30 janvier 2012

Lettre à Monsieur Aziz Enhaili, doctorant en Sciences Politiques à l’Université Laval à Québec-Ville

Lettre à Monsieur Aziz Enhaili, doctorant en Sciences Politiques  à l’Université Laval à Québec-Ville

Par Farid Mnebhi, le 29 Janvier 2012

En ouvrant ma boite email, je tombe avec surprise sur son dernier envoi sur facebook.

Dans cet envoi, il écrit en substance : «Les salafistes wahhabites marocains sont les enfants légitimes du mariage contracté de longue date entre les trônes Alaouite et Saoud. C'est d'ailleurs, Hassan II et Fahd qui en ont accouché. Mal leur a pris.»

Que répondre à Monsieur Enhaili, universitaire, co-auteurs d’ouvrages, signataire de plusieurs écrits dans des revues universitaires, journaux et sites ?

Il est vrai que trouver une réponse à ses affirmations gratuites n’est pas facile.

Aussi, n’étant pas un spécialiste des questions religieuses, je me hasarderai à lui répondre simplement ceci :

1/ un salafi, ne peux pas être salafi et soufi, ni salafi et tablighi, ni salafi et ash'arite, ni salafi malikite, puisque leur aqida et les caractéristiques de leur secte est carrément contraire/inverse à tous ces groupes Sunnites.

2/ que Monsieur Aziz Enhaili est tombé dans la mascarade des Wahhabites qui est de faire croire que le Sunnisme était profondément divisé même avant leur arrivée, et que tout le monde se fait la "guéguerre" et que justement eux appel à l'unité, au groupe sauvé, a l'attachement au Coran et à la Sunna pure, loin de toute secte.

3/ il a omis de préciser que les wahhabites sont une secte islamique étroite et bornée qui a vu le jour au 18ème siècle et qu’elle doit son nom à son fondateur Abdel Wahhab, qui a servi en quelque sorte de caution à la famille des Saoud pour justifier leur conquête militaire des territoires sacrés en la transformant en "djihad".

4/ Monsieur Enhaili a également oublié que la doctrine wahhabite se caractérise par une interprétation rationnelle des textes poussée jusqu’à l’absurde et remettant en cause l’interprétation traditionnelle transmise par la communauté des savants orthodoxes depuis des siècles et donc au sunnisme, seule doctrine en vigueur au Maroc.

5/ il aurait été plus profitable intellectuellement pour Monsieur Enhaili de se documenter afin de savoir que les positions doctrinales des wahhabites sont en totales en opposition à l’orthodoxie musulmane, donc du sunnisme par le fait d’attribuer à Allah un lieu en affirmant qu’Allah est au ciel et pas ailleurs, le fait de nier les miracles des saints musulmans, et de nier la sainteté même. C’est pourquoi le Malikisme, seul rite en vigueur au Maroc, rejette la doctrine dite "wahhabite, qu’elle considère comme makrûh et que les wahhabites sont considérés comme hérétiques, pas les sunnites.

6/ enfin, pour un doctorant, spécialiste des questions du monde arabe et des religions, il devrait savoir que le courant salafiste n’est apparu que récemment. Il a pris naissance en Arabie Saoudite car inspiré de la mouvance wahhabite

Les adeptes de ce courant rejettent le soufisme, y compris les confréries et réclament leur’ attachement strict aux comportements du Prophète et de ses compagnons. Ils demeurent fort minoritaires.

7/ Monsieur Enhaili devrait savoir que le rite malikite se distingue des trois autres par des caractéristiques dont l’abondance de ses sources puisées essentiellement dans le Coran, le Hadith (parole du Prophète, l’unanimité de la Oumma (nation) et les pratiques des gens de Médine. Ce qui n’est pas le cas du wahhabisme et salafisme.

8/ il est vrai que les wahhabites sont des sunnites mais les sunnites ne sont pas forcement wahhabites. Monsieur Enhaili devrait le savoir vu ses intérêts universitaires.

