13 % de l’enveloppe. Proportionnellement à la population de la commune, Saint-Josse, Koekelberg et Saint-Gilles disposent de l’échevin flamand le plus «rentable» : jusqu’à 56 euros par habitant pour la commune que dirigera Emir Kir (PS), 51 pour Koekelberg.

Cette enveloppe rondelette est donc une aubaine pour le budget des communes, surtout pour celui des plus gâtées. Car Watermael-Boitsfort, la moins bien servie, ne ramasse, elle, que 292 000 euros en échange de son échevin néerlandophone. Quant aux communes de Woluwe-Saint-Lambert et Auderghem, elles n’ont jamais reçu un kopek. Et pour cause : Olivier Maingain et Didier Gosuin (FDF), leurs bourgmestres, ont rejeté le système, qualifiant l’argent offert aux communes de «derniers de Judas».

Mais aujourd’hui, Maingain change de cap : il prend l’échevin surnuméraire - ce sera Xavier Liénart, présent comme indépendant sur la Liste du bourgmestre - contre 300 000 euros ! A-t-il retourné sa veste ? Sa commune a-t-elle un besoin vital de cet argent ? Pas vraiment. Les comptes sont en équilibre. «Nous allons recycler cet argent sale pour une bonne cause», ironise le président du FDF.

En clair, sa commune va soutenir, avec ces «deniers de Judas», l’implantation d’une bibliothèque francophone à Zaventem, commune qui compte 30 % de francophones et où aucun service en langue française n’est proposé. Selon Maingain, «aucun service communal ne sera mis en défaut par cette action». Si l’opération n’a rien d’illégal, elle ne manquera pas d’indigner au Nord du pays.

16:20 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Saint-Josse: non-lieu pour Thierry Balsat accusé de dégradation de biens par l'échevine Namli

Saint-Josse

Non-lieu pour Thierry Balsat accusé de dégradation de biens par l'échevine Namli

La Capitale, le 25 octobre 2012

Le nouvellement élu Thierry Balsat, sur la liste les Bleus de Saint-Josse, a obtenu un non-lieu mercredi en chambre du conseil dans l’affaire qui l’opposait à l’échevine PS sortante Nezahat Namli qui l’accusait de dégradations à l’un de ses appartements.

Pour rappel, Thierry Balsat, par ailleurs responsable de l’ASBL Onhu, l’Observatoire national de l’Habitat, avait révélé l’affaire de la location par l’échevine Namli, en charge justement du Logement à Saint-Josse, de biens insalubres dans des immeubles lui appartenant.

Après contrôles de l’Inspection régionale du Logement ayant prouvé le caractère insalubres, Nazahat Namli avait estimé que plusieurs dégradations avaient été commises par Thierry Balsat lui-même. Pourtant, la vétusté ne pouvait pas être le fait de dégradations volontaires, note l’avocate de M. Balsat, Selma Benkhelifa. Ce dossier a été lié à un second. Celui de l’occupation par l’Onhu et d’autres associations de logements communaux rue Botanique. Le but de ces associations: prouver que l’on pouvait reloger les locataires de Madame Namli dans ses bâtiments laissés vides par la commune. Ce qui fut d’ailleurs fait peu de temps après.

Pour la justice et la Chambre du Conseil qui s’est prononcée mercredi, “il n’y a pas suffisamment de charges pour poursuivre Thierry Balsat. En tout, il n’a rien commis qui puisse valoir un renvoi devant le tribunal correctionnel.”

Une possibilité d’appel reste toujours possible par Nezahat Namli.

24 octobre 2012

COMMUNALES BELGES : ELUS SUB-SAHARIENS A BRUXELLES

COMMUNALES BELGES

ELUS SUB-SAHARIENS A BRUXELLES

IMG_0060.JPG

Cheik FITA, le 15 octobre 2012

Plusieurs belges d'origine subsaharienne se sont présentés aux communales de 2012. à Bruxelles, il y a eu très peu d'élus: dans 10 communes sur 19. Voici la liste de ces élus.

