24 avril 2012

Le Premier ministre marocain critique l'entourage du roi

Le Premier ministre marocain critique l'entourage du roi

Yenoo, le 24 avril 2012

Le Premier ministre marocain est sorti de sa traditionnelle réserve dimanche en s'en prenant au cercle rapproché du roi Mohamed VI, ouvrant la voie à une possible confrontation ouverte entre le gouvernement islamiste et l'entourage royal.

Sous la pression du "printemps arabe" qui a renversé le pouvoir en place en Egypte, en Tunisie et en Libye, le Maroc a transféré l'année dernière au Parlement une partie de ses prérogatives tout en conservant ses pouvoirs dans les domaines de la sécurité et des affaires religieuses.

Les élections législatives anticipées organisées en novembre ont pour la première fois permis aux islamistes modérés du PJD de parvenir à la tête du gouvernement.

Depuis l'arrivée du PJD au pouvoir, les analystes prédisent un bras de fer entre le gouvernement, qui s'est engagé à combattre la corruption et la pauvreté, et l'élite marocaine qui entretient des liens très étroits avec le palais.

"Le printemps arabe n'est pas encore terminé", a déclaré Abdelilah Benkirane lors d'un rassemblement du PJD à Rabat, dimanche, dont les propos ont été rapportés par la presse locale lundi. "Il est encore là et pourrait bien revenir", a-t-il ajouté.

"Dans ce pays, même la monarchie a besoin de citoyens à la poursuite de réforme. (...) Les rois ne sont pas toujours entourés par les bonnes personnes, ils peuvent en fait être entourés par des ennemis qui seront parmi les premiers à les abandonner."

Dans un communiqué envoyé par courriel à Reuters, Benkirane a affirmé que ses déclarations avaient été "sorties de leur contexte".

Les critiques du roi et de son entourage sont rares au Maroc où l'élite est traitée généralement avec déférence et la figure royale est globalement respectée, Mohamed VI étant considéré par les Marocains comme un descendant du prophète Mohamed (SAW).

10:11 Écrit par Rachid Z dans Pays du Maghreb | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.