Au final que conclure.

Lorsque je lis les papiers de Monsieur Aziz Enaili, ses analyses, ses prises de positions et ses conclusions je suis un peu triste ; Moi-même ancien du Département de Sciences Politiques de l’Université Laval, il me semble qu’il n’a jamais pris de cours avec des professeurs éminents tels que Monsieur Gérard Hervouet, spécialiste des théories de relations internationales et des pays de l’Asie, Monsieur Albert Legault, spécialiste de l’Europe, Jacques Zybelberg, connu à l'échelle international en sciences politique, et celui pour lequel je garde d’agréables souvenirs Jean-Pierre DERRIENNIC, spécialiste du Moyen-Orient.

Il devrait prendre conseils auprès de ses professeurs avant de s’aventurer à affirmer des inepties et surtout se documenter. A mon époque il n’y avait pas Internet, et les températures étaient très basses ? Pour aller à la bibliothèque, le bâtiment tout proche du département de Sciences Politiques on avait, il est vrai les tunnels, mais pour retourner chez soi à pieds on affrontait le vent glacial, on passait avant à la cafétéria où on prenait des « grosses », tu connais, en regardant les matchs de hockeys, pour se réchauffer.

Pour revenir à ton affirmation, il est clair qu’elle est nulle et non avenu. A revoir avec tes professeurs. Tu ne peux encore voler de tes propres ailes.

En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel serait appréciée. Farid Mnebhi.

19:45 Écrit par Rachid Z dans Islam et musulmans | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Tiens, et que pense Farid Mnebhi des accusations de Birame Dah Abeid, président de l’IRA (mouvement abolitionniste mauritanien): "Le code malékite, personnifié par oulémas en Mauritanie, joue un grand rôle dans la légitimation des phénomènes d’injustice comme l’esclavage et la castification de la société." ?

http://www.leveridique.info/article2484.html

Nous considérons que le système en place en Mauritanie est assis d’abord sur des piliers idéologiques, fondés sur des «valeurs» et une vision qui prônent l’inégalité des races. Le code malékite, personnifié par oulémas en Mauritanie, joue un grand rôle dans la légitimation des phénomènes d’injustice comme l’esclavage et la castification de la société. Nous considérons qu’il s’agit d’une interprétation fallacieuse et travestie de la religion. Ces oulémas qui sont très écoutés dans la société, ont une grande part de responsabilité dans la légitimation de l’arbitraire par leur accompagnement des pouvoirs esclavagistes et racistes. Il faut casser le monopole des fatwas et son accaparement par ce groupe d’oulémas car ils se contentent d’interprétations qui vont dans le sens de leur soutien aux pouvoirs, et non de l’intérêt de l’Islam et des musulmans. C’est pourquoi, je déplore la requête formulée à l’Etat par Ould Habibourahmane pour constituer une commission de prévention du vice. Il s’agit là d’une récupération politicienne de cette question. Ce principe édicté par le prophète Mohamed (PSL), antérieur à tous les gouvernants actuels, est une obligation pour tout musulman surtout un érudit, il n’est nul besoin de constituer une commission pour s’en acquitter. C’est un problème de conscience.

Écrit par : PYL | 30 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Peut-être ose-t-il penser ou donner à penser aux esprits disponibles, comme l'ambassadeur du monarque marocain, que l'islam au Maroc est tolérant et ouvert : "Et l'un des moyens, et j'insiste là-dessus, est de permettre, dans le cadre d'une action concertée, que le Maroc encadre la communauté marocaine de Belgique, en conformité avec les valeurs de tolérance et d'ouverture que nos deux pays partagent et qui sont la marque de l'islam marocain, sunnite, de rite malékite. Cet islam n'a rien à voir avec le chiisme ou le wahhabisme. Le Maroc a gelé ses relations diplomatiques avec l'Iran, en raison, justement, de son prosélytisme sur le territoire national et dans la diaspora marocaine".

Écrit par : Rachid Z | 31 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.