ANDERLECHT

MIGISHA Pierre PS-SP.A-CDH 840 1,89% 

BOMELE Nicole Nketo PS-SP.A-CDH 754 1,69%

BERCHEM SAINT AGATHE

DIOP Ndongo LBR 256 2,18%

BRUXELLES

MAMPAKA MANKAMBA Bertin CDH 2.288 3,62% 

ETTERBEEK

NJOMGANG-FONKEU Colette PS 317 1,77%

MANDAILA Gisèle FDF 228 1,27%

BUYANI ILUNGU John 185 4,33% PS

EVERE

 FRANÇOIS-MBOMBO TSHIDIMBA Sylvie CDH 289 1,69% 

GANSHOREN

KOMPANY Pierre PROGANSHOREN 1.326 10,73%

IXELLES

DIALLO Bea LB (PS) 954 3,13%

KANKO Assita MR 355 1,17%

PITROIPA Solange MR 290 0,95%

JETTE

KAMUANGA TUJIBIKILE Jacob PS - sp.a 616 2,54%

BIWA MPIA Jeannette PS - sp.a 390 1,61%

GetAttachment.jpg

SAINT-JOSSE

BOÏKETÉ Philippe PS 234 2,58%

WATERMAEL-BOITSFORT

KUTENDAKANA Michel PS 195 1,42% 

WOLUWE SAINT LAMBERT

TSHOMBE Marie-Paule FDF 677 2,76%

23:52 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le MR ixellois désigne ses échevins et ne retient pas Alain Destexhe

Le MR ixellois désigne ses échevins et ne retient pas Alain Destexhe

IMG_0007.JPG

Belga, le 24 octobre 2012

Le MR ixellois, qui a récolté 29,09 % des voix lors du scrutin du 14 octobre, a désigné ses 6 échevins pour la prochaine législature. Alain Destexhe n’en fait pas partie.

Dominique Dufourny, présidente du MR Ixelles, a rappelé qu’elle s’était engagée à «mener une campagne de saine collaboration avec tous les membres de la liste» et à «ne pas produire de tracts ou de courriers critiquant un ou plusieurs autres candidats sur la liste MR».

«Dans le cas où un candidat aurait contrevenu à cet engagement, ou si l’intérêt supérieur de la liste était mis en cause, le groupe des conseillers communaux élus MR pouvait prendre la décision de ne pas tenir compte du score personnel de ce candidat, à la majorité des deux tiers des voix», a poursuivi Dominique Dufourny.

En vertu de cet engagement, «le groupe des élus a voté à bulletin secret et la décision a été prise à la majorité des deux tiers de ne pas tenir compte du score d’Alain Destexhe», a-t-elle ajouté.

C’est donc Viviane Teitelbaum qui siègera au Collège en tant qu’Echevin des Finances et de la Propreté Publique, les autres Echevins étant Dominique Dufourny elle-même (Etat Civil, Développement Economique, Commerce et Sports), Yves de jonghe d’Ardoye (Culture, Musée, Affaires sociales et Seniors), Nathalie Gilson (Urbanisme, Environnement, Patrimoine, Petite Enfance), Marinette De Cloedt (Instruction publique, Santé) et Delphine Bourgeois (Europe, Qualité de la vie, Bien-être des animaux).

22:34 Écrit par Rachid Z dans Mandataires - Candidats | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Élections communales belges : le vote musulman, grand vainqueur à Bruxelles

Élections communales belges

Le vote musulman, grand vainqueur à Bruxelles

(Article issu d'un média d'extrême droite!) (Rachid Z) 

foulard-bruxelles-1-500x332.jpg

Par Édouard Tressalec, le 24 octobre 2012

Au soir du 14 octobre, dans la Maison communale de Saint-Josse-ten-Noode (27.548 hab.), les résultats électoraux tombent : Emir Kir, 1916 voix de préférence. Ses électeurs, essentiellement d’origine turque et marocaine, l’acclament en criant «Emir Kir, bourgmestre !». Le Secrétaire d’État régional, socialiste, d’origine turque, Emir Kir, devient ainsi le premier bourgmestre musulman de Bruxelles.

Emir Kir, premier bourgmestre musulman de Bruxelles

Le bourgmestre sortant, Jean Demannez, également socialiste, bougonne. Pour Emir Kir, gonflé à bloc par ses résultats, plus question d’attendre pour s’emparer du maïorat de Saint-Josse, selon un accord conclu précédemment avec le bourgmestre sortant. Il veut d’emblée être sacré «bourgmestre empêché», ce qui signifie que le titre bourgmestre lui serait accordé, mais qu’afin qu’il puisse continuer à exercer son mandat de Secrétaire d’État régional jusqu’en juin 2014, le bourgmestre sortant Demannez (1215 voix de préférence) occuperait encore le fauteuil maïoral durant dix-huit mois. Mais Demannez a finalement refusé de jouer les utilités et a claqué la porte. Rudi Vervoort, bourgmestre d’Evere et Président de la Fédération bruxelloise du PS, a demandé à Kir d’abandonner son mandat de Secrétaire d’État régional à la Propreté, mais a accepté qu’il devienne bourgmestre de Saint-Josse. Le nouveau bourgmestre de Saint-Josse fut soutenu durant la campagne par un autre socialiste d’origine turque, Resul Tapmaz, qui se présentait lui sur la liste SP.a, les socialistes flamands. Bruxelles acquiert ainsi son premier bourgmestre musulman.

