24 octobre 2012

L'ultime message de l’ancien blanc aux Tennoodois

L'ultime message de l’"ancien blanc" aux Tennoodois

IMG_0004.JPG

Jean Demannez, le 07 octobre 2012

Madame, Monsieur, Chers concitoyens,

Comment aborder, en peu de mots, cette échéance électoral sans risquer d’omettre l’un ou l’autre aspect de ce qui fait le quotidien des citoyens de Saint-Josse-ten-Noode, cité multiculturelle ? Difficile.

Je crois que le bilan et le programme de la majorité sortante sont une source d’informations et d’engagements fort complets et plus que rassurants.

Diriger une commune comme la nôtre, vous le savez, n’est pas chose aisée, mais c’est une tâche passionnante. La fonction d’échevin ou de bourgmestre ne peut d’ailleurs se concevoir que si elle est emprunte de passion, d’écoute et de pragmatisme. Un peu de Tout, comme pour les fromages belges !

Durant une partie de mon existence, j’ai tenté de répondre, avec d’autres, aux défis de notre minuscule territoire urbain qui conserve des allures de village. Je n’ai, bien sûr, pas vécu la Question royale ou le Pacte scolaire… mais aussi loin que remonte le courant de vie publique, je ne conserve aucun souvenir d’un parcours monotone. C’est sans doute cette particularité de la commune – il se passe toujours quelque chose à Saint-Jossequi a pu justifier que j’y sois attaché depuis si longtemps.

Faut-il dire que je suis un enfant de la balle puisque mon arrière-grand-père déjà, rue de la Ferme, partageait la vie tennoodoise et celle de l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles.

Cela m’amène tout naturellement à vous confirmer que j’entamerai, si vous m’y aidez bien sûr, la dernière ligne droite du mandat communal dans le souci permanent de préserver l’harmonie entre les différentes cultures qui cohabitent à Saint-Josse et de rester le Bourgmestre de tous.

A bientôt,

Les commentaires sont fermés.