16 mars 2012

Arno Klarsfeld veut un mur entre la Grèce et la Turquie

Arno Klarsfeld veut un mur entre la Grèce et la Turquie

arno.jpg

Le Matin, le 13 mars  2012

Arno Klarsfeld, président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFFII) a proposé lundi de construire un mur de 130 km entre la Grèce et la Turquie, pour contrer l'immigration illégale.

M. Klarsfeld intervenait sur BFM TV après que le président-candidat Nicolas Sarkozy a menacé dimanche de sortir, s'il était élu, la France des accords de Schengen sur la libre-circulation dans l'UE afin de lutter contre l'immigration clandestine qu'il estime mal contrôlée par certains pays européens.

«Entre les Etats-unis et le Mexique, il y a une grande barrière sur toute l'étendue du territoire, avec des patrouilles qui patrouillent sans cesse», a déclaré M. Klarsfeld, qui débattait avec Patrick Weil, historien spécialiste de l'immigration et directeur de recherche au CNRS. «C'est ce qu'il faut faire aux frontières européennes, c'est-à-dire en Grèce», a-t-il ajouté, précisant que ce mur devrait faire «130 km». Soulignant qu'il y avait «une Europe prospère» et «le reste du monde qui a les guerres, qui souffre, qui a des privations, etc», il a dit : «il faut que les gens ne puissent pas passer en tout les cas, il faut pouvoir décider de qui rentrer».

Patrick Weil a rétorqué que l'immigration illégale aux Etats-unis s'établissait «entre 12 et 15 millions», contre «entre 2 et 400.000» en Europe. Interrogé pour savoir comment ériger le mur, M. Klarsfeld a répondu : «un mur c'est fait avec des fils, des barbelés, un mur quoi, comme à Rome, il y avait un mur. La paix a duré quatre siècles». «Sinon dans cinq ans, au deuxième tour (de l'élection présidentielle), ça ne sera pas Sarkozy-Hollande, mais Le Pen-Melenchon», a-t-il répliqué.

Pour M. Klarsfeld il s'agit de «bon sens». «S'il y a un espace qui est libre et s'il y a une porte entrebâillée, il est nécessaire qu'elle soit refermée et que les citoyens européens qui ont quand même depuis des générations bâti l'Europe (et qui) aujourd'hui ont la paix, les régimes sociaux, une Europe apaisée et relativement prospère, décident de qui vient sur son territoire».

23:09 Écrit par Rachid Z dans Sans-papiers, Turquie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Le grand et fameux avocat franco-israélien Arno Klarsfeld nommé gardien des frontières nationales, plus précisément président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration

Par Robert Pioche, le 13 septembre 2011

Mon ami Edouard m’a rappelé, il y a quelque temps, que la Première Dame de France, Madame Carla Sarkozy née Bruni-Tedeschi, confiait à Paris Match en 2003: « Ce que j’aime avant tout chez les hommes, ce sont ceux qui savent communiquer ». Ou encore, au Figaro- Madame (février 2007): « Je suis fidèle… à moi-même ! Je m’ennuie follement dans la monogamie, même si mon désir et mon temps peuvent être reliés à quelqu’un».

De telles déclarations publiques – provenant de celle qui allait devenir Madame Sarkozy - sont innombrables. Comme ses photographies de modèle, qui ont empli pendant des décennies des journaux et des revues du monde entier, et que l’on trouve si facilement, avec plus ou moins de voiles, sur Internet. Je ne multiplierai donc pas de semblables citations. Internet, ici encore, en regorge.

Il n’est en effet pas dans mes intentions, ici, ni dans mes possibilités, de dresser une liste exhaustive des hommes qui, pour reprendre – avec tout le respect qu’elle mérite – les termes de Madame Carla Sarkozy en personne, savent (à ses yeux) communiquer.

Si (et seulement si) j’ai bien compris, Julien Clerc savait communiquer. Louis Bertignac (du groupe « Téléphone ») savait communiquer. L’acteur Jacques Berling savait communiquer. Vincent Perez savait communiquer. M. Laurent Fabius, l´ancien premier ministre, et fils du célèbre antiquaire de la rue de Seine à Paris, savait communiquer.

Le publicitaire Jean-Paul Enthoven savait communiquer – et, mieux encore, le propre fils de ce dernier, Raphaël Enthoven, chroniqueur dans une émission télévisée, savait si bien communiquer que Madame Carla Bruni-Tedeschi et lui ont eu descendance.

Rien de grave.

Toutes choses dont la presse gossip, et parfois la presse “sérieuse”, ont parlé avec abondance, à longueur de pages (ou de livres, etc.), pendant tant d’années.

Je ne vois donc pas pourquoi je n’en parlerais pas. Et cela, sans seulement vouloir citer certains textes des chansons que chante Madame Carla Sarkozy née Bruni Tedeschi en personne, puisque, depuis quelques années, elle est passée de la mode à la canzonetta (en italien dans le texte).

L’histoire entre Carla et Raphaël Enthoven a suscité (me dit, ici encore, mon ami Edouard, fin observateur des moeurs françaises actuelles et passées) un roman, écrit par Madame Justine Lévy (la fille de BHL en personne!), paru en 2004 chez Stock, et intitulé « Rien de grave ».

L’ouvrage (je ne crois pas qu’en mentionner l’existence constitue délit) reçut le prix Vaudeville. Certains ont affirmé que “Paula”, l’un des personnages du roman, aurait été inspiré par l’alors future Première Dame de France.

Laquelle alors future Première Dame de France, toujours sauf erreur de ma part (car je m’y perds un peu, je l’avoue), a testé les capacités de communication de Jean-Jacques Goldmann, de Léos Carax, de Kevin Costner, de Bryan Ferry, et du multimilliardaire américain Donald Trump.

