11 juin 2012

L’échevin Angillis renvoyé en correctionnelle

L’échevin Angillis renvoyé en correctionnelle 

philippe_angillis.png

Jean VANDENDRIES, le 11 juin 2012

Faux, usage de faux, abus de biens sociaux. L’échevin Philippe Angillis et son prédécesseur Michel Dernies sont renvoyés en correctionnelle

Tubize est à nouveau dans la tourmente à quelques mois des élections communales. On a appris ce week-end le renvoi en correctionnelle, à l’audience du mercredi 12 septembre, des deux derniers présidents de l’ATO (Association Tubize Omnisports), l’ex-échevin Michel Dernies et son successeur Philippe Angillis.

Cette double inculpation fait suite à une plainte déposée en 2007 par deux membres de l’assemblée générale de l’ATO qui informaient le parquet de Nivelles d’irrégularités de gestion. La substitute du procureur du Roi Magali Raes, spécialiste des questions financières, chargea un expert comptable d’examiner les comptes de l’ASBL et, sur base du rapport de ce dernier, elle a lancé une citation directe contre les précités. La réglementation édictée par la Région wallonne pour les centres sportifs est précise, les activités doivent s’exercer dans l’enceinte de ces derniers. Or, l’ATO a financé des manifestations qui n’auraient rien à voir avec son objet social, chasse aux œufs, troisième âge, arrivée du Tour de Wallonie (cyclisme), piscine, prêts à des clubs de football (Tubize et Clabecq) et véritable gabegie de photocopies qui pourraient masquer l’impression d’affiches électorales.

Enfin, il reste une incertitude à propos d’une créance de cent mille euros que l’ATO aurait sur la commune. En tout état de cause, le sentiment est que cette ASBL, dont les administrateurs sont obligatoirement membres du conseil communal, a surtout servi à des fins politiques. Il se dit que le dossier s’est fortement dégraissé par rapport aux éléments beaucoup plus lourds contenus dans la plainte, mais restent des dysfonctionnements qui, selon le parquet, ne seraient pas admissibles même au sein d’une ASBL communale.

Michel Dernies a démissionné en 2009 de la charge d’échevin des Sports et il a quitté également son emploi de fonctionnaire à la province du Brabant wallon. Il est depuis l’an dernier directeur sportif de l’équipe cycliste Wallonie-Bruxelles Crédit agricole. Il nous a dit ignorer cette inculpation. «Je n’ai rien à me reprocher. Tous les prêts étaient remboursés et toutes les décisions étaient approuvées par le conseil d’administration et l’assemblée générale

Philippe Angillis lui a succédé dans le fauteuil scabinal. «J’ai récemment été entendu par la Police judiciaire à qui j’ai expliqué n’être concerné que de loin par les faits qui remontent à 2007 et 2008.»

La formule est connue. Inculpation ne vaut pas condamnation, mais en l’occurrence elle tombe mal à quelques mois des élections communales. Philippe Angillis est candidat sur la liste «Renouveau communal» du bourgmestre Raymond Langendries.

Commentaires

L’échevin Angillis en correctionnelle

Sébastien Etienne, le 12 juin 2012

Michel Dernies est aussi cité pour s’expliquer sur la gestion de l’ATO.

C’est un ancien dossier qui refait surface à Tubize. Nos confrères de l’Avenir révélait, hier, que l’échevin des Sports, Philippe Angillis, était renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nivelles sur citation du parquet. Cela à l’approche des communales. C’est sous la casquette de président de l’Association Tubizienne Omnisports (ATO), asbl para-communale, que Philippe Angillis est visé. Son prédécesseur comme échevin et à la présidence de l’ATO, Michel Dernies est également cité en correctionnelle. En 2007, deux membres de l’assemblée générale de l’ATO, représentant la minorité communale, avaient déposé plainte pour dénoncer de probables irrégularités. Le dossier se termine en bout de procédure sur une citation pour faux, usage de faux et abus de biens sociaux. Par citation directe, même s’il n’est pas question ici de détournements, le parquet souhaite que certaines choses soient tirées au clair.

Des financements de diverses activités qui le seraient en dehors de l’objet de l’ATO sont visés : pour le 3e âge, lors Tour de la Région wallonne ou encore des chasses aux œufs. Un grand nombre de photocopies et une créance de 100000 euros vis-à-vis de la commune sont aussi évoqués. En 2009, Michel Dernies avait fini par démissionner de son mandat d’échevin couplé à celui de l’ATO, lassé de cette ambiance de suspicion.

Désormais loin de Tubize, et retourné dans le monde du cyclisme professionnel, Michel Dernies explique ne pas avoir été averti de cette citation : "J’attends d’examiner le dossier pour voir ce que l’on me reproche. Je le répète, je n’ai jamais rien détourné. Toute décision se prenait via le conseil d’administration." Philippe Angillis n’avait pas non plus, hier, été averti officiellement. Il serait visé pour des faits qui datent d’une époque où il n’était pas encore à la tête de l’asbl. "J’ai été entendu récemment par la police, la justice fait son travail, confiait-il hier. Michel Dernies a toujours eu notre confiance. Ceci s’inscrit dans l’affrontement majorité/opposition."

Et l’échevin d’indiquer que toute activité de l’ATO est liée au sports (sauf la chasse aux œufs où l’asbl l’organise à la place de la commune), que les photocopies s’expliquent notamment par la promotion des cours de sport et que la créance est toujours relative à des indemnités de licenciement suite à la fermeture de la piscine de Tubize. Philippe Angillis est candidat sur la liste "Renouveau Communal" de Raymond Langendries. Mais il se dit serein, estimant, comme Michel Dernies, ne rien avoir à se reprocher.

Écrit par : Rachid Z | 12 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.