25 avril 2012

Six policiers en correctionnelle

Six policiers en correctionnelle

La Dernière Heure, le 25 avril 2012

C’est la première vraie audience suite à une procédure longue de plus de dix ans entamée par la famille Bouyid.

Après une procédure longue de dix ans, six policiers comparaîtront aujourd’hui à 14 h devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Ils doivent répondre d’atteinte arbitraire aux libertés fondamentales, d’abus d’autorité, de harcèlement et de coups et blessures volontaires.

La famille Bouyid, qui s’est constituée partie civile contre ces six membres des forces de l’ordre, habite à deux pas d’un commissariat, à Saint-Josse-ten-Noode. Elle sera défendue, entre autres, par l’avocate Delphine Paci.

Selon la défense, tout a commencé en 1999, lorsqu’un jeune frère de la famille, mineur d’âge, a été placé en IPPJ. À l’époque, la famille assure que le dossier à l’encontre de l’adolescent a été monté de toutes pièces par un inspecteur, qui aurait sollicité de faux témoignages.

D’ailleurs, le jeune homme avait été acquitté par le tribunal de la jeunesse. C’est le point de départ, toujours selon les parties civiles, d’une longue période rythmée de harcèlements, de convocations envoyées dans le vent, de scènes d’insultes et de violence à l’encontre de plusieurs membres de la famille . Une gifle aurait été donnée à l’un des membres de la famille devant un témoin.

Plusieurs plaintes ont été déposées les unes après les autres.

Selon une source fiable, du côté des accusés, on dément avoir donné des coups. “Tout a été exagéré par la famille, dont un membre est une avocate influente, Me Samira Bouyid. Les policiers ont fait leur boulot. L’un d’entre eux n’avait à l’époque pas pu relayer une plainte de la famille car ce n’était pas de la compétence de la police locale, mais de celle de l’Inspection générale ou du comité P. Un refus qui aurait été pris très mal par la famille Bouyid.

Les six policiers qui comparaissent ne sont pas accusés d’avoir été violents : seuls deux auraient porté des coups. Les quatre autres sont pointés du doigt pour harcèlement.

22:27 Écrit par Rachid Z dans Saint-Josse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.