23 octobre 2012

Bourgmestres et ex-futur bourgmestre belges d'origine turque

Bourgmestres et ex-futur bourgmestre belges d'origine turque

Pierre-Yves Lambert, le 23 octobre 2012

Il n'est pas exact (cf. dépêche AFP reproduite plus bas) d'écrire que "Si la Belgique compte de nombreux échevins (adjoints au maire) d'origines marocaine et turque, aucun d'entre eux n'avait jusqu'ici exercé la fonction de bourgmestre.: Birol Cokgezen (PS), d'origine turque, l'a été (peu de temps certes) en 2011 à Saint-Nicolas (en province de  Liège; 23.000 habitants, 6,8 km²) en application de la législation wallonne.

birol.jpg

Il avait fait le deuxième score de sa liste en 2006 et le bourgmestre Patrick Avril (PS) avait dû démissionner suite du rejet de son pourvoi en cassation, ce qui avait confirmé sa condamnation, en appel, à un an de prison avec sursis et à 5 ans d'inéligibilité dans l'affaire des panneaux.

Ce qui était justement reproché par le PS local à Cokgezen, ancien chauffeur de l'internationalement célèbre ministre PS Michel Daerden c'était d'avoir osé faire campagne pour lui aux élections communales de 2006 et d'avoir ainsi fait plus de voix que tous les autres candidats à part la tête de liste et un échevin sortant d'origine marocaine, Abdelkarim Benmouna, ancien médecin de... Michel Daerden. Ce dernier devait être tête de liste PS à Saint-Nicolas en octobre 2012 et réintégrer ces deux exclus, mais est décédé en août.

Hasan Aydin.JPG

Le même problème est en train de se poser dans une autre ville wallonne de la province de Liège, Verviers (56.000 habitants, 33 km²), avec un autre élu turc, Hasan Aydin (PS), deuxième en voix de sa liste en 2012, cinquième en 2006. Le MR local (droite) n'a pas renouvelé sa coalition avec le PS par refus d'un bourgmestre turc et donc "musulman", et il y a eu des récriminations au sein même du PS local, avec allégations affichées sur facebook de "soutiens des mosquées" de la part de candidats ayant fait beaucoup moins de voix que lui, notamment une jeune femme également d'origine turque mais issue de la communauté alévie (Le Vif 17 octobre, La Meuse 18 octobre), et aussi un échevin PS sortant (La Meuse 16 octobre).

En réalité, il a surtout eu le soutien des organisations turques, et non spécifiquement "musulmanes", et avait tout fait pour cela, s'en prenant notamment à son colistier Malik Ben Achour (PS, d'origine marocaine), échevin (adjoint au maire) comme lui, accusé de "soutien au PKK" en pleine campagne électorale.

kir.jpg

C'est également en jouant sur la fibre nationaliste - et négationniste - de ses compatriotes d'origine turque qu'Emir Kir, futur bourgmestre (également PS) de la commune bruxelloise de Saint-Josse (27.000 habitants, 1,5 km²) a bâti sa carrière politique (voir e.a. un jugement rendu le 28 janvier 2005 où sont exposées en détail ses pratiques électorales).

Vu les succès électoraux de ses candidats d'origine turque, le Parti socialiste belge, au contraire de son homologue français, plus sensible lui à l'important électorat franco-arménien, s'est farouchement opposé à l'extension de la législation antinégationniste aux génocides des Arméniens (et des Assyriens et des Grecs pontiques) et des Tutsis rwandais (voir le dossier "Débats sur le négationnisme du génocide arménien - Belgique 1997-2005").

Commentaires

Encore un nouveau bourgmestre à Saint-Nicolas

La Dernière Heure, le 14 juin 2011

Le conseil communal, réuni mardi soir, a voté à une large majorité la motion de méfiance individuelle constructive déposée contre lui par le reste du groupe PS.

Jacques Heleven lui succède. L'intéressé a voté contre, ainsi que le groupe d'opposition Ensemble (7 conseillers). Mais 17 conseillers PS ont voté pour la motion. L'élu Ecolo s'est abstenu. C'est donc Jacques Heleven, qui faisait fonction pendant l'absence pour cause d'ennuis judiciaires de Patrick Avril, bourgmestre en titre, qui a immédiatement prêté serment en les mains du bourgmestre déchu. Le collège communal a été installé dans le foulée.

A la suite de la démission de Patrick Avril, définitivement condamné par la justice, Birol Cokgezen, deuxième faiseur de voix de la liste PS, avait été nommé bourgmestre. Mais, pour avoir fait une campagne personnelle, contre les consignes du parti, en 2006, l'homme était de longue date en dispute avec le reste des conseillers PS. Il n'aura, au final, présidé que deux très courts conseils communaux.

L'opposition Ensemble a fustigé mardi soir les disputes de la majorité et la condamnation de Patrick Avril. M. Fransolet s'est par ailleurs demandé si une motion de méfiance déposée contre quelqu'un "qui n'a pas eu le temps de poser le moindre acte" était bien légale.

Écrit par : Rachid Z | 23 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.