07 juin 2012

Le scandale de l'inhumation des musulmans

Le scandale de l'inhumation des musulmans dans des "cuves bétonnées" à Avignon avec l'accord du CFCM

4354870-6563286.jpg

Alter Info, le 6 Juin 2012

Les musulmans d’Avignon sont sous le choc devant une décision municipale imposant l’inhumation dans des cuves en béton entreposées sur les carrés réservés aux citoyens de cette confession.

Le texte daté du 1 février 2012 du Bureau des Cimetières qui fixe les tarifs applicables suite à ces aménagements "de cuves bétonnées des carrés 30 et 31", soit un minimum de 1332,15 euros pour une «place» et 894 euros pour enfant sur la concession décennale, suscite indignation et colère dans la communauté.

Président de l’association «Amitiés et entraide Françe Algérie», Benyoucef Hamroun se dit consterné devant cette pratique. «Ces concessions sont accordées depuis 1977. Nous nous sommes conformés la règle d’inhumation dans un cercueil prévu par la législation française de la santé, mais pourquoi imposer subitement une cuve en béton en plus ?», s’interroge-t-il, rappelant que «le rite musulman préconise que le corps soit inhumé en pleine terre».

Aucunement sollicitées pour donner leur avis, ni même informées de la décision, les associations cultuelles et autres ont fait cette découverte lors de cérémonies d’inhumation. Elles ont alors tapé à toutes les portes de l’Administration à la recherche des fondements légaux de cette décision.

De la préfecture au Ministère de l’Intérieur et du Culte, aucune trace d’un texte de loi justifiant ce bétonnage des corps enfermés dans des cercueils réglementaires. Les dirigeants associatifs s’entendent dire en revanche que dans tous les cas, la mesure doit faire l’objet d’un arrêté municipal rendu public par affichage. Démarche qui fait curieusement défaut.

Concernée pourtant au premier chef, la maire d’Avignon, Marie-Josée Roig (UMP, droite) renvoie quant à elle tout simplement sur l’élu délégué aux cimetières.

Vécue comme une provocation...

«Nous sommes finalement confrontés à ce qui serait une initiative d’un fonctionnaire, qui aurait décidé des aménagements de cuves en béton et de fixation de nouveaux tarifs passant de 162 euros à 1332,15 euros ! Mais personne n’y croit vraiment», résume Benyoucef Hamroun.

De son côté, incapable de justifier la mesure, l’élu zélé, et qui plus est d’origine marocaine, donne le sentiment d’être manipulé dans le contexte électoral des législatives.

«Cette décision est vécue comme un rejet et une provocation autour du thème sensible des rites funéraires. Elle a été prise dans le contexte de stigmatisation sur le thème de la viande halal et autre et a été maintenue», commente le dirigeant associatif.

Résultat : la tension monte dans la communauté musulmane d’une ville «très très à droite», où le Front National caracole régulièrement avec des scores record (20,51% pour Marine Le Pen au premier tour des présidentielles 2012).

Ainsi, dans la «cité des Papes», décorée aux couleurs de la droite et de son extrême, le bétonnage funéraire au prix fort de corps de musulmans n’est sûrement pas sans lien avec la politique… de bas étage.

bton2.jpg

11:28 Écrit par Rachid Z dans Europe, Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Communiqué de la député maire Marie-Josée Roig

Mediaterranee, le 06 juin 2012

Suite à notre article relatif aux réaménagements sur les carrés musulmans du cimetière de Montfavet à Avignon, la député maire Marie-Josée Roig (UMP) nous fait parvenir un communiqué expliquant l'utilité de ces aménagements et les démarches préalables à leur exécution.

"Dans le cadre de l’aménagement du cimetière de Montfavet, la Ville d’Avignon a choisi, comme ce fut le cas pour le cimetière de Saint-Véran, d’utiliser des cuves béton. Cette pratique s'étend dans de nombreuses communes. Il s’agit d’une recommandation pour éviter la pleine terre pour des raisons d'hygiène.

Concernant le carré musulman, la Ville d’Avignon a cependant souhaité respecter les rites de religieux et a donc engagé une réflexion permettant de conjuguer respect des pratiques religieuses et nouvelles normes.

Des responsables municipaux se sont ainsi rendus à Marseille ou une concertation avec des responsables religieux du culte musulman avait permis de trouver une solution : la mise en place de cuves en béton mais sans fond afin que le corps ait un contact avec la terre afin de respecter les usages de la communauté musulmane.

Cette solution a donc été également retenue à Avignon, puis soumise et approuvée également par des responsables musulmans, de lieux de culte, tout comme l’a été le plan d’implantation des concessions pour respecter l’orientation des sépultures selon le rite musulman.

