09 juin 2012

L'ultra-laïcard Jean-Pierre Brard drague les musulmans

L'ultra-laïcard Jean-Pierre Brard drague les musulmans

Oumma.com, le 09 juin 2012

En période électorale toutes les voix sont bonnes à prendre y compris celles des musulmans. L'ultra-laïcard Jean-Pierrer Brad qui se présente sous l'étiquette Front de gauche dans la septième circonscription de la Seine-Saint-Denis (Montreuil et Bagnolet), a rédigé un tract à destination de ses "amis" musulmans distribué notamment à la sortie de la mosquée l'Olivier de la paix à Bagnolet.

On aura décidément tout vu !  Ceux-là mêmes qui hier n'avaient pas de mots assez durs pour dénoncer le prétendu "communautarisme" musulman au nom d'une conception étriquée de la laïcité, drague l'électorat musulman au point de leur promettre  la construction "d'un cimetière musulman pour Montreuil et Bagnolet d'au moins 3000 places".

Avant de se muer soudainement en protecteur des musulmans à la veille du premier tour des élections législatives, Jean-Pierre Brard s'était auparavent  distingué en 1998  par une campagne virulente contre le Centre culturel francais musulman dirigé à l'époque par Mohammed Taïfour (décédé en 2010 à l’âge de 85 ans). Un entrepreneur doté d'une grande spiritualité, appréciée des musulmans, qui avait décidé de mettre tous ses biens et sa fortune personnelle au service du Centre culturel islamique, qui  abritait  la première  mosquée de Montreuil, dont il est le fondateur.

Un article publié en 1998 dans le numéro 2 de la revue Islam de France et intitulé "Menaces sur les libertés de conscience et de culte à Montreuil",   faisait état "de Lettres comminatoires aux commerçant, article dans le journal municipal... la campagne animée par le député-maire, Jean-Pierre Brard, bat son plein à Montreuil contre l'existence et les activités du Centre culturel français musulman. Que reproche-t-on à ce dernier ? D'avoir fait apposer une affichette informant de l'ouverture de cours de soutien scolaire dans ce centre. Le maire prétend que cela camoufle des cours coraniques où l'on inculque une idéologie en contradiction manifeste avec les principes fondamentaux de l'éducation laïque et républicaine".

La revue Islam de France soulignait que "le centre dirigé par Mohammed Taïfour ne camoufle rien du tout. Les cours d'arabe et d'éducation religieuse y sont donnés depuis deux ans vu et au su de tous (notre revue elle-même en a fait état). Mais une demande spécifique émane des enfants et de leurs parents, celle d'un soutien scolaire proprement dit, portant sur les matières enseignées à l'école publique. A l'instar de nombreuses associations, celle de M. Taïfour a entrepris de répondre à ce besoin. Rien d'inquiétant dans ce programme. Prétendre le contraire en faisant croire à une confusion entre soutien scolaire et cours coraniques relève du procès d'intention et de la plus mauvaise foi ! Les deux sont distincts et le Centre de Montreuil n' a besoin d'aucun subterfuge pour emplir ses salles de cours."

L'article affirmait qu' "A défaut de cours coraniques, M. le député-maire de Montreuil a visiblement besoin de cours... d'instruction civique."

Rappelons enfin, qu'en 2005, un communiqué du Collectif contre l'islamophobie en France donnait l'information suivante:  "Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val d’Oise) a annulé le 1er juillet 2005 l’arrêté municipal pris par le maire de Montreuil, Jean-Pierre Brard (PCF), le 29 septembre 2004 interdisant le défilé de «prêt à porter des femmes musulmanes» organisé par la SARL JASMEEN.

Après tous ces faits incontestables, comment peut-on encore croire aux promesses électorales de Jean-Pierre Brard. Au moment de voter, les musulmans de Montreuil et Bagnolet ne doivent pas avoir la mémoire courte.

Les commentaires sont fermés.