28 juillet 2012

D'abord Turcs et Marocains ou Subsahariens

D'abord Turcs et Marocains ou Subsahariens

Vous avez dit Belges ?

Khalil Zeguendi, le 28 juillet 2012

A Bruxelles, dans les communes où se concentrent les communautés dites "allochtones", la plupart des prétendants à la candidature sur les listes des partis politiques bruxellois, raisonnent en termes communautaires, pour tenter de décrocher une place sur la liste.

Le sommet avait été atteint, il y a trois mois à Saint Josse, lorsque les Maghrébins A. Boughaba, Farid Kessas, A. Ouriaghli et d'autres, avaient attaqué Eric Jassin, patron de la section, lui reprochant d'avoir fait la part belle sur "sa" liste, aux Turcs.

Ledit Boughaba, que l'on n'a pas entendu durant près de six ans, parce qu'il avait troqué son siège de conseiller communal, contre une fonction rémunérée au CPAS de Saint Josse, (ce qu'il fera, sans doute, à l'issue des élections prochaines, s'il est élu), vient de réapparaître sur la liste FDF (Front démocratique des Francophones) de la commune. Ouriaghli l'a suivi sur cette même liste.

Seul le distributeur de pain marocain aux nécessiteux, Farid Kessas, est demeuré au CDH local, malgré les SKUD et autres armes de destruction massive, envoyées à la tête de Jassin, durant les hostilités liées à la confection de la liste CDH.

A Schaerbeek, tous les candidats "Belges" de papier, argumentent de la même manière: ils sont d'abord issus de l'immigration, alors que l'on est à la quatrième génération de l'immigration marocaine et turque et que beaucoup d'entre eux sont nés de parents, eux mêmes, nés en Belgique.

Mais ce raisonnement n'est pas à relever dans le seul chef de ces candidats. Il est également celui des chefs de partis des sections locales tant d'Ecolo, du PS, du CDH que du MR.

Le dosage se fait sur les listes, en tenant compte des Turcs, Marocains, Subsahariens, Albanais, Asiatiques et autres Roumains ou Polonais.

Ils ne sont pas Belges. Ils sont d'abord "spécifiques".

La maîtresse revendication est celle se rapportant au foulard, au niqab ou aux accommodements dits "raisonnables".

De nouveau, la campagne va se dérouler, pour ces candidats, dans les seuls quartiers allochtones.

Même Emir Kir, le ministre des Turcs, parcourt sans arrêt, depuis le début du Ramadan, les artères de Saint Josse, serrant les mains "turques", aux terrasses des restaurants et cafés de la Petite Anatolie.

Ordre a été donné en lieu haut à Istanbul, de ne plus parler des armes trouvées dans le coffre de la voiture de son chauffeur, de retour de Turquie.

Le fait qu'il ait tenté de dissuader sa cousine, de se présenter sur la liste du N-VA de Saint Josse, en dit long sur son inquiétude, de voir son nom et celui de la candidate turque de droite, se confondre dans les esprits des Turcs et conduire dans les isoloirs, à l'amalgame entre le secrétaire d'état et sa cousine.

Kir se considère d'abord comme Turc, car il n'a, à aucun moment ouvert sa bouche sur le "danger" que représenterait le NV-A à Saint Josse, se limitant à réagir dès lors que sa cousine se soit trouvée sur cette liste.

Partout dans les quartiers de présence massive des "étrangers" à Bruxelles, les listes se feront en tenant compte de l'origine ethnique des candidats et de leur appartenance culturelle ou religieuse.

Et l'on ne verra aucun candidat allochtone, arpenter les rues non immigrées, pour tenter de rallier à sa cause l'électorat composé des "vrais belges".

Ils seront dans les souks des quartiers fréquentés par les Belges de papier.

Quand Ducarme avait dit, il y a dix ans, que l'intégration était un échec, l'essentiel des khoubzisto-chahidistes l'avaient traité de tous les noms.

Le vrai événement de ces élections sera celui de la défaite possible de Moureaux et de sa sortie du jeu politique.

Mais le vieux renard n'a pas encore épuisé toutes ses cartouches.

Des pressions énormes s'exercent actuellement sur El Khannouss, pour l'amener à mettre de l'eau dans son thé à la menthe, afin de permettre au Drogué de la politique, de rempiler encore, pendant une législature.

De l'autre coté, la libérale Scheepmans obtiendra autant de postes d'échevins qu'elle voudra du Mollah Molenbeekois, dès lors qu'elle accepterait d'oublier le maïorat... pour la prochaine législature.

Les commentaires sont fermés.