Le principe de ces cuves ainsi que ce plan ont fait l’objet d’un document signé par Monsieur Karim El Moussaoui, Président de l’AFS (l’Association Solidarité France). Voir Pieces jointes
"M. Mohamed Moussaoui, Président du CFCM, contacté encore aujourd'hui, confirme son entière adhésion donnée à ces aménagements".

La polémique et les allégations diffamatoires suscitées par le site internet "Médiaterranée" sont scandaleuses. Je demande dès aujourd'hui aux services de la Ville d'étudier toute action en justice contre ce " site d'information", afin qu'il ne puisse y avoir aucun doute entretenu par quelques-uns sur la volonté farouche de la Ville de respecter les différents cultes religieux."

Écrit par : Rachid Z | 07 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Le béton de la discorde

Par Akim RAHMOUNI, le 02 Juin 2012

La communauté musulmane d’Avignon est depuis lundi 28 mai abasourdie par le contenu d’un article paru sur le site de mediaterranée et intitulé : « La ville d’Avignon impose l’inhumation des musulmans dans des cuves bétonnées ».

Une décision municipale entérine le fait qu’une cuve de béton sera disposée pour accueillir en terre le corps du défunt et que cette nouvelle disposition selon toujours cet article en relatant les propos de Hamroun Benyoucef, président de l’association « Amitiés er entraide France Algérie » augmenterait les tarifs « de 162 euros à 1332.15 euros ».

Nous avons joint hier Hamroun Benyoucef qui nous a dit toute son indignation et sa préoccupation d’une mesure mal venue en ces moments délicats de campagne électorale, « …quand la viande hallal a été le moyen de mobiliser l’électorat du Front National !»

De plus, il ajoute «… que cela n’a été le fait d’aucun décret ni texte officiel mais d’une décision unilatérale de la municipalité qui n’a rencontré aucun dirigeant des associations cultuelles de la ville et que la concertation s’est limitée à une réunion à Marseille avec l’Association Fraternité et Solidarité (AFS) qui n’existe d’ailleurs aujourd’hui pratiquement plus… »

M. Benyoucef précisera, lors de cet entretien téléphonique, que « cette façon d’inhumer n’est en rien conforme aux règles d’inhumation édictées par l’Islam qui préconisent le dépôt sur le flanc droit du corps dans son linceul à même le sol et le visage tourné vers la Mecque… »

Mohamed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), que nous avons aussi joint par téléphone nous a indiqué en ce qui concerne les prix fixés par le Bureau des Cimetières, qu’ « à priori, ceux-ci se trouvent dans la moyenne de ceux proposés en France et que la cuve bétonnée sans fond n’altérait pas la validité du rite musulman. ».

Mais le président du CFCM note tout de même « que la concertation entre la municipalité et les musulmans n’a pas concerné l’organe officiel de la représentativité musulmane et que le Conseil Régional du Culte Musulman qui est la déclinaison du CFCM en Provence-Alpes-Côte d’Azur aurait dû être associé… ».

Dans un souci de pouvoir réunir tous les éléments du dossier, nous avons pris contact avec la municipalité, mais c’est le silence radio qui s’est installé, aucune suite n’a été donnée à nos appels.

Toujours est-il que le malaise est profond et qu’à la hauteur de la soudaineté de l’information, la stupeur est grande ! La communauté musulmane ne semble pas vouloir en rester là et d'après nos sources, avec les premiers signes d'une mobilisation qui s'organise, demain se préparerait, selon les précisions de M. Benyoucef, une conférence de presse au marché couvert de Monclar. Affaire à suivre….

Écrit par : Rachid Z | 07 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Avignon : Appel au rassemblement suite au scandale des silos d’enterrement

Islam&Info, le 07 juin 2012

Avant-propos:

Nous soutenons les musulmans du grand Avignon qui subissent une nouvelle « hagra » de la part de l’Etat Français. Ce sont de véritables sarcophages qu’attendent les musulmans qui auront le malheur de se faire enterrer dans cette région.

Soutenez vos frères si vous habitez dans la région. Aujourd’hui c’est Avignon demain c’est chez vous !

Devant la décision prise par la mairie d’Avignon, d’enterrer les musulmans d’Avignon et sa région dans des silos bétonnés sur-élevés (littéralement des sarcophage) sans aucune concertation avec la communauté musulmane (représentée par les différentes associations), cette dernière a décidé de la constitution d’un collectif regroupant les plus grandes associations musulmanes afin de faire face à ce scandal !

Un rassemblement de reccueillement a été organisé par le Collectif de la communauté musulmane du grand Avignon pour ce jeudi 7 juin 2012, au cimetière de Monfavet.

