16 août 2012

La communauté turque de Belgique veut ses morts !

La communauté turque de Belgique réclame ses morts !

IMG_0006.JPG

Ce message est affiché sur les murs de Schaerbeek. Photo prise ce 16 août.

02:14 Écrit par Rachid Z dans Turquie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Deux corps en attente d’une terre

La Libre Belgique, le 02 février 2012

Casse-tête : la justice refuse le rapatriement de corps. La famille s’entête.

Ce sont deux logiques qui s’affrontent : celle d’une famille qui a perdu deux enfants et celle de la justice qui doit conduire ses affaires en suivant des règles très strictes. Cela ressemble à un bras de fer dans lequel aucun des protagonistes ne peut plier. Et aucune solution ne paraît en vue 500 jours après les faits.

La famille Aygün, originaire de Turquie, est installée à Meulebeke, en Flandre occidentale, depuis plus de trente ans. Deux des fils, Suleyman et Ugur Aygün, ont été abattus le 18 septembre 2010, devant leur maison. L’auteur des coups de feu a été rapidement identifié. Mesut Ucar a été arrêté le lendemain. Il est en aveux. Le mobile tournerait autour d’une histoire de femme et d’honneur.

Une affaire simple donc a priori. Mais qui a rapidement tourné au vinaigre. Le père des deux victimes veut inhumer ses deux fils en Turquie. Ce que refuse le juge d’instruction Allegaert. Résultat : les corps des deux frères sont toujours dans un funérarium de Meulebeke, dans une chambre froide. Et la note s’allonge : 70 euros par corps et par jour, affirme le père des victimes. Un montant que conteste l’exploitant du funérarium, qui ne veut pas citer de chiffre. Le père ajoute qu’il a dû s’endetter et que, si cela continue, il devra vendre sa maison. Une cinquantaine de proches ont manifesté, mercredi, devant le ministère de la Justice pour réclamer la libération des corps. La presse turque a pris fait et cause pour la famille. Des parlementaires turcs se sont émus de l’affaire, parlant de racisme.

Le parquet de Courtrai reste inflexible : pas question de rapatrier les deux corps. "La loi est la loi. Elle est la même pour tous. Les corps ont été libérés dès le premier jour. La famille peut les inhumer en Belgique, dans un carré musulman si elle le désire. A Bruges, à Gand ou ailleurs en Belgique. Pas à l’étranger. La loi est claire", dit le premier substitut du procureur du Roi Tom Janssens, qui déplore que la famille tente de faire pression sur la justice. Le corps ne sera définitivement libéré qu’après le procès d’assises, attendu en 2013. Et le magistrat de dresser un parallèle : tant qu’un homicide n’a pas été jugé, il est interdit d’incinérer un cadavre. Deux logiques inconciliables assurément.

Écrit par : Rachid Z | 16 août 2012

Répondre à ce commentaire

triste et cher pour la famille, quelle douleur, je compatie et proteste contre la déscision de la justice

Écrit par : Jean | 17 août 2012

Répondre à ce commentaire

bien sa jean...; la compassion peut sauver des âmes, et malgré que dans cette époque la compassion est presque totalement confondu à de la faiblesse.

Aussi quand on constates que même un film à été réalisé sur cette maman qui à tué cinq de ces enfants, ce constat sur ces personnes qui trouve encore eux le moyen de se faire en plus du fric sur les malheurs des autres, que reste t'il encore à penser?

est t'il possible que ce soit devenu une nouvelle mode pour se faire de l'agent en exploitant ces drames ? tiens toi, jean qui compatis que pense tu de cette question ?

espérons qu'ils ne vont pas réaliser un film sur ce drame que subit cette famille turc...

Écrit par : mode | 21 août 2012

Répondre à ce commentaire

bien sa jean... la compassion peut sauver des âmes, et malgré que dans cette époque la compassion est presque totalement confondu à de la faiblesse? toute fois quoi penser de cette époque, quand on constates de plus que même des films sont réalisés en s'inspirant de faits aussi sensible que celui de cette femme qui à tué ces cinq enfants, la place de la moral la dedant elle est ou? ces personnes qui se sont fais un nom et du fric, en réalisant ce film, jean toi qui compatis que pense de leurs initative?

En attendant il nous reste juste à espérer qu'un film ne soit pas aussi réalisé sur ce drame...

Écrit par : harry | 21 août 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.