Contrairement à beaucoup, je ne m’offusque absolument pas du nombre des hommes avec qui il semble que Madame Carla Bruni-Tedeschi a communiqué. Et je ne crois certes pas qu’en établir une liste soit, ici non plus, un délit.

Il se peut d’ailleurs que je me sois trompé, dans la liste qui précède, en quelque occasion. Si tel était le cas (à dire vrai, je ne le crois pas), j’en demande préventivement pardon. Par ailleurs, j’ai volontairement oublié quelques autres communicateurs.

Vous demanderez, qui sait, s’il existe un dénominateur commun entre tous les communicateurs précités. Ou encore, vous demanderez lesquels de ces noms sont des pseudonymes (j’entends, des pseudonymes artistiques). Ma foi, je les ai cités ici sous les noms sous lesquels le grand public les aime et les apprécie. Quant à un dénomineur commun entre eux? Bof, sans doute la richesse et la notoriété.

Mais vu qu’il s’agit de gens importants et parfois fort importants, la plupart mondialement connus, vous n’aurez pas de difficultés à trouver des articles sur eux (et sur leurs origines, et sur leurs pseudonymes, et sur leurs oeuvres artistiques, et sur leurs pensées politiques, et sur leurs prises de position, etc.), si vous voulez en savoir davantage.

Je dois dire que le sujet de cet article ne réside pas dans ces quelques communicateurs, mais dans l’un des plus insignes d’entre eux. Voici sa photographie, disponible sur Internet.

Arno Klarsfeld volontaire dans les forces israéliennes, comme il l'expose dans son livre ISRAEL TRANSIT, publié en France

Me Arno Klarsfeld, proche de M. Nicolas Sarkozy, et éminent connaisseur des questions d’immigration et de “sans papiers” nommé “président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration“

Et donc, et cela y compris si je ne suis certes pas un spécialiste du gossip parisien, l’un des communicateurs officiels de Carla Bruni-Tedeschi a été, de notoriété publique, l’avocat Arno Klarsfeld.

C’est lui qui justement, aujourd’hui, a les honneurs de l’actualité.

La presse nous apprend en effet que l’avocat Arno Klarsfeld, “proche de Nicolas Sarkozy“, a été nommé président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) par un décret du Président de la République paru, ce mardi 13 septembre au Journal officiel.

Dire qu’il est avocat est parfaitement exact, mais peu de journaux apportent davantage de précisions, qui semblent pourtant utiles. Certes, non seulement Arno Klarsfeld est avocat, mais il est d’autant mieux un connaisseur des questions d’immigration qu’il a accompli dans le passé une période de service militaire, en tant que volontaire, parmi les gardes frontières de l’Armée israélienne. Et certes, ceci n’est en rien une révélation fracassante.

Israël Transit

Non, aucune révélation de ma part, ici. En effet, c’est Me Arno Klarsfeld en personne qui a rendu publique la chose, en publiant un livre, en 2005, qui s’appelle “Israël Transit“.

Un livre dont on trouvera de nombreuses images de la couverture, en faisant une banale recherche sur quelque “moteur de recherches” que ce soit, comme Google.

Il s’agit d’un passionnant livre d’entretiens avec M. Yves Derai. Un livre (dont je recommande la lecture) de 237 pages, aux éditions L’Archipel (date de mise à disposition du public: 11 mai 2005).

Si, pour ma part, j’ai possédé longtemps la double citoyenneté franco-belge (il n’y a certes rien de mal à ça), Arno Klarsfeld possède, quant à lui la double citoyenneté franco-israélienne. Ce qui, probablement, concourra à ce qu’il brille dans le nouveau poste qui est le sien: président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Quoi qu’il en soit, Maître Arno Klarsfeld remplace à son poste M. Dominique Paillé (proche quant à lui, dit-on, de M. Jean-Louis Borloo), qui avait été nommé il y a seulement huit mois de cela, mais avait exprimé à plusieurs reprises des positions à contre-courant de celles du ministre de l’Intérieur, M. Claude Guéant, ou de l’UMP, dont il a dénoncé un “durcissement” et une “droitisation” sur les questions d’immigration.

Serge et Beate Klarsfeld, “infatigables chasseurs de nazis” (Le Monde)

Maître Arno Klarsfeld, qui a 46 ans, est le fils de Beate Klarsfeld, “infatigable chasseuse de nazis” (comme le rappelle notamment le journal Le Monde, aujourd’hui), et de Serge Klarsfeld, avocat et président-fondateur de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France. Dont Maître Arno Klarsfeld fut l’avocat, on se le rappellera certainement, lors des procès Touvier et Papon.

Maître Arno Klarsfeld, ce proche de Nicolas Sarkozy (et de Madame Carla Sarkozy née Bruni-Tedeschi), s’est vu confier - à maintes reprises – des missions importantes : évoquons avant tout la mission sur “la loi, l’histoire et le devoir de mémoire” en 2005.

Mais on pourrait aussi mentionner une mission de Maître Arno Klarsfeld sur la prévention de la délinquance des mineurs.

Ou bien encore une médiation de Maître Arno Klarsfeld, auprès des “sans-papiers” parents d’enfants scolarisés, en 2006. Qui sait si le fait d’avoir quant à lui des papiers d’identité à la fois français et israéliens ne l’a pas aidé, au fond, à mieux comprendre et résoudre les problèmes des sans papiers?

Écrit par : Rachid Z | 16 mars 2012

Répondre à ce commentaire

Improbable cette photo. C'est un montage ?

Marie

Écrit par : caf grenoble | 30 mars 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.