Seront présents :

•Mohamed MOUSSAOUI, président du CFCM.
•Khalid BELKHADIR, président du CRCM PACA.
•Tous les représentants de toutes les mosquées avec tous les imams.

Écrit par : Rachid Z | 07 juin 2012

Répondre à ce commentaire

La ville d'Avignon veut inhumer les défunts musulmans dans des cuves en béton

Atlasinfo.fr, le 7 Juin 2012

La ville d’Avignon s’est lancée dans un nouveau projet à destination de la communauté musulmane, inhumer les défunts musulmans dans des cuves en béton. Cette décision a déclenché la colère des musulmansf. À tel point que la Ville a préféré jouer l'apaisement en annonçant qu'un nouveau carré musulman traditionnel sera soumis à la discussion afin que chaque famille puisse à l'avenir choisir l'inhumation sans cuve si elle le souhaite.

C’est avec colère et stupeur que la communauté musulmane d’Avignon a pris connaissance d’une décision municipale relative à l’inhumation des défunts musulmans. D’une manière unilatérale, la mairie dirigée par Marie-Josée ROIG (UMP) a entamé une série de travaux au sein du carré musulman du cimetière de Montfavet visant à imposer l’inhumation des défunts au sein de cuves en béton. Une disposition ne répondant à aucune demande de la communauté musulmane Avignonnaise qui souligne par ailleurs l’absence totale de concertation sur le sujet.

Les cuves bétonnées et à peine enterrées ont été découvertes sur place par des fidèles lors d’une cérémonie d’inhumation. Dès lors, ils se sont rapprochés de l’administration centrale (préfecture et Ministère de l’Intérieur) afin d’obtenir des explications. Finalement, devant le fait accompli, c’est auprès de la mairie qu’ils obtiennent quelques explications. Dans un communiqué de presse, le collectif des musulmans d’Avignon composé de responsables des mosquées d’Avignon et du Pontet a dénoncé « une décision qui n’a fait l’objet d’aucune rencontre et d’aucune concertation ni avec le Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) ni avec les membres responsables des associations cultuelles musulmanes de la ville d’Avignon et du Grand Avignon.

Un projet coûteux, inadapté et ne répondant à aucun besoin

Le collectif indique par ailleurs que la solution imposée par la mairie n’est pas conforme aux préceptes de l’islam : « A la lumière des connaissances de nos érudits et de nos imams… ce principe d’inhumation en cuve est illicite et contraire aux règles qui régissent le rite funéraire musulman« . De son côté, la mairie affirme que l’inhumation en cuve est conforme aux préceptes de l’islam, c’est en tout cas ce que lui aurait dit le président du CFCM qui dans un communiqué reconnait avoir évoqué le système d’inhumation au sein de cuves de béton mais d’une manière générale, sans se prononcer sur ce dossier.

Dans ce communique, M. Moussaoui a précisé que le CFCM et les CRCM sont les interlocuteurs des pouvoirs publics sur toutes les questions cultuelles musulmanes ; et à ce titre, il déplore qu’ils n’aient pas été associés à la réflexion avant la prise des décisions et la mise en œuvre de celles-ci.

Outre l’aspect religieux, le collectif des Musulmans d’Avignon et de sa région dénonce également la hausse du prix de l’inhumation engendrée par ce système de cuves bétonnées. Le prix des concessions aurait subi une hausse de 800%, une véritable double peine pour les familles qui dans ce moment difficile voient d’une part, l’un de leur proche disparaître et d’autre part, doivent payer encore plus cher un service inadapté à leur souhait. Enfin, d’un point de vue écologique et esthétique, les cuves en béton sont clairement inappropriées.

Mohamed Moussaoui en personne et Khalid Belkhadir, président du CRCM ainsi que le porte-parole du collectif, doivent se rendre jeudi en mairie. Et essayer, comme le demande le CFCM, de "trouver des solutions aux problèmes posés par les nouveaux aménagements du carré musulman de Montfavet, respectueuses des règles d'hygiène appliquées aux autres groupements de sépultures et aux prescriptions rituelles musulmanes sur l'inhumation des corps".

