22 mars 2012

Deux fonctionnaires de Saint-Josse impliqués dans une fraude sociale ?

Deux fonctionnaires de Saint-Josse impliqués dans une fraude sociale ?

main_college.jpg

Par Philippe Carlot, le 15 mars 2012

Un fonctionnaire de la commune de Saint-Josse s’est fait domicilier comme personne isolée dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier

Un fonctionnaire de la commune de Saint-Josse s’est-il rendu coupable de fraude sociale avec la complicité du Secrétaire communal, le plus haut responsable de l’administration ? C’est ce que laissent supposer des documents en notre possession.

Ce fonctionnaire s’est fait domicilier comme personne isolée dans le même immeuble que sa mère, bénéficiaire du revenu d’intégration du CPAS, contre l’avis de l’agent de quartier. Le Secrétaire communal serait intervenu en faveur de ce fonctionnaire.

L’été dernier, un fonctionnaire chef de département de Saint-Josse sollicite son inscription rue Potagère, dans la commune où il travaille, dans une petite maison unifamiliale où vit sa mère, bénéficiaire d ‘une allocation du CPAS. Le rapport de l’agent de quartier nous est parvenu. Le policier remet un avis favorable à l’inscription mais il signale une suspicion de fraude sociale. La maison apparaît trop petite pour contenir deux logements. Pourtant le fonctionnaire sollicite une inscription séparée, en tant qu’isolé. Il déclare même à l’agent de quartier vouloir procéder ainsi pour permettre à sa mère de continuer à percevoir son revenu d’intégration sociale. Normalement, le fils a l’obligation d’aider sa mère sur le plan financier en cas de cohabitation. Malgré le rapport de police, le fonctionnaire est finalement inscrit au rez-de-chaussée comme isolé. ''Avec l’accord du Secrétaire communal'', note à la main sur le rapport de police la responsable du service population de Saint-Josse, comme pour se couvrir.

Dans les couloirs de l’administration, on justifie l’inscription comme isolé par un rapport du service de l’urbanisme qui conclut à la légalité de la subdivision de la maison en deux unités de logement, invoquant notamment la présence de deux compteurs au gaz par le passé. Un rapport de pure complaisance, conteste une autre source interne. Aujourd’hui, la maison ne compte bien qu’un seul compteur, n’est équipée que d’une seule sonnette et n’est pas réellement divisée en deux logements distincts. 

Contacté, le Secrétaire communal se refuse à tout commentaire. Il invoque son devoir de réserve et prétend – difficile à croire – tout ignorer de ce dossier. Le plus haut responsable de l’administration communale promet de mener son enquête. Mais il a d’ores et déjà refusé de nous en révéler les conclusions.

Commentaires

Ce fonctionnaire roule-t-il le fisc ?

La Dernière Heure, le 17 mars 2012

Un haut fonctionnaire (des Finances) est suspecté de fraude fiscale. Avec l’aval du secrétaire communal

Une rikiki unifamiliale, au 131 rue Potagère. Une seule sonnette. Et un unique compteur. C’est derrière ces murs qu’est censé vivre, depuis un an environ, le chef de services des Finances de Saint-Josse. Comme “isolé”, selon ses dires. Sauf que c’est bien sa maman, dépendante du CPAS, qui y crèche. Et dont le nom figure sur le titre de propriété.

“Une suspicion de fraude fiscale”, avait établi un PV de l’agent de quartier, révélait hier Vivacité. Une suspicion que corroborait un aveu du fonctionnaire profiteur : faire en sorte que sa génitrice puisse continuer à jouir du revenu d’intégration sociale…

Malgré cet avertissement, le rapport de l’Urbanisme prouve que le plus haut fonctionnaire de l’administration – rien de moins – a donné son aval à l’inscription du gaillard. La responsable de la Population l’a en effet explicitement notifié : “Avec l’accord du secrétaire communal”.

Vraisemblablement histoire de se couvrir, analysait, hier, notre confrère. Comment voir les choses autrement ?

Au bout du compte que décrit toutefois le rapport de police ? Une bicoque tenant en un rez-de-chaussée, un premier et un toit. Cuisine ? Une seule. Salle de bain ? Une seule.

Alors, oui, conclut cette version-là : le Tennoodois y habite. À ceci près qu’est incorrecte l’inscription en tant qu’isolé.
L’échevin de l’Urbanisme, Mohamed Azzouzi se voit à son tour mis en cause. À l’instar du secrétaire communal, il a posé sa griffe sur l’acceptation d’inscription. Ce qu’il ne nie pas : “J’avoue que je n’étais pas au courant. Le document que j’ai signé était au nom de sa maman”, jure l’élu socialiste.

Quelle explication fournit-il ? “Je fais confiance à mes services. Ils se basent sur un courrier de Sibelga du 17 mai 2011, selon lequel il y a bien 2 compteurs au 131 rue Potagère.” De façon générale, Mohamed Azzouzi se défend de tout laxisme – “L’équipe a été renforcée; des PV ont été dressés”. Et le rapport de police, dans l’histoire ? Le mandataire certifie n’en avoir pas connaissance.

Pas de chance ! Parce que les deux papiers s’avèrent plutôt antagonistes. Même si l’Urbanisme est aussi censé être allé faire un tour – le 25 mai- en l’endroit litigieux.

L’affaire s’annonce d’autant plus gênante que, selon nos infos, le frangin du tricheur aurait son adresse de référence en ce providentiel logis… alors qu’il habiterait, avec femme et enfants (3), à Woluwe-St-Lambert.

Hier, le maïeur, Jean Demannez (PS) et le secrétaire communal ont devisé de tout cela. Avant un collège prometteur, mardi. “Si maldonne il y a eu, je veux savoir où”, assène Azzouzi.

Lien : http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=1241079

Écrit par : Rachid Z | 22 mars 2012

Répondre à ce commentaire

Le numéro de l'unifamiliale est 131, rue Potagère

Cette petite maison dispose d'un seul compteur gaz et d'un seul compteur électricité.

Le haut fonctionnaire gagne plantureusement sa vie pour squatter la maison familale de sa mère.

Écrit par : zeguendi khalil | 22 mars 2012

Répondre à ce commentaire

il habite place saint josse maintenant, dans le meme immeuble que l'échevin jassin on dirait
http://www.infobel.com/fr/belgium/people/saint_josse_ten_noode-1210/rue_potagere/gharbi-abdel/028309250

Finances
Abdelrahim Gharbi
T 02 220 27 91
agharbi@stjosse.irisnet.be

Écrit par : blue panthere | 31 mars 2015

Les commentaires sont fermés.