Succès pour trois candidates voilées

Un autre membre de la famille Kir, à savoir Canan Kir, la cousine du nouveau bourgmestre de Saint-Josse, a défrayé la chronique électorale de cette année 2012. On se souvient qu’après avoir failli être recrutée par la NVA, elle s’était présentée, voilée, sur la liste des Bleus de Saint-Josse. Sa désastreuse campagne électorale, qui l’avait vue incapable de s’exprimer de manière satisfaisante dans l’une des deux langues officielles de Bruxelles, ne lui a finalement rapporté que 91 voix. Mais ceci n’a pas empêché trois autres candidates voilées de réaliser d’excellents scores électoraux. Ainsi Mahinur Özdemir, élue conseillère communale en 2006 et devenant, en 2009, la première femme voilée à siéger au Conseil régional bruxellois, se présentait sur la liste CDH de Schaerbeek sur laquelle, avec 1135 voix, elle a obtenu un meilleur score que la tête de liste, Denis Grimberghs. Ce score aurait dû lui permettre d’obtenir l’échevinat : impossible, dit-on au CDH, en raison de… son voile. Celui-ci n’avait pourtant pas gêné, jusqu’à ce jour, le parti de Joëlle Milquet, qui a soutenu Özdemir au Conseil régional bruxellois. Comprenne qui pourra. Toujours à Schaerbeek, mais sur la liste PS cette fois, Derya Alic réalise un meilleur score encore qu’Özdemir. Également élue conseillère communale en 2006, elle porte le foulard islamique, mais se dévoile lorsqu’elle siège au conseil communal. Avec 1234 voix, elle s’est classée sixième sur la liste PS de Schaerbeek. À Molenbeek, c’est Farida Tahar qui se présentait sur la liste de l’ex-bourgmestre PS Philippe Moureaux, en 28e position. Elle a remporté 601 voix, le dixième score de sa liste. Si les autres candidates voilées citées sont d’origine turque, Farida Tahar est, elle, d’origine marocaine. Elle a d’ores et déjà déclaré qu’elle siègerait voilée au conseil communal.

Deux élus pour le parti islamiste ISLAM

Le parti ISLAM se définit clairement comme un parti islamiste. Contrairement à la formation islamo-gauchiste Égalité qui, comme nous le verrons, s’est présentée dans huit communes bruxelloises, ISLAM a adopté une stratégie plus sobre en ne présentant que quatre candidats dans trois communes : Redouane Ahrouch (42 ans, Anderlecht), Lhoucine Aït Jeddig (50 ans, Molenbeek), Abdelhay Bakkali Tahiri (51 ans) et Zeynebe Bakkali Tahiri (Bruxelles-Ville). Ces deux derniers, qui ont obtenu respectivement 1144 et 733 voix, n’ont pu être élus. Par contre, avec Ahrouch (1446 voix et 4,13 %) et Aït Jeddig (1102 voix et 4,12 %), la liste ISLAM décroche deux conseillers communaux, Ahrouch à Anderlecht et Aït Jeddig à Molenbeek. Ces deux élus auraient reçu le soutien d’une partie de la communauté chiite (C. Torrekens).

Un collectif nommé Vigilance musulmane avait lancé un appel en faveur du vote blanc à Bruxelles et en Wallonie, dans une vraisemblable volonté de boycotter le système politique actuel jugé peu favorables à certaines revendications.

Redouane Ahrouch n’est pas un inconnu de la mouvance islamiste de Bruxelles. En 1999, il avait guidé le premier parti islamiste de Bruxelles, à savoir le parti Noor, dont le parti ISLAM est l’héritier (il en est, en fait, la troisième refondation). Interrogé à propos de la sharia, Ahrouch, qui définit son parti comme « belge, démocrate et musulman », a déclaré : «Comme je l’ai dit, je suis un démocrate et je suis contre son imposition à des gens qui n’en veulent pas. Sur le principe, je ne conteste pas la sharia. Si une majorité devait s’exprimer en sa faveur par référendum, alors pourquoi pas. Mais pour l’instant, il y aurait trop de mains coupées si nous devions suivre ses principes étant donné le nombre de délits commis dans notre ville. C’est pour cela que je prône le dialogue et surtout la prévention auprès des jeunes. » (« Je ne conteste pas la sharia», entretient de David Baudoux, Sudpresse, 16 octobre 2012). Tout commentaire serait superflu. Cette ascension d’ISLAM témoigne également de la croissance de trois revendications au sein de la communauté musulmane : repas halal, jours de congés islamiques et port du foulard.