Écrit par : Rachid Z | 07 juin 2012

Répondre à ce commentaire

http://www.avignon.fr/fr/instit/elus/cme36.php

Abdelazziz EL KHARIF

Conseiller municipal
Délégation

Cimetières municipaux, Chambre Funéraire,
- Lutte contre les discriminations, chargé de l’intégration et de la coopération décentralisée.
- en charge du quartier NORD

http://www.laprovence.com/article/archives/avignon-ils-ont-envie-den-prendre-pour-six-ans-avec-marie-josee-roig

38. Abdelaziz El Kharif, restaurateur (UMP).

Écrit par : PYL | 07 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Oui, c’est souvent ainsi qu'on s'en prend à cette composante fragilisée et mal représentée de la population, que ce soit à Avignon ou à Bruxelles. C’est un harki, un collabeur, un arabe de service, élu par les siens, qui est utilisé, instrumentalisé pour nuire aux intérêtscultuels, mais pas seulement, de son électorat et satisfaire les bas sentiments et les politiques racistes de ses maîtres blancs. L’électorat de ce méprisable individu, de ce zwave, est composé essentiellement de membres de la communauté musulmane d’Avignon, c’est donc à elle, selon moi, qu'incombe la responsabilité, indirecte, de l’humiliation que les pouvoirs publics lui infligent. Puisse-t-elle s’en souvenir lors des prochaines élections… municipales.

Écrit par : Rachid Z | 08 juin 2012

Répondre à ce commentaire

N'oublie quand même pas qu'en France, sauf dans les petites communes, il n'y a pas de vote de préférence, donc ce type a été "élu" par l'UMP qui l'a coopté au conseil municipal, il n'a en rien été élu par l'une ou l'autre partie spécifique de la population.

Écrit par : PYL | 08 juin 2012

Répondre à ce commentaire

La levée de boucliers des musulmans d'Avignon contre l'inhumation dans des "cuves à béton"

Oumma.com, le 8 juin 2012

La cité des Papes prendrait-elle à la légère le rite funéraire musulman, oserait-elle, sur un sujet aussi important, bafouer ses préceptes, en lui réservant un traitement à part, ou plutôt de seconde zone, qui serait inconcevable pour tout autre culte ? Le deux poids deux mesures, qui gangrène la société pour mieux la verrouiller, aura-t-il l'indécence de s'appliquer jusque dans le choix de la dernière demeure, avec à la clé un surcoût non négligeable aux frais des contribuables musulmans?

L’affaire des « cuves en béton » d'Avignon exhale les effluves du scandale lié à l’inhumation dans le carré musulman de Montfavet, déclenchant la colère des musulmans locaux qui se sont fédérés dans un collectif, regroupant des associations et des simples citoyens, pour protester contre une décision municipale choquante et consternante.

En substance, voici quelques passages du communiqué signé du porte-parole Abderrahmane Bouaffad, et adressé à la presse il y a quelques heures :

"Suite à la décision municipale qui stipule la pose de cuves bétonnées dans les carrés 30 et 31 du cimetière de Montfavet et qui entérine de la sorte une augmentation des tarifs des concessions.

Nous, collectif des musulmans d’Avignon et de sa région, composé des responsables des mosquées d’Avignon et du Pontet, des associations et de citoyens avignonnais sensibilisés, disons aujourd’hui toute notre stupéfaction et notre colère face à de telles dispositions et leurs procédures d’application.

Le collectif dénonce une décision qui n’a fait l’objet d’aucune rencontre et d’aucune concertation avec les membres responsables des associations cultuelles musulmanes de la ville d’Avignon et du Grand Avignon. Contrairement à ce qui a été annoncé, Monsieur Karim El Moussaoui, qui n’étant en charge d’aucune responsabilité de président de l’Association Fraternité et Solidarité, atteste n’avoir jamais signé de document relatant le principe d’une pose de cuves bétonnées et n’avoir jamais été impliqué de près ou de loin dans une telle démarche partenariale. Nous lui apportons tout notre soutien et devant de telles contre-vérités, nous lui manifestons toute notre solidarité.

Le collectif affirme aujourd’hui, sans ambiguïté, et cela à la lumière des connaissances de nos érudits et de nos imans, que ce principe d’inhumation en cuve est illicite et contraire aux règles qui régissent le rite funéraire musulman.

Le collectif exige l’arrêt immédiat des travaux suivi du démantèlement des cuves mises en place et l’abrogation urgente de cette décision municipale. Le collectif sollicite une rencontre avec Madame le Maire, Marie-Josée Roig, afin de trouver à cette situation scandaleuse l’issue la plus favorable possible."

Feignant l’incompréhension devant une telle levée de boucliers, la Ville, par l’intermédiaire de son directeur de cabinet, affirme avoir « tout mis en œuvre pour respecter le rite musulman se rapprochant du Président du CFCM, l’Avignonnais Mohamed Moussaoui et des responsables d’un cimetière musulman à Marseille qui ont confirmé le respect des préceptes de l’islam dans cette manière d’inhumer les défunts ».

Alors que le vent de la contestation souffle sur Avignon, et que les rangs musulmans se renforcent, le directeur de cabinet a entrouvert la porte du dialogue en proposant une réunion plénière en présence du porte-parole du collectif et du représentant régional du CFCM. Nul doute que ces derniers prendront date sans tarder.

Écrit par : Rachid Z | 08 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.