26 janvier 2012

L'associatif de la seconde génération marocaine est malade de "pseudo pouvoir"

L'associatif de la seconde génération marocaine est malade de "pseudo pouvoir"

Par Khalil Zeguendi, le 24 janvier 2012

Que cela soit au niveau de l'Exécutif des Musulmans de Belgique ou en ce qui concerne la gestion des mosquées ou des très nombreuses associations agissant en milieu socio-cu...marocain, la bagarre que se livrent les cadres et les intervenants, pour occuper le devant de la scène et s'accaparer le "pouvoir", au sein des structures formant ce tissu, tourne au jeu de massacre.

Commençons par l'organe chef de culte islamique: depuis sa sortie publique fin 1998, cet organe, sensé s'exprimer au nom des Musulmans et gérer leurs affaires, liées au temporel du culte, a passé le plus clair de son temps à vivre des "coups d'Etat", des Putschs et des complots en tous genres.

Cette situation, en permanence conflictuelle a conduit au gel effectif des actions et des activités devant être menées par cet organe au profit des Musulmans qui l'avaient élu, massivement, en 1998.

Aucun président n'a achevé son mandat "normal" à la tête de cet exécutif. Tous ont été "vidés" par leurs adversaires, suite à des coups tordus et des magouilles sans nom.

Les politiques belges n'ont pas aidé à ramener la sérénité indispensable au sein de cet organe et certains, comme Onkelinckx, ont tout simplement salopé le fonctionnement de l'Exécutif des Musulmans, en débarquant leurs adversaires et mis en selle leurs amis. En 2005, bafouant totalement l'indépendance de cet Exécutif, Laurette Onkelinckx, provoqua des élections anticipées, dans le but de soutenir le clan qui lui était favorable.

Hassan Boucetta, aujourd'hui sénateur PS, a joué à cette occasion un sale rôle, en acceptant de prendre en charge, à la demande de la même Onkelinckx, l'organisation de ces élections, voulues par le politique, en totale infraction avec la nécessaire neutralité que se doit d'observer le pouvoir politique, vis à vis du fonctionnement des instances ayant à gérer le temporel du culte.

Le fonctionnement des instances dirigeant les mosquées est tout, sauf démocratique.

A ce niveau, les magouilles et les manœuvres putschistes, règnent en maîtresses.

Au niveau associatif, là où des jeunes de seconde génération ont pris pied, rien ne fonctionne selon les règles élémentaires de la démocratie et du respect du pluralisme.

En 2004, Boucetta, toujours lui, contribue avec ses "amis" à sortir de l'EMIM" Mémorial de l'Immigration marocaine", ceux qui avaient pris l'initiative de fonder cette association.

Pour rappel, l'EMIM a été créée, par un groupe de jeunes, menés par Mohamed Boukourna, pour célébrer les 40 ans de présence marocaine en Belgique.

La bataille des associatifs et des Politiques Marocains de Belgique, pour l'appropriation des cérémonies de commémoration des Marocains morts en 1940, lors de la bataille de Gembloux, continue de faire rage, depuis que Rachida Attar, a déterré cette tranche de l'histoire, en consacrant son mémoire à ce fait historique.

Ikazbane, Laanan et d'autres politiques tentent de récupérer cet événement, pour en faire un fonds de commerce électoral. Cette année, année électorale, ils y seront tous pour faire semblant de commémorer les morts de Gembloux, tombés pour vaincre le nazisme.

Faut-il encore relater les faits d'armes de Radouane Bouhlal et de la pléthore de magouilleurs qui l'ont porté aux nues, avant de le lâcher comme un malpropre ?

Ceux qui comme moi, avions misé sur cette relève, instruite et intelligente, en sont pour leurs frais.

Ce à quoi l'on assiste aujourd'hui, s'agissant de cette relève, est affligeant.

Et quoi que formés au niveau scolaire, la plupart des jeunes cadres de seconde génération marocaine, reproduisent aujourd'hui, le système de fonctionnement qu'ils ont connu et acquis au sein de leurs familles.

Un système marqué par l'absence de relations démocratiques et de tolérance.

Un système qui les a souvent privés de l'épanouissement matériel et éducatif et qui les pousse aujourd'hui, à "rattraper le temps perdu", en cherchant le profit vénal, rapide et souvent non conforme à l'éthique et à la morale.

Les commentaires sont fermés.