La lente ascension du parti islamo-gauchiste Égalité

Le parti Égalité se présente comme une formation islamo-gauchiste, égalitariste, palestiniste et antisioniste. Il accueille dans ses rangs aussi bien des musulmans que des marxistes ou des anarchistes. Ce parti a présenté des listes dans pas moins de huit communes sur dix-neuf : Koekelberg (2,1 %), Anderlecht (1,86 %), Saint-Josse (1,80 %), Molenbeek (1,78 %), Saint-Gilles (1,18 %), Bruxelles-Ville (1,13 %), Schaerbeek (0,9 %) et Ixelles (0,89 %). Ces scores n’ont pas permis à Égalité d’obtenir un élu, peut-être du fait de la dispersion de ses forces, sans doute aussi du fait des succès électoraux de l’extrême-gauche (PTB+/PVDA) qui chasse sur les mêmes terres.

La montée en puissance des mosquées

Pour certains, seuls les votes pour des petites formations ethniquement ou religieusement ciblées devraient être considérés comme des «votes communautaires». Le fait est que l’on peut distinguer quatre types de vote communautaire :

Celui qui consiste à voter pour des candidats de souche jugés susceptibles de défendre les intérêts de la communauté à laquelle on appartient.

Celui qui consiste à voter, sur des listes mixtes, pour des candidats issus de sa communauté, exclusivement et pour ce seul fait.

Celui qui consiste à voter pour un parti exclusivement composé de membres de sa communauté.

Celui qui consiste à voter «blanc» (en Belgique, le vote est obligatoire) sous-prétexte que l’on considère qu’aucun parti en lice n’est susceptible de défendre les intérêts de sa communauté.

Or, il a été fait usage, de ces quatre types de vote qui, totalisés, donne au vote communautaire une grande importance, particulièrement à Bruxelles, même si l’on peut considérer aussi que cela a contribué à la dispersion du vote musulman. En-dehors de la NVA et du PTB+/PVDA, on a entendu bien peu de cris de victoire au lendemain des élections communales de ce 14 octobre, y compris parmi les grands partis traditionnels dont on retient aujourd’hui surtout les bons scores des candidats allochtones, notamment musulmans. Et certaines mosquées ont vraisemblablement joué un rôle important dans ce succès. Ainsi, à la veille du scrutin, un SMS émanant desdites mosquées ont appelé à voter pour le PS, dans des communes où les élus d’origine marocaine sont effectivement très nombreux. Mme Corinne De Permentier, tête de liste MR à Forest, a ainsi reçu une copie de ce message dont la teneur était celle-ci : «Chers frères, chères sœurs, nous voterons ce week-end, Inch’Allah ! Soyons solidaires dans nos votes, soyons tous PS. Les autres partis comme le MR ou Ecolo ne se soucient pas de notre religion et lui causent parfois du tort. Exemple : port du voile à l’école, organisations d’événements… ». La suite de ce SMS invitait explicitement à voter pour des candidats d’origine marocaine sur la liste du parti socialiste (« De Permentier : «les mosquées ont aidé le PS à Forest et à Molenbeek» », LaLibre.be, 16 octobre 2012). Des candidats auraient ainsi aussi bénéficié du fait qu’ils vivent à proximité d’une mosquée ou qu’ils y ont fait tout simplement campagne («À quand une bourgmestre belge voilée ?», Carte blanche de Corinne Torrekens, Le Soir, Mardi 16 octobre 2012). En outre, le nombre de votes blancs et nuls est en augmentation par rapport à 2006, particulièrement dans les communes où la population musulmane est importante. Un collectif nommé Vigilance musulmane avait lancé un appel en faveur du vote blanc à Bruxelles et en Wallonie, dans une vraisemblable volonté de boycotter le système politique actuel jugé peu favorables à certaines revendications.

La victoire du vote communautaire musulman

Dans la commune de Forest, 6 élus PS sur 14 sont d’origine marocaine. À Anderlecht, sur vingt élus de la liste PS, 13 sont des allochtones. À Saint-Josse-ten-Noode (commune d’élection d’Emir Kir), 12 des 15 élus PS sont d’origine étrangère, pour la plupart d’origine turque. À Koekelberg, le PS obtient 8 élus dont… 7 allochtones ! Sur la liste PS de Schaerbeek, sur les 13 élus, on compte 9 allochtones. Mais le PS n’a pas le monopole du vote allochtone, ainsi la liste du bourgmestre (FDF) Bernard Clerfayt, toujours à Schaerbeek, obtient 18 élus, dont neuf allochtones («Le vote communautaire a battu des records», Dhnet.be, 16 octobre 2012). Ces résultats ajoutés au succès de certaines petites listes communautaires, dont ISLAM, et à l’augmentation du vote blanc, auquel ont appelé d’autres organisations communautaires, donnent toute la mesure de la montée en puissance du vote allochtone musulman aux cours des élections communales du 14 